Les agences matrimoniales L'amour sans internet, ça existe encore ?

Agences matrimoniales : nous aidons simplement le hasard

Nombreux sont les rêveurs qui attendent le grand amour, mais comment le rencontrer ? Ils font le tour de leurs amis, de leurs collègues de travail, mais souvent personne ne trouve grâce à leurs yeux. Un autre problème souvent rencontré, la personne souhaitée est déjà en couple. Alors comment faire pour trouver quelqu'un quand on ne se promène pas avec l'étiquette "célibataire" sur le front ? Beaucoup essayent les sites de rencontres mais nombreux sont les déçus. Et les agences matrimoniales dans tout cela, est-ce encore une possibilité envisageable ?

Amour, gloire et business

La porte ouverte à de nouvelles aventures

Nous nous trouvons au 1 rue Bouffon en plein centre de Nantes face à cette grande porte verte. Il est 12h35, l'heure de la pause déjeuné, impossible les rencontrer sur un autre créneau horaire, leur emploi du temps affiche complet. David et Elphie nous accueillent dans leurs locaux. Les bureaux semblent tout droit sorti d'un magazine de mobilier design. Parquet au sol, décoration moderne et épurée, bien loin de l'image vieillotte et austère que l'on puisse s'en faire. Installées dans le petit salon, on nous invite à nous asseoir dans un confortable canapé. Elphie s'installe face à nous et David en profite pour s'éclipser. À peine deux minutes plus tard ce dernier réapparaît dans la pièce se dirigeant vers le poste de radio, un air de Jazz retenti, le ton est donné. David ressort sans dire un mot.

Tous deux sont en couple depuis huit ans maintenant. À l'époque, elle tenait sa propre boutique de prêt-à-porter et lui était déjà responsable d'une agence matrimoniale. Ils se sont rencontrés par le biais d'une amie commune. Pas question pour David de passer par son agence. Les petits surnoms échangés entre deux portes témoignent de la complicité qui existe entre eux. Cette démonstration publique de sentiments est incontestablement un atout supplémentaire pour gagner la confiance des adhérents et peut-être raviver chez eux l'espoir en l'amour.

Elphie : une main de fer dans un gant de velours

Le temps de quelques photocopies, Elphie nous invite à feuilleter le ventru classeur noir présent devant nous, sur la table basse. En première page une citation d'Oscar Wilde, "L'incertitude est l'essence même de l'aventure amoureuse", et pour les pages qui suivent il s'agit de nombreux avis laissés sur l'agence. Tous ont un point commun, dans la partie concernant les points négatifs, la feuille reste blanche. Étrange... mais pas pour Elphie. Elle, est sûre de la qualité de son travail, "je sais ce que je fais et je sais que je le fais bien".

"On a les adhérents qui nous ressemblent".

Elphie est une femme moderne et à la pointe de la mode. Portant un long manteau de fourrure et des talons, la jolie blonde aux yeux bleus, reconnaît ne pas vouloir être associée à l'image ringarde des agences matrimoniales. Elle est consciente que ce genre d'agences existe encore. Elles représentent d’ailleurs une large majorité. Croisant les jambes et réajustant une mèche derrière son oreille, elle explique qu' Unicis n'est pas la seule grande agence de rencontres présente sur Nantes. Avec une pointe de supériorité, elle ajoute que les autres agences, contrairement à la sienne, s'adressent davantage aux "ruraux". Leur credo à eux, c’est les citadins. Avant chaque inscription, les potentiels adhérents doivent répondre à des questions permettant de décréter ou non s'ils peuvent intégrer l'agence.

"Nous n'acceptons pas tout le monde", quand Elphie déclare cela, elle fait référence à des personnes non régularisées, ou n'ayant pas de situation financière stable. La gérante ne cache en rien le fait que d'autres raisons soient valables pour ne pas accepter quelqu'un. Elle se confie en déclarant "je sais par avance si je peux trouver quelqu'un pour une personne", les raisons peuvent être multiples, comme le fait que la personne ne soit pas entièrement remise de son histoire passée. Cependant quand Elphie fait défiler les photos sur l'écran de son téléphone, avec sa main parfaitement manucurée, et que l'on y voit les portraits d'hommes et de femmes souriants, aux physiques agréables, on se doute que là aussi la sélection a joué un rôle primordiale. La gérante de l'agence le reconnaît, "on a les adhérents qui nous ressemblent", mais pour elle, la sélection a lieu dans les deux sens, les inscrits vont vers l'agence dans laquelle ils se reconnaissent.

"Nous aidons simplement le hasard"

"Nous aidons simplement le hasard", voilà la devise de l'agence Unicis ! Et pour provoquer le hasard David et Elphie on trouver la bonne recette : un soupçon de psychologie et une bonne dose de communication, de part leur diplôme respectif. Ils disposent d'un bon nombre d'atouts pour faire perdurer leur affaire rondement menée."Il faut aimer les gens". Pour mettre en relation les adhérents, David et Elphie ne comptent que sur eux-mêmes. Loin d'eux, l'idée de faire appel à des algorithmes permettant de trouver soit disant la bonne personne, en fonction des critères de sélection de chacun. Le couple joue un véritable rôle de confident pour ses adhérents. Certains se livrent à eux comme ils pourraient le faire avec un psychologue, "sauf que nous on ne se contente pas de les écouter, on essaye d'apporter des solutions à leurs problématiques". Ainsi ils écoutent et viennent en aide à plusieurs centaines de personnes, en se déplaçant entre Rennes, Nantes et Angers, les villes où sont implantées leurs agences. Si elles fonctionnent c'est pour plusieurs raisons. Contrairement aux sites de rencontres il y a un suivi personnalisé. La plupart des personnes inscrites dans les agences de rencontres y sont aussi souvent pour une question d'anonymat. De part leurs carrières professionnelles, certains ne peuvent pas exposer leurs photos sur des sites de rencontres. Elphie appuie le fait que des personnes, même haut placées, ont recours aux agences.

Cependant, Elphie et David ne sont pas que de simples confidents, ils tiennent leur affaire de main de maître. Si l'on ose parler de business, ou toutes autres question d'argent, on sent une certaine retenue. Elphie esquisse un mouvement de retrait et répond avec tact que "la plupart des sites de rencontres sont payants, ou contiennent tout un tas d'options qui le sont aussi, au final venir dans notre agence ne revient pas à plus cher". Avec un peu de persévérance, on comprend tout de même que le tarif à l'année avoisine les 1500€. C'est le moment ou jamais de ressortir le dernier argument imparable visant à dire que "l'amour n'a pas de prix".

"Le plus difficile ce n'est pas d'être bon, c'est de le rester"

Nous sommes le 10 février 2017, à la une de Presse Océan ce matin "Mariage : les agences toujours vaillantes". Il n'y a pas besoin de feuilleter bien loin, l'article se trouve dès les deux première pages. On y voit David, vêtu d'une élégante chemise, comme toujours, l'air fier devant une toile où il y est inscrit "Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?". Les interviews n'ont plus de secret pour lui, que ce soit la presse écrite ou la télévision, Unicis est partout. "Le plus difficile ce n'est pas d'être bon c'est de le rester". La citation est d'Elphie. Il ne faut surtout pas lui parler d'acquis, la communication prend une grosse partie de leur temps. Ils ont l'allure, le ton, mais aussi les stratégies de véritables businessmen. Il suffit de s'entretenir, ne serait-ce que quelques instants, avec eux pour modifier notre vision un peu poussiéreuse des agences matrimoniales. À les écouter, il ne faut pas se rendre dans une quelconque agence matrimoniale, mais tout simplement chez eux! Petit tour sur leur site Internet, pour ceux qui pensaient qu'une agence se contentait simplement de mettre en relation deux individus autour d'un café, c'est loupé! Unicis c'est la folie des grandeurs. Que ça soit des simples soirées entre adhérents ou bien des voyages organisés entre célibataires, Unicis s'occupe de tout.

Les verres trinqueront et les sourires s'échangeront.

La prochaine soirée aura lieu au printemps 2017, courant du mois d'avril, au château de la Groulais. Ce majestueux bâtiment de quatre hectares situé dans la ville de Blain est le lieu idéal pour faire des rencontres. Son histoire royal donne des envies de comptes de fées aux adhérents. Dans l'immense jardin seront proposés des petits toasts et des coupes de champagne. Les verres trinqueront et les sourires s'échangeront. L'envie de rencontrer quelqu'un, de trouver la bonne personne sera dans les esprits de tous. Ce genre de soirées, qui a lieu régulièrement, a su faire ses preuves auprès des adhérents.

Elle divague entre les allées du marché. C'est un samedi comme un autre, le froid est frappant malgré le soleil qui a pointé le bout de son nez. Le temps n'est pas gênant car elle fait ses courses depuis chez elle. Comme à son habitude, elle passe jeter un coup d'œil aux produits régionaux. Elle hésite face à certains articles plutôt alléchants, mais décide de ne rien prendre. Sans grande conviction, elle se rend aux produits "tombés du camion", mais le résultat n'est pas vraiment plus concluant. Encore un jour où elle repart le panier vide. Elle clique sur la petite croix rouge en haut de son écran. Les site de rencontres, ce n'est décidément pas pour elle.

Nathalie, le cœur à prendre à grande vitesse

Nathalie - 45 ans 

Une dernière retouche maquillage et Nathalie est prête à retrouver son prince charmant. Enfin du moins c’est ce qu’elle espère. À 45 ans, et après avoir écumé les sites de rencontres, elle a décidé de s’inscrire dans une agence matrimoniale. Ce qu’elle n’aime pas avec Internet c’est le manque de sérieux, et d’engagement des hommes qu’elle a pu rencontrer « ce qu’ils veulent c’est une histoire d’une nuit, d’un week-end tout au plus … ».

Pacte du diable ou contrat nuptiale ?

Coupe à la garçonne, rouge à lèvre, style moderne, elle n’a jamais vraiment eu de relation longue et stable, ayant toujours préféré sa carrière à ses relations amoureuses. Ce qu’elle recherche aujourd’hui c’est quelqu’un avec qui se projeter, et pouvoir construire quelque chose de fort et durable. N’ayant pas d’enfant, elle voudrait que son partenaire et elle connaissent ensembles les joies de la parentalité, pour la première fois. Ce qui n’est pas chose facile à cet âge là. Néanmoins, son agent David va devoir redoubler d’efforts pour lui trouver cette perle rare. Inscrite depuis peu, elle a déjà eu une première rencontre avec son « chasseur de cœur » pour qu’il puisse la cerner et lui proposer des hommes ayant les mêmes attentes. L’épanouissement amoureux et personnel de Nathalie est donc entre ses mains. David est un homme d’une quarantaine d’année, classe et soigné, à la fois sur de lui et rassurant envers ses clients. Dans le contrat que Nathalie a signé, David lui promet quarante rencontres, dans une durée légale de douze mois minimum, dans la finalité de trouver l’amour. Pacte du diable ou contrat nuptiale ? Elle ne le saura qu’au bout de plusieurs rendez vous.

Ils ne se sont jamais vus, et doivent tous deux avoir une confiance aveugle envers David .

Nathalie vit seule depuis plusieurs années, dans son petit appartement moderne situé en centre ville de Nantes. Elle attend beaucoup de ce premier rendez-vous, organisé par David. Elle se rend donc, avec lui, au café où les attend Romain, son prétendant. Ils ne se sont jamais vus, et doivent tous deux avoir une confiance aveugle envers David, car lui seul sélectionne et forme les couples, en fonction de son ressenti. Romain est un homme élancé, fin, rasé de près, sympathique au premier abord. L’entremetteur fait les présentations, et explique aux deux célibataires l’enjeu de cette rencontre. Il leur a organisé une petite chasse au trésor dans le cœur Nantais, une activité ludique censée favoriser le premier contact.

Lancés dans leur quête du bonheur

Les voilà lancés dans leur quête du bonheur, de la place Graslin au passage Pommeray , les gestes tendres ne se font pas attendre. Bras sur l’épaule, main dans la main, les cœurs à prendre jouent le jeu, à défaut d’être un couple ils forment une équipe. Un sentiment rassurant pour Nathalie, qui étouffe peu à peu celui de solitude, et l'amène déjà à rêver à un futur commun. Au bout de trois énigmes, deux questionnaires et une longue promenade, le verdict tombe, la récompense de ce jeu de dupes : un tête à tête dans un bar chaleureux et propice aux rapprochements. La séduction peut enfin commencer, du moins pourrait … Nathalie de nature extravertie et énergique, soumet Romain à un véritable interrogatoire. Combien d’enfants voudrait-il, est-il favorable au mariage, que pense t’il des femmes qui font le premier pas … Même s’il ne laisse rien paraître, Romain prend peur et se met en retrait. Il ne relancera pas le dialogue, ne s’intéressa plus autant à Nathalie et ne la regardera plus de la même manière.

Trop imposante, trop rapide, trop entreprenante, trop joyeuse … Trop !

Nathalie a laissé sa crainte de finir seule et sa trop grande envie de fonder une famille prendre le dessus, voulant trop vite sauter la phase de découverte et de séduction … David se chargera de le lui rappeler lors de leur briefing dans les jours qui suivent. Même si Romain avait répondu « oui » quand elle lui a demandé s'il souhaitait la revoir, c’est une toute autre version que lui apporte son agent. Les espoirs de Nathalie s’évanouissent au fil de leur conversation : trop imposante, trop rapide, trop entreprenante, trop joyeuse … Trop ! Romain n’a pas eu la petite étincelle . Voilà ce qui ressort de ce premier rendez-vous. David la rassure, tout n’est pas perdu, il lui a organisé un second rendez-vous pour la semaine suivante. De quoi laisser le temps à cette quarantenaire en mal d’amour de travailler sur elle même.

Côté cours !

Cette deuxième tentative se fera pendant un cours de théâtre, toujours accompagnée de son mentor, Nathalie y rencontre Baptiste. Un homme, de taille moyenne, cheveux bruns plaqués en arrière. Le professeur leur demande de jouer une scène de séduction entre deux collègues, et elle prend rapidement les choses en main au propre comme au figuré. Elle lui demande un massage, lui fais des sous-entendu… Trop vite encore une fois, Baptiste est intimidé et souhaite écourter le rendez-vous, il n’y aura pas de tête à tête pour finir cette après midi. Pas besoin de briefing, le courant n’était pas passé des deux côtés. Mais le problème reste le même, elle veut aller plus vite que la musique, et en amour il faut prendre son temps. Nathalie le sait, elle ne doit plus se laisser guider par son horloge biologique en émoie. Ce rendez-vous lui aura au moins permis de comprendre une chose, elle doit accepter sa situation. Elle ne doit plus trouver quelqu’un par dépit, mais par envie. Aujourd’hui le mal contemporain est bien la peur de finir ses jours seul, mais en quoi est-ce une tare ? Parce-que cela irait à l’inverse des conventions sociales ? Chacun mène sa vie comme il l'entend après tout.

Jamais deux sans trois

C’est donc en accord avec elle même qu’elle se rendra à son troisième rendez-vous. David, en agent matrimonial qui se respecte change la donne. La rencontre à lieu dans un studio d’enregistrement. Là-bas l’attend Gilles, animateur radio, grand blond cheveux frisés, chemise légèrement ouverte. C’est une personne très expressive et avenante, l’alter égo de Nathalie. Le courant passe très vite, les deux personnes rigolent et sont très tactiles l’une envers l’autre. Après des essaies radiophoniques, ces deux extravagants décident de prolonger leur rencard autour d’un cocktail dans un bar huppé de la ville. Toujours sur le ton de l’humour, la jolie blonde lance des sujets un peu trop sérieux une fois de plus, enfants, maison, mariage… Des préoccupations qu’elle n’arrive pas à mettre de côté le temps d’un rendez-vous galant. Gilles ne laisse rien paraître, « l'entretien » se termine sur une bonne note, et même un furtif baiser. Mais lors du briefing de David, c’est la douche froide. Nathalie qui pensait enfin avoir trouvé son futur mari, se retrouve une fois de plus déçue, voyant ses rêves de familles s’envoler à nouveau. Mais cette fois, le coup de cœur y était pour elle. Elle ne désespère pas, son agent lui a promit, et même vendu, l’âme sœur.

Ce manque d’amour si dur à combler depuis tant d’années, est aujourd’hui satisfait.

Et finalement, deux semaines après ce désastre sentimentale, elle entamera une relation avec un homme rencontré par ses propres moyens. Alors les services de son entremetteur l’ont il aidé à avoir confiance en elle et à aborder le sexe opposé de manière plus approprié, ou le destin a t il tout simplement décidé de donner sa chance à cette passionnée ? La seule chose qui est sure c’est que ce manque d’amour si dur à combler depuis tant d’années, est aujourd’hui satisfait. Malheureusement son compte en banque lui, l’est un peu moins.

Marie France et Éric, les amoureux transis exemplaires.

Assistante maternelle de 44 ans, Marie France souhaitait recommencer une belle histoire d’amour après une séparation douloureuse. Eric, lui, 47 ans, pâtissier chocolatier, n’avait jamais vraiment eu ni le temps ni l’envie de fonder un foyer. Ayant accumulé de nombreux déboires à la fois dans sa vie professionnelle et familiale, cela ne faisait pas partie de ses priorités. Et pourtant un jour, ils se sont lancés. Ils ont franchi le pas, celui de la porte d’une agence matrimoniale. Pour Marie France ce cap reflète à la fois un véritable bond en avant vers sa nouvelle vie et un ras-le-bol des sites de rencontres, qu’elle trouvait trop mensongers, remplis de profils idéalisés. Elle fut trop souvent déçue des rencards qu’elle pu avoir. En réalité ce n’était pas un terrain inconnu pour elle, puisque l’agence lui avait déjà offert dix-huit ans de mariage avec son ancien mari.

Eric lui attendait de l’agence, une relation affective stable .

Du côté d’Éric, c’est un peu la même version. Pour lui, l’agence était le seul moyen de rencontrer quelqu’un de façon sûre et sérieuse, lui qui n’a pas de temps à perdre avec les relations d’un soir. Tous deux étaient donc à la recherche de la bonne personne , mais avec des attentes plus ou moins exigeantes. Marie France voulait un homme sensible, affectueux, tendre avec des valeurs morales. Il fallait également que ce bel inconnu soit d’un signe astrologique qui puisse correspondre au sien, qu’il soit non fumeur et assez grand. Le client est roi, après tout. Eric lui n’était pas aussi difficile, ce qu’il attendait de l’agence c’est une relation « affective stable ».

JACKPOT !

Jackpot ! C’est durant une des soirées organisées par l’agence que la rencontre à eu lieu, et le feeling était lui aussi au rendez vous. Ils se sont revus, ont appris à se connaître et vont aujourd'hui dans la même direction. Il partage peut être le même chemin, mais pas encore le même toit. Ne voulant rien précipiter, le couple préfère vivre chacun de leur côté, et ne se voir que pour partager de bons moments. Un couple médiatisé, dont l’agence est fière, il ne reste maintenant plus qu’ voir si leur histoire durera dans le temps comme la réputation de leur agence.

Les agences matrimoniales ont encore de l'avenir devant elles

Envolés les a priori sur les agences matrimoniales ! Avec l'essor des sites et applications de rencontres, cela allait de soi que les agences allaient passer à la trappe... Que nenni ! Elles ont même plutôt le vent en poupe. Comme beaucoup de biens et services, les agences de rencontres ont su se servir de la montée du numérique pour faire évoluer leur profession. Vu le nombre relativement élevé de célibataires en France, les agences matrimoniales ont sans conteste de l'avenir devant elles. Seul ombre au tableau, le prix exorbitant qui risquent d'en freiner plus d'un. Aux agences de trouver une solution pour répondre à ce problème.

Noëmy DA SILVA - Manon TEXIER

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.