Loading

Bas-Chantenay : un projet singulier entre Loire et coteaux Le futur visage de ce quartier historique de Nantes se dessine. D’ici 2030, 200 hectares et 3 km de rives seront aménagés pour retrouver la Loire, développer la nature, le logement et le potentiel économique du quartier.

Le Bas-Chantenay, vous connaissez ? Cet ancien quartier industriel et portuaire, qui a nourri l’imaginaire de Jules Verne, occupe une place à part dans la mémoire nantaise. C’est là que sont nés le trois-mâts Belem, emblème de la cité des ducs à travers le monde, les chantiers navals Dubigeon et les conserveries. Sa transformation revêt donc un caractère "atypique".

Johanna Rolland, maire de Nantes, et Bernard Reichen, urbaniste.
« Le renouveau du Bas-Chantenay est l’un des quatre projets phares du nouveau cœur de la métropole qui vont nous permettre de renouer avec la Loire. J’ai un attachement particulier pour ce projet car il se nourrit de l’histoire de Nantes, avec une spécificité forte : ici, nous voulons montrer que l’on peut garder l’industrie en ville », Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole.

Le quartier (5000 habitants) compte aujourd’hui 250 entreprises et 3000 emplois. L’enjeu est de conforter et donner un nouveau souffle à ces activités économiques.

Demain, la cale de l’usine électrique deviendra par exemple un pôle industriel dédié aux activités maritimes et nautiques. Autre élément emblématique du projet : la création d’un jardin extraordinaire dans la carrière Miséry, qui servira d’écrin à l’Arbre aux hérons, mais aussi le lancement de nouvelles navettes fluviales ou encore la construction de 1 000 nouveaux logements pour répondre aux besoins croissants à l’échelle de la métropole. Après plusieurs années d'études et de concertation, une zone d'aménagement concerté (Zac) sera créée en 2019 pour encadrer ces évolutions et éviter la spéculation.

Aujourd’hui, le Bas-Chantenay offre un visage plein de contrastes. Á la fois village et quartier industriel, s’y enchevêtrent maisons ouvrières, collectifs d’habitat social, activités industrialo-portuaires, et tout un foisonnement d’activités économiques, artisanales, associatives et créatives. « L’enjeu est d’assembler les différents éléments entre eux et d’améliorer les circulations sur le quartier, en créant des connexions entre le fleuve, la plaine (rue des usines) et le coteau », explique l'urbaniste Bernard Reichen. Valoriser aussi le patrimoine qui fait le charme du quartier : la grue noire, l’ancienne usine électrique…

L’urbaniste Bernard Reichen et les paysagistes de Phytolab entendent s’appuyer sur ses singularités, et notamment la géographie entre Loire, falaise et coteaux, pour révéler le quartier autour de trois parcours de promenade et de cinq sites à enjeux : la Carrière Miséry, la cale Dubigeon, l’usine électrique, le Bois-Hardy et Roche-Maurice. « L’enjeu, c’est que demain, chacune de ces cales offrent un accès public à la Loire », précise l’urbaniste.

De la butte Sainte-Anne jusqu’à l’ancien village de pêcheurs de Roche Maurice, 200 hectares au total et 3 km de rives seront aménagés dans les quinze prochaines années.

L’usine électrique : une vitrine économique

« Nous aimerions développer ici l’esprit de la cité de l’industrie », Bernard Reichen, urbaniste.

Sous ces halles qui ont abrité la 3e usine électrique de Nantes de 1910 à 1964, l’accent est mis sur le développement de l’emploi ! En plus des industries déjà présentes sur le site (Secodi, Leroux et Lotz, Gil Turpeau et Fonderies Atlantique Industrie), l’ancienne chaufferie de l’usine électrique, rachetée par Nantes Métropole, devrait accueillir prochainement des entreprises spécialisées dans la production et l’innovation mais également des activités tertiaires. Á terme, la volonté est d’implanter un pôle d’activités maritimes, fluviales et nautiques.

Grégory Debaest, le directeur de Fonderie Atlantique Industrie.

Une perspective qui réjouit Grégory Debaest, le directeur de Fonderie Atlantique Industrie (fabricant d’hélices pour bateaux) : « On aime venir travailler ici. La situation est idéale, près du centre-ville et du périphérique. Le quartier va se moderniser tout en conservant son activité industrielle, c’est très positif ».

Dubigeon-Gare, haut lieu de création

Sur ce secteur, qui incarne la mémoire du quartier à deux pas des commerces et services de la place Jean-Macé, la mutation est déjà à l’œuvre : à quelques pas de la grue noire, l’agence d’architecture AIA Associés a investi au début 2017 l’ancienne salle à tracer des chantiers Dubigeon. Prochaine arrivée annoncée : une brasserie qui s’installera près des chantiers de l’Esclain. Les Nantais devraient pouvoir venir y boire un verre dès l’été 2019. Doté d’une partie production, l’établissement rappellera ainsi l’activité des anciennes brasseries de la Meuse ! C’est sur cette cale également que viendra accoster la nouvelle navette fluviale qui sera lancée d’ici 2020 pour assurer la liaison entre l’île de Nantes et le Bas-Chantenay.

Carrière Miséry, un jardin extraordinaire

Le renouveau du Bas-chantenay sera aussi végétal. Dès l’automne 2019, les Nantais et les visiteurs pourront profiter de la partie ouest du jardin extraordinaire, qui s’enracinera dans l’ancienne carrière de granit marquant l’entrée de la ville. En 2022, ce nouveau parc public en bords de Loire deviendra l’écrin de l’Arbre aux hérons, imaginé par François Delarozière et Pierre Oréfice, les créateurs des Machines de l’île. L’aménagement d’une promenade des belvédères est également prévu.

Roche-Maurice : des liens resserrés avec la Loire et la ville

Petite île enclavée dans la ville, longue de 400 m, le village de Roche Maurice est l’une des pépites du Bas-Chantenay. L’idée est d’y créer une nouvelle cale, ludique et active, pour profiter du fleuve. Depuis juin 2018, avec l'aménagement d'une piste cyclable de 2 km reliant le centre-ville, ce petite village est une étape incontournable de la « Loire à vélo ».

Bois-Hardy : des logements et des jardins

Ce secteur à caractère résidentiel est appelé à devenir un lieu de vie et de rencontre avec la création d’un lieu d’activités sur le boulevard du Maréchal-Juin, de nouveaux espaces publics et la construction de 400 logements. La richesse des jardins sera préservée et même amplifiée. Dans le cadre d’une concertation citoyenne lancée fin 2017, les habitants ont élaboré un carnet de recommandations, remis aux aménageurs en avril 2018.

Bois-Hardy, parcours des coteaux, site de l’usine électrique, etc. Chaque secteur de transformation du Bas-Chantenay fait ou fera l’objet d’une démarche de dialogue avec les habitants, les acteurs économiques et culturels du quartier.

Site du Cap 44 : une nouvelle vie pour l’ancienne minoterie des Grands Moulins de Loire

Témoin du passé industriel nantais, l’immeuble Cap 44 se réinvente. À l’issue de six mois de concertation avec les citoyens pour imaginer son devenir, la Ville et la Métropole ont fait le choix de conserver partiellement et de transformer ce bâtiment construit en 1895, afin de faire le lien entre la Loire et le futur site de l’Arbre aux hérons.

Derrière son allure massive et son bardage bleu datant des années 1970, le site des Grands Moulins de Loire cache en effet un trésor architectural : c'est l’une des premières constructions au monde réalisée en béton armé selon le procédé Hennebique. Pour révéler sa valeur patrimoniale, un étage témoin de ce procédé, révolutionnaire pour l’époque, sera conservé, ainsi que la partie Ouest. Le projet prévoit d'y créer un belvédère offrant une vue exceptionnelle sur le fleuve et l’Arbre aux hérons. Pour ouvrir l’horizon, la partie Est du bâtiment sera, elle, abaissée et l’ouverture du rez-de-chaussée permettra de gagner en transparence.

Le site, à deux pas de l’Arbre aux hérons, s’inscrit dans la thématique des imaginaires, chère à Nantes. Un espace de 1000 m2 sera donc dédié à l’univers de Jules Verne. Conçu comme un lieu de proximité, Cap 44 abritera également un équipement dédié aux acteurs, notamment associatifs, du quartier.

Created By
Nantes Métropole .
Appreciate

Credits:

Photos V. Jocheray / J.-D. Billaud / G. Satre / P. Garçon / Archives municipales de Nantes

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.