Loading

Un territoire d’industrie qui mise sur la qualification et l’innovation Témoignages des acteurs de Cœur de Flandre - Pays de Saint-Omer

« Territoires d’industries » est un programme national qui vise à accompagner collectivités et entrepreneurs pour redynamiser l’industrie dans les territoires. Lancé il y a un an, ce programme, piloté par le CGET, bénéficie à 146 territoires. Exemple dans le Pas-de-Calais et le Nord, où le tissu industriel est très présent. Ici se côtoient industries traditionnelles et innovantes, un terreau fertile pour un territoire d’industrie dynamique…

Le territoire d’industrie Cœur de Flandre - Pays de Saint-Omer couvre 147 communes* et 60 entreprises industrielles, représentant 16 000 emplois. Grâce aux moyens mobilisés dans le cadre du programme national (lire encadré), les acteurs locaux souhaitent faire aboutir leurs actions-clés.

En priorité, la création d’un « campus des métiers et des qualifications Industrie et Transition numérique », afin d’augmenter le niveau de qualification des jeunes du territoire, et la création d’un « incubateur » à La Station, un espace de coworking et Fablab installé dans l’ancienne gare de Saint-Omer.

Objectif : constituer un écosystème d’innovation territoriale réunissant entreprises, enseignement supérieur, collectivités, start-up… En projet aussi, une cartographie du secteur industriel sur le territoire et le développement de la mobilité.

* Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer, communauté de communes de Flandre intérieure, communauté de communes Flandre Lys et communauté de communes du Pays de Lumbres.

________________________________________

« Territoires d’industrie », c’est quoi ?

C’est un programme national qui vise à accompagner les territoires industriels français. Lancé par le Premier ministre en novembre 2018, il bénéficie à 146 territoires.

Le programme est piloté par les Régions et s’appuie sur une animation locale réalisée par les intercommunalités en lien avec les industriels. Il s’articule autour d’un panier de services visant à les aider à développer ou renforcer leurs projets de territoire autour de 4 enjeux majeurs : recruter, innover, attirer et simplifier. D’importants moyens humains et techniques sont mobilisés dans le dispositif, et 1,36 milliard d’euros sont prioritairement fléchés vers leurs projets.

(Re)voir notre dossier complet.

________________________________________

Christophe Cathelain, industriel copilote du Territoire d’industrie Cœur de Flandre - Pays de Saint-Omer. Il est le président de Canopee Group issu, à l’origine, d’une entreprise de visserie-boulonnerie innovante (Cathelain SAS), située à Bavinchove (59), commune de 1000 habitants.

« Notre territoire a une énorme tradition industrielle. La verrerie, par exemple, compte encore 6 000 salariés, et 30% de la population locale travaille dans l’industrie. Le territoire d’industrie Cœur de Flandre - Pays de Saint-Omer porte donc l’ambition commune, des entrepreneurs et des élus, de pérenniser les savoir-faire en les amenant vers l’innovation, car nous avons des productions et des savoir-faire à forte valeur ajoutée. Avec des actions sur le logement, la mobilité ou la mutualisation des compétences, nous souhaitons rendre notre territoire encore plus attractif et attirer de nouvelles activités.

Au quotidien, les chefs d’entreprise ont souvent la tête dans le guidon. Ils se laissent peu de temps pour faire un pas de côté afin de dessiner leur axe de développement de demain. Le programme Territoires d’industrie vise aussi à sortir de l’isolement les entreprises et leurs dirigeants – risque premier de faible innovation – et à former aux métiers de demain, pour faire aussi face aux enjeux de recrutement, surtout dans un territoire rural diffus comme le nôtre. C’est en croisant d’autres métiers et entreprises que les industriels vont trouver de nouvelles idées innovantes et transversales ! »

Gérard Wyckaert, vice-président de la communauté de communes du Pays de Lumbres (4 intercommunalités, 147 communes et près de 270 000 habitants)

« Ici, Territoires d’industrie fédère les acteurs locaux et fonctionne comme un incubateur qui attire les entreprises innovantes et les créateurs. La démarche s’attelle à développer l’attractivité de nos industries et de leurs métiers – dans les secteurs du verre, de la papeterie et de l’agroalimentaire notamment –, et à favoriser le transfert de compétences, en recrutant avec un haut niveau de formation. Elle permet aussi de générer des échanges entre entreprises sur de nouveaux projets durables, comme la création d’un réseau de chaleur basé sur le gisement d’énergie renouvelable émis par l’une des deux industries. »

Jean Bétremieux, directeur de l’action économique et de l’emploi de la Capso

« Pour notre territoire, en grande partie rural, s’engager dans le programme national Territoires d’industrie, c’était naturel. Depuis plusieurs années déjà, les élus du pays de Saint-Omer ont fait la démarche de déployer une stratégie de développement économique, avec 60 à 80 entreprises impliquées, les lycées professionnels, une école d’ingénieurs, le rectorat, le Conseil régional…

Ce travail nous a permis de faire évoluer des formations pour que les jeunes en bac pro soient formés sur des machines à commande numérique, afin de correspondre aux métiers dont ont besoin nos industries. Maintenant, nous pouvons même leur proposer des formations de pointe, de bac +2 à bac +5/6. La Capso a investi 120 000 euros sur des équipements, au sein de l’université, destinés à une formation « Bachelor industrie et numérique » et sur une antenne d’un centre de recherche. Le haut niveau de qualification de ces jeunes participe de la compétitivité de notre territoire.

Côté entreprises, si le programme permet de faire avancer plus facilement nos chantiers, sans les lourdeurs administratives auxquelles on fait souvent face, alors on aura gagné la confiance des industriels ! D’autant que le label Territoire d’industrie change notre image. Il intéresse nos voisins belges que nous rencontrons dans le cadre de la coopération transfrontalière. C’est une reconnaissance de l’activité industrielle de notre territoire et un atout pour son attractivité et sa transformation numérique. »

Sofie, l’agence de développement économique du Pays Saint-Omer Cœur de Flandre, s’implique dans l’animation du territoire d’industrie. Un territoire situé sur deux départements et deux régions académiques. François Motte, son président, et Bénédicte Brienne, sa directrice, nous en disent plus.

«Notre agence de développement économique intervient sur un territoire jeune – 38 % de la population a moins de 30 ans – et qui compte 28 parcs d’activités. Ici, le secteur industriel est le premier employeur : il représente 30 % des emplois contre 12 %, en moyenne, en France. Devenir un territoire d’industrie était donc cohérent…»

La particularité du programme « Territoires d’industrie » réside dans sa gouvernance à trois échelles – locale, régionale et nationale – et dans son alliance élus/industriels. En effet, côte à côte, l’État, les collectivités et les entreprises partagent une même ambition : soutenir le renouveau et l’innovation du tissu industriel local.

Cœur de Flandre - Pays de Saint-Omer, un territoire engagé dès le démarrage du programme

« Dès 2016, nous avons entamé une démarche d’implication de tous ces acteurs – les intercommunalités, la Région, les services de l’État. Aujourd’hui, il y a une très bonne osmose entre tous ces partenaires. Notre territoire était donc « mûr » pour cette labellisation « Territoires d’industrie ». Elle conforte notre approche et nous confère une reconnaissance nationale, qui favorise aussi notre attractivité internationale.

Ce programme va permettre de soutenir cet écosystème local vertueux, qui repose sur un travail collectif mené, par exemple, avec les lycées professionnels des deux académies. »

Created By
Communication du CGET - Novembre 2019
Appreciate

Credits:

Reportage réalisé avec la contribution de la Direction du développement des capacités des territoires du CGET. © N. Kharbache