Loading

La Normandie en Asie et en Australie À quoi a servi cette mission ?

Par Stéphanie SÉJOURNÉ-DUROY

Une délégation normande est partie en Corée du sud, en Chine et en Australie, du 28 octobre au 5 novembre 2017.

Conduit par le président de Région, le centriste Hervé Morin, le groupe a participé à des échanges économiques, diplomatiques et rencontré des Normands expatriés à Séoul, Shanghai et Sydney.

Mais à quoi a vraiment servi ce déplacement ? A-t-il été utile ? Ce qu'il faut en retenir.

Gibecière pleine pour les entreprises normandes

Une dizaine de chefs d'entreprise étaient du déplacement. Les poids lourds de l'export ont pu consolider leur business. Les autres ont cherché des marchés.

À Séoul, la coopérative laitière Isigny Sainte-Mère a inauguré son troisième magasin.

"65 % de notre chiffre d'affaires est fait à l'étranger", Daniel Delahaye, coopérative Isigny-Sainte-Mère

Les casseroles Mauviel, sur le toit du monde. À Séoul, le chef français Yannick Alléno les utilise dans son restaurant de la Tour Lotte, 5e plus grand gratte-ciel du monde.

"Ce déplacement valide ma stratégie : Mauviel se développera sur les marchés professionnels et la vente au détail", Valérie Le Guern-Gilbert, casseroles Mauviel.

Autre réussite normande en Asie : les tricots Saint-James. Même si tout n'a pas toujours été facile...

"Nous faisons 50 millions d'euros de chiffre d'affaires par an. 40 % est realisé à l'étranger, dont un tiers en Asie", Luc Lesénécal, tricots Saint-James.

Corée, Chine, Australie... Les entreprises sont reparties la gibecière pleine : certaines ont signé des bons de commande, d'autres ont engrangé des contacts prometteurs, d'autres encore reviendront...

"Le bilan est très satisfaisant", se réjouit l'Agence de développement de la Normandie.

« Nous avons eu énormément de rendez-vous de 8 h le matin à tard le soir. À ma grande surprise, certains ont déjà eu des commandes. L’export est une course de longue haleine. Il faut en général trois années entre la manifestation d’un intérêt et la concrétisation des échanges commerciaux », indique Luc Lesénécal, président des conseillers du commerce extérieur.

Faire rayonner la Normandie

Séoul, Shanghai, Sydney. Dans chacune des villes traversées, Michael Dodds, le directeur de l'Agence de l'attractivité a promu la marque Normandie et créé des groupes d'ambassadeurs normands.

Objectif de la marque Normandie : créer un réseau d'entreprises qui pavoiseront normand sur leurs produits.

Partout dans le monde, 1 600 ambassadeurs s'engagent à faire rayonner la Normandie.

Des échanges diplomatiques

Libération. Hervé Morin est intervenu auprès du vice-maire de Shanghai pour plaider la cause de Laurent Fortin, pâtissier normand incarcéré en Chine depuis le mois de mars.

Le pâtissier normand Laurent Fortin est en prison depuis la découverte de sacs de farine suspectés d'être périmés dans son entreprise.

Forum international. Dans chacun des pays, Hervé Morin a présenté son projet d'organiser en Normandie un rendez-vous international où l'on parlerait de paix et de résolution de conflits : le forum Normandie pour la paix.

Reçu par l'ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, le Coréen Ban Ki-Moon, Hervé Morin l'a invité à participer à la première édition. La réponse en vidéo.

Des élus, des chercheurs, des spécialistes des questions géopolitiques ont donné leur avis sur ce grand projet.

"C'est le truc le plus compliqué qu'on met en place. Il y a du travail mais l'objectif est d'être, dans six ou sept ans, la référence mondiale quand on parle de paix. Davos ne s'est pas construit en deux jours." Hervé Morin.

Un avis plus éclairé sur la Corée

En Corée du Sud, Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, s'est aussi fait une idée plus précise des tensions entre Corée du Nord et États-Unis. Notamment à la ligne de démarcation entre les deux Corée, un no man's land de 4 km.

"Le matin, je pensais arriver dans un des endroits les plus chauds de la planète. J'ai entendu deux discours : celui de Ban Ki-Moon sur l'extrême fermeté à tenir vis-à-vis de la Corée du Nord et celui de l'ancien fils du président, persuadé que le dialogue va s'ouvrir après la visite de Trump", souligne Hervé Morin.

Je pars avec le sentiment que la situation n'est pas si inquiétante que cela." Hervé Morin.
De gros projets

12 sous-marins, 34 milliards d'euros, 50 ans

En Australie, la délégation normande a fait le point sur le contrat passé entre Naval group et l'Australie. Un contrat historique. "Nous sommes aujourd'hui à la phase d'exécution", indique François Romanet, président Australie Naval group.

La ministre de l'Education nationale a signé un partenariat avec la Normandie portant sur les conditions de scolarisation des petits Australiens. L'accueil, une priorité pour le maire de Cherbourg-en-Cotentin, Benoît Arrivé.

Un institut culinaire franco-chinois au Havre

Le président du conseil régional de Normandie, Hervé Morin, et Christophe Doré, président de la chambre de métiers et de l’artisanat de Seine-Maritime ont défendu le principe de création d’un Institut culinaire franco-chinois. Un accord signé avec une association qui pèse... 5 millions de cuisiniers en Chine ! Il devrait voir le jour au centre de formation des apprentis du Havre.

Le Mémorial de Caen chargé de repenser le musée du Débarquement d'Incheon

Stéphane Grimaldi, le directeur du Mémorial de Caen, a signé une lettre d’intention avec le musée du Débarquement d’Incheon, près de Séoul, en Corée du Sud. Le Normand est invité à donner son avis sur le lieu, un brin désuet.

Santé équine : un congrès mondial pour la Normandie

Le Congrès mondial sur les maladies infectieuses équines a choisi la Normandie pour sa prochaine édition, en octobre 2020. Ce grand rendez-vous de la santé équine est organisé tous les quatre ans, annonce la Région Normandie dans un communiqué. 500 chercheurs de plus de 50 pays seront ainsi présents à Deauville pour faire avancer la recherche en santé du cheval. Une validation obtenue alors qu'Hervé Morin était en Australie.

Le bilan

Des dossiers qui ont avancé (les conditions d'accueil en France des Australiens de Naval group), des chefs d'entreprise qui se frottent les mains, des politiques qui se mettent en place (l'attractivité), des projets qui grandissent (Normandie pour la paix)... "À chaque fois, un déplacement, c'est une aventure. On se demande si on va toucher l'objectif ", confie Hervé Morin.

En Australie, la délégation a noté avec intérêt l'inquiétude autour du Brexit. Une opportunité pour la Normandie ? "Il y a sans doute des choses à faire, des écoles et des entreprises à approcher..."

À l'heure de dresser le bilan de ce déplacement-ci, Hervé Morin a le sentiment d'avoir posé des jalons pour l'avenir. "Des petites briques", "des potentialités qu'on découvrira à moyen terme".

De quoi faire taire la polémique créée par l'opposition régionale avant le départ, pointant le coût du déplacement du cabinet d'Hervé Morin et celui des journalistes : gabegie ? Excès de com ?

"Ce n'est pas la première fois qu'une Région emmène des journalistes. Nous n'avons pas inventé le voyage de presse", répond le cabinet. Cela avait été le cas en 2015, pour l'exposition universelle de Milan, notamment. "Cela participe à la valorisation de ce qui est fait en Normandie, et pas que d'un point de vue politique", estime Hervé Morin.

Valoriser ce qui est fait en Normandie et ce que font les Normands, son objectif est clair : faire de la Normandie une "région-monde".

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.