Loading

Dossier de presse Les eaux minérales naturelles et eaux de source

LE RÔLE VITAL DE L'EAU

L'IMPORTANCE DE L'EAU DANS LE CORPS HUMAIN

L’eau est un nutriment essentiel : elle est à la base physiologique de l’hydratation de l’organisme. Le volume d’eau dans le corps humain diminue avec l’âge:

  • Foetus: 94%
  • Enfant à la naissance: 75%
  • Adulte: 60%
  • Personne âgée: 50%

Ainsi, le corps d’un adulte de 70kg est composé d’environ 42 litres d’eau.

La teneur totale en eau du corps humain dépend de plusieurs facteurs. Elle est fonction de la corpulence : plus une personne est maigre, plus la proportion d’eau de son organisme est importante. Elle dépend également de l’âge : elle diminue avec les années car, plus les tissus vieillissent, plus ils se déshydratent, l’eau étant remplacée par de la graisse.

L’eau exerce de nombreux rôles dans l’organisme. Elle agit comme matériel de construction, comme solvant, comme réactif, elle participe au transport des nutriments et des déchets, elle est impliquée dans la thermorégulation et joue aussi un rôle de lubrifiant.

Les adultes en bonne santé régulent généralement l’équilibre hydrique avec précision mais ce système est immature ou défaillant chez les jeunes enfants et les personnes âgées, qui risquent donc plus rapidement une déshydratation.

La régulation de l’équilibre hydrique est indispensable au maintien de la santé et de la vie. L’eau est même le seul liquide réellement essentiel à l’hydratation de l’organisme.

Il est important de rappeler aussi que l’eau est le plus grand constituant du corps humain et donc, indispensable à la vie. Un homme peut survivre 45 à 65 jours sans manger mais il ne peut survivre plus de 9 à 10 jours sans boire d’eau. Cette disparité importante entre solides et liquides s’explique en partie par la répartition de l’eau de l’organisme : 2/3 de l’eau qui le compose se situent au sein même des cellules et donc, de l’activité cellulaire.

L’eau contribue au maintien :

  • des fonctions physiques normales ;
  • des fonctions cognitives normales ;
  • de la thermorégulation normale du corps humain

Ces bénéfices ont été validés par l’EFSA (European Food Safety Authority) dans le cadre du Règlement EU relatif aux allégations de santé (www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/2075.htm). Seules les eaux minérales naturelles, les eaux de source et les eaux destinées à la consommation humaine (directives 2009/54/CE et 98/83/CE) peuvent se prévaloir de ces bénéices pour la santé.

L’organisme dispose de moyens sophistiqués pour maintenir tant le volume d’eau dans le corps que sa concentration, explique Bart De Moor, Néphrologue à l’Hôpital Virga Jesse à Hasselt, essentiellement en adaptant les pertes urinaires et en déclenchant la soif. Mais les signes du corps ne sont suffisants pour maintenir une hydratation optimale. On estime qu’une diminution de l’eau correspondant à 1 à 2 % du poids du corps est déjà associée à une réduction des performances mentales, des fonctions cognitives, de la fatigue et des maux de tête et qu’à 3 %, il y a une très nette altération de la puissance.
LES RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE CONSOMMATION D'EAU

La soif est un mécanisme par lequel l’organisme avertit qu’il est en état de déshydratation et c’est pourquoi il n’est pas bon d’attendre d’avoir soif pour boire. La quantité globale d’eau nécessaire à un adulte de taille moyenne, vivant en région tempérée et ne fournissant pas d’effort physique particulier, est d’environ 2,5 litres par jour dont environ 1 litre est apporté par les aliments et 1,5 litre par les boissons.

En Europe, les recommandations officielles les plus récentes sur les besoins en eau ont été publiées en 2010 par l’Autorité de Santé européenne (EFSA – European Food Safety Authority)1. Les valeurs de référence sont valables pour un climat tempéré et un niveau modéré d’activité physique.

Valeurs nutritionnelles de référence pour l’eau

Ces valeurs incluent l’eau provenant à la fois de la consommation d’aliments et de boissons
On estime donc que les hommes devraient boire environ 2 litres par jour et les femmes 1,6 litre.

En Belgique, le Plan National Nutrition et Santé (PNNS) a émis en 2007 des recommandations sur les objectifs nutritionnels à atteindre par la population adulte en bonne santé. Et l’eau est au cœur des axes stratégiques du PNNS.

L’objectif nutritionnel : il s’agit de faire de l’eau sa boisson préférée et d’en boire au moins un litre et demi par jour. Et de rappeler que l’eau est le principal constituant de notre organisme: il en contient plus de 60 %, soit environ 42 litres pour une personne de 70 kg.

L’enquête réalisée en 2004 sur la consommation alimentaire en Belgique montre que seulement 26,2% de la population âgée de plus de 15 ans consomme la quantité minimale recommandée de 1,5 litre d’eau par jour (www.wiv-isp.be/nutria/).

Consensus d’experts belges et internationaux sur l’eau et l’hydratation

Les spécialistes s’accordent sur le fait qu’il est important d’anticiper la soif, surtout dans des circonstances qui, comme lors de la pratique d’une activité physique, sont associées à une augmentation des pertes d’eau. Les enfants et les personnes âgées ne prêtent pas suffisamment attention à la soif.

De toutes les eaux que l’on peut trouver, les eaux minérales naturelles possèdent des spécificités particulières – notamment une origine souterraine, une pureté originelle et une composition stable dans le temps. Ce sont les seules à pouvoir bénéficier de certaines allégations santé. Mais la première fonction d’une eau reste sa contribution à l’hydratation. Ensuite, en fonction de sa minéralisation, elle peut présenter un intérêt nutritionnel complémentaire : ainsi, une eau calcique (min 150 mg de calcium par litre) sera particulièrement utile lorsque l’apport en calcium alimentaire n’est pas couvert.

Une eau minérale naturelle peut aussi être riche en magnésium (min 50 mg par litre), un autre minéral qui fait souvent défaut dans notre alimentation. Une femme adulte peut couvrir jusqu’à 44 % des apports conseillés en magnésium avec un litre d’une telle eau.

Outre le fait d’apporter le nutriment eau et, pour certaines eaux, des minéraux en quantités appréciables, la pureté est un autre critère important pour une eau. Alors que l’eau du robinet peut contenir impuretés et contaminants (sous un seuil précisé par la réglementation en vigueur) seules les eaux minérales naturelles, caractérisées par leur pureté originelle et leur composition stable, peuvent prétendre à certains effets bénéfiques sur la santé.

L’absence de nitrates (N03) est un indicateur de pureté des eaux, c'est-à-dire d’absence de contamination liée à l’activité humaine. La limite réglementaire autorise 50 mg de NO3 par litre pour l’eau de distribution. On retrouve aussi de plus en plus de résidus de pesticides et de médicaments dans les eaux de surface. C’est pourquoi – comparé à l’eau minérale ou l’eau de source – la même pureté à la source ne peut pas être garantie, ce qui peut conduire à un effet « cocktail » dont les conséquences sont largement méconnues. La mise en place de zones de protection pour les eaux minérales naturelles et de source, qui dans certains cas existent depuis plusieurs siècles, constitue une protection efficace pour assurer la pureté originelle du précieux liquide. Il vaut mieux en effet disposer d’une eau pure au départ plutôt que d’essayer d’enlever les composés indésirables par la suite.

L'EAU, CE N'EST PAS SIMPLEMENT DE L'EAU
L’eau c’est de l’eau ? L’eau est-elle incolore et insipide ? Rien n’est moins vrai.

Il existe effectivement plusieurs sortes d’eaux. Les eaux dites 'naturelles', telles que l’eau minérale naturelle et l’eau de source, passent, pour ainsi dire, du sous-sol à la bouteille et sont pures ou potables dans leur état naturel. D’autres eaux, comme l’eau de distribution et l’eau de table, doivent d’abord être traitées avant d’être potables.

Eau minérale naturelle

  • D’origine souterraine, l’eau minérale naturelle possède une pureté 100% originelle.
  • La source est protégée contre tout risque de pollution et de contamination.
  • L’embouteillage se fait obligatoirement à la source pour préserver l’authenticité et la pureté originelle de l’eau jusqu’au consommateur.
  • La composition de l’eau minérale naturelle est stable dans le temps.
  • L’eau minérale naturelle ne subit aucun traitement chimique ni microbiologique....elle est naturellement pure.
  • L’eau minérale naturelle peut revendiquer des effets favorables pour la santé.
  • Elle est reconnue « eau minérale naturelle » par le Ministère de la Santé publique sur avis du Conseil supérieur de la Santé.
  • Les eaux minérales naturelles qui répondent à des critères stricts du Conseil supérieur de la Santé peuvent utiliser l’allégation « convient pour la préparation des aliments des nourrissons ».

Les consommateurs peuvent choisir entre différentes eaux minérales naturelles. Chaque eau minérale naturelle a sa propre composition spécifique et donc son goût spécifique dépendant de la composition du sous-sol. Les eaux minérales sont soit non-gazeuses (« eau plate ») soit gazeuses (« eau pétillante »). Certaines eaux sont naturellement gazeuses et d’autres sont gazéifiées.

L’eau minérale naturelle est purifiée par la nature. Pendant son parcours de plusieurs années dans le sol, l’eau est constamment filtrée par les couches de roches souterraines. Les roches sont littéralement «lavées» par l’eau ce qui lui donne les minéraux et les oligo-éléments qui en déterminent son goût et sa composition.

Le sous-sol et les roches ne sont pas partout pareils. De ce fait, chaque eau minérale naturelle a une composition unique et constante. C’est ainsi que l’eau d’une source souterraine déterminée aura une teneur faible ou élevée en minéraux, et le rapport entre les différents minéraux peut différer suivant la source.

La minéralisation de l’eau dépend de différents facteurs dont le type de nappe souterraine dont l’eau est issue (nappe libre, nappe captive ou thermale), des conditions physico-chimiques que rencontre l’eau durant sa maturation et de la solubilité des roches.

Le type de nappe, notamment, est essentiel, car il conditionne l’extension des surfaces d’infiltration indispensables à sécuriser, mais aussi les profondeurs du circuit qui figent les conditions de pression et de température des échanges minéraux.

Une eau ne peut être considérée comme eau minérale qu’à condition que la stabilité de sa composition minérale soit assurée. Une bouteille d’eau minérale naturelle, grâce à sa composition stable, a une étiquette qui reprend les informations quant à sa composition minérale. Elle permet donc, contrairement à d’autres types d’eau comme l’eau du robinet, de savoir à tout moment ce que vous buvez.

Eau de source

L’eau de source provient, comme l’eau minérale naturelle, d’une source souterraine et est naturellement potable. Cette eau ne peut pas non plus subir de traitement et doit également être embouteillée à la source. Contrairement à l’eau minérale naturelle, sa composition ne présente pas le même degré de stabilité mais peut par contre varier, tout en restant dans certaines limites. Elle doit respecter les normes de potabilité pour les eaux « destinées à la consommation humaine ».

Eau du robinet

Les eaux du robinet, qui parviennent aux usagers via un réseau de conduites, proviennent d’un mélange d'eaux de surface et d’eaux venant de nappes souterraines. Quelle que soit leur provenance, elles doivent être traitées chimiquement pour les rendre propres à la consommation. Pour garantir leur potabilité au terme de leur acheminement par conduites, on doit en outre leur adjoindre du chlore. Sur les 110 litres d'eau du robinet que consomment chaque jour les Belges, seul 1% est utilisé comme boisson, 99% étant affectés aux soins corporels et au ménage.

L’OMS fixe ainsi la Dose Journalière Admissible (DJA) pour les êtres humains, exprimée en milligramme par kilo de poids corporel. A partir de cette dose journalière, on calcule alors la concentration maximale admissible d’une substance dans l’eau potable en tenant compte du poids corporel moyen, du pourcentage de l’ingestion totale qui peut se faire via l’eau potable (afin de tenir compte des autres sources possibles) et de la quantité d’eau ingérée en moyenne par jour.

Le tableau ci-dessous schématise les différences entre les sortes d’eau.

Consommation annuelle d’eau embouteillée par personne dans quelques pays européens

VRAI OU FAUX

Les eaux minérales naturelles ont un statut particulier basé sur des aspects légaux

VRAI. Les eaux minérales naturelles font l’objet d’une réglementation européenne (Directive européenne 2009/54/CE du 18 juin 2009) qui précise les critères stricts auxquels elles doivent répondre. Parmi les principales caractéristiques, il y a la pureté originelle et la stabilité de la composition minérale.

Seules les eaux minérales naturelles doivent réunir ces deux critères. Le processus pour l’obtention du label « eau minérale naturelle » est établi selon les directives européennes et ce label est reconnu par le Ministre de la Santé publique, sur avis du Conseil Supérieur de la Santé.

Toutes les eaux peuvent revendiquer une teneur particulière en certains minéraux

FAUX. Seules les eaux minérales naturelles sont tenues à une composition physico- chimique stable et peuvent faire des allégations relatives à leur teneur en minéraux. Le long parcours souterrain des eaux minérales naturelles leur confère leur minéralisation particulière ; chaque eau ayant sa propre composition spécifique et donc son goût spécifique. On distingue plusieurs types d’allégations relatives au degré de minéralisation :

  • Très faiblement minéralisée (0 à 50 mg de minéraux par litre),
  • Faiblement minéralisée (50 à 500 mg de minéraux par litre),
  • Moyennement minéralisées (500 à 1500 mg de minéraux par litre),
  • Et riche en minéraux (plus de 1500 mg de minéraux par litre).

Grâce à sa stabilité dans le temps et aux mesures de protection dont elle fait l’objet, l’eau minérale naturelle qui sera bue dans 50 ans par nos petits-enfants, sera toujours la même que celle que nous buvons aujourd’hui... pure et naturelle.

L’eau minérale naturelle, et dans certains cas l’eau de source, sont les seules àpouvoir revendiquer des effets bénéfiques sur la santé

VRAI. Seules les eaux minérales naturelles sont tenues d’afficher une composition minérale stable, caractéristique indispensable pour pouvoir établir un lien entre la composition minérale de l’eau et les effets bénéfiques sur la santé. Les effets sur la santé sont reconnus par le ministère de la Santé publique et/ou par l’Académie Royale de Médecine. Exemple : l’allégation « convient pour la préparation des aliments pour les nourrissons » ne peut être utilisée qu’après un avis favorable du Conseil Supérieur de la Santé.

Exemple : l’allégation « convient pour la préparation des aliments pour les nourrissons » ne peut être utilisée qu’après un avis favorable du Conseil Supérieur de la Santé.

L’eau minérale naturelle doit être pure à la source, donc non traitée

VRAI. Une eau minérale naturelle doit être d’origine souterraine et s’être constituée à l’abri de tout risque de pollution. Elle doit être microbiologiquement saine dès l’origine et ne peut avoir été perturbée par la moindre contamination d’origine humaine. Elle est donc pure à la source et ne peut subir aucun traitement par la suite... jusqu’au consommateur. L’eau de source, quant à elle, doit également être potable à la source.

Toutes les eaux proviennent d’une source souterraine

FAUX. Contrairement à l’eau du robinet, seules les eaux minérales naturelles et les eaux de source ont une origine « exclusivement » souterraine, sont préservées depuis des décennies de la pollution d’origine humaine et ne peuvent être traitées chimiquement. L’eau minérale naturelle et l’eau de source doivent être embouteillées à la source mais seule l’eau minérale naturelle présente une pureté originelle et une composition minérale stable dans le temps.

EAU ET ENVIRONNEMENT

EAU ET ENVIRONNEMENT

Le secteur de l’eau embouteillée a souvent été précurseur dans le domaine de l’environnement et continue de mettre en place des mesures adéquates pour, d’une part une gestion durable des nappes aquifères et d’autre part, une politique d’emballage responsable diminuant continuellement son impact sur l’environnement.

UNE GESTION DURABLE DU PATRIMOINE HYDRIQUE

La surface cumulée des périmètres de protection mis en place par les minéraliers et les producteurs d’eau de source membres de la FIEB représente un total 242 km2, soit la superficie de 37.230 terrains de football... Ces zones aquifères sont réparties entre 28 sources d’eau minérale naturelle et 16 sources d’eau de source reconnues officiellement. Elles sont toutes rigoureusement protégées, entre autre par l’installation de vastes périmètres de protection.

En y ajoutant l’ensemble des zones protégées des eaux provenant des pays étrangers et mises sur le marché belge par les membres de la FIEB, ce chiffre se monte à 538,90 km2, soit plus de trois fois la superficie de la Région de Bruxelles-Capitale.

Ces périmètres de protection sont primordiaux pour garantir la pureté originelle de l’eau naturelle, aujourd’hui et pour les générations futures. Protéger le filtre naturel assure une gestion durable des nappes aquifères. Grâce à ce filtre naturel (souterrain et à l'abri de tout risque de pollution lié aux activités humaines) et à sa pureté originelle, l'eau minérale naturelle et l'eau de source peuvent être bues sans aucun traitement chimique ou microbiologique....la pureté naturelle !

Pas de surexploitation des nappes aquifères

Le cycle de l’eau fait également l’objet d’une attention sévère. Les eaux naturelles proviennent uniquement de sources souterraines. Elles effectuent sous le sol un parcours de plusieurs années au cours duquel elles sont constamment filtrées par les couches de roches traversées. Ce sont ces roches « lavées par l’eau » qui leur donnent les minéraux et les oligo-éléments déterminant leur goût et leur composition stable.

La pérennité des sources aquifères et la qualité constante de l’eau sont d’une importance cruciale. Ainsi, il n’est pas prélevé plus d’eau que ce que la nature est capable d’en renouveler quand il pleut ou quand il neige. Le volume maximum que les producteurs d’eau minérale naturelle et d’eau de source peuvent prélever est d’ailleurs réglementé par la loi. Il n’y a donc pas de surexploitation des nappes aquifères !

Protection des ressources naturelles

Les minéraliers ont été parmi les premiers à prendre des mesures écologiques rigoureuses pour renforcer la protection des ressources naturelles et en effectuer une gestion durable.

Ainsi, pour prévenir tout risque de contamination des ressources dès l'infiltration de l'eau dans le sol et dans le but de transmettre un patrimoine hydrique exceptionnel aux générations futures, un périmètre de protection étendu a été mis en place autour de chaque site naturel. C'est ainsi que l'impluvium, c'est-à-dire la zone d'infiltration de l'eau (de pluie ou de neige) qui alimente le gisement souterrain où l'eau minérale se constitue lentement et qui peut couvrir plusieurs milliers d'hectares, fait l'objet d'une politique de protection stricte, soutenue par l'ensemble des acteurs locaux. Cette protection stricte assure en plus la préservation de la biodiversité dans les périmètres de protection.

En effet, à l'intérieur de chaque zone de protection, les activités humaines potentiellement polluantes (agriculture et industrie) ou dommageables pour la nature (forage, constructions, etc.) sont réglementées voire interdites. Le périmètre de protection autour de la source peut couvrir plusieurs milliers d'hectares.

Pour mieux entretenir cet environnement naturel, la plupart des producteurs collaborent depuis longtemps déjà avec des partenaires locaux et les autorités publiques afin de sensibiliser à l’importance de préserver l’habitat naturel et la biodiversité locale. Dans un monde où les zones naturelles se font de plus en plus rares, il est heureux de constater de tels efforts et investissements pour contribuer à leur pérennité.

De ces partenariats ressort un florilège de mesures de protection concrètes de nos zones aquifères telles que :

  • L’interdiction des pesticides, engrais et amendements (lutte biologique)
  • L’interdiction de toute activité pouvant altérer la qualité et la pureté de l’eau
  • L’interdiction d’utiliser le sel de déneigement
  • La préservation des zones humides et de leur biodiversité
  • L’usage d’huiles biodégradables pour les outils et engins forestiers
  • La création de points d’information sensibilisant aux vertus du respect de la nature et de l’impact positif de l’adoption d’attitudes et d’habitudes responsables sur la qualité de l’eau.

Il en résulte un patrimoine aquifère belge unique, extrêmement protégé.

UNE GESTION DURABLE DES EMBALLAGES

Les bouteilles d'eau minérale naturelle et d'eau de source sont 100% recyclables

  • On constate auprès du grand public une méconnaissance du réel impact des bouteilles d’eau sur l’environnement.
  • L’eau minérale naturelle et l'eau de source sont embouteillées dans des emballages en verre ou en plastique PET2 qui sont tous 100% recyclables.
  • Les embouteilleurs sont à l'origine de la création de FOST Plus dont la mission est de financer et d'organiser la collecte et le tri de l'ensemble des déchets d'emballages ménagers, pour lesquels les bouteilles en plastique ne constituent que 2% du poids total. En Belgique plus de 75% des bouteilles en PET sont récoltés et partent pour le recyclage. Notre pays est ainsi le meilleur élève en Europe en ce qui concerne le taux de recyclage des bouteilles d’eau.
  • Le PET recyclé n’est pas un déchet mais une nouvelle ressource qui est réutilisée dans la production de nouvelles bouteilles d’eau. Certaines bouteilles en plastique contiennent jusqu'à 50% de PET recyclé ce qui diminue significativement l'utilisation de matières premières.
  • D’autres minéraliers ont opté pour l’utilisation en partie de PET végétal pour leurs bouteilles.
  • Le poids des bouteilles en PET diminue continuellement. En moyenne le poids des bouteilles a diminué de plus de 40% en 30 ans ce qui représente aussi une réduction importante de besoin en PET.
LE TRANSPORT

Contrairement à de nombreux produits issus de l’industrie alimentaire, une eau minérale naturelle est un produit principalement régional, embouteillé par un acteur local. Les législations européenne et belge stipulent qu’une eau minérale naturelle doit être embouteillée à la source. Par conséquent, la politique de transport consiste à limiter autant que possible la distribution d’eaux minérales naturelles sur de longues distances, en favorisant le transport sur une zone de chalandise limitée ou le transport respectueux de l’environnement. A titre d’exemple, Evian transporte 90% de ses volumes en train. Sachant que le CO2/km en train est 29x moins polluant que le camion, 850 km en train équivalent à 29 km en camion. Toutefois, il n’est pas toujours possible d’appliquer des alternatives écologiques comme le transport par train ou bateau. C’est donc la situation de la source qui est déterminante pour le choix du moyen de transport adéquat.

DE LA SOURCE AU CONSOMMATEUR
L'EAU ET L'ÉCONOMIE

L'EAU ET L'ÉCONOMIE

CHIFFRES-CLÉS

Le secteur des boissons non-alcoolisées, dont l’eau embouteillée, en Belgique emploie près de 4.000 personnes, ce qui représente 5% du total du secteur alimentaire dans notre pays. Il est intéressant de rappeler que puisqu’une eau minérale naturelle et une eau de source doivent être embouteillées à la source, comme la législation européenne l’impose, ce secteur a donc des emplois non délocalisables !

Le secteur réalise au total un chiffre d’affaires annuel de presque 1,6 milliards d’euros ce qui représente environ 4% du chiffre d’affaires total du secteur agro-alimentaire en Belgique.

LES ÉCOTAXES

Les emballages de boissons sont soumis à une cotisation d’emballage appelée ‘écotaxe’. Tous les emballages de boissons – bouteilles en verre, bouteilles en PET, canettes, briques – sont concernés.

Depuis le 1er avril 2004, une cotisation de 9,8537 EUR/hl est perçue sur les emballages de boissons à usage unique (depuis le 10 avril 2007, ce montant a été arrondi à 9,86 EUR/hl). Le 10 avril 2007, une cotisation d’emballage de 1,41 EUR/hl sur les emballages réutilisables est venue s’ajouter. Ces écotaxes rapportent chaque année à l’Etat 340 millions d’euros.

En raison de l’écotaxe, la fiscalité sur les boissons est très élevée. Si élevée que 10% des Belges font leurs achats de boissons dans une grande surface de l’autre côté de la frontière où le prix est nettement inférieur. Ce phénomène a un impact négatif sur l’économie belge et sur le marché de l’emploi.

DIVERS

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Tableau comparatif des marques disponibles en Belgique et de leur composition

Created By
FIEB VIWF
Appreciate

Credits:

Karima Hajji

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.