Loading

Les ingrédients maudits des vaccins #28 : Le beta propiolactone

Toujours d'après cette liste :

Et nous arrivons au Beta-propiolactone, pour lequel nous sommes prévenus : c'est cancérigène !

En effet, quand on regarde la liste du groupe 2B du CIRC, la Beta propiolactone en fait bien partie. Mais regardez les critères d'inclusion :

Oui, chez l'animal, c'est documenté. Mais aucune étude n'a pu faire le lien entre ce produit et l'apparition de cancers chez l'Homme.

De plus, le fait d'être dans ce groupe ne signifie absolument pas qu'il y a un grand risque. Pour mieux vous aider à comprendre, nous vous conseillons ces deux vidéos :

Et pour comprendre la notion de risque relatif :

Et oui, il faut tenir compte de plusieurs facteurs, comme la durée de l'exposition, et les quantités reçues.

Or la beta propiolactone n'est pas un composant des vaccins. Elle n'est utilisée que pour inactiver les virus, avant leur fabrication. Elle n'est donc présente qu'à l'état de traces.

De plus, actuellement, elle n'est utilisée que pour le Fluvirine (grippe) et le vaccin rabique inactivé de Mérieux.

Donc même si ce produit peut être toxique, nous y sommes très rarement exposé via les vaccins.

En résumé :

  • Ce produit n'a été prouvé cancérigène que chez le rongeur, chez l'Homme, il n'est que suspecté de l'être.
  • Il n'est utilisé que dans la production des virus inactivés, pour deux vaccins différents.
  • Il est donc présent uniquement à l'état de traces dans le vaccin.
  • A ce titre, il n'y a pas lieu de s'inquiéter à son sujet.