Loading

Souvenirs de Florence La ville où l'art est Roi

Cliquez sur les images pour les agrandir

De gauche à droite, le Ponte Vecchio, le Palazzo Vecchio, la Cathédrale Santa Maria Del Fiore (le Duomo), la basilique Santa Croce.

Santa Maria Del Fiore

C'est de la Piazzale Michelangelo où trône la réplique du "David" de Michel-Ange, ou comme ci-dessous, du parvis de la Basilique San Miniato Al Monte que l'on a la meilleure vue sur le centre historique de la capitale de la Toscane et en particulier, sur la Cathédrale Santa Maria Del Fiore (Sainte Marie de la Fleur) et son Dôme. "Il Duomo", édifié en 1436 par l'architecte Filippo Brunelleschi, est la plus grande coupole en maçonnerie jamais construite au monde avec ses 45,5 mètres de diamètre. A l'intérieur de la coupole, les fresques réalisées par les peintres Giorgio Varasi et Federigo Zuccaro couvrent 3 600 m2. On peut monter au sommet du Duomo mais il faut en gravir les 450 marches !
Le clocher de Santa Maria Del Fiore est nommé "Campanile de Giotto" puisque c'est le peintre et architecte du Trecento qui l'a conçu en 1334. Haut de 84,70 mètres, c'est le symbole de l'art gothique Florentin du XIVe siècle.
La mosaïque de l'annonciation, œuvre de Davide Ghirlandaio.
Le Jugement Dernier qui décore l'intérieur du la coupole. C'est Giorgio Vasari qui conçoit cette gigantesque fresque (4000 M²) en 1571. Il décède en 1574 et son travail est alors achevé par Federigo Zuccaro. La fresque est inaugurée le 30 août 1579.
Fresque de la coupole (détail)
Sur le parvis du Duomo, du côté de la façade Est, vous pourrez remarquer cette plaque ronde en marbre blanc. Elle marque l'endroit où la boule de Verrocchio, la sphère dorée du dôme, est tombée le 27 janvier 1601.
Tout autour du Duomo, les artistes Florentins s'exposent.

San Miniato Al Monte

La basilique San Miniato Al Monte a été bâtie il y a 1000 ans sur les hauteurs du quartiers de l'Oltrano. Sa façade en marbre de Carrare et en serpentine verte est particulièrement remarquable, tout comme le "Christ Pantocrator" (Circa 1260), la fresque en mosaïque qui orne la voûte de l'abside.
L'Edicola d'Altare A Marmi Intarsiati, commandé à Michelozzo par Piero de' Medici.

Palazzo Vecchio et Piazza Della Signoria

Le Palazzo Vecchio
Le Cortile di Michelozzo et sa fontaine
Piazza Della Signoria - La Fontaine de Neptune
David
Hercule
La place de la Seigneurie, au cœur de la ville, est l'un des endroits les plus fréquentés de Florence. Les touristes s'y pressent chaque jour par milliers, mais assurément, bien peu remarquent cette plaque de marbre, apposée sur le sol devant le Palazzo Vecchio. Ils ont d'ailleurs plutôt le regard levé vers le palais et les statues qui l'entourent. Cette plaque ronde marque l'endroit exact où fut pendu, puis brûlé, le 23 mai 1498, le moine fanatique Jérôme Savonarole. En 1494, après l'expulsion de la ville du dernier des Médicis, Pierre II, Savonarole instaure une dictature théocratique. Le 7 février 1497, il fait élever sur cette même place, le "bûcher des vanités" sur lequel sont brûlés des milliers d'objets qui poussent au pêché, selon le moine. Las des excès de Savonarole, les Florentins finissent par se révolter et le Pape Alexandre VI l'excommunie et l'accuse d'hérésie, il est alors emprisonné puis jugé par le tribunal de l'inquisition qui le condamne à mort. Dans le couvent San Marco, on peut visiter la cellule qu'occupait Savanarole à l'époque où il en était le prieur.
Même si les touristes "mitraillent" le Palazzo Vecchio, il ne remarquent pas non plus ce bas relief, à l'angle inférieur droit de la façade. La légende raconte que Michel-Ange, sans cesse dérangé par un homme qui lui racontait ses malheurs (l'importun), décida de sculpter son profil. Une autre version indique que le même Michel-Ange, ému par l'expression d'un condamné à mort, esquissa ce même profil.

Couvent de San Marco

Edifié au XIIIe siècle, le couvent San Marco fut reconstruit en 1436 à l'initiative de Cosme, fondateur de la dynastie des Médicis. En haut de l'escalier qui monte vers les cellules des moines, on est évidemment saisis d'admiration devant l'annonciation à Marie, peinte vers 1437 par Fra Giovanni Di Fiesole dit, Fra Angelico.
On lui doit également les fresques qui ornent les 48 cellules des moines.
Tout au fond du long couloir, se trouve celle qu'occupait Savonarole.
Au mur, le supplice du moine fou et de ses acolytes, peint à la fin du XVe siècle par Ignoto Fiorentino.
Fra' Bartolomeo - Santa Maria Maddalena (1506)

La Basilique San Marco

La basilique jouxte le couvent. Sa façade néoclassique date de la fin du XVIIIe siècle.
Le Maître Autel est surmonté d'un orgue majestueux.
Au plafond - L'Assunzione Della Vergine de Giovanni Antonio Pucci (1725)
La statue de Savonarole

Palazzo Medici Riccardi

Le Medici Riccardi est l'un des plus beaux palais renaissance de Florence. Sa façade à Bossages rustiques est l'une des plus caractéristiques du style "Bugnato". Dans la cour carrée, on remarque une belle statue représentant Orphée.
Le palais est aujourd'hui un musée qui recèle une œuvre majeure du XVe siècle, le cortège des mages, une fresque peinte sur trois des murs de la "Capella Dei Magi" par Benozzo Gozzoli, élève de Fra Angelico. L'artiste a représenté les membres de la famille Médicis (Laurent le Magnifique en Gaspard sur le détail ci-dessus). Ci-dessous, Balthazar sous les traits de l'empereur Bysantin Jean VIII Paléologue.
La Galleria Degli Specchi (galerie des glaces) est également remarquable avec son magnifique plafond peint par Luca Giordano entre 1682 et 1685.

Via Del Ponte Alle Riffle

En me promenant dans le quartier des "Cure" en ce 12 novembre 2015, je remarquais une affiche un peu défraîchie, placardée sur un mur à côté du pont qui enjambe la petite rivière "Mugnone", affluent de l'Arno, où barbotent les canards. Je n'imaginais pas au moment où je prenais cette photo que le lendemain, Paris allait être à nouveau frappé par de terribles attentats.

Chiesa Di Ognisanti

Cette église Franciscaine a été édifiée à partir de 1251. Sur la place qui lui fait face, trône la statue de Romano Romanelli, "Ercole che lotta con il Leone" (1935).
La sépulture de Sandro Botticelli.
Sandro Botticelli - Sant' Agostino Nello Studio (1480)

Basilique Santa Maria Novella

Cette Basilique est souvent ignorée des touristes qui cherchent à s'éloigner rapidement de la gare toute proche et de ses flots humains. C'est pourtant l'une des plus remarquables de Florence avec sa nef majestueuse et ses vitraux qui se reflètent sur les colonnes, ses chapelles, son couvent et ses cloîtres.
L'une des "lunettes" de la façade - Thomas d'Aquin peint en 1616 par Ulisse Cocchi.
Au plafond de la Cappellone degli Spagnoli (Chapelle des Espagnols),La navicella di San Pietro Apostolo peinte par Andrea di Bonaiuto (1365 - 67).
Le Chiostro dei Morti (Le cloître des morts).
Le Chiostro grande (Le grand cloître)
Giovanni Maria Butteri - San Domenico Resuscita Un Bambino (1581) - L'une des fresques du grand cloître

Piazza Della Repubblica

La place de la république se situe à l'emplacement de l'ancien ghetto de Florence. Elle a été créée au cours la 2e moitié du XIXe siècle pendant le "Risanamento", les grands travaux de réaménagement urbain de la Ville. La façade ouest de la place est barrée par un imposant Arc de Triomphe, l'Arcone. Elle est bordée de grands cafés dont les célèbres "Guibbe Rosse" et "Paszkowski". La musique est très présente sur la place comme en témoignent les vidéos de ce Trio de Jazz Manouche, de cette jeune chanteuse qui interprète le Chœur des Esclaves du Nabucco de Verdi et de ce saxophoniste interprétant Summertime.
Le Carrousel Barbieri - Place de la République

Galerie des Offices

Le palais dit "Galleria Degli Ufizzi" a été construit au XVIe siècle à l'initiative du grand duc de Toscane, Cosme le Jeune. C'était à l'origne un ensemble de bureaux (Ufizzi) qui a été transformé en musée en 1765. Il propose sur 8 000 m2, l'une des plus belles collections d'œuvres d'art du monde.
Parmi toutes ces merveilles qu'on ne se lasse pas de contempler, la "naissance de Venus" de Sandro Botticelli (1494) et le "Tonto Doni" ou Sainte famille à la tribune, un tableau circulaire de 120 centimètres de diamètre, de Michel-Ange (1506).
Détail du "Tonto Doni".

Quelques autres toiles remarquables

Léonard De Vinci - L'Annonciation (1472)
Cosimo Rosselli - Adoration des Mages (1475)
Domenico Ghirlandaio - Adoration des Mages - (1487)
Sandro Botticelli - La Madone du Magnificat (1481) - Mon tableau préféré de Botticelli)
Sandro Botticelli - La Madone à la Grenade (1487)
Giotto - Madonna Col Bambino E Santi Nicola, Giovanni Evangelista, Pietro E Benedetto (Circa 1295 - 1300)
Scuola di Fontainebleau - Ritratto di Gabrielle d'Estrée con una delle sorelle al bagno (Circa 1595)
Agnolo Di Cosimo dit "Il Bronzino" - Ritratto Di Lucrezia Panciatichi (1541 - 45)
Gerrit Van Honthorst dit Gherardo Delle Notii - Cena Con Sponsali (Circa 1617)
La tribune des Offices - Bernardo Buontalenti (1580)
Dans la galerie extérieure appelée Piazzale Degli Uffizi, les statues de Toscans célèbres. Ici, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Dante et Machiavel.
Le Corridor de Vasari et le Ponte Vecchio vus depuis les Offices.

Le musée Galilée

Situé dans le palais Castellani, tout près de la Galerie des Offices, le musée Galilée accueille les précieux instruments scientifiques provenant de la collection Médicis, qui étaient auparavant exposés dans le Stanzino delle Matematiche (Petite salle des Mathématiques) de la Galerie des Offices.

Piazza Della Santissima Annunziata

Conçue par les plus grands architectes de la renaissance Italienne (Filippo Brunelleschi, Baccio d'Agnolo, Michelozzo …), cette place est l'une des plus belles de Florence. Au centre, la statue équestre du Grand-Duc Ferdinand 1er de Médicis et la fontaine des monstres marins. La place est bordée par la Basilique de la Santissima Annunziata, l'Hôpital des Innocents et La Loggia dei Servi di Maria.
A l'angle de la place, près de La Loggia dei Servi di Maria, se trouve le palais Grifoni. Au premier étage, à droite, on remarque une fenêtre ouverte. Cette fenêtre n'a jamais été fermée depuis l'an 1500 ! La légende raconte qu'une jeune mariée attendit longtemps le retour de son bien-aimé parti à la guerre. Il ne revint jamais et en souvenir de lui, il fut décidé de laisser cette fenêtre ouverte.

Le Marché Central

Le Mercato Centrale est un lieu incontournable de la vie Florentine. Il a été édifié au XIXe siècle à l'époque du Rinasamento. L'architecte s'est inspiré des halles de Paris et a utilisé les matériaux les plus modernes de l'époque (fer, verre et fonte). On y trouve les meilleurs produits de Toscane et on peut y déguster de nombreuses spécialités dans les restaurants du premier étage.
Tout près du marché central, sur la Via Nazionale, le Tabernacolo delle Fonticine (1522).

Basilique de la Santissima Annunziata

Edifiée entre 1441 et 1455 par Michelozzo Michelozzi, la basilique est un bel exemple de décoration baroque avec une profusion de marbres, stucs et dorures. La façade est ornée d'un portique ajouté au début du XVIIe siècle. Le dôme est décoré par une assomption lumineuse, peinte par Il Volterrano (1664 - 70).

L'Hôpital des Innocents

L'hôpital des Innocents a été édifié au XVe siècle. C'était l'un des premiers orphelinats d'Europe. En 2016, le bâtiment est devenu un musée consacré à l'histoire de l'orphelinat.
Au troisième étage, sous la charpente en bois, on découvre une formidable collection d'œuvres d'art parmi lesquelles ce tryptique de l'annonciation de Giovanni Di Francesco Toscani (Circa 1465) et la "Madonna col Bambino e un Angelo", une œuvre de jeunesse de Sandro Botticelli (1465 - 67).

Le cimetière des Anglais

Construit en 1827, le cimetière des Anglais se situe en pleine ville, au milieu d'un carrefour. Cette butte ovale entourée de grilles renferme 1 409 tombes dont 760 de citoyens Anglais, d'où son nom. Au centre du cimetière se dresse une colonne de marbre entourée de six cyprès, offerte en 1858 par Frédéric Guillaume de Prusse.
Ce lieu a inspiré au peintre Suisse Arnold Böcklin une série de cinq toiles intitulées "L’île des morts". Elles représentent une île au coucher du soleil vers laquelle se dirige une barque conduite par Charon, le guide des morts. A ses côtés se tient un défunt debout dans son linceul blanc. En 1907, Sergueï Rachmaninov voit l'un des tableaux de Böklin à Paris et s'en inspire pour composer le poème symphonique "The Isle Of The Dead".
En déambulant parmi les tombes blanches, on remarque en particulier "la tombe à l'ancre", symbole biblique d'espérance, la tombe surmontée d'une sculpture représentant la mort tenant sa faux et celle de la poétesse Elisabeth Barrett Browning.
Le tombeau d'Elisabeth Barrett Browning
Tout en haut du cimetière, reposent sous une simple plaque posée au sol, Béatrice Shakespeare & Edward Claude Shakespeare Clench, derniers descendants de William Shakespeare.

Le Museo Novecento

Installé dans l'Ospedale Di San Paolo sur la Piazza Santa Maria Novella, le Museo Novecento a ouvert ses portes le 24 juin 2014. Il rassemble des œuvres des XIXe et XXe siècles.
Carlo Levi - Giovane Donna - 1934
Luigi Veronesi - Struttuta N° 9 (1965)
Gino Severini - L'équilibriste - Huile sur Toile (1928)
Arturo Martini - La Pisana (1933)

L'église orthodoxe Russe

Située non loin de la forteresse de Basso, l'église orthodoxe, dite église de la nativité, a été édifiée à partir de 1879 à l'initiative de la grande-duchesse Maria Nikolaïevna de Russie, fille du tsar Nicolas Ier. De 1923 à 1936, l'église a servi de nécropole pour les membres de la famille royale de Grèce, morts en exil.

Giardino Delle Rose

Situé en contrebas de la Piazzale Michelangelo mais pourtant à l'écart du flot des touristes qui arpentent la capitale Toscane, le "Giardino Delle Rose" ou jardins des roses (1865) est un havre de paix qui offre une vue superbe sur la ville. Aménagé en terrasses sur 1 hectare, il compte plus de 350 variétés de rosiers ainsi qu'un petit jardin Japonais "Shorai", offert par la ville de Kyoto avec laquelle Florence est jumelée. Mais le véritable trésor du jardin, ce sont les 12 sculptures offertes en 2011 par l'artiste Belge Jean-Michel Folon.

"L'envol"
"Partir"
"Je me souviens"

Musée du Bargello

Le musée du Bargello est installé depuis 1845 dans le palais éponyme. Il rassemble la plus importante collection de sculptures gothique et de la Renaissance d'Italie.
Le David de Donatello, une sculpture en bronze réalisée entre 1430 et 1432, en est la pièce maîtresse. Haute de 1,58 m, elle représente le jeune David arborant un sourire énigmatique, le pied posé sur la tête de Goliath. Cette sculpture est d'une incroyable modernité et David ressemble plus à une figure du "Flower Power" qu'à un héros de l'antiquité. "Elle est si naturelle et d'une telle beauté qu’il semble incroyable aux artistes qu’elle n’ait pas été moulée sur un modèle vivant". Giorgio Vasari. Selon une interprétation récente, la sculpture représenterait plutôt d'Hermès, le plus jeune des dieux de l’Olympe, reconnaissable à son pétase (chapeau à large bord). L’ennemi abattu serait le géant Argos.
Parmi les autres œuvres remarquables du Bargello, cette "Allegoria Della Pace" (Circa 1570).

Basilique Santa Croce

La Basilique Santa Croce, édifiée à partir de 1294, est l'une des merveilles architecturales de Florence.
La nef abrite les sépultures de personnages illustres ce qui lui confère le statut de "Panthéon des gloires Italiennes". Ainsi, Nicolas Machiavel, Galilée, Michel-Ange, Gioachino Rossini ou encore Giorgio Vasari y reposent.
Les tombeaux de Galilée, ci-dessus et de Nicolas Machiavel, ci-dessous.
Ses chapelles et ses cloîtres regorgent également de fresques, retables et tableaux parmi lesquels l'admirable "descente du Christ aux Limbes", peint en 1552 par Agnolo Bronzino (1503 - 1572). Sur ce détail, on voit qu'il avait représenté deux des beautés florentines de l'époque, Camilla Tedaldi dal Corno et Costanza Della Sommaia.
Nardo di Cione - Vierge à l'enfant entre saint Guy et Job
Le grand cloître dessiné par Brunelleschi et achevé en 1453 par Bernardo Rossellino.
Sur le parvis, à gauche en regardant la basilique, le monument à Dante. Cette statue en marbre de Carrare a été réalisée par Enrico Pazzi (1865).

Palazzo Strozzi

Situé tout près de la place de la République, le Palais Strozzi est un chef d'œuvre de l'architecture de la Renaissance. Il a été édifié à partir de 1489 par Benedetto da Maiano, à la demande de Philippe Stozzi qui souhaitait surpasserr en taille et en beauté le Palazzo Medici Ricardi. Il présente la particularité de n'être accolé à aucun autre bâtiment. Le Palais Strozzi est un grand centre d'expositions comme celle qui s'est tenue du 28 septembre 2019 au 12 janvier 2020 et qui est consacrée à la peintre, dessinatrice et décoratrice de théâtre Russe, Natalia Goncharova.
Les arcades du cortile.
Natalia Goncharova - Circus - Oil On Canvas (1907)
Natalia Goncharova - Spanish Woman With A Fan - Oil On Canvas (1925)
Natalia Goncharova - Tunique pour le ballet "Sadko" de Nikolaï Rimski-Korsakov (1916)
Natalia Goncharova - Paravent "Spring" (1927 - 28)

Piazza della Libertà

Située à l'extrémité nord du centre historique de Florence, la place de la Liberté a été construite au XIXè siècle dans le cadre des travaux sur la création des "Viali di circonvallazione", les boulevards périphériques de Florence. Elle est bordée d'élégants bâtiments à arcades.
Les arcades du Palazzo Della Fondiaria Sai.

L'église d'Orsanmichele

Située tout près de la place de la République, l'Orsanmichele a été édifiée sur un ancien oratoire datant de l'an 750.
La Madonna Delle Grazie de Bernardo Daddi (1347) qui orne le tabernacle en marbre d’Andrea Orcagna.

L'Institut Universitaire Européen

L'Institut Universitaire Européen de Florence jouit d'une situation unique et privilégiée sur les hauteur de Fiesole d'où il domine la cité des Médicis. L'Institut accueille des étudiants venus du monde entier et forme de futurs enseignant-chercheurs ainsi que des hauts fonctionnaires des Institutions Internationales. Les magnifiques jardins de la Villa Schifanoia sont ornés de statues et on peut également y admirer les sculptures d'Onofrio Pepe. Né dans le sud de l'Italie, entre Pompei et Paestum, Onofrio Pepe s'est installé à Florence en 1968. Ses oeuvres, inspirées de la mythologie, lui confèrent aujourd'hui une notoriété mondiale.

Fiesole

Située à 300 mètres d'altitude sur une colline surplombant les vallées de l'Arno et du Mugnone, Fiesole est un lieu de villégiature apprécié par les Florentins. Sur la place centrale trônent les statues de Giuseppe Garibaldi et Victor Emmanuel II, avec en arrière plan la cathédrale San Romolo.
Un peu à l'écart du centre de Fiesole, le couvent San Francesco (1399).
le tabernacle à la croix.
A mi-chemin entre Florence et Fiesole, le couvent Saint Dominique (1406) abrite la "Pala Di Fiezole", cette magnifique Madone de Fra Angelico (1428).
Le cimetière du couvent Saint Dominique
Tout près du couvent Saint Dominique, au 65 Via Vecchia Fiesolana, la villa Papiniano où séjourna le peintre "Nabi", Maurice Denis à la fin du 19e siècle.
En face de la Villa Papiniano, la villa Il Riposo Dei Vescovi où vécu le peintre Néerlandais Wijnand Otto Jan Nieuwenkamp.

Basilique Santo Spirito

Située dans le quartier de l'Oltrano, non loin du Palazzo Pitti, la Basilica di Santa Maria del Santo Spirito, construite au XVe siècle, est l'une des principales églises de Florence.
Construite au XVe siècle, elle possède une façade d'une grande sobriété, recouverte d'enduit. Le corps de l'église comprend 3 nefs et 36 chapelles supportées par de magnifiques colonnes. Le "trésor" de Santo Spirito est bien caché derrière le Chœur, sur l'autel de la chapelle Nerli. Il s'agit de l'adoration à l'enfant, peinte par Fillippino Lippi vers 1494. Ce retable appelé également "Pala Nerli", est l'une des œuvres majeures de la renaissance.

Eglise Santa Maria Del Carmine

Non loin de la basilique Santo Spirito, Santa Maria Del Carmine (1268) n'attire pas vraiment l’œil du visiteur avec sa façade austère. Pourtant, elle renferme l'un des joyaux de l'art Florentin (encore un !), la chapelle Brancacci. Située à l'extrémité du transept droit de l'église, la chapelle est décorée par les peintures de Masolino, de Masaccio et de Filippino Lippi qui forment un ensemble unique et remarquable.
Masolino - Adam et Ève chassés du Jardin d'Eden (1424)
Masaccio & Filippino Lippi - Résurrection du fils de Théophile et Saint Pierre sur le trône (1427 et 1481).
Détail de la Madonna Del Popolo du Maestro della Madonna del Carmine (1268)
Filippino Lippi - Autoportrait en tant qu'homme dans la foule - Détail du tableau "La dispute avec Simon le Magicien" (1481 - 83).

Les rives de l'Arno

Long de 241 Km, l'Arno prend sa source au mont Falterona dans les Apennins et se jette dans la Méditerranée entre Pise et Livourne. Depuis la renaissance, la rive droite où se situe le centre historique de Florence est nommée "Lungarno". Le terme d"Oltrarno" désigne quant à lui la rive gauche.
Le Corridor de Vasari
L'Arno est traversé par l'un des symboles de la ville, le "Ponte Vecchio". Le pont a été construit au XIVe siècle. Il est bordé de boutiques et surmonté par le "Corridor de Vasari" qui permettait aux Médicis de se rendre sans danger du Palazzo Vechio au Palazzo Pitti, en passant par la Galerie des Offices. A l'origine, les boutiques étaient occupées par les bouchers, les tripiers et les tanneurs. En 1593, Ferdinand 1er de Médicis, incommodé par les odeurs de ces commerces, les chassa du pont pour les remplacer par les joailliers et les bijoutiers qui l'occupent encore aujourd'hui.
Cormorano A Doppia Cresta (Cormoran à Aigrettes)

L'église Santa Maria Assuntanella dite "Badia Fiorentina"

La Badia Fiorentina a été édifiée en 978 et restructurée en 1285. Sa pièce maîtresse, le magnifique orgue réalisé en 1558 par Onofrio Zeffirini da Cortona.

Le Palazzo Pitti

Situé dans le quartier de l'Oltrano, le Palazzo Pitti est un immense palais de style renaissance. Construit à la fin du XVe siècle pour le banquier Luca Pitti, il est racheté par la famille Médicis en 1549 et devient alors la résidence des ducs de Toscane. Derrière sa façade austère, le Palais Pitti abrite plusieurs musées et galeries(Les appartements royaux, la galerie Palatine, la galerie d'art moderne, le musée de l'argenterie …).
Luigi Sabatelli - L'assemblée des Dieux présidée par Jupiter sur le Mont Olympe (1819).
Lorenzo Bartolini - La Charité
Raphaël - la Vierge à la Chaise
Giovanni Colacicchi - Uliveto Sotto Le Mura Di Anagni
Onofrio Martinelli -Polia

Les Buchettes Del Vino

Les Buchette Del Vino (littéralement les trous du vin) remontent au XVe siècle. A cette époque, les riches Florentins avaient décidé d'investir dans les vignobles. Grace à ces petites ouvertures situées au rez de chaussée de la façade des palais, ils pouvaient vendre leur production, sans intermédiaire, aux passants. Aujourd'hui, il subsiste de nombreux "Buchette". Certains sont dans un état de conservation remarquable (ou restaurés). D'autres sont presque "effacés", recouverts de graffitis, masqués par la végétation, ou encore transformés en boites aux lettres ou en sonnettes. En voici quelque-uns.

2, Via Del Giglio
Via Degli Antinori
29, Via Santo Spirito
84, Via Degli Alfani
13, Via Fiesolana
8, Piazza Santa Croce
17, Borgo Degli Albizi
1, Via De' Geppi
La forme des "buchette" est directement inspirée de celle de certaines portes et fenêtres Florentines. Ci-dessus, Via Faentina, ci-dessous, le Palazzo Alfieri sur le Lungarno Corsini.

Au hasard des balades dans Florence

Le Dôme de Santa Maria Del Fiore vu depuis la Piazza Dei Ciompi.
Piazza Santa Trinita - La Colonne de la Justice. Cette colonne provient des Thermes de Caracalla, à Rome et a été donnée à Cosme 1er de Médicis par le Pape Pie IV (1535). Haute de 11 mètres, elle est surmontée d'une statue en porphyre rose représentant la justice (1580).
La torre d'Arnolfo du Palazzo Vecchio vue depuis la Piazza Di Santa Croce
Musée du Palazzo Vecchio - Masque mortuaire de Dante Alighieri
Buste peint de Machiavel
Le clocher de Santa Croce vu depuis la Piazza Dei Ciompi
Via Di Mezzo
La Torre San Niccolo, édifiée en 1324 au bord de l'Arno, est une porte d'accès des fortifications de Florence. Elle comporte 160 marches jusqu'à son sommet.

Les outrages du temps

le Palazzo Dell'Antella. Situé sur la Piazza Santa Croce, ce palais a été édifié durant le Cinquecento. Sa façade est recouverte de figures allégoriques caractéristiques de l'art grotesque. Elles ont malheureusement été victimes des outrages du temps.
Piazza Santa Maria Novella - Francesco d'Antonio Di Bartolomeo - Madonna Col Il Bambino. Avant restauration (ci-dessus), après restauration (ci-dessous).
Cloître de Santa Croce - La Restauratrice
Ponte Vecchio - La statue de Benvenuto Cellini par Raffaello Romanelli (1900)
Situé sur les berge de l'Arno, le Palazzo Corsini est un remarquable exemple du style baroque Florentin. Ses toits terrasses sont ornés de statues.
Les statues de la Loggia Dei Lanzi - Piazza della Signoria
Ménélas portant le corps de Patrocle
Persée tenant la tête de Méduse (Benvenuto Cellini)
Les deux extrémités du Ponte Santa Trinita sont ornées de statues datant du début du XIIe siècle. Elles représentent les quatre saisons. Ci-dessus, le printemps (Pierre de Francqueville). Ci-dessous, l'été (Giovanni Battista Caccini) avec en arrière plan, le clocher de la basilique Santo Spirito
Chiesa Parrocchiale San Marco Vecchio. L'une des plus vieilles églises de Florence puisque sa construction date de 1058.
Borgo San Iacopo - Fontaine de Bacchus (Giambologna).
Fenêtres Florentines
Il Fisarmonicista
Le clocher de San Jacopo Sopr'Arno
Giardino San Clemente
Le Duomo vu depuis la terrasse de la Galerie des Offices
A l'angle de la Via Franco Sacchetti et de la Via Del Bersaglio - Madonna Con Il Bambino
Via Delle Cerbine
Le centre historique vu depuis la Piazza Nicola Demidoff et son petit kiosque qui abrite un groupe de sculptures de Lorenzo Bartolini.
A l'angle de la Via De Cerretani et du Borgo Lorenzo - Le Tabernacolo del Canto Alla Paglia
L'église San Jacopo Sopr'Arno vue depuis le Lungarno Degli Aciaiuoli.
La grande Synagogue
Piazza San Lorenzo - Statue de Giovanni dalle Bande Nere
Via Della Spada - Tabernacolo San Pancrazio
Trio de Jazz Manouche devant la Chapelle Medicis
Crypte de la Chapelle Medicis - Statue en bronze d'Anna Maria Luisa De Medicis
Chaque 24 juin, Florence fête son saint patron, Saint Jean. Le cortège historique parcourt le centre de Florence depuis Santa Maria Novella jusqu'à Santa Maria Del Fiore.
Piazza Della Signoria - Statue équestre de Cosme 1er de Toscane
Via Francesco Caracciolo
Le magnifique Tepidarium en fer et verre du Giardino dell'Orticultura, conçu en 1880 par l'architecte Giacomo Roster.
Le Lungarno Della Zecca Vecchia avec à l'arrière plan, la Biblioteca Nazionale Centrale
Ristorante La Grotta Guelfa
Spaghettis Alle Vongole Veraci
Gelati
Vicolo Di San Marco Vecchio - Feuilles d'automne
Le clocher de la Cappella Pazzi et les deux tours de la Biblioteca Nazionale Centrale dans la lumière de l'aube
Barques et Kayak sur l'Arno
Sur la Piazza delle Travi, en face du Ponte alla Carraia, la statue de Carlo Goldoni.
Fiume Mugnone
Via Guido Guinizzelli
L'église de San Frediano in Cestello vue depuis la Piazza Ognissanti.
Piazza Di San Giovanni
Piazza Della Signoria

Graffitis

Art ou Vandalisme ? Le graffiti fait l'objet de nombreuses controverses. Même si le terme a été emprunté au mot Italien "Graffito" (éraflure), on en trouve peu à Florence et évidemment aucun sur les bâtiments du centre historique. En voici quelques uns. Ci-dessus, un soleil dessiné sur une palissade qui protégeait les préparatifs du "Calcio Storico", sur la Piazza Santa Croce. Cette compétition oppose chaque année au mois de juin les équipes de quatre quartiers de Florence (Santo Spirito, Santa Croce, Santa Maria Novella et San Giovanni). Il s'agit d'un sport de balle, inspiré des joutes Romaines et sans véritables règles, ce qui en fait le sport collectif le plus violent au monde. Ci-dessous, une partie de ceux qui "tapissent" les murs du passage souterrain qui traverse la Piazza Delle Cure.
La petite station de train de San Marco Vecchio

L'imaginaire

J'aime bien utiliser les outils informatiques pour jouer avec les images, comme avec ces clichés. Ci-dessus, les rives de l'Arno vues depuis le Ponte Santa Trinita dans la belle lumière de Toscane en hiver. Ci-dessous, le Ponte Vecchio au petit matin, dans la journée et illuminé pendant les fêtes de fin d'année, à l'occasion du "Florence Light Festival".
Fiesole vue du quartier des Cure.
Fiesole vue du quartier des Cure
Lungarno Della Grazie

Insolite !

C'est rarissime mais en ce 1er mars 2018, il neige à Florence, même les statues semblent avoir froid.

Pinocchio

Carlo Lorenzini est né et mort à Florence (1826 - 1890). Ecrivain, journaliste et critique dramatique, il est plus connu sous le pseudonyme de Carlo Collodi sous lequel il a écrit en 1881, "Pinocchio", l'un des chefs d'oeuvre de la littérature pour enfants. Le petit personnage de bois est toujours très présent à Florence, en particulier dans la jolie boutique du sculpteur sur bois, Francesco Bartolucci, Via Della Condotta, à deux pas de la Piazza Della Signoria.
Rester, c'est exister mais voyager c'est vivre. Gustave NADEAU

Visitez également les autres "Adobe Spark Pages" du "Blog de Jazznicknames"

Credits:

All the pictures are my own photos