Loading

L'art dans la ville Une déambulation poétique à Saint-Nazaire

A Saint-Nazaire, l’art est au cœur de l’espace public. Au fil des rues, on découvre les fresques monumentales de street artistes du monde entier, des œuvres contemporaines telles que la célèbre Suite de triangles créée par l'artiste Felice Varini dans le cadre du parcours Estuaire.

Les Escales font le mur. Un parcours de fresques à l'international

Chaque année depuis 2015, Le festival Les Escales propose à un street artiste du pays invité d'exprimer sa créativité sur une façade d'immeuble. Fruit d'un partenariat avec l'office HLM de l’agglomération nazairienne Silène, ce projet a permis de voir naître six fresques monumentales à découvrir dans les rues du centre-ville de Saint-Nazaire.

En 2015, le graffeur INTI a peint la fresque géante qui orne la façade du Callao. « Exodus 2 » représente un jeune garçon migrant d’Afrique vers l’Europe.

Ofrenda, signée La Robot de Madera, représente un étudiant chilien, tombé lors d’une manifestation en faveur de l’éducation. Les deux œuvres se répondent et sont là pour rappeler deux destins tragiques qui ne seront jamais oubliés.

En face de ces deux grandes fresques, une luxuriante jungle sud-américaine peinte par Charquipunk sur un transformateur électrique invite au voyage.

Sur les murs de la résidence Les Caraïbes, à proximité du Ruban Bleu, les promeneurs peuvent apercevoir Le jardin de fynbos réalisée par l’artiste sud-africaine Nardstar en 2016.

Originaire de Cape Town, Nardstar a souhaité représenter une fleur typique du Cap sous la forme d'un triptyque de 60 m².

En 2017, c'est au tour de la street artiste Ellen Rutt, originaire de Detroit, d'exprimer sa créativité sur l’immeuble « Panama », rue Henri Gautier. L’œuvre monumentale de 108 m², intitulée « Serendipity », illustre sa vision du festival Les Escales : d’inspiration cubiste, différentes formes et couleurs s’imbriquent les unes aux autres, dans un même espace et dansent ensemble.

En 2018, l'artiste australien Matt Adnate a été invité par le festival Les Escales à réaliser une fresque monumentale sur la façade de l'immeuble Caraïbes entre le Ruban bleu, le Théâtre et la base sous-marine. En moins de 4 jours il a donné vie à un enfant aborigène qui fascine les passants.

La culture des indigènes de son pays intéresse le graffeur depuis toujours. Matt Adnate fait le tour du monde, Berlin, Paris, Tokyo, pour rendre visible la communauté aborigène.

Baptisée Dialogues, la fresque du street artiste brésilien Apolo Torres symbolise une forme de communion entre des personnes de différents horizons – une mère et son enfant, un jeune couple ou encore des musiciens. Ce sont des scènes de vie, plusieurs histoires qui s’imbriquent les unes aux autres. La musique pour Apolo Torres est la forme d’art ultime, qui se vit sur l’instant. Sa peinture, elle, est là pour immortaliser l’éphémère et faire que la musique continue d’exister.

A événement exceptionnel, œuvre exceptionnelle

En 2017, Saint-Nazaire accueillait The Bridge, un événement hors norme dont se souviennent encore les Nazairiennes et les Nazairiens. Pour l'occasion, le bailleur social Silène a laissé libre cours à l'imagination de Félix et Marin, mieux connus sous le nom des Toqué Frères. Les deux artistes se sont attaqués au pignon d'un immeuble, 73 rue Ferdinand Lesseps, pour y peindre une fresque monumentale représentant le paquebot de légende Queen Mary 2.

A la recherche des Oides...

Quel Nazairien ou Nazairienne n'a jamais vu ces petits personnages bleus sur un mur de Méan-Penhoët ou au détour d'une rue ? Leur créateur Charles Cantin a donné vie à ces drôles de personnages il y a près de 4 ans. Aujourd'hui, les Oides peuplent de nombreux recoins de la Ville de Saint-Nazaire et se mettent même à voyager !

Quand la frénésie créative s'empare de la ville

C’est la dernière-née des œuvres d’art contemporain nazairiennes. Visible sous le pont de la Matte, l’installation Lignes de désirs s’inscrit dans le cadre de la rénovation de la gare. Avec ses tubes d’acier rouges et jaunes sur fond bleu, l’artiste nantais Julien Nédélec s’est inspiré des espaces que dessinent les piétons en prenant des chemins de traverse avec le désir d’aller à l’essentiel. Ludique et colorée, cette œuvre est aussi un hommage aux grands voyages transatlantiques qui ont fait la renommée de Saint-Nazaire.

Trois fresques sur les murs de la ville

Stimuler son imaginaire et faire un voyage poétique, c’est la promesse des trois fresques qui seront dévoilées cet été dans les rues nazairiennes. DALeast, artiste chinois installé à Berlin, investira le bâtiment de Maxi Bazar (anciens locaux de 5e avenue) avec son bestiaire graphique en 3D peuplé d’oiseaux majestueux, de baleines, de chevaux et de cerfs… Boulevard Léon Blum, les promeneurs pourront admirer deux œuvres de David de la Mano. Reconnu pour ses silhouettes humaines minimalistes en noir et blanc, cet artiste espagnol installé en Uruguay questionne les liens sociaux en jouant sur les formes, les contours et les contrastes. Son travail donne naissance à un monde où l’humain et la nature sont toujours liés, dans un perpétuel mouvement. Ces trois fresques sont proposées en partenariat avec la galerie parisienne Itinerrance.

Credits:

Martin Launay - Christian Robert - Blandine Bouillon - Hélène Defoy pour la Ville de Saint-Nazaire

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.