"du tout grand phil" Aux premières loges pour le succès de Philippe Gilbert sur le Tour des flandres

Alan MARCHAL

Victorieux de son premier Ronde au terme d'une échappée en solitaire de plus de 55 kilomètres, Philippe Gilbert a offert un show époustouflant à tous les spectateurs massés sur le bord des routes flandriennes, ce dimanche. Avec un "gros" bonus pour ceux qui avaient choisi de suivre la course dans le Vieux Quaremont, comme la famille Germain, des fans de la première heure venus de... Remouchamps.

Parce que le peloton y passera à trois reprises, parce que la victoire finale s'y jouera sans doute et parce que l'endroit est idéalement désservi par les navettes de bus, le Vieux Quaremont est une des difficultés du Tour des Flandres où s'amasse le plus de spectateurs.

Du chemin étroit tout en pavé, le Vieux Quaremont se transforme durant quelques heures en une kermesse géante avec ses baraques à frites, ses bars, ses écrans géants et son podium. Face à des riverains parfois très bruts de décoffrage et à côté des tentes VIP où le champagne remplace la bière, ils sont plusieurs milliers à tenter de trouver la meilleure place possible pour voir passer le peloton. Parmi eux, la famille Germain.

"De Remouchamps pour Philippe"

Bien installé à quelques mètres des supporters norvégiens d'Alexander Kristoff, un petit groupe affiche clairement ses couleurs, ce dimanche. Sur leurs casquettes et leurs drapeaux, le même nom : Philippe Gilbert.

A cinq contre une armée de fans dévoués en majorité à Tom Boonen et Greg Van Avermaet, Dominique, sa femme Anne-Michèle, ses enfants Laura et Loïc ainsi que Corentin, l'ami de la famille, ont choisi de bousculer leurs habitudes.

"Les autres années, nous nous étions postés dans le Mur de Grammont, mais cette fois, nous avons opté pour le Vieux Quaremont, explique le papa, Dominique Germain, qui était déjà là lors des deux précédents podiums de Philippe Gilbert sur le Ronde (en 2009 et 2010, NDLR). L'ambiance correspond totalement à ce qu'on recherche et l'endroit est très bien situé."

Avec deux passages dans les 60 derniers kilomètres de la course, la côté séduit cette famille originaire de... Remouchamps qui suit le champion de Belgique depuis ses débuts chez les pros. "On voit bien que ça fait mal aux jambes. Pour le spectacle, c'est ce qu'il y a de mieux." Et du spectacle, ce n'est pas ce qui va manquer.

Car, si le premier passage des échappées et du peloton ne va pas empêcher les supporters de savourer leur "Kwaremont" à trois euros, tout va très vite s'emballer.

A 100 kilomètres de l'arrivée, les équipes des favoris accélèrent le tempo. Dans le Vieux Quaremont, l'ambiance se fait encore plus "chaude" sous un soleil toujours aussi présent. Dans les oreilles, un set "made in Vlaanderen" où "Sweet Caroline" cotoie le traditionnel "Waar is da feestje ?" Et dans le viseur, des drapeaux flamands par centaine, le peloton féminin qui en termine avec son Ronde et le sosie (de dos) de Tom Boonen.

"Aujourd'hui, après ce qu'on a lu dans la presse, on pensait que Philippe resterait tranquillement dans le peloton en attendant que Tom Boonen attaque et fasse éclater le groupe des favoris, mais ça n'a pas été le cas..." C'est que, comme beaucoup, Dominique Germain a été étonné de voir passer son favori seul en tête dès son deuxième passage dans le Vieux Quaremont.

Seul en tête après une grosse accélération placée à l'entrée du Vieux Quaremont, Philippe Gilbert avale les pavés sans se retourner. Cris et liesse populaire. Déjà.

Trop vite tout seul ?

Après plusieurs années à ronger son frein chez BMC durant la campagne flandrienne, Philippe Gilbert prouve à nouveau qu'il a toujours eu les qualités pour faire la différence sur les pavés.

"Quand on voit ce qu'il fait aujourd'hui, on se dit que c'est du gâchis de ne pas lui avoir fait confiance plus tôt", lâche Dominique Germain. "Cela prouve aussi qu'il peut être bon partout pour peu qu'il soit bien préparé comme c'est le cas ici", enchaîne Corentin Smal, l'ami de la famille venu de Huy.

Les yeux rivés sur un des écrans géants pour suivre l'évolution de la course, les supporters liégeois voient les écarts se creuser entre le champion de Belgique et ses principaux concurrents, dont Peter Sagan et Greg Van Avermaet.

Rien n'est encore fait, il reste encore un passage dans le Vieux Quaremont.

A l'entame de la dernière ascension du Vieux Quaremont, Philippe Gilbert, le visage grimaçant, possède une courte avance.

"On sent qu'il souffre à ce moment-là, décrit Dominique Germain. On voit bien qu'il va loin dans l'effort."

Derrière, Peter Sagan, le champion du monde et lauréat en titre du Tour des Flandres, écrase les pédales... avant de se prendre les cale-pieds dans une étoffe située à proximité des supporters. Le Slovaque tombe. Pour lui, la course est finie. Comme pour beaucoup d'autres.

Désormais, le dernier concurrent de Philippe Gilbert s'appelle Greg Van Avermaet, le grand favori qui a pourtant été emporté dans la même chute que Peter Sagan.

Au finish

Pour la famille Germain et Corentin, pas le temps de regarder l'ensemble du peloton en terminer avec le Vieux Quaremont. Désormais, tout se passe sur l'écran géant de la "Fan Zone".

"C'est super stressant comme final", commente Anne-Michèle entre deux regards vers sa fille.

Le smartphone en main pour envoyer un dernier message, prendre quelques infos ou comparer l'avance de Philippe Gilbert, les Remoucastriens vivent intensément le final de l'épreuve.

"Normalement, pour qu'un coureur résiste aux poursuivants, on dit qu'il doit conserver au moins dix secondes par kilomètre", calcule Corentin à haute voix, comme pour se rassurer.

De kilomètre en kilomètre, d'hectomètre en hectomètre, de mètre en mètre et de coups de pédale en relance, Philippe Gilbert se rapproche du but. "Il se remet en danseuse sur le plat... Il doit vraiment avoir dur, là !"

Dernier kilomètre ! Greg Van Avermaet et Niki Terpstra ne reviendront pas sur lui. C'est dans la poche pour Philippe Gilbert. Dans le camp Germain, c'est la délivrance. Joie partagée et grands sourires.

"Ce qu’il a fait dans le Vieux Quaremont et dans ce Ronde est juste hallucinant. Il s’agit sans doute d’une de ses plus belles victoires, mais aussi une de ses plus impressionnantes… Que dire ? On est sans mot. Il est juste formidable. Il donne l'impression que l'âge n'a pas d'effet sur lui. C'est un grand Phil qu'on a vu aujour'hui. Du tout grand Phil, même !"

Texte et photos : Alan MARCHAL

Created By
Alan MARCHAL
Appreciate

Credits:

EdA - Alan MARCHAL

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.