Loading

ViaRhôna du lac de Neuchâtel à la mer méditerrannée > 5

Cliquer sur les photos pour les agrandir ou les réduire

5ème étape: Ernen > Vercorin

Mercredi 29 juillet 2020
Profil du jour

Lever du jour, un peu couvert, mais “le beau menace“, citation connue

Départ du marocain de service afin d’être avant midi à Vercorin, récupérer un vélo au magasin de location, pour venir à notre rencontre

Ernen: splendide village, on ne s’en lasse pas . . .

Les cultures de fleurs que nous avons dégustées au repas du soir, délicatement présentées par le chef inventif du restaurant Ernergarten de l’hôtel Berglandhof

Cyanus segetum Hill (bleuets bleu et rose), Calendula (souci), Matricaria chamomilla (camomille), blé, Helianthus (artichaut de Jérusalem)

Les bâtiments hôteliers et le garage à vélos qui se transforme en local à skis pendant la saison hivernale

Fiesch et ses fameux bâtiments qui ont abrité des générations d’écoliers neuchâtelois durant les vacances du 1er mars: souvenir impérissable où l’année suivante de mon arrivée en Suisse, lors de mon 1er camp de ski j’ai débarqué du car dans la neige, en chaussettes et jupe plissée écossaise, on a bien dû rire de moi, mais comme disait ma grand-maman: “Qui parle derrière parle à mon derrière“ !

Fiesch

Brig: le château, achevé en 1678, de Kaspar Jodok von Stockalper (à qui l’on avait octroyé le monopole du sel pour le Valais) construit pour entreposer les marchandises qu’il rapportait d’Italie. Appelé aussi le roi du Simplon, un itinéraire pédestre à son nom part de Brig via le Simplon jusque Gondo. Il a aussi initié le creusement du canal le long de la rive gauche du Rhône, maintenant détourné afin de servir à l’assainissement de la plaine du Rhône.

Pont sur les eaux tumultueuses du Rhône, après Visp

La jolie chute de la Jolischlucht au fond du village de Niedergesteln

Au long des berges du Rhône, après les zones très industrielles, mais non moins dénuées d’intérêt, voici les premiers coteaux valaisans

Il était prévu de monter à Vercorin en téléphérique, mais un peu rude pour le vélo de route après déjà plus de 70 km. Je me sacrifie (hihi) . . . changement de monture pour Marianne en mal de grimpette et, bibi et les sacs, suspendus dans le vide avec vue imprenable sur deux cyclistes qui tirent la langue, enfin, peut-être, je ne vois pas très bien ! Juste le temps de poser vélo et bagages à l’hôtel pour immortaliser l’arrivée.

Vercorin, Hôtel Victoria, le repos des muscles dans la douceur du soir

Created By
Dominique Wacker-Cao
Appreciate

Credits:

©dominique wacker-cao