Loading

Le 12e homme du FC Nantes par Cédric Blondeel pour la Newsroom du FC Nantes

COMME ON DIT : "CANARI UN JOUR, CANARI TOUJOURS..." IL NE FAUT PAS FORCÉMENT ÊTRE NÉ À NANTES POUR AVOIR DU SANG JAUNE ET VERT DANS LES VEINES. IL SUFFIT JUSTE DE VIVRE QUELQUES GRANDS MOMENTS AVEC LE FC NANTES POUR AVOIR LA CANARIMANIA. APPELÉ À COACHER UN GROUPE D'ÉTUDIANTS DE SCIENCESCOM TOUT AU LONG DE LA SAISON POUR SAVOIR CE QUI ANIME VRAIMENT CELLES ET CEUX QUE L'ON A CHOISI D'APPELER "LE 12E HOMME DU FC NANTES" JE ME SUIS MOI-MÊME DEMANDÉ CE QUI FAISAIT DE MOI L'UN D'EUX. EXTRAITS DE SOUVENIRS FOOTBALLISTIQUES.

Souvenirs de Marcel Saupin...

"Allez Cédric, on file au match à Saupin..." Que j'aimais entendre cette phrase dans la bouche de mon père. Quand venait la fin de journée de travail dans son commerce rezéen, on prenait alors la direction du stade mythique du FC Nantes. Dans ma tête résonnait alors (en vrac...) les noms de Michel, Amisse, Bossis, Pécout, Rampillon, et autres Bertrand-Demanes... Et combien d'autres par la suite viendront remplir cette case à souvenirs nantais.

Photo archive Presse Océan

L'odeur des baraques à frites et l'ambiance qui régnait alors autour de l'enceinte étaient déjà un rendez-vous avant l'heure. Cela faisait partie de ce rituel d'un soir de match. Tout comme le franchissement de la passerelle au dessus de l'écluse Saint-Félix où parfois on se sentait porté par la foule sans même avoir à toucher le sol pour avancer.

On avait pris l'habitude de prendre place dans un virage, près des tribunes populaires. Ici, oui, on pouvait prendre la pluie mais on pouvait aussi observer la sortie des joueurs par le tunnel qui saluaient au passage les supporters les plus assidus du club. J'avoue que je ne savais pas alors qui envier. Ceux qui frappaient dans les mains de nos idoles pour les encourager ou m'imaginer un jour dans la peau de l'un de ces Canaris prêts à en découdre avec l'un des autres grands clubs de la Première division de l'époque.

Plus tard, on prendra place à la Beaujoire. Et l'histoire se répétera avec de nouveaux titres et trophées.

De belles rencontres : Japhet N'Doram, Vincent Bracigliano...

L'interview se déroule à la Passerelle de Marcel, le restaurant de Vincent Bracigliano. Alors journaliste à Presse Océan, je rencontre le "sorcier" de la Beaujoire : Japhet N'Doram. L'ancien avant-centre des Canaris me parle de ses face-à-face avec le Paris SG.

Lors de l'interview de Japhet, je ne peux m'arrêter de penser à tous ces matchs que je suivais alors comme "simple" supporter émerveillé par le talent de l'attaquant nantais. C'est un excellent souvenir d'avoir pu échanger avec lui sur ces émotions que lui-même ressentait lors de ces rencontres de très haut niveau.

Dans le même temps, j'ai pu échanger avec Vincent et sur ce but que de nombreux supporters n'oublieront jamais. "Braci" est - il le dit lui-même - "passer de l'ombre à la lumière" en inscrivant un but d'anthologie face aux Partisans de Belgrade en Coupe d'Europe (1985). Et aujourd'hui encore, il en parle avec beaucoup de plaisir. Mais pas seulement. Sa carrière il la partage avec beaucoup de plaisir avec qui lui demande.

La Victoire de bout en bout

Pour Vincent Bracigliano (au centre sur la photo), la victoire n'est pas un vain mot. Depuis quelques années, il oeuvre comme administrateur à mes côtés au sein du fonds de dotation Victoire, qui vient en aide aux enfants malades.

Dans les vestiaires avec...

Marcel Desailly, Christian Karembeu, Patrice Loko, Thierry Bonalair ou encore Franck Renou... La scène se passe dans un vestiaire du stade d'Ancenis. Il y a quelques années, l'association le Collect'If organise un match caritatif avec ces Champions du Monde et anciens Canaris. Stéphane Richard, l'un des organisateurs, m'invite à rejoindre le vestiaire pour prendre quelques photos de ces belles retrouvailles. Un vrai bonheur encore une fois pour le supporter du FC Nantes que je suis de côtoyer ceux qui m'ont émerveillé depuis les tribunes.

Monsieur Dag'

Ceux qui ont croisé la route de Philippe Daguillon n'oublieront jamais sa gentillesse et sa générosité. Alors que je suis invité à le prendre en photo dans le cadre du livre-agenda 100 mots pour Victoire, au profit des enfants malades, Philippe prend la pose et me livre ce sourire que d'aucun n'oubliera jamais.

Il partira trois mois plus tard après s'être battu contre la maladie. Au lendemain de sa disparition, la Beaujoire lui rendra un hommage exceptionnel. Dag' a marqué les esprits nantais pendant de longues années. Ce fou de sports méritait amplement une telle ovation.

Le regard du Capitaine Rongier

Il y a peu, Valentin Rongier est venu prendre la pose dans mon studio nantais. Alors que Dag' s'en est allé, le jeune capitaine des Canaris sera parmi les personnalités du prochain livre-agenda 100 mots pour Victoire. Comme d'autres avant lui, Valentin partage cette même passion pour le FC Nantes. En tant que supporter, j'ai été aussi ravi de rencontrer un garçon qui garde la tête sur les épaules et sait garder toute l'humilité dans un sport où parfois les esprits ont tendance à s'égarer.

A tous ces Canaris, d'hier, d'aujourd'hui et de demain, merci pour tout le bonheur que vous partagez avec le 12e homme de l'équipe : vos supporters.

Si vous aussi souhaitez partager en tant que supporter vos histoires et anecdotes sur le FC Nantes, contactez la Newsroom du FCN via ses réseaux sociaux

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.