Résidence Biosphère II 2014

Biosphère II, ou Biosphère 2, est un site expérimental construit pour reproduire un système écologique artificiel clos situé à Oracle, dans le désert de l'Arizona, en bordure des monts Santa Catalina. Biosphère 2 fut construite entre 1987 et 1991 par Space Biosphere Ventures, une entreprise dont les promoteurs furent John Polk Allen et Margret Augustine. Cette structure avait pour but de tenter de recréer un écosystème viable à l'intérieur d'un immense dôme fermé. Il avait entre autres objectifs d'évaluer la faisabilité de biosphères identiques lors de la colonisation spatiale. L'expérience a été baptisée Biosphère 2 en considérant que la Terre est « Biosphère 1 ». Les fonds nécessaires, évalués à 200 millions de dollars furent fournis par Edward Bass (en) entre 1985 et 2007.

Avec une superficie de 1,27 ha, c'est le plus grand système écologique fermé jamais construit. On y avait reconstitué différents écosystèmes : une forêt tropicale humide, un océan avec sa barrière de corail, une mangrove, une savane, un désert, un terrain réservé à l'agriculture, un habitat humain avec ses quartiers privés et ses lieux de travail, ainsi qu'un étage en sous sol pour les installations techniques. De l'eau chaude et froide circulait à travers un réseau de tuyaux indépendant, et l'énergie électrique était fournie par une centrale au gaz naturel.

Son étanchéité permit aux scientifiques de mesurer chaque modifications de l'air, de l'eau et du sol, ainsi que l'état de santé de l'équipage humain qui y vivait.

Deux missions ont été menées dans le dôme scellé. La première a duré du 26 septembre 1991 au 26 septembre 1993. La seconde a duré six mois en 1994. Biosphère 2 a été créée car les chercheurs voulaient voir s'il était possible de faire une telle expérience sur Mars pour pouvoir vivre à sa surface. Ce projet, s'il a échoué, concernant notamment le recyclage de l'air, a eu le mérite de montrer la difficulté de maîtriser un écosystème.

Lors de mes recherches au sein de l'UMI du CNRS de Tucson, dans le cadre de recherches doctorales en Arts Plastiques dans le laboratoire LLA CREATIS de l'école doctorale ALPHA de l'Université Jean Jaurès, je suis partie trois mois en Arizona et ai effectué une résidence artistique au sein de Biosphère II pour interroger la médiance (notion développée par Augustin Berque) au paysage artificiel.

Le point d'ancrage de la recherche fut mon intérêt pour le phénomène érosif.

Je désirais découvrir le projet LEO, le Landscape Evolution Observatory.

J'ai séjourné dans tous les paysages artificiels.

J'ai effectué des observations comportementales en rapport avec les notions que je développe : l'arpprentissage et le paysement.

En tant que plasticienne, des motifs et des lignes se sont imposées.

J'ai établi un lien ténu avec ce lieu et affirme que la médiance avec un paysage totalement artificiel et motorisé est possible.

Le Collectif DF* a créé une installation nommée "Robinsonnade" en 2015 directement inspirée de cette expérience.

Un deuxième projet se mit en place avec le directeur de Biosphère II, M. John Adams : la construction d'une pièce technologique sensible dont le but est la captation hygrométrique ambiante afin de créer un jardin nourricier en zone désertique ou semi-désertique. Le "Communicant garden". Ce projet est suivi et réalisé en collaboration avec l'association Blackbirds.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.