Loading

Porte Neuve l'influence française

Percée à la demande du Consulat français, la porte Neuve permet de relier les différentes institutions chrétiennes situées de part et d'autre du mur d'enceinte

☝︎À l'entrée de la porte Neuve ©Nati Shohat/Flash90

Une porte pour les chrétiens. Dernière ouverture percée dans les remparts de Jérusalem, la Porte Neuve débouche sur le quartier chrétien, situé dans le quart Nord-Ouest de la ville. La construction de cette porte date de 1889 et répond à une demande faite par le consulat français auprès du gouvernement Ottoman. Les Français souhaitaient faciliter l’accès des chrétiens aux lieux saints et relier les institutions chrétiennes situées de part et d’autre des remparts.

C’est le sultan Abdul Amine qui en ordonne la construction, d’où ses autres noms « Bab as Sultan » et « Bab Adb-Al Hamid ». Cette porte fait le bonheur des Français. En témoignent Les Echos de Notre-Dame de France, qui s’exclament en janvier 1890 : « Nous venons de prendre Jérusalem ! », comme pour rappeler l’entrée des croisés dans la Ville Sainte le 14 juillet 1099. La porte a d’ailleurs parfois été appelée « Porte des Francs », en raison de sa proximité avec Notre-Dame de France.

Ambiance de Noël à la porte Neuve ©Hadas Parush/Flash90 ☞

Cessez-le-feu. La porte fut témoin de l’histoire mouvementée de Jérusalem. Dans les années 1920 et 1930, les portes de la ville étaient ouvertes et fermées au gré des autorisations administratives. En 1937 on y installe des battants de fer contrôlés par la police. Entre 1948 et 1967, elle est fermée par les autorités jordaniennes : la ligne de cessez-le-feu la traverse. Elle est rouverte après la guerre des Six Jours et la prise de Jérusalem par les Israéliens.

La porte est fermée en 1937, et témoin des violences de la guerre de 1948 ©Wikicommons

Une porte atypique. Construite à 790 mètres au dessus du niveau de la mer, la Porte Neuve est non seulement la plus haute des portes de la vieille ville mais aussi la plus sobre. Elle est dépouillée de tout élément décoratif. L’absence de chicane prouve que les murailles entourant la vieille ville ont perdu leur importance défensive grâce à l’amélioration du dispositif de sécurité dès la fin du 19e siècle. De nombreux logements, boutiques et entrepôts poussent à ses abords à la fin de cette même époque. Ils seront toutefois rasés après 1967, comme toutes les constructions adossées aux remparts de la ville.

☟La porte Neuve à la tombée de la nuit ©Nati Shohat / Flash90

Cette porte devient très vite un lieu de passage fréquenté.
Created By
Cecile Lemoine
Appreciate