PARCOURS Une vingtaine d’apprentis et une dizaine d’emplois d’avenir sont recrutés chaque année par le Département. Un engagement de la Majorité pour le mandat. La moitié des postes proposés est destinée aux personnes en situation de handicap. Portraits.

Chloé, 19 ans, est en BTS Assistante Manager. En apprentissage au Département, elle travaille une semaine sur deux au secrétariat de la direction Communication.

<< Je n'aime pas me lancer dans l'inconnu >>. L'année de son bac, Chloé décide de raccourcir ses vacances pour faire quelques stages et ainsi affiner son choix final d'orientation. Ressources humaines au Port autonome de Nantes-Saint-Nazaire, assistance de direction chez Bouygues telecom : elle découvre le monde professionnel. <<Ca m'a donné envie d'une formation en alternance ; l'école, ce n'est pas la réalité, je préférais ce temps partagé. Et je ne me voyais pas faire des études longues sans travailler >>.

Gestion de planning, suivi et rédaction du courrier, réception des appels, approvisionnement en fournitures… Les tâches sont multiples à la direction Communication. Et si la variété fait l’intérêt du métier, elle en constitue également la complexité. Sans oublier la nécessaire discrétion, dans un service rattaché directement au cabinet du président du Conseil départemental. Autant de qualités nécessaires qui ont fait mûrir la jeune apprentie.

Et après ?

Alors, Chloé, toujours pas d’études longues ? Pas si simple. Aujourd'hui, elle adopte un autre regard sur son avenir : en septembre, après son BTS, elle espère intégrer une 3e année de bachelor Communication et médias. Sûre de son projet, motivée, la jeune femme prévoit enfin de poursuivre, également en alternance, par un master en Communication. Avec en ligne de mire un métier dans l’événementiel ou les projets culturels de collectivités.

Alexandre Baillargeat, 25 ans, est chargé de gestion logistique à la Délégation Nantes du Département de Loire-Atlantique. Un emploi d’avenir qui lui a permis de découvrir un métier qu’il voudrait faire sien.

Calme mais impulsif. C’est ainsi que se définit Alexandre Baillargeat. Normal pour un boxeur, diront certains. Ce caractère lui a pourtant joué quelques vilains tours dans sa scolarité, qu’il a quittée à 18 ans sans diplôme. Mais il n’a pas baissé les bras : à peine sorti du lycée, il se fait embaucher dans une entreprise de nettoyage où il travaillait déjà pendant les congés scolaires. La nouvelle politique de l’entreprise, rachetée, ne lui convient pas et il la quitte pour un emploi de préparateur de commande dans un entrepôt de la grande distribution. Le métier lui plait mais il l’aimerait plus varié. Aussi n’hésite-t-il pas trop quand il découvre l’annonce du Département.

<< Ici, on ne peut pas dire que c’est monotone >>, s’amuse-t-il, avant de détailler ses missions : gestion d’un parc de 130 véhicules avec suivi de l’entretien, organisation des déménagements — de l’inventaire de tout le mobilier à l’assistance des déménageurs le jour J — , commandes des Centres médicaux-sociaux en fournitures et produits d’entretien, sans oublier les commandes de mobilier, la signalétique ou la livraison des vaccins dans les permanences de Protection maternelle et infantile… Alexandre jongle d’une tâche à l’autre et conclue par la certification des factures de l’ensemble.

Aujourd’hui, Alexandre a appris à gérer ses émotions. Son avenir ? Il le voit dans ce poste, ou dans un emploi similaire. << Ca ne va pas être facile, les employeurs cherchent souvent des personnes diplômées à Bac + 2, voire plus. Mais si tout va bien, j’ai encore un an pour me forger une expérience à faire valoir dans un recrutement >>, espère-t-il. A moins qu'il ne décroche avant le concours d'entrée dans la Fonction publique territoriale, qu'il prépare activement.

Soline Herbet, 24 ans, est chargée d’accueil dans un Pôle médico-social départemental de Rezé. Un poste d’emploi d’avenir que cette voyageuse dans l’âme espère comme un tremplin.

<< Ici, je suis chargée de l’accueil physique des personnes et de l’accueil téléphonique. Le public qui vient dans un pôle médico-social est essentiellement familial, pour des rendez-vous médicaux ou sociaux. Autant dire que ça n’est pas toujours facile, mais ça m’a permis de prendre confiance en moi >>.

A 24 ans, Soline a déjà pas mal bourlingué. Sur un plan personnel d’abord, et en mode « sac à dos », de l’Islande à Majorque, d’Italie à la Polynésie. Sur un plan professionnel également. Son BEPA de services aux personnes en poche, elle travaille avec des personnes âgées. Mais sa confrontation au vieillissement l’effraie. Changement d’orientation, elle décide de se tourner, via un CAP, vers le service en restauration. Elle entame ensuite un bac pro en apprentissage, toujours comme serveuse, mais le métier la déçoit. Elle retourne à sa première idée, le service à la personne, mais plutôt pour accompagner les personnes handicapées et la petite enfance. Malheureusement, des soucis de santé ne lui permettent plus d’exercer cette activité.

Certains se seraient démotivés. Pas elle : son cocktail de vie, c’est jogging, musculation et fitness. Alors Soline se reprend et trouve rapidement un contrat temporaire pour une mission de classement au Ministère de l’intérieur, avant de postuler au Département pour son poste actuel de chargée d’accueil. Son avenir ? << Ce n’est pas le métier que j’aimerais faire à long terme. Je me vois plutôt gérer des dossiers, et évoluer vers des postes à responsabilité. Mais en attendant, je vis au jour le jour >>, précise-t-elle.

Pauline Ouary a 20 ans. En licence pro Maintenance et réhabilitation des bâtiments à l’IUT de Saint-Nazaire, elle a intégré en alternance la Délégation Nantes du Département.

<< Au début, je m’orientais plutôt vers l’architecture. Mais finalement, j’ai réalisé qu’il y a grand besoin de réutiliser les bâtiments existants. C’est cette démarche qui me guide >>. Cette vision, Pauline Ouary l’a développée pendant son DUT Génie civil à Saint-Nazaire, tant pendant les cours qu’au fil de ses stages.

Accueillie au Département en septembre dernier, elle a découvert l’univers des structures importantes, qui tranche avec les petites entreprises privées qu’elle avait connues auparavant. Mais la taille offre une variété des missions qui ne lui déplait pas. Diagnostic, préparation de travaux, marchés publics, gestion des relations avec les entreprises : autant de tâches à assurer, en particulier sur deux projets qu’elle suit actuellement, sur une aire de repos et pour un foyer d’accueil de l’Aide sociale à l’enfance.

Volontaire, dynamique, Pauline ne se met pas pour autant la pression. << Petite ou grande entreprise, je verrai bien ce qui se présentera à la fin de cette année scolaire. Je ne veux pas me fermer de porte ; Le travail que je fais actuellement me convient parfaitement, alors si c’est possible j’aimerais le poursuivre encore un peu >>, espère-t-elle.

Thomas Gilbert, 19 ans, complète son bac pro de cuisinier par une année d’apprentissage pour préparer le Certificat de Spécialisation Restauration Collective. Il travaille en alternance au collège Aristide Briand de Nantes.

Lors de son bac professionnel de cuisinier au lycée de Machecoul, Thomas Gilbert a effectué de nombreux stages dans des restaurants traditionnels. Un expérience riche, mais il a voulu s’orienter vers un autre domaine de son secteur : la restauration collective. Une démarche différente, qui semble convenir à ce jeune homme discret. Il a donc intégré le CFA Jules-Rieffel de Saint-Herblain dans le cadre d’un Certificat de Spécialisation Restauration Collective, délivré en un an.

<< J’aime cuisiner en général, mais avant de chercher un travail définitif, j’avais envie d’avoir plus d’expérience pratique. C’est ce qui m’a fait choisir l’apprentissage en alternance. Je ne regrette pas mon choix : à la fin de ce contrat, je chercherai un emploi en restauration collective >>, détaille Thomas.

Created By
Département Loire-Atlantique
Appreciate

Credits:

Textes et photos © Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique - Mars 2017

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.