Loading

Watch out 2016 – Australie. Réalisation : Chris Peckover. Scénario : Zack Kahn. Avec : Olivia DeJonge, Levi Miller, Ed Oxenbould, Aleks Mikic, Virginia Madsen.

Peut-on accumuler les clichés et pour autant rester surprenant ? On est tenté de répondre oui, quand on vient de finir le visionnage de Watch out.

"Don't stay up late and watch scary movies, okay?"

Un soir peu avant Noël, Ashley, 17 ans, est chargée de faire du baby-sitting. Elle va devoir veiller sur Luke, un garçon de 12 ans qu'elle connaît bien et apprécie. Luke, de son côté, compte sur cette soirée pour annoncer ses sentiments à sa baby-sitter et tenter de la séduire. Des plans qui seront rapidement interrompus par un individu qui, après les avoir tous deux menacés, va tenter de s'introduire dans la maison.

Watch out, c'est une sorte d'allégorie du garnement. On ne sait jamais quel vilain tour il va nous jouer. Cynique et drôle, méchant et violent, mais surtout surprenant, Watch out est une petite bouffée de fraîcheur déjantée qui fait plutôt du bien.

Empruntant de prime abord un chemin ultra-balisé, le film de Chris Peckover s'amuse à jouer avec les attentes du spectateur en changeant plusieurs fois de direction. Divisée en trois temps, l'histoire jouit ainsi d'un rythme qui ne faiblit pas.

Un twist qui marche à merveille

La moins intéressante des trois parties est la première, la plus classique. Elle est heureusement courte et se conclut sur un twist inspiré qui donne tout son intérêt au film et qu'il vaut mieux ne pas dévoiler. Il redonne, en tout cas, beaucoup d'élan à l'histoire et provoque sans peine l'intérêt des spectateurs. Un intérêt qui ne nous quittera plus jusqu'à la finale.

Le long-métrage se montre particulièrement efficace dans son usage d'un fond cynique et noir alors même que l'atmosphère initiale du film baigne dans la joie et les couleurs, l'histoire se déroulant en période de fêtes. La musique, composée en grande partie de chants de Noël, est au diapason et renforce cette opposition entre la bonne humeur des fêtes de fin d'année et le ton sarcastique du film.

De plus, on appréciera particulièrement les personnages de Watch out, notamment son héroïne, Ashley. La jeune femme est dégourdie, intelligente et on s'attache rapidement à elle.

À noter également la prestation convaincante d'Ed Oxenbould, dans le rôle du meilleur ami de Luke. Dommage que Levi Miller, dans le rôle de Luke, ne soit pas aussi bon. Sans être vraiment mauvais, le jeune acteur surjoue par moments et rend rapidement son personnage agaçant. À sa décharge, le rôle n'est pas évident à jouer.

On regrettera tout de même une chose importante : Watch out ne va pas assez loin. Au niveau graphique, ce n'est pas bien grave. Le réalisateur joue sur la suggestion et il le fait bien, notamment grâce à un usage inspiré du hors-champ. Mais au niveau de son histoire, c'est plus embêtant.

Le long-métrage repose sur des bases assez glaçantes quand on y pense. Et on a un peu l'impression, au sortir du film, qu'il y avait là matière à faire quelque chose de plus marquant. Psychologiquement, Watch out se révèle finalement assez gentillet, bien qu'intéressant. Il est dommage que ses créateurs n'aient pas jugé utile de pousser le propos encore plus loin.

L'anecdote

Olivia DeJonge et Ed Oxenbould avaient déjà joué ensemble l'année précédente dans The Visit, de M. Night Shyamalan, où ils interprétaient un frère et une sœur

S'il avait été un peu plus loin dans son propos, Watch Out aurait pu devenir une vraie perle d'horreur psychologique.

Mais même sans ça, il reste un long-métrage très divertissant, bien ficelé, qui permettra sans peine aux spectateurs de passer un bon moment.

3,5/5

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.