La politique décryptée par les geeks

Ils ont entre 20 et 30 ans et s’emparent de plates-formes comme Twitch ou YouTube pour parler politique… aux jeunes. Au plus près de l’actualité, ils commentent les événements, dissèquent les discours et incitent la jeune génération à entrer dans le débat.

Il est 9 h 55, lundi 6 mars 2017. Sur la chaîne Twitch d’Accropolis, un chrono affiche le temps restant avant le début du live. La conférence de presse exceptionnelle annoncée la veille par Alain Juppé, maire de Bordeaux, doit se tenir à 10 h 30. Bientôt apparaissent les premiers « viewers », et les premiers commentaires. On y parle de la manifestation en soutien à François Fillon au Trocadéro, le dimanche 5 mars. Soudain, la musique électronique s’emballe et apparaît Jean Massiet, 29 ans, micro-casque sur la tête : « Bonjour à toutes et à tous, bienvenue sur Accropolis… » Quelques minutes plus tard, Azerty_1066 lance le décompte avant l’arrivée d’Alain Juppé : « Il va se présenter dans 3, 2, 1… » Jean se ronge les ongles, puis plonge dans son mug signé Accropolis.

« Pas de Juppé en 2017 »

Le chat s’affole. L’intervention d’Alain Juppé commence, et Jean commente ses premières déclarations : « Alain Juppé, d’un ton grave, tire le bilan d’une gauche divisée… » Puis, réagissant à ses propos : « Eh bien c’est clair, Alain Juppé ne rejoint pas Emmanuel Macron, comme ça avait pu être expliqué ce matin. » Lorsque Alain Juppé annonce officiellement qu’il ne sera pas candidat à la présidence de la République, une nouvelle vague de commentaires inonde le chat. Nawakrel écrit : « Pas candidat, pas soutien de Fillon, pas soutien de Macron. » Djodjo_0769 renchérit : « Pas de Juppé en 2017. » À 10 h 35, Alain Juppé conclut son intervention par le traditionnel « Vive la République, vive la France », avant de disparaître. Sur le chat, Huggo92 interpelle Nicolas Sarkozy : « Faudrait que Sarko se présente, pour encore diviser la droite. » Le live de Jean, qui a duré une vingtaine de minutes, a rassemblé une cinquantaine de personnes.

Regarder le replay du live d'Accropolis (22 minutes)

Explique-moi le 49.3

Parler de politique sur Twitch, une plate-forme dédiée aux jeux vidéo, Jean Massiet est le seul à le faire. Lui, il ne joue pas. Ce geek (comme il se définit lui-même) n’a pas hésité à contourner la charte de la chaîne, et par la même occasion à créer une petite révolution dans le streaming. Il a lancé Accropolis en septembre 2015, dans le but d’attirer les jeunes dans le débat politique. Il explique : « Dans les années 1970, on écoutait la radio pour être au courant de la vie politique. Aujourd’hui, pour les jeunes, c’est beaucoup plus simple d’aller sur internet. » Jean considère sa chaîne comme un « stream citoyen » : « Accropolis prend le viewer par la main et l’accompagne dans des sujets qui sont parfois difficiles à comprendre, comme le 49.3 ou encore le CETA. » Sur Twitch, le simple spectateur devient donc acteur, et lui sert de « passerelle entre les jeunes qui s’intéressent à la politique d’un côté, et les politiques de l’autre ». Lui a notamment travaillé comme conseiller à la Mairie de Paris et comme chargé de communication auprès de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Il constate que le nombre d’abonnés à Accropolis ne cesse d’augmenter. Parmi eux, d’autres geeks, habitués de Twitch pour la plupart, qui portent un intérêt croissant à l’actualité politique.

YouTube et « tutos » politiques

Jean et Accropolis ne sont pas visibles que sur Twitch : les live sont disponibles en replay sur YouTube, le terrain de jeu favori des jeunes pour aborder les questions politiques. Car YouTube compte maintenant avec diverses chaînes dédiées, comme Osons causer (120 000 abonnés) animée par Ludovic Torbey, Stéphane Lambert et Xavier Cheung, la chaîne HugoDécrypte (118 000 abonnés) de Hugo Travers et, plus récemment, Déclic (1 000 abonnés), lancée par Fabien Marchesini et ses camarades étudiants en création de contenus numériques à l’École W.

« L’aventure a commencé le jour où une amie nous a demandé de lui expliquer la politique », explique Fabien, 20 ans tout juste. Lui et la quinzaine d’étudiants de sa promotion ont lancé Déclic, une chaîne de décryptage politique, destinée aux jeunes de leur âge qui vont voter pour la première fois en avril 2017. L’idée, explique Fabien, est d’aller chercher les jeunes là où ils sont : sur les réseaux sociaux. Il ajoute : « Déclic est là pour parler aux jeunes qui se sentent exclus du débat. » Pour attirer toujours plus de jeunes sur leur chaîne, Fabien et ses acolytes ont une technique bien rodée : « On se sert de contenus courts, par exemple sur Snapchat, puis on les attire sur YouTube avec du contenu plus long. » Et ça fonctionne. La première émission de Déclic, qui avait pour invité Guillaume Meurice, humoriste de France Inter, comptabilise déjà 25 000 vues. Ces derniers mois, les candidats à la présidence de la République – à l’exception de François Fillon – ont tous créé leur chaîne YouTube, pour s’adresser aux jeunes. « C’est peine perdue pour eux, commente Jean Massiet… Sur le web, quand tu n’es pas sincère, ça se voit tout de suite. »

Regarder la vidéo de la chaîne Youtube Déclic (26 minutes)

Pour aller plus loin :

Texte : Guillaume Czyz

Édition : Gwenn Rambaud, Noluenn Bizien, Angélique Le Querre, Samy Cohen

Graphiste : Mehboob Aubdoollah

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.