Loading

L'essor des réseaux sociaux dans la communication des marques et acteurs du e-commerce sur le marché des instruments de musique Pourquoi, comment, jusqu'où ?

Introduction

Dans cet article, nous allons étudier l’essor des réseaux sociaux dans la communication des marques et acteurs du e-commerce sur le marché des instruments de musique. De la visibilité à la vente, comment les acteurs de ce marché s’approprient-ils les média sociaux et quelles évolutions peut-on attendre de ce levier marketing digital en mutation permanente ?

Social networks

Quoi de neuf concernant les réseaux sociaux dans la communication des marques ?

8 grandes tendances se dégagent pour la communication des marques sur les réseaux sociaux en 2021

1/Le remixing pour apporter de l’authenticité

TikTok, Reels, Triller ont remis au goût du jour le contenu généré par les utilisateurs. Ils utilisent des modèles ou concepts existants pour répliquer des formats et exprimer leurs idées. Cette pratique est qualifiée de « remixing ».

Née à l’occasion du confinement de mars-mai 2020, cette tendance va aller croissant en 2021. Les marques ont intégré qu’elles avaient tout intérêt à encourager les consommateurs à s’approprier leurs produits ou services et en devenir les meilleurs ambassadeurs. Elles proposent à leur communauté des filtres, stickers, modèles et autres calques pour permettre aux socionautes de créer eux-mêmes du contenu. Le « remixing » s’inscrit dans la tendance plus globale des UGC (User Generated Content) et présente l’avantage d’être une stratégie efficiente pour propulser la notoriété d’une marque, à moindre coût.

2/Les vidéos très courtes

Les nouveaux réseaux sociaux n’ont pas seulement permis l’explosion de l’UGC, ils ont aussi fait évoluer les modes de consommation des vidéos. TikTok recense aujourd’hui près de 700 millions d’utilisateurs actifs qui consacrent plus de 46 minutes par jour à l’application, pour des contenus qui ne dépassent que rarement les 15 secondes.

Les vidéos très courtes, de moins de 30 secondes, suivant ainsi la tendance du snacking, sont de retour sur le devant de la scène. Elles sont faciles à réaliser et à visionner, se consomment de manière ludique, le tout à n’importe quelle heure de la journée.

La crise sanitaire et ses corollaires, règles de distanciation physique et développement du télétravail, participe à l’amplification du phénomène. Les utilisateurs veulent communiquer rapidement avec leurs proches comme avec les marques, depuis leur smartphone.

Ce format vidéo est en forte croissance et a de fortes chances de s’imposer dans le paysage des réseaux sociaux sur le long terme. L’arrivée de Triller, réseau dédié à la création de clips musicaux, risque d’alimenter l’engouement pour les vidéos très courtes.

3/Les contenu éphémères restent plébiscités

Le modèle des stories n’en finit plus de séduire les réseaux sociaux, autant du côté utilisateur qu’éditeur. L’exemple de Linkedin qui a intégré cette fonctionnalité à son interface en juin 2020 est éloquent : un temps considéré comme un format destiné aux plus jeunes et notamment aux millenials, les stories répondent à la nécessité pour les marques de communiquer sur un lapse de temps toujours plus court. Popularisé par Snapchat, le format Stories peuvent se révéler très addictives dans la mesure où la lecture s’enchaîne en continu et qu’elles peuvent être enrichies tout au long de la journée sur le fil d’actualité du socionaute.

4/Le divertissement et le social gaming

Dans leur recherche de moyens de connexions virtuels due aux restrictions de déplacement tout au long de l’année 2020, les internautes se sont tournés vers les jeux vidéo.

Au-delà du divertissement, les joueurs et utilisateurs cherchent surtout à renforcer les liens avec leurs partenaires de jeu. C’est pour cette raison qu’on assiste au développement des plateformes comme Twitch et Youtube. Elles permettent un véritable échange entre membres d’une communauté.

5/Le renforcement du marketing conversationnel

Le développement des réseaux sociaux s’accompagne de l’évolution de l’importance donnée à certaines métriques et mesures de performance. Le nombre de mentions « J’aime » et d’abonnés a perdu en importance à la faveur de différents événements comme l’achat de faux followers et likes ainsi que l’utilisation de robots qui ont terni la confiance entre influenceur et marques. Dans la droite lignée du développement de plateformes comme Twitch et Youtube qui proposent des contenus interactifs, l’interaction est devenue incontournable en 2021.

Bien plus que le nombre de « J’aime », c’est la possibilité d’entretenir une conversation avec la communauté sur le long terme qui est prépondérante. Le marketing conversationnel désigne l’interaction entre une marque et ses clients, de manière profonde et personnalisée. Exit les questions posées via un sondage Facebook ou Twitter, il s’agit là de proposer de véritables dialogues grâce aux boîtes de messagerie.

Les socionautes souhaitent désormais échanger directement avec la marque pour la questionner et s’assurer qu’elle réponde à leurs besoins et correspondent à leurs valeurs. Les entreprises peuvent favoriser l’accès à ces informations en incitant au dialogue, avec notamment la mise en place de chatbots Messenger ou des call-to-action redirigeant vers un numéro de contact dédié.

6/Un positionnement fort et engagé

L’engagement des consommateurs suit une tendance croissante particulièrement marquée par les questions sociales, politiques, environnementales et économiques qui ont jalonnées 2020.

Un certain nombre de marques ont pris position pour défendre leurs convictions sur les réseaux sociaux et partager des contenus engagés en faveur de nombreuses causes. Cette pratique suit la quête d’interaction poursuivie par une large part des socionautes qui veulent consommer et être acteur de leurs actes de consommation.

7/Les communautés privées encore prisées des marques

Les communautés privées n’ont pas disparu ! Toujours dans la volonté de renforcer le lien et créer de la connexion avec leur audience, les marques continuent de mettre l’accent sur les groupes comme ceux bien connus des utilisateurs de Facebook.

Ces derniers présentent plusieurs avantages :

  • Les membres du groupe participent à l’animation et créent des liens entre eux
  • Ils peuvent devenir des vrais ambassadeurs en recommandant le groupe à d’autres personnes
  • Ils entretiennent un lien de proximité avec la marque
  • La marque peut répondre plus facilement et directement aux membres

8/Des publicités toujours plus dynamiques

On ne le dira jamais assez, l’interactivité est la clé. Conséquence directe du point précédent, les publicités doivent s’adapter à l’évolution de la consommation des informations sur le web. Les consommateurs étant de plus en plus habitués et à l’aise avec l’achat via les réseaux sociaux, les publicités deviennent toujours plus dynamiques pour attirer l’attention des socionautes et les inciter à interagir.

Après Instagram Shopping, Youtube a récemment intégré de nouvelles fonctionnalités de vente sur la plateforme.

De la visibilité à la vente, quels objectifs les marques visent-elles en recourant aux réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux, un puissant levier visant 3 objectifs : notoriété, génération de trafic et réputation

Si les réseaux sociaux occupent une place importante dans les habitudes des consommateurs, les marques et entreprises ont su saisir l’opportunité que représente ce levier en définissant des stratégies dédiées. La stratégie est un élément clé du marketing des média sociaux. Elle exige une bonne compréhension de l’audience ciblée, de ses attentes, de l’adéquation entre ses besoins et les objectifs de la marque et de son intégration à la stratégie globale de l’entreprise.

Il s’agit en fait d’un plan qui vise à maximiser l’engagement et les interactions à travers les média sociaux pour atteindre l’objectif inbound marketing d’une entreprise. Ces objectifs marketing peuvent être d’améliorer la notoriété de la marque, de générer de l’engagement ou de générer du trafic.

Une stratégie social media doit examiner comment les réseaux sociaux peuvent être utilisés et si cela est nécessaire. Les entreprises doivent établir des relations et c’est l’intérêt essentiel des réseaux sociaux car ils offrent des outils et méthodes pour faciliter les conversations, le partage d’informations et la collaboration, mais ils permettent surtout de forger des relations. C’est donc la manière dont les entreprises développent des relations, la valeur qu’elles apportent à l’entreprise et les outils utilisés qui feront la différence.

Une bonne stratégie de médias sociaux définit les relations, leur valeur et établit un plan pour les exploiter afin d’atteindre un objectif particulier ou un ensemble d’objectifs. Parmi les nombreux objectifs existants, on retiendra 3 principaux objectifs marketing : développer la notoriété, générer du trafic sur les sites web et améliorer la réputation d’une marque.

Les réseaux incontournables : Youtube, Facebook, Instagram, Linkedin

Youtube

Avec 1 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde dont près de 47 millions en France, Youtube est un canal de diffusion très populaire auquel les internautes consacrent beaucoup de temps. Une telle source quasi illimitée de contenus est devenue indispensable pour les responsables marketing dont 48% prévoient d’ajouter Youtube à leur stratégie marketing au cours des douze prochains mois.

La plateforme est si développée qu’elle est disponible en 76 langues, couvrant ainsi 95% de la population mondiale. Elle atteint par ailleurs plus de personnes dans la tranche d’âge 18-49 que les autres réseaux de diffusion sur mobile. Ces chiffres tordent le cou à une idée largement répandue au sein des entreprises selon laquelle leur audience ne se trouverait pas sur Youtube. Deuxième moteur de recherches au monde, la plateforme de partage de vidéos permet également d’améliorer son SEO et la présence globale d’une marque sur Internet. Grâce au format vidéo, les marques peuvent présenter des contenus uniques, faciles à regarder et à partager.

A la question « Pourquoi faire du marketing sur Youtube ? », nous répondrons qu’elle présente l’avantage de ne pas être une plateforme dédiée à la publicité ni à la communication commerciale, du moins pas au départ. Avec son milliard d’utilisateurs dans le monde, elle représente une aubaine pour les marques et entreprises qui peuvent toucher une audience qualifiée via la création de vidéos ciblées en échange d’un petit budget. Faire du marketing sur Youtube, c’est aussi bénéficier de la puissance de l’aspect réseau de la plateforme, les contenus peuvent en effet y être facilement partagés. Avec le temps, Youtube est devenu est moteur de recherche à part entière, avec des milliards de requêtes formulées par jour. On comprend alors l’importance de miser sur l’organique pour mettre en place une stratégie marketing sur Youtube. Les socionautes ne s’y rendent pas pour chercher de la publicité, ils sont plus sensibles à des valeurs immatérielles incarnées par les marques. Le format vidéo est d’ailleurs très adapté pour construire un storytelling efficace et solliciter la sensibilité des utilisateurs.

La communication sur Youtube a davantage vocation à améliorer la notoriété d’une marque par la transmission de valeurs distinctives qu’à présenter les produits que celle-ci propose à la vente. Youtube est un canal marketing exigeant un certain degré de créativité mais ouvert à toutes les entreprises qui le souhaitent.

Facebook

Ableton (Germany), Facebook

Lancé en 2004, Facebook est le réseau social le plus utilisé mondialement à ce jour. C’est pour cela que de nombreuses entreprises le considèrent comme étant un véritable outil marketing. La plateforme est progressivement devenue incontournable pour diffuser son image de marque, fidéliser ses clients et générer des ventes. Avec 2,7 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois, Facebook a continué de croître en 2021, malgré les nombreuses critiques qui lui sont adressées.

C’est d’abord son statut de base de données gigantesque qui constitue l’atout majeur de Facebook. Les marques sont aujourd’hui enclines à investir des montants colossaux pour récupérer des données sur leurs clients potentiels. Au-delà de l’engagement, qui consiste à collecter un maximum de mentions « J’aime » sur la page d’une entreprise, Facebook permet également de récupérer les contacts « réels » (adresses email par exemple) des abonnés en dehors de la plateforme via des concours, inscriptions à une newsletters et bien d’autres moyens. Grâce à Facebook, vous pouvez donc atteindre vos clients par deux canaux marketing différents, un atout puissant et à moindre coût.

Créer une page Facebook ne coûte en effet absolument rien. La régie publicitaire Facebook Ads vous donne accès à des publicités ou des posts sponsorisés qui sont relativement bon marché. Les marques gardent le contrôle sur leurs dépenses en choisissant d’avance le budget de la campagne et l’audience voulue. Avec son statut de réseau social actif, Facebook est le premier outil de partage des trouvailles sur Internet. 24% des informations rediffusées sur Internet le sont sur Facebook. Une marque créant une publicité impactante s’ouvre donc la possibilité d’atteindre un grand nombre de prospects en un temps record.

Avec Facebook, vous accédez à un large éventail d’outils statistiques, Facebook Insights. Ils permettent d’analyser d’un simple coup d’œil les retours sur investissement de votre page, comme la progression du nombre de « J’aime », la portée de chacun de leurs messages et la performance des posts. En outre, la veille concurrentielle est un des autres atouts majeurs du réseau, qui devient un excellent moyen de réactivité stratégique.

Sachez également qu’une partie des informations saisies sur les pages Facebook est indexée sur Google alors que le réseau social renvoie directement vers le site Internet d’une entreprise. Ces deux faits conjugués améliorent le référencement naturel de cette dernière et la rend plus facilement visible des internautes.

Dernier atout de Facebook, et non des moindres, il constitue une excellente solution pour fédérer facilement ses clients. Bon nombre d’actions peuvent y être mises en place telles que des sondages d’opinion, des mini enquêtes, etc. Les socionautes se sentent donc impliqués dans la vie et la bonne marche de la marque. Ces outils permettent également d’estimer les opinions des internautes et de faire évoluer la politique de sa société en fonction des constats observés.

Instagram

Duesenberg (Germany), Instagram

C’est l’un des réseaux qui connaît la plus forte croissance du nombre d’utilisateurs actifs (1 million à son lancement en 2010 contre 1 milliard à l’heure actuelle). Instagram est le réseau social que vous devez exploiter si vous voulez vous adresser à un public jeune (71 % des utilisateurs ont moins de 35 ans) ou publier du contenu visuel.

Utilisé de manière stratégique, Instagram est un outil de marketing très puissant qui permet d’interagir directement avec votre communauté et ainsi augmenter votre notoriété. 2 chiffres ont retenu notre attention à ce propos : 200 millions de socionautes utilisant l’application consultent au moins un profil professionnel par jour et plus de 60 % des utilisateurs déclarent avoir déjà découvert un nouveau produit par le biais d’Instagram.

Comme pour son ainé Facebook, définir une stratégie social media efficace sur Instagram repose sur quelques principes : identifier votre audience cible, établir vos objectifs, soigner votre profil, construire une ligne éditoriale, publier au bon moment, proposer du contenu pertinent, utiliser la publicité.

Produire de manière régulière du contenu original et de qualité n’est pas toujours évident. Il y a pourtant de nombreuses possibilités pour promouvoir votre marque sur Instagram, voici quelques points essentiels pour y parvenir.

Pensez à équilibrer vos publications

Anasounds Ages (France), Instagram

Sur Instagram, l’image est reine et s’il est possible de rédiger des textes longs, ils ne sont pas adaptés au format flux de l’application ni à la navigation sur smartphone qui est le support principal sur lequel les socionautes consultent l’application. Allez donc à l’essentiel en choisissant un titre court, avec une brève description ou une phrase drôle. Autre élément essentiel dont vous devez tenir compte : les hashtags, qui déterminent la popularité de votre publication. Utilisez-les avec parcimonie et de manière stratégique. Comparée à d’autres réseaux sociaux ou média, la valeur ajoutée pour le consommateur est différentes sur Instagram : le contenu est plus éphémère qu’un article de blog et plus axé sur l’émotion et le divertissement.

Choisissez bien vos images

Fender Play (USA), Instagram

Instagram est bien plus qu’un simple canal de redirection vers des contenus déjà existants et vous ne tirerez pas parti de son plein potentiel si vous l’utilisez comme tel.

Dans le cas où votre offre se porte sur un service, vous devriez éveiller la curiosité de vos abonnées et susciter leur attention, en diffusant des photos de vos bureaux, de vos ateliers de fabrication ou encore en dévoilant tout ou partie d’une nouvelle offre de service. Une fois de plus, servez-vous d’Instagram pour observer les contenus que vos concurrents diffusent et surtout, soyez créatifs !

Créez des stories

Paoletti Guitars (Italy), Instagram

Outil très prisé des marques pour mettre leur communication en valeur, les stories ont l’avantage de rester à la une pendant 24 heures sans se perdre dans le fil d’actualité de votre page comme les photos ou vidéos. Grâce à un contenu original et créatif, elles attirent la curiosité de votre audience et suscitent son intérêt en créant de l’émotion et de l’authenticité. Pour optimiser vos stories, utilisez les fonctionnalités offertes par Instagram : émojis, Gifs, filtres et hashtags.

Les stories sont très souvent utilisées pour relayer un événement ou proposer une démonstration de produit.

Utilisez Instagram Direct

Cela vous offre la possibilité d’échanger avec d’autres utilisateurs à travers des messages privés. Vos photos et vidéos n’apparaissent pas dans le fil d’actualité mais dans la boîte de réception d’un utilisateur en particulier. C’est un excellent moyen de discuter avec vos abonnées mais vous ne pourrez pas être à l’origine du premier message, il est nécessaire que l’abonné initie le contact.

Organisez des jeux concours

Le principe est très simple, faire gagner un cadeau à un ou plusieurs abonnés en leur demandant de réaliser une action (aimer une photo, écrire un commentaire qui exprime leur intérêt pour le cadeau, mentionner le profil d’amis dans leur commentaire, s’abonner à un autre compte partenaire du concours). Le jeu concours est parfait pour lancer un nouveau compte ou un nouveau produit, développer votre notoriété ou encore générer de l’engagement dans votre communauté.

Utilisez IGTV Instagram

Paoletti Guitars (Italy), IGTV Instagram

Disponible depuis 2018, cette nouvelle fonctionnalité permet de stimuler vos contenus vidéo. Elle rend possible la réalisation de vidéos en format vertical d’une durée de 60 minutes maximum, qui apparaissent dans un onglet spécifique. Ces vidéos ont la particularité de ne pas disparaître au bout de 24 heures comme les stories.

Vendez grâce à Instagram Shopping

C’est l’une des innovations les plus importantes de la plateforme. Grâce à elle, vous pouvez échanger avec vos clients sur vos produits et les vendre directement sans avoir à rediriger votre audience vers votre site Internet. Cela facilite l’acte d’achat pour vos clients et vous avez la possibilité d’insérer jusqu’à 5 liens par publication qui amèneront vos abonnés sur vos produits.

Linkedin

Gibson (USA), Linkedin

Avec plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 17 millions en France, Linkedin est devenu le réseau social le plus prisé des professionnels et tout l’un des plus grands réseaux sociaux au monde.

Si Linkedin est en pleine expansion, cette plateforme est souvent sous-utilisée ou reléguée au second plan par les entreprises. Il nous apparaît donc primordial d’apprendre à maîtriser ce réseau social extrêmement puissant et de découvrir ses fonctionnalités cachées.

Créé en 2003, Linkedin a pour objectif de faciliter les contacts entre professionnels. Il se démarque de Facebook puisqu’il est, au départ, exclusivement centré sur les expériences professionnelles. Ses utilisateurs peuvent être mis en relation, partager des contenus entre eux, qu’ils soient collaborateurs, employeurs potentiels, partenaires ou encore récemment collègues. Ce réseau social a un potentiel marketing énorme pour toute entreprise puisqu’il lui donne la possibilité d’améliorer sa visibilité et sa réputation, avec une approche professionnelle, et dans une moindre mesure de générer du trafic et indirectement des ventes.

Voici quelques astuces pour utiliser Linkedin avec efficacité :

Partagez des publications intégrant un contenu riche

Woodbrass (France), Linkedin

Les posts incluant des photos et des vidéos ont généralement plus de succès sur les média sociaux, Linkedin ne fait pas exception. Les publications contenant des images reçoivent ainsi 98% de commentaires supplémentaires par rapport à celles qui n’en ont pas. Les collages personnalisés comprenant 3 ou 4 images dans une seule publication sont également efficaces. Dernier point : privilégiez les images authentiques et limitez le recours aux images issues de banques d’images.

Optimisez vos publications pour élargir votre portée et votre impact

L’algorithme Linkedin classe les publications en tenant compte des signaux suivants : relations, pertinence des intérêts et probabilité d’engagement. Il s’efforce ainsi d’afficher aux utilisateurs du contenu qui les intéresse et avec lequel ils interagiront, à partir des comptes auxquelles ils sont connectés. C’est cette logique que vous devez suivre pour élargir votre portée et votre impact.

Publiez au bon moment

Il est fondamental de publier avec régularité pour fédérer une communauté réactive sur Linkedin. Les entreprises qui publient toutes les semaines obtiennent deux fois plus d’engagement. Les marques qui publient une fois par jour, rencontrent encore plus de succès.

Linkedin Live

Le direct est le seul format qui récole plus d’engagement que la vidéo, 124 fois plus en moyenne que les vidéos préenregistrées. Que vous proposiez un webinaire, une interview ou des événements virtuels, tirez parti de ce format qui permet des créer des liens instantanés avec votre audience, particulièrement si vous répondez aux questions et commentaires.

Créez des pages vitrines

C’est un moyen efficace pour promouvoir une initiative spéciale ou faire participer une communauté cible. Les pages vitrines donnent aux membres un autre moyen de vous suivre, même s’ils ne suivent pas votre page principale.

Exploitez les statistiques Linkedin

Vérifiez régulièrement les analyses Linkedin pour améliorer votre stratégie marketing sur la plateforme. Suivre les indicateurs de publication vous permettra de comprendre quelles sont les publications avec lesquelles votre audience a le plus interagi, ce qui a entraîné le plus d’actions et ce qui n’a pas fonctionné. Vous pourrez ajuster votre calendrier éditorial en conséquence.

Les réseaux émergents qui innovent : TikTok, Twitch

TikTok

TikTok (China)

Dernier réseau social en vogue, plus téléchargé que Facebook, Instagram ou Snapchat, cette plateforme est en passe de devenir le réseau social incontournable des années 2020.

Créée en Chine par le groupe ByteDance en 2016, elle a rapidement conquis le monde des réseaux sociaux. En moins d’un an, elle avait déjà plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde et 1 milliard de vues sur son contenu. En 2020, TikTok recensait 11 millions d’utilisateurs actifs en France, une croissance exponentielle qui n’est pas prête de s’arrêter.

Le principe de cette application est simple : les utilisateurs peuvent publier des vidéos très courtes, de 3 à 650 secondes, pour divertir les autres utilisateurs ? Si on aime une vidéo, on peut la partager entraînant ainsi des phénomènes de viralité. L’autre force de TikTok, c’est la diversité des contenus qui y sont proposés : des personnes qui dansent, chantent, font du karaoké, des gags, mais aussi des défis.

Très populaire chez les jeunes de 16 à 24 ans (65 % des utilisateurs ont moins de 30 ans), elle séduit surtout par son ton léger. Les deux éléments essentiels pour créer des contenus qui suscitent de l’engagement sont donc de proposer des vidéos amusantes et attrayantes au point de vue visuel. Toutes les entreprises ne peuvent pas définir une stratégie social media sur TikTok, elles doivent pouvoir adopter un point de vue humoristique qui colle avec leur image de marque.

Si TikTok a connu un succès fulgurant auprès des utilisateurs particuliers, et notamment des jeunes, l’application n’est encore que très peu utilisée par les entreprises. Elle offre néanmoins des fonctionnalités intéressantes pour ces dernières. Une marque peut créer une page professionnelle et créer des annonces, qui si elles sont jugées pertinentes par l’algorithme, seront diffusées dans le flux des utilisateurs, comme une publicité digitale classique. Il existe trois types de publicité sur TikTok : les publicités de marque, les publicités natives, les hashtag challenges.

Les publicités de marque ont un format semblable aux stories Instagram ou Facebook. Vous pourrez ajouter un bouton pour rediriger vers l’une de vos pages, consulter les statistiques de la vidéo comme le nombre de vues pour ajuster votre stratégie publicitaire.

Les publicités natives sont plus discrètes, elles s’affichent dans le flux de l’utilisateur ou en bas des vidéos et peuvent être agrémentées d’un lien redirigeant vers votre site. Le coût est relativement élevé comparé aux publicités Instagram et Facebook (10$ CPM contre 5$ CPM).

Les hashtag challenges ads sont un autre type de publicité sur TikTok Ads. En créant un challenge, vous aurez la possibilité de les sponsoriser pendant 6 jours grâce à cette fonction. Sur le long terme, vous pourrez l’utiliser de manière ponctuelle et l’associer à une publicité de marque.

Twitch

Twitch (USA)

La plateforme de streaming Twitch attire la génération Z avec des contenus vidéo live et interactifs. Les marques y voient l’opportunité de se connecter à la jeune génération ainsi qu’à la cible des « gamers », toutes deux souvent réfractaires à la publicité grand public.

Nous avons identifié 4 raisons pour lesquelles vous devriez utiliser Twitch :

C’est l’occasion de passer du temps avec votre communauté

La tendance est au marketing conversationnel, les consommateurs prennent l’initiative d’interpeller ou de discuter avec les marques quand et par le canal qu’ils souhaitent : réseaux sociaux, chat, et bien d’autres. Nombreuses sont les marques à avoir développé une stratégie relationnelle multicanale pour se rendre disponible et répondre aux questions et besoins de leur communauté. Twitch permet d’aller plus loin dans cette démarche conversationnelle, avec la possibilité pour les arques d’être force de proposition (plutôt que dans une démarche de réaction) en invitant leur communauté à un véritable moment discussion et de partage. La marque prend alors le temps d’échanger avec sa communauté pendant plusieurs heures !

Faire vivre une expérience en ligne singulière

Les mesures de distanciation sociale à l’œuvre mettent à mal le lien physique entre marques et clients : annulation des événements, plus faible fréquentation en magasin, etc. Les marques doivent donc recréer de l’interaction en ligne pour entretenir un lien relationnel fort. Cet enjeu pousse les marques à faire preuve de créativité et utiliser les nouvelles technologies pour offrir des expériences digitales innovantes et singulières. C’est aussi l’occasion de faire vivre des moments forts à sa communauté, moments qui étaient jusqu’à présents souvent réservés à quelques personnes triées sur le volet.

Contributing : des vidéos ludiques mais éducatives

Twitch était initialement plutôt réservé à des contenus liés aux jeux vidéo. Les contenus se sont progressivement diversifiés avec un chiffre marquant : les vidéos autres que gamin ont quadruplé au cours des trois dernières années selon la plateforme de streaming : humoristiques, éducatives, musicales, actualité etc. L’audience devient donc plus hétérogène tout en attirant encore un public jeune, avide de contenus qui mélangent vidéo live et possibilité d’interaction par le chat.

Communiquer de façon contextualisée

Les marques peuvent aussi diffuser de la publicité sur Twitch, souvent en pré-roll des vidéos live. L’enjeu est alors de pouvoir adapter le discours et la forme du spot publicitaire en fonction de la cible afin qu’il ne soit pas jugé trop intrusif. « L’idéal est de pouvoir adapter les contenus en fonction des jeux qui vont être diffusés ensuite, afin de personnaliser le vocabulaire utilisé, comme la phase de pick pour League of Legends », explique Xavier Delelis-Fanien, head of Social Web chez Rosbeef.

Les nouveaux arrivants qui se rêvent en grand : le cas de Triller

Triller (USA)

Lancé en 2015 par deux développeurs américains, le réseau social Triller se positionne sur le même créneau que son cadet, TikTok. « Triller repose sur une intelligence artificielle qui permet d’automatiser des montages vidéo de qualité professionnelle, explique le vice-président. Concrètement, les socionautes peuvent partager des vidéos originales et humoristiques sur lesquelles ils miment des sons et suivre des comptes. Triller affiche 13 millions d’utilisateurs actifs et 60 millions de téléchargements, ainsi qu’une croissance organique de 500 %.

Pour se différencier de son rival chinois, l’application américaine s’est focalisée sur la réalisation de clips musicaux quand TikTok a élargi son spectre à d’autres types de contenus, comme les sketchs ou les répliques de films. « Notre audience est plus âgée que celle de TikTok et se focalise vraiment sur la musique en termes de contenus », indique le PDG de Triller, Mike Lu.

Alors que les plateformes comme TikTok sont accusées de lancer leur service d’abord et de négocier les droits ensuite, Triller peut se targuer d’entretenir une bonne relation avec les labels. Elle a ainsi noué des partenariats avec Universal, Sony, Warner ou encore le français Believe et peut exploiter légalement leurs catalogues musicaux. « La force de Triller est d’attirer les artistes en leur offrant un canal pour promouvoir leur musique », explique Yann-Maël Larher, expert de l’Institut Sapiens et cofondateur de la plateforme Okdoc. Trille vise ainsi de jeunes adultes, amateurs de culture urbaine, quand TikTok cible les préadolescents clients de culture pop.

Autre élément de différenciation pour Triller : des contenus éditoriaux autour de la musique, du sport et du voyage. « Il s’agit de mini-séries documentaires sur les dessous de l’industrie musicale ou encore sur le retour sur le ring du boxeur américain Mike Tyson en septembre », illustre Claude Crevelle.

Si Triller concentre 65% de son audience aux Etats-Unis, où la proportion de consommateurs visionnant des vidéos courtes a augmenté de 74% en 2018 par rapport à l’année précédente selon une étude Deloitte, l’entreprise s’attaque à de nouveaux marchés comme la Corée du Sud, le Japon et la France, son tout premier pays d’exportation.

La croissance de Triller a été poussée par le bannissement de TikTok de plusieurs pays, il lui reste toutefois du chemin à parcourir pour concurrencer le géant chinois aux 800 millions d’utilisateurs. L’algorithme de TikTok est jugé très puissant en ce qu’il « permet une suggestion de contenus très pertinents. L’utilisateur est passif et reste longtemps sur l’application. Triller n’a pas encore cette force de frappe », explique Yann-Maël Larher.

Le développement du social selling : les réseaux sociaux permettent désormais de générer des ventes

Le social selling est l’art d’utiliser les réseaux sociaux pour trouver des prospects, interagir avec eux, les comprendre et les accompagner. Il s’agit d’un moyen moderne de nouer des relations significatives avec des clients potentiels, tout en faisant en sorte que vous et votre marque constituiez leur premier choix, et que vous deveniez leur interlocuteur naturel lorsqu’ils seront prêts à acheter.

Si vous possédez une page Facebook, un profil Linkedin ou un compte professionnel Twitter, alors vous êtes sur la voie du social selling, un terme souvent utilisé et qu’il convient de définir précisément. Première idée reçue : le social selling ne consiste absolument pas à bombarder des étrangers de tweets ou de messages privés, pratique qui s’apparente à du spam et qui est à proscrire.

Le social selling ne se résume pas à accéder à de nouveaux contacts, mais consiste également à créer des relations et à attendre le moment stratégique pour rejoindre une conversation. Ce faisant, vous vous positionnerez en tant que solution à un problème actuel, assouvissant un besoin pressant de faciliter la vie de votre prospect plutôt que de devenir une autre source d’ennui dont il souhaiterai se débarrasser.

Si vous devez vous soucier de cette pratique, c’est parce qu’elle a fait ses preuves. 78 % des représentants commerciaux qui s’impliquent dans le social selling obtiennent de meilleurs résultats que leurs concurrents qui n’y ont pas recours. Voici 3 raisons qui doivent vous amener à mettre en place une stratégie de social selling.

Le social selling permet à vos équipes commerciales de nouer de vraies relations

Il est un fait établi concernant la fonction commerciale : personne n’apprécie le démarchage téléphonique. Et à dire vrai, cette technique ne porte pas vraiment ses fruits : 90 % des plus grands décisionnaires indiquent qu’ils ne répondent jamais aux appels de démarchage. Utiliser les outils offerts par les média sociaux pour effectuer une veille sur les sujets qui concernent votre secteur d’activité, technique connue sous le nom de social listening, permet à votre équipe d’identifier de nouveaux leads qui parlent déjà de votre entreprise, de vos concurrents ou de votre secteur d’activité, afin que vous puissiez les contacter au moment opportun avec des informations utiles.

Dans un récent sondage réalisé par CSO Insights et Seismic, un professionnel du B2B sur trois indique que les outils de social selling lui ont permis d’augmenter son nombre de leads. Pour un plus grand nombre encore (39 %), les outils offerts par les média sociaux ont réduit le temps consacré à la recherche de clients et contacts. Les prospects partagent un grand nombre d’informations quant à leurs besoins, envies et sources et mécontentement sur leurs profils publics, à tel point que même votre première approche peut être personnalisée, pertinente et utile, plutôt qu’intrusive et froide. L’engagement devient plus significatif de la part des prospects et clients, 31% des professionnels du B to B déclarant que les outils de social selling leur ont permis de nouer des relations plus étroites avec leurs clients.

Mieux encore, développer un réseau solide via différents canaux de média sociaux vous permettra de vous présenter à de nouveaux prospects par le biais de connaissances mutuelles créant immédiatement un sentiment de confiance et d’entente. Cette même confiance est une ressource incroyablement importante à la fois pour les clients et les représentants commerciaux, 87% des professionnels du B to B indiquant que si on leur présentait quelqu’un par le biais de leur réseau professionnel, ils auraient instinctivement une bonne impression de cette personne.

Les adeptes du social selling ont accès à tous ces précieux avantages, qui leur procurent une longueur d’avance sur leurs collègues moins tournés vers les médias sociaux. Ce n’est donc absolument pas surprenant que les données internes de LinkedIn mettent en évidence le fait que les professionnels présentant un Social Selling Index élevé ont 45 % d’opportunités de vente de plus que les autres et sont 51 % plus susceptibles d’atteindre leurs quotas de vente. (Le Social Selling Index est un indice de LinkedIn qui se base sur les efforts fournis par les responsables commerciaux pour développer leur image de marque, se concentrer sur les prospects adéquats, interagir avec des contenus pertinents et nouer des relations de confiance.)

Vos clients ont déjà recours au social buying

Qu’est-ce que le social buying ? Inversez le concept du social selling. Tout comme les professionnels de la vente peuvent utiliser le social listening et d’autres stratégies de recherche sur les médias sociaux afin de trouver de potentiels clients, ces derniers le font également pour dénicher d’éventuels fournisseurs, les rechercher en ligne et se faire une opinion quant au prestataire le plus adapté à leurs besoins, avant même d’avoir pris contact avec un professionnel de la vente.

De fait, CEB a découvert que les clients sont, en moyenne, déjà engagés à 57 % dans le processus d’achat avant même de commencer à interagir avec un professionnel de la vente. Par ailleurs, IDC a révélé que les contacts et informations des médias sociaux font partie intégrante des processus d’achat de 75 % des acheteurs en B to B et de 84 % des dirigeants.

Si vous n’exploitez pas activement le social selling, vous n’apparaissez pas dans cette étude sur les achats via les médias sociaux : vous passez donc à côté de nombreuses ventes potentielles.

La bonne nouvelle, c’est que, selon LinkedIn, 76 % des acheteurs sont prêts à engager une conversation sur les médias sociaux avec de potentiels fournisseurs, et plus de 62 % des acheteurs en B to B répondent aux représentants commerciaux qui les contactent pour partager avec eux des informations et des opportunités adaptées à leur activité. Mieux encore, 92 % des acheteurs en B to B souhaitent interagir avec un professionnel de la vente reconnu dans le secteur pour ses qualités de leader d’opinion (réputation que vous pouvez bâtir en publiant constamment des contenus pertinents et utiles sur les médias sociaux).

Au-delà de la vente initiale, gardez à l’esprit que la fidélisation des clients repose à 53 % sur la capacité des commerciaux à fournir des informations véritablement uniques. Or, il s’agit d’une compétence dont ces derniers ne peuvent faire preuve que par le biais du contenu qu’ils partagent sur les médias sociaux, et qu’ils peuvent confirmer par la suite au travers de la continuité de leurs liens avec des clients sur ces mêmes réseaux. C’est peut-être la raison pour laquelle des données d’Aberdeen indiquent que les équipes qui ont recours au social selling ont un taux de renouvellement de clients 7 % plus élevé que celles qui n’ont pas adopté cette pratique.

Vos principaux concurrents utilisent déjà le social selling

71 % des professionnels de la vente (et 90 % des meilleurs d’entre eux) utilisent déjà des outils de social selling. Parmi les représentants commerciaux plus jeunes, les chiffres sont encore plus impressionnants : 78 % des professionnels de la vente appartenant à la génération Y utilisent des outils de social selling et 63 % indiquent que ces derniers sont essentiels, voire indispensables, dans le cadre de leur résultats commerciaux. Si vous n’équipez pas votre force de vente des outils appropriés pour leur permettre d’exploiter cette tendance, il deviendra plus compliqué pour vous de recruter de véritables pointures dans ce domaine, en particulier chez les Millennials.

Pourquoi les réseaux sociaux, le marketing de contenu et le référencement naturel sont-ils intimement liés ?

Les entreprises continuent de se digitaliser au jour le jour alors qu’internet regroupe les média que les jeunes Français utilisent majoritairement. Le référencement des sites internet et l’utilisation des réseaux sociaux font ainsi partie des premières actions adoptées pour bénéficier d’une présence digitale. Les marques gèrent des stratégies propres à chaque action alors qu’elles peuvent indirectement se nourrir les unes des autres. En effet, les réseaux sociaux impactent indirectement le référencement des sites web.

Google a toujours déclaré ne pas prendre en compte les publications sur les réseaux sociaux pour déterminer la pertinence d’un site. En effet, les liens sur les plateformes sociales sont référencés en g ce qui signifie qu’ils ne sont pas pris en compte par les crawlers Google. Par ailleurs, le moteur de recherches considère que les interactions (mentions j’aime, commentaires et partages) sont des indices de popularité mais pas de pertinence des liens. En effet, Google estime que les interactions sont faciles à manipuler c’est pourquoi les robots s’appuient plutôt sur ses propres indices de pertinence.

Il existe néanmoins plusieurs impacts indirects des réseaux sociaux sur le SEO :

Générer du trafic sur le site web

Une bonne stratégie de contenus génère plus de visibilité pour l’entreprise grâce aux communautés qui se regroupent sur les réseaux sociaux. Les interactions avec les internautes permettent ainsi de cerner leurs attentes et proposer des contenus qui s’y adaptent. Les internautes visitent alors de plus en plus le site afin d’y lire les articles qui les intéressent ou de découvrir les dernières actualités de la marque. Le nombre de visites sur un site web est un indice de pertinence du site : en effet, plus d’internautes s’y rendent, plus Google traite le site comme un site d’autorité.

Référencer les pages des réseaux sociaux

Les pages des réseaux sociaux sont référencées dans les moteurs de recherches. Les internautes peuvent effectivement accéder à la Page Facebook ou au tweet d’une entreprise directement depuis une recherche Google. Les pages se positionnent sur des mots clé à la même manière qu’un site internet. Bien que ce référencement naturel n’implique pas directement la position du site web de l’entreprise, il permet à la marque de se positionner via ses réseaux sociaux.

Créer des backlinks grâce aux blogueurs

Google étudie les maillages externes d’un site internet. Si un site d’autorité fait référence à un autre site web alors Google considère qu’il est un site de confiance. Travailler sur les backlinks, c’est-à-dire les liens qui renvoient vers le site internet, permet ainsi de répondre aux indices de pertinence de Google. Les blogs peuvent être très bien référencés sur le moteur de recherches, réfléchir à une opération de marketing d’influence qui se concentre aussi bien sur les réseaux sociaux que sur le blog du créateur de contenus permet alors de travailler indirectement le référencement de la marque.

Le référencement naturel d’une marque nécessite de travailler différents aspects du site internet qui répondent aux exigences de l’algorithme de Google. Les réseaux sociaux répondent indirectement à ces objectifs notamment grâce à la visibilité générée.

Comment les marques s’approprient-elles les réseaux sociaux pour atteindre leurs objectifs marketing ?

Les comptes de marque demeurent indispensables malgré la baisse de leur portée organique : le cas de Facebook

Fender (USA)

Depuis quelques années maintenant, Facebook diminue peu à peu la portée de son reach organique au profit des publications sponsorisées. Dans le but de promouvoir ses services de publicité payante, le géant du réseau social encourage les entreprises à investir dans des campagnes pour gagner considérablement en visibilité. Depuis janvier 2020, les règles se sont renforcées et le reach organique a fortement chuté. Quelles actions mettre en place ? Faut-il arrêter d'investir dans le reach organique ? Voici nos réponses !

Le reach organique, ou portée organique, est obtenu par une publication gratuite et naturelle auprès des abonnés. Il s’agit donc du simple fait de créer une publication sur le réseau social à l’aide de la fonctionnalité native, comme le ferait un utilisateur particulier. Cette notion se rapproche de celle de référencement naturel pour Google. Les posts organiques ont depuis janvier 2020 vu leur portée drastiquement réduite. Cela signifie-t-il pour autant que les marques peuvent se passer de ces posts organiques ?

Certainement pas et ce pour ne pas perturber les socionautes avec des publications moins fluides et régulières. Continuer à publier des posts organiques vous permettra également de montrer à Facebook et ses algorithmes que vous restez actif, le but n’étant pas de sponsoriser toutes vos publications, ce qui n’aurait pas de sens économiquement parlant.

Pour contrer les effets de la baisse de la portée organique, vous pouvez recourir à d’autres effets compensatoires comme le fait d’inciter votre audience à s’engager en utilisant des jeux concours, des sondages, du contenu viral, etc. Votre objectif reste toujours le même, créer une discussion autour de vos publications car c’est ce que les algorithmes apprécient et valorisent le plus.

Créer une communauté privée est une autre possibilité : cette pratique en vogue depuis le début de l’année 2020 transmet aux socionautes un sentiment de privilège et de singularité. Grâce au groupe privé, vous pourrez discuter avec vos abonnés et ce sentiment d’exclusivité renforcera la fidélité de vos visiteurs envers votre marque.

Enfin, c’est un point que nous avons abordé plusieurs fois : utilisez le format vidéo dont le succès n’est plus à prouver. Que ce soit en live ou pour un format court, la vidéo est votre plus précieux allié, ne la négligez pas !

Les Social Ads : pour stimuler la portée de vos publications et rester dans la course face à la concurrence

Social Ads

A l’inverse du reach organique, le reach sponsorisé vous garantir une visibilité optimale, moyennant un investissement dans des campagnes publicitaires payantes Facebook Ads. Chaque réseau social dispose de sa régie publicitaire (Instagram Ads, Linkedin Ads, TikTok Ads, etc.). Les posts sponsorisés sont diffusés dans le fil d’actualité des abonnés et non-abonnés. Le véritable atout de ce système est que les publicités sont proposées à un public bien plus qualifié. En effet, vous aurez au préalable définit des critères (âge, zoné géographique ou même par centre d’intérêts) pour votre atteindre votre cible. Enfin, la portée de vos publications sera exponentielle à votre budget investi.

Alors que de plus en plus d’entreprises se lancent dans la publicité Facebook pour accélérer leur croissance et pallier la faiblesse du reach Facebook, ce qui rend Facebook encore plus concurrentiel et fait grimper le coût des publicités, pourquoi devez-vous investir dans les Social Ads ?

Voici 10 raisons qui nous paraissent le justifier :

De plus en plus d’entreprises ont recours à la sponsorisation

Plus de 5 millions d’entreprises utilisent la publicité Facebook

93 % des marketeurs sur les réseaux sociaux utilisent la publicité Facebook

Les revenus publicitaires de Facebook continuent de grossir

84 % des revenus publicitaires de Facebook proviennent des publicités sur mobile

Le coût par clic (CPC) moyen d’une publicité Facebook est de 0,35 $

Les publicités sur le bureau et la colonne de droite ont le CPC le plus élevé

Le coût moyen pour un like pour une campagne de « mentions j’aime » est de 0,26 $

C’est le soir que les publicités Facebook coûtent le moins cher

Selon AdEspresso, l’appel à l’action qui fonctionne le mieux est « Télécharger maintenant »

SEO et réseaux sociaux : savoir diversifier et équilibrer son trafic

SEO et réseaux sociaux ne sont certainement pas de bons amis, quand il s'agit d'améliorer directement son positionnement sur les moteurs de recherche. Cependant ils peuvent être de bons alliés pour diversifier vos sources de trafic et contribuer à améliorer indirectement votre SEO.

Voici les 5 sources de trafic web rencontrées :

  1. Organique (lié aux requêtes saisies sur les moteurs de recherche)
  2. Direct (La saisie directe de l'URL lorsque celle-ci est connue)
  3. Référent (Les liens de votre site partagés par d'autres sites)
  4. Social (Les liens partagés via les réseaux sociaux)
  5. Autres (Liens partagés en signature de mail, sur la newsletter etc..)
  • Chaque source de trafic citée ci-dessus nécessite une action (un clic sur le lien ou le renseignement d'une URL) pour être comptabilisé. La répartition du trafic est ainsi donné en pourcentage, soit 100 % divisé comme le montre cet exemple fictif :
  • Organique : 63 % (La majorité des visiteurs ont cliqué sur un lien de votre site affiché dans Google, à la suite de la saisie d'une requête). C'est ici que l'on parle de CTR (Clic Through Rate ou Taux de Clics : Combien de personnes cliquent sur mon lien, lorsqu'il apparaît à l'issue d'une requête). D'où l'intérêt de faire partie du top 3 pour maximiser ce CTR.
  • Référent : 14 % (14 personnes sur 100 cliquent sur un lien pointant vers votre site depuis un autre site)
  • Direct : 10 % (10 personnes sur 100 saisissent directement votre URL dans la barre du navigateur)
  • Social : 12 % (12 personnes sur 100 arrivent sur votre site suite au clic sur un lien partagé sur les réseaux sociaux)
  • Autres : 1% (1 personne sur 100 cliquera sur un lien au sein de votre newsletter ou en signature mai...)

En règle générale un site internet a majoritairement un trafic organique assez élevé... tout au moins il devrait y veiller. Le trafic social devrait ainsi représenter une part minime de votre trafic. 15 % au maximum est idéal, au-delà vous commencez à dépendre des réseaux sociaux au dépend d'un trafic organique préférable.

Les réseaux sociaux ont-ils oui ou non véritablement un impact direct sur le référencement ?

Certains vont affirmer que oui tandis que les experts SEO savent qu'il n'en est rien pour ce qui de l'impact direct. On peut en revanche affirmer que les réseaux sociaux ont un impact indirect sur le référencement naturel. Ils contribuent à l'améliorer en permettant la redistribution et l'équilibre des sources de trafic. On utilise les réseaux sociaux principalement pour travailler sa visibilité et si par extension on gagne du trafic, il ne représente pas (ou ne devrait pas) un très gros pourcentage sur le trafic global.

Même si les réseaux sociaux ont un impact indirect sur le référencement SEO, ils s’avèrent tout de même indispensables pour votre référencement et ce pour plusieurs raisons. Ci-dessous, découvrez quels sont les éléments des réseaux sociaux ayant un impact sur le référencement SEO.

Le trafic des réseaux sociaux pour votre SEO

Il faut tout d’abord savoir que le nombre de partages sur les réseaux sociaux n’est pas directement pris en compte pour le référencement sur Google. C’est notamment le trafic généré par ces partages et le temps passé sur vos pages web qui vont contribuer à améliorer votre référencement SEO.

Le succès que vous pourrez rencontrer grâce aux réseaux sociaux va notamment renvoyer une image très positive à Google, qui vous classera alors bien mieux parmi ses résultats de recherche.

On peut noter également l'intérêt de dissocier les différentes sources de trafic via Google Analytics. Ceci permet de savoir exactement d'où provient votre trafic et de l'ajuster si besoin. Un clic sur un article partagé via les réseaux sociaux se traduira dans tous les cas par une visite de plus sur votre site.

Si en parallèle le SEO de vos contenus est bien travaillé vous gagnerez alors sur les 2 tableaux : organique et social. Disons dans ce cas que les réseaux sociaux aideront à améliorer un positionnement mais qu'ils n'auront pas une incidence directe sur le référencement.

Les réseaux sociaux : des moteurs de recherches pour le contenu

Les réseaux sociaux devraient même parfois être considérés comme des moteurs de recherche eux-mêmes. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est tout à fait possible de trouver du contenu pertinent sur les réseaux sociaux en effectuant une recherche. Les fameux hashtags sur Twitter en sont le parfait exemple car ils servent à l'indexation des contenus au sein desquels ils sont utilisés et il en est de même pour les hashtags Instagram.

Selon certaines études menées, on a notamment constaté que Facebook avait dépassé Google en tant que source de trafic (ça reste à démontrer) bien que ce dernier reste l'ultime moyen de trouver efficacement et rapidement un contenu.

Un référencement naturel pour votre marque

Les réseaux sociaux sont notamment très utiles pour référencer le nom de votre marque. En effet, il est ainsi possible de se positionner et ainsi d'être référencé en fonction de son nom de marque. Un axe à travailler pour se faire connaitre et pour asseoir sa notoriété.

Les résultats des réseaux sociaux indexés

Un accord a été signé entre Twitter et Google pour indexer les tweets au cœur des résultats de recherche de Google. Cela a permis ainsi d’augmenter son référencement et son trafic au travers des recherches de Google et à l’aide des réseaux sociaux dont notamment Twitter. Une forte présence sur Twitter pourrait ainsi jouer en votre faveur mais il semble qu'il soit difficile de le considérer si une certaine autorité n'existe pas à la base et si ce levier est surtout encore actif.

Les bonnes pratiques à suivre être performants sur les réseaux sociaux

Les 8 étapes à suivre pour construire une stratégie Social Media efficace

La stratégie d’utilisation des médias sociaux est la synthèse de tout ce que vous envisagez de faire et espérez accomplir sur les médias sociaux. Elle guide vos actions et vous indique vos réussites et vos échecs.

Plus votre stratégie est précise, plus elle sera efficace. Mieux vaut rester concis. Évitez les objectifs trop ambitieux ou trop généraux : ils seront difficiles à atteindre et à mesurer.

Choisissez des objectifs de marketing digital qui s’alignent sur vos objectifs commerciaux

Fixez-vous des objectifs SMART

La première étape pour créer une stratégie réussie est de déterminer vos objectifs. Sans cela, vous n’aurez aucun moyen de mesurer votre succès ou votre retour sur investissement (ROI).

Chaque objectif doit être :

  • Spécifique
  • Mesurable
  • Atteignable
  • Pertinent
  • Temporellement défini

La méthode présentée ci-dessus est appelée méthode S.M.A.R.T. Elle guide vos actions et assure qu’elles produisent des résultats concrets.

Voici un exemple d’objectif S.M.A.R.T. :

« Nous utiliserons Twitter pour l’assistance client, avec pour objectif de diminuer notre temps de réponse moyen à moins de deux heures d’ici la fin du trimestre. »

Surveillez les indicateurs pertinents

Les indicateurs de vanité, comme le nombre d’abonnés et de mentions J’aime, sont peut-être faciles à suivre, mais il est difficile de prouver leur valeur réelle. Concentrez-vous plutôt sur les taux d’engagement, de clics et de conversion.

Pour vous donner des idées, jetez un œil à ces 19 indicateurs incontournables de médias sociaux. Par ailleurs, il peut être intéressant de vous fixer des objectifs différents pour chaque réseau, voire même d’utiliser chaque réseau de manière différente.

Par exemple, si LinkedIn sert à orienter le trafic vers votre site Web, mieux vaut y mesurer le taux de clics. Si vous utilisez Instagram pour faire connaître votre marque, le nombre de vues des stories Instagram sera plus révélateur. Et si vous faites de la publicité sur Facebook, le coût par clic (CPC) sera un bon indicateur de réussite.

Les objectifs de vos médias sociaux doivent être alignés à vos objectifs marketing. Vous pourrez ainsi prouver plus facilement l’intérêt de votre travail et obtenir le soutien de votre supérieur.

Connaissez tout ce qu’il y a à savoir sur votre audience

Créez des profils d’audience

Il est essentiel de connaître son public et de savoir ce qu’il veut voir sur les médias sociaux. C’est ainsi que vous créerez du contenu qu’il aimera, commentera et partagera, et c’est ainsi que vous pourrez convertir vos abonnés en clients de votre entreprise.

Voici ce que vous devez connaître de vos clients cibles :

  • Age
  • Lieu
  • Revenu moyen
  • Type de poste occupé ou secteur d’activité
  • Centres d’intérêt
  • etc.

Vous trouverez ici un guide simple, ainsi qu’un modèle pour établir le profil de votre public/vos clients.

Apprenez à connaître vos fans, vos abonnés et vos clients comme des personnes réelles avec de véritables envies et besoins. Ainsi, vous saurez comment les cibler et les encourager à s’impliquer sur les médias sociaux.

Rassemblez les données

Ne jouez pas aux devinettes. Vous pensez que Facebook est le meilleur réseau pour s’adresser aux baby boomers plutôt qu’aux milléniaux ? Eh bien, figurez-vous que d’après les statistiques, les milléniaux y sont toujours plus nombreux que les baby boomers.

L’analyse des médias sociaux peut vous apporter énormément d’informations sur vos abonnés : leur identité, l’endroit où ils vivent ou encore leur façon d’interagir avec votre marque sur les réseaux sociaux. Ceci vous permet d’affiner votre stratégie et de cibler plus efficacement votre public sur les médias sociaux.

Jugnoo, service de pousse-pousse comparable à Uber utilisé en Inde, a appris grâce à Facebook Analytics que 90 % des utilisateurs qui parrainent d’autres clients ont entre 18 et 34 ans, et que 65 % de ce groupe utilise Android. Ces informations ont servi à cibler leurs annonces, ce qui a amené une réduction de 40 % du coût de chaque parrainage.

Evaluez vos concurrents

Réalisez une analyse concurrentielle

Les analyses concurrentielles permettent de comprendre qui sont vos concurrents et ce qu’ils font bien (ou moins bien). Cela vous donnera une idée précise de ce qui se fait dans votre secteur d’activité et vous aidera à définir votre propre stratégie digitale.

Elles vous permettront également de déceler des opportunités.

Disons par exemple que l’un de vos concurrents est en tête sur Facebook, mais qu’il ne fait pas beaucoup d’efforts sur Twitter ou Instagram. Il serait alors judicieux de se concentrer sur les réseaux où votre public est laissé pour compte plutôt que d’essayer d’attirer les abonnés d’un acteur majeur.

Utilisez l’écoute des médias sociaux. L’écoute des médias sociaux, ou « social listening », est un autre moyen de garder un œil sur vos concurrents.

Faites des recherches sur le nom d’entreprise, le pseudo et d’autres mots-clés pertinents utilisés par vos concurrents sur les médias sociaux. Découvrez ce qu’ils publient et comment le public y réagit.

Réalisez un audit des média sociaux

Si vous utilisez déjà les médias sociaux, dressez le bilan de vos efforts jusqu’à présent. Posez-vous les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui fonctionne et qu’est-ce qui ne fonctionne pas ?
  • Qui interagit avec vous ?
  • Quels réseaux votre public cible utilise-t-il ?
  • Comment se porte votre présence sur les réseaux sociaux comparée à celle de vos concurrents ?

Une fois ces informations rassemblées, vous pourrez commencer à réfléchir aux points à améliorer dans votre stratégie. Cet audit devrait vous donner une idée précise de l’utilité de chacun de vos comptes sur les médias sociaux. Si l’utilité d’un compte n’est pas claire, demandez-vous s’il est nécessaire de le conserver.

Pour vous décider, posez-vous les questions suivantes :

  1. Ce compte attire-t-il mon public ?
  2. Si oui, comment utilise-t-il cette plateforme ?
  3. Ce compte peut-il m’aider à atteindre mes objectifs ?

C’est en se posant ces questions difficiles que votre stratégie restera pertinente.

Configurez vos comptes et améliorez les profils

Choisissez les réseaux à utiliser

Après avoir choisi les médias sociaux à utiliser, il vous faudra établir une stratégie pour chacun d’eux.

La responsable des médias sociaux chez Benefit Cosmetics, Angela Purcaro, a expliqué à eMarketer : « Pour nos tutoriels de maquillage, tout se passe sur Snapchat et les stories Instagram. En revanche, nous utilisons Twitter pour le service client. »

Attribuez une mission spécifique à chaque média. Résumez chaque mission en une phrase afin de ne pas perdre de vue votre objectif.

Exemple : « Nous utiliserons Twitter pour l’assistance client afin de réduire le nombre d’e-mails et d’appels téléphoniques ». Ou encore : « Nous utiliserons LinkedIn pour promouvoir et diffuser notre culture d’entreprise afin de recruter plus facilement et de fidéliser les employés. »

Si vous ne parvenez pas à rédiger un ordre de mission valable pour un média, c’est qu’il n’est peut-être pas pertinent.

Configurez vos profils

Une fois que vous aurez identifié les réseaux sur lesquels vous vous concentrerez, il vous faudra créer des profils ou améliorer les profils existants afin qu’ils s’alignent sur votre stratégie.

  • Assurez-vous de compléter tous les champs des profils.
  • Ajoutez les mots-clés les plus utilisés pour trouver votre entreprise.
  • Assurez-vous de présenter une image de marque cohérente (logo, images, etc.) sur tous vos réseaux afin que vos profils soient facilement identifiables.

Conseil de pro : n’utilisez que des images de qualité conformes aux dimensions recommandées de chaque média social. N’hésitez pas à consulter notre fiche pratique des tailles d’image sur les médias sociaux : nous nous assurons de toujours la mettre à jour.

Des guides détaillés spécifiques à chaque réseau social sont également à votre disposition pour vous accompagner tout au long de ce processus

Trouvez l’inspiration

Même s’il est vrai que votre marque doit être unique, cela ne vous empêche pas de chercher de l’inspiration auprès des entreprises qui savent tirer le meilleur des médias sociaux.

Vos marques favorites sur les média sociaux

Qui aimez-vous suivre sur les médias sociaux ? Que font-elles pour inciter à s’engager et à partager des contenus ?

National Geographic, par exemple, est un acteur phare d’Instagram, avec ses images époustouflantes et ses légendes percutantes.

Demandez à vos abonnés

Les consommateurs peuvent aussi être source d’inspiration pour les médias sociaux. De quoi parlent-ils en ligne ? Que pouvez-vous y apprendre sur leurs envies et leurs besoins ?

Si vous êtes déjà présent sur les médias sociaux, vous pouvez demander à vos abonnés ce qu’ils attendent de vous. En revanche, il faut assurer le suivi et leur apporter ce qu’ils demandent.

Créer un calendrier de contenu des médias sociaux

Partager un contenu de qualité est bien entendu vital, mais il est tout aussi important de planifier le bon moment pour le partager afin d’obtenir le meilleur impact possible. Votre calendrier de contenu des médias sociaux doit également prendre en compte le temps passé à interagir avec votre public (sans oublier pour autant les bienfaits de la spontanéité).

Etablissez votre calendrier de publication

Votre calendrier de contenu des médias sociaux doit lister les dates et les heures auxquelles vous publierez différents types de contenu sur chaque canal. Planifiez-y l’ensemble de votre activité sur les réseaux sociaux, des images aux partages de liens en passant par les articles de blogs et les vidéos. Votre calendrier inclut à la fois vos publications quotidiennes et le contenu pour vos campagnes sur les médias sociaux.

Ce calendrier permet également de garantir que vos publications sont correctement étalées et publiées au meilleur moment.

Trouvez le bon équilibre entre les contenus

Assurez-vous que votre calendrier reflète bien la mission attribuée à chaque profil de médias sociaux, afin que chacune de vos publications vous aide à atteindre vos objectifs commerciaux.

Imaginons que vous décidez que :

  • 50 % de votre contenu redirigera le trafic vers votre site Web
  • 25 % de votre contenu proviendra d’autres sources
  • 20 % de votre contenu servira à générer des leads (inscriptions aux newsletters téléchargements d’e-books, etc.)
  • 5 % de votre contenu promouvra votre culture d’entreprise

Étalez ces différents types de publications sur l’ensemble de votre calendrier afin de respecter un bon équilibre entre les contenus.

Si vous partez de zéro et que vous ne savez pas quels types de contenu publier, essayez la règle du 80-20 :

  • 80 % de vos publications doivent être informatives, éducatives ou divertissantes ;
  • 20 % de votre contenu peut promouvoir directement votre marque.

Vous pouvez aussi essayer la règle des trois tiers :

  • Un tiers de votre contenu fait la promotion de votre entreprise, convertit des lecteurs et génère des bénéfices
  • Un tiers de votre contenu partage des idées et des témoignages d’influenceurs de votre secteur d’activité ou d’entreprises dont les valeurs sont semblables aux vôtres
  • Un tiers de votre contenu correspond à des interactions personnelles avec votre public

Evaluez et ajustez votre stratégie

Votre stratégie digitale est un document extrêmement important pour votre entreprise, et il est impossible de savoir si vous réussirez du premier coup. Quand vous commencerez à mettre en place votre tactique et à suivre vos résultats, vous verrez que certaines stratégies ne fonctionneront pas aussi bien que prévu, tandis que d’autres dépasseront vos attentes.

Consultez vos indicateurs de performance

En plus des outils d’analyse proposés par tous les médias sociaux (voir étape 2), utilisez les paramètres UTM afin d’observer l’activité des visiteurs sur votre site Web et ainsi de savoir avec précision quelles publications attirent le plus de trafic.

Réévaluez, testez et recommencez

Lorsque vous commencerez à obtenir des données, utilisez-les pour réévaluer régulièrement votre stratégie. Vous pouvez également utiliser ces informations pour comparer différentes publications, campagnes et stratégies entre elles. Réaliser ces tests de manière continue vous permettra de comprendre ce qui fonctionne ou non pour affiner votre stratégie en temps réel.

Les questionnaires peuvent également s’avérer un excellent moyen de mesurer le succès de votre stratégie. Demandez à vos abonnés, à votre liste de diffusion et aux visiteurs de votre site Web si vous répondez à leurs besoins et à leurs attentes sur les médias sociaux, ainsi que ce qu’ils aimeraient voir davantage, en prenant soin d’appliquer leurs conseils.

Tout évolue très vite avec les médias sociaux. De nouveaux réseaux font leur apparition ; d’autres font face à des changements démographiques. Votre entreprise ne sera pas épargnée par les périodes de transition. En clair, votre stratégie digitale est un document vivant que vous devez régulièrement revoir et ajuster au besoin. Consultez-le sans modération afin de maintenir le cap, mais n’ayez pas peur de le modifier pour qu’il reflète au mieux vos nouveaux objectifs, outils ou plans.

Lorsque vous actualisez votre stratégie digitale, assurez-vous d’avertir toute votre équipe afin de contribuer tous ensemble à exploiter tout le potentiel de vos comptes.

Conclusion

Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de la stratégie marketing digitale des marques et particulièrement des acteurs du marché des instruments de musique. Par la multiplicité des objectifs qu’ils poursuivent, ils sont un puissant atout pour développer la notoriété, améliorer la réputation et générer du trafic sur les sites des marques. Surtout leur mutation permanente avec l’ajout de fonctionnalités innovantes et l’arrivée de nouveaux acteurs venant remettre en cause les positions dominantes impliquent une veille quasi permanente et une grande réactivité de la part des entreprises qui les utilisent pour développer leur activité.

Bibliographie

Céline Albarracin, Codeur, Réseaux sociaux : 8 tendances à suivre en 2021 (2020)

https://www.codeur.com/blog/tendances-reseaux-sociaux/

Léa Pruvoost, J’ai un pote dans la Com, Guide Complet : Comment tirer parti des différents réseaux sociaux (2021)

https://jai-un-pote-dans-la.com/guide-complet-tirer-parti-reseaux-sociaux/

Wendy, Whatgraph, Comment déployer une stratégie social media efficace ? (2020)

https://whatagraph.com/blog/fr/articles/strategie-social-media

Victoire Gué, Hubspot, Youtube marketing : le guide pour réussir (2021)

https://blog.hubspot.fr/marketing/youtube-marketing

Charles Davrinche, Imédia 360, Les avantages marketing de Facebook pour les entreprises

https://imedia360.fr/avantages-marketing-facebook-entreprises

Arthur Aballéa, Blog du modérateur, La carte des réseaux sociaux les plus populaires en 2021

https://www.blogdumoderateur.com/carte-reseaux-sociaux-2021/

Virginie Alary, Hubspot, Instagram marketing : le guide pour une stratégie qui fonctionne (2021)

https://blog.hubspot.fr/marketing/comment-integrer-instagram-a-votre-strategie-editotiale

Matthieu Gauthier, Hubspot, Comment utiliser Linkedin : check-list des 37 meilleures astuces (2020)

https://blog.hubspot.fr/marketing/comment-utiliser-linkedin-check-list-des-37-meilleures-astuces

Katie Sehl, Hootsuite, Comment utiliser Linkedin pour les entreprises : un guide pas-à-pas pour les marketeurs (2020)

https://blog.hootsuite.com/fr/votre-publicite-sur-linkedin-le-guide-marketing-essentiel/

Max Andersson, Simba, Pourquoi utiliser TikTok pour son entreprise ? (2021)

https://simba-digital.ch/pourquoi-utiliser-tik-tok-pour-son-entreprise/

Barbara Haddad, e-marketing, Twitch : pourquoi les marques devraient-elles y être et comment ? (2020)

https://www.e-marketing.fr/Thematique/social-media-1096/Breves/On-se-voit-sur-Twitch--354760.htm#

Jean-Philippe Louis, Les Echos Entrepreneurs, Triller, le concurrent américain de TikTok, lève 28 millions de dollars (2019)

https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/0602099465036-triller-le-concurrent-americain-de-tiktok-leve-28-millions-de-dollars-332564.php

Cécile Bertrand, Les Echos Entrepreneurs, L’application musicale Triller émerge sur les traces de TikTok (2020)

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/lapplication-musicale-triller-emerge-sur-les-traces-de-tiktok-1229603

Christina Newberry, Hootsuite, Le social selling : définition, importance et bonnes pratiques (2019)

https://blog.hootsuite.com/fr/le-social-selling/

Lisa Madi, Influenzzz, L’impact des réseaux sociaux sur le SEO (2020)

https://influenzzz.fr/online-marketing/impact-reseaux-sociaux-sur-seo/

Mélanie Lefèvre, Anthedesign, Reach Facebook : comment atteindre son audience ? (2020)

https://www.anthedesign.fr/sociaux/reach-facebook/

Danilo Duchesnes, 10 chiffres sur la publicité Facebook qui vont vous faire réfléchir

https://daniloduchesnes.com/blog/chiffres-statistiques-publicite-facebook/

Laurent Bour, JCM, SEO et réseaux sociaux : Savoir diversifier et équilibrer son trafic (2019)

https://www.journalducm.com/importance-reseaux-sociaux-seo/

Christina Newberry et Evan LePage, Hootsuite, Comment créer une stratégie de média sociaux en 8 étapes simples (2020)

https://blog.hootsuite.com/fr/comment-creer-une-strategie-de-medias-sociaux-en-8-etapes-simples/

Created By
Louis de Grossouvre
Appreciate