"Je ne veux pas mentir" L’artiste vernonnais Aurélien Lortet expose ses sculptures à la Maison des arts d’Evreux jusqu’au 13 janvier.

Du bois, du verre, du métal, de l’aluminium, Aurélien Lortet recycle. Des matériaux et des végétaux également. Comme dans sa Bibliotête, une sorte d’autoportrait où l’artiste incruste ses livres fétiches (Little Nemo), ses pensées, ses goûts. Malher, Hooker, Satie sortent de ses oreilles, une fleur de badiane sur sa langue, des petits crayons dans la tête, un film, La Dolce Vita… « Pour fabriquer cet autoportrait, je suis parti de cette idée : qu’est-ce que j’emmènerais sur une île déserte ? Je préfère m’attacher à ce qu’il y a dans ma tête plutôt que l’extérieur », s’amuse-t-il en racontant sa tête en bois. Matériau naturel, le bois structure toutes ses sculptures. Aussi bien son mobile volant dont la légèreté rappelle le travail de Calder que sa « Révolution des Lumières » où 25 bonhommes à tête d’ampoule (parfois cassée) défilent. Des bonhommes qui devraient être mis en scène par l’artiste et une scénariste dans le courant de l’année afin de tourner un film d’animation.

Trouver le chemin de la création

Né à Vernon, Aurélien Lortet a suivi sa scolarité à Saint-Adjutor puis au lycée Dumézil avant d’entrer à l’école des Beaux-Arts de Rouen puis de Paris où il s’est spécialisé dans la sculpture, « sur tous les types de matériaux et avec tout ce qui peut être réutilisé ». « Créer avec des matériaux recyclés, c’est rendre hommage à l’endroit où l’on vit. J’utilise tout ce qui peut être recyclé, renommé », explique-t-il. Aurélien Lortet chine, conserve, entrepose dans un coin de son atelier, « en attendant que l’objet trouve le chemin de la création ».

Esthétiquement, l’artiste privilégie le naturel, les lignes épurées et la transparence : « Je ne veux pas mentir ». Fils conducteurs de son travail, le voyage, l’air, le déplacement, la mobilité sont aussi le reflet de sa vie. Aurélien Lortet vit en Espagne à côté de Séville et revient régulièrement à Vernon où habite sa mère, Marie-Rose Lortet, artiste également.

Depuis la rentrée, le sculpteur donne des cours à la Maison des Arts d’Evreux où a enseigné son père, Jacques Lortet. Une histoire de famille, d’artistes, dans la continuité, dans la durée.

  • Exposition des sculptures d’Aurélien Lortet et des photographies de Vincent Connétable à la Maison des arts d’Evreux, place du général de Gaulle. À voir jusqu’au 13 janvier. Renseignements au 02 32 78 85 40.

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.