Loading

SALLE BULLETIN édition printemps 2019

Editors-in-Chief

Cadence Thakur & Hermine Brintet

Editors

Chloe Pangas, Samantha Pressman, Daniel Pressman, Aisha Philippe, Maia Vitkovic, Ellise Waller, Mme Marie-Helene Fevre

Chief Layout and Design

Yanis Caillaud

Layout and Design

Ellise Waller, Marie Ducruet, Oscar Byrne, Emilia Klaus, Lucie Merlet

Artists-in-Residence

Sylvie Bartusek, Nour Ben Ltaifa, Alexandra Bodelle, Oscar Byrne, Yanis Caillaud, Marie Ducruet, Alexei Kaloshin, Juliette Lassus, Lucie Merlet, Isabelle Navolio, Annabelle Piot, Alys Shah

Team Leader & Faculty Advisor

Ariana Adabi, Ms. Erin Finney

  • Cover photography, Milo Soriano 2e
  • Background photography, Isabelle Navolio, 1e
  • Special thank you to Mme Angoulvant, art teacher, and M. Brunaud, SES teacher for this Spring edition
In the news
  • Taking a Knee to Take a Stand
  • Migrations mexicaines aux États-Unis: quels effets économiques ?
  • Attention au feu!
  • Un bilan de l’économie américaine de D. Trump
  • Netflix: The Rise of a Giant
  • Et si la discrimination sévissait encore dans la société américaine?
Rochambeau life
  • Teacher Interviews: Mme Barau and Mr Percy
  • Alumni Interviews by Samantha and Daniel Pressman
  • Theater Review: Anything Goes
  • Theater Review: An Inspector Calls
Leisure and Lifestyle
  • Lettre pour Jules
  • The Dirty Dozen--une crititique de film
  • The Man Who Could Pull a Tornado
  • Aretha Franklin ‘‘Queen of Soul’’
  • Letters to Future Self
  • Un Texte trop détaillé
  • Goncourt des lycéens
  • Canción espanglish
Cartoons and Comics
"Autoportrait" Klara Drees-Gross 3e

IN the news

Taking a knee to take a stand

The man behind the fight: Colin Kaepernick

Jean-Sebastien Gaultier 1e

Colin Kaepernick is an ex-football player and American activist pleading for justice in the United-States. Born to an African-American father and a white mother in 1987, he was adopted by the Kaepernick family. From a young age, Kaepernick immediately shined in sporting events, earning him nominations to All-State selections in three sports: football, baseball, and basketball.

Colin excelled on the pitch, just like he did in the classroom, graduating high school with a 4.0 GPA. He attended the University of Nevada on a sports scholarship to play football and graduated in 2011. That same year, he was drafted by the San Francisco 49ers, in the second round of the National League Football Draft. He achieved his first start in Week 6 of 2012 season, and ultimately led the 49ers to Super Bowl XLVII, a dramatic game against the Baltimore Ravens, that ended 34-31. During the following 3 seasons, Kaepernick lost and won back his starting position a few times: a difficult start to a career that took a wrong turn in 2016…

From Top to Bottom

Traditionally, in the United-States before any sporting event, the public announcer addresses the crowd: “Please rise and take off your hats for the singing of our National Anthem.” The crowd respects this custom; sound of the drums and trumpets can be heard around the stadium as the “Star Spangled Banner” is played.

Yet, during a 49ers pre-season game, Colin Kaepernick elected to sit rather than stand for the anthem. A week later, September 1, 2016, N*7 took a knee, sparking an uproar from the fans. In a time where numerous black lives were lost due to police brutality, and the government ignoring the issue, Kaepernick chose to protest the injustice some communities face in the United-States.

As the “Black Lives Matter” movement grew bigger, so did the protests within the NFL. After eleven football players followed Kaepernick’s lead, athletes in other sports began taking part in the movement. Barack Obama, the country’s first Black President also showed his support to Kaepernick: “I think he cares about some real, legitimate issues that have to be talked about.”

Teams interlocking hands, players raising their fists, others kneeling, the protests in the sports community seemed to ignite a reaction on the part of the owners, politicians, and fans. At first, the NFL released a statement acknowledging the protest and letting the players know what they thought: “Players are encouraged but not required to stand during the playing of the national anthem.” And a year later, racist crimes were still being committed and protest continued growing. On September 24th, the protests reached their peak and the POTUS took to Twitter.

Political Problems

To no one’s surprise, Donald Trump, the 45th American president, let the world know his thoughts. The President, who should have more issues to deal with besides athletes taking a knee, started giving advice to the NFL. For months, Trump tweeted about the players kneeling, and he seemed to be taking this issue very seriously.

The President’s pressure led the NFL to implement a new policy forcing teams, staff, and league personnel to stand during the national anthem. This rule has led to many players receiving fines and filing complaints saying it infringes their “Freedom of Speech.”

The sensational young star still faced criticism from fans, the NF,L and the president years after his first knee. But above all, his NFL career was cut short. On October 15, 2017 Kaepernick and his lawyer file a grievance against the NFL, blaming it and all 32 teams for blocking him out of the League. Only in August 2018 did Kaepernick gather enough information for the court to listen to his case. On February 15, the NFL reached a settlement with Kaepernick surrounding his case, a huge achievement for the athlete personally.

On a national scale, Colin Kaepernick, unable to fight for what he believes in, received further criticism when he was selected to be the star in the world’s most valuable sports brand ad: Nike. When in 2017, Nike thought about cutting him, their opinion changed just a few years later, by making a civil rights activist the star of their new ad. Typical of Nike to publish ads displaying social injustices (such as “If you let me play” - About Gender Injustice in 1995 or the “Equality” campaign in 2017), this one faced further controversy but immense praise from fans. The ad reached up to 80 million views on social media. While many people were revolted that this “unpatriotic” athlete was at the center of this advertisement campaign, the rest of the world showed its support. The message in the ad is a powerful one: “Believe in something. Even if it means sacrificing everything.”

Artwork by Lucie Merlet Tle

Metro, by Milo Soriano 2e
Madany Bouttaba 3e
Attention au feu!

Yanis Caillaud Tle

La firme mondialement connue d’accessoires et de vêtements de sport Nike s’est retrouvée au coeur d’une controverse liée à ses nouvelles campagnes publicitaires “Just do It”. Ces publicités ont fait polémique parce qu’elles ont pris pour égérie les meilleurs athlètes - dont le nom n’est inconnu de personne. C’est ainsi que l'ex-footballeur américain Colin Kaepernick a retenu toute l’attention des consommateurs. Il avait en effet marqué les esprits en refusant de se lever pour chanter l'hymne national Américain avant un match en 2016, scandalisant ainsi des centaines d’internautes et de personnalités politiques, tous cherchant à déterminer si cet acte méritait d’être puni ou pas. Son initiative fut ensuite imitée par de nombreux autres sportifs.

S’agenouiller pendant l'hymne national était pour Colin Kaepernick une façon non violente mais efficace de protester contre les meurtres d’africains-américains par la police qui surviennent malheureusement trop souvent. Il s’agit d’un geste fort dans un pays où l’hymne national ne saurait être instrumentalisé pour critiquer le fonctionnement de la société !

Après le lancement de cette campagne publicitaire, nombreux sont ceux qui ont décidé de boycotter la marque Nike, certains allant jusqu’à brûler des produits ornés du fameux logo. Cette campagne de publicité aurait entraîné une baisse de 2% du cours de l’action de la marque .

  • Art realise par Yanis Caillaud Tle
Milo Soriano 2e

NETFLIX : THE RISE OF A GIANT

Nolwen Prince et Aïsha Philippe, 1e

Netflix. One of the biggest streaming platforms known to man.

In 1997, a company that would one day revolutionize the entertainment industry took its first steps. Once a rental DVD delivery service, Netflix transformed itself into the first paid streaming service in 2007. 2012 marked the beginning of Netflix’s content creation, as well as the beginning of its meteoric rise. Between 2007 and 2017, Netflix’s revenue increased by 1387%. So, what changed? How and why has Netflix’s rise alienated cable television providers and the cinema industry? With such a monumental surge, will Netflix be able to sustain its growth in the near and distant futures?

According to Leichtman Research, the number of paid Netflix subscribers surpassed that of paid cable subscribers in 2017. Today, Netflix has 58.46 million subscribers in the United States alone in contrast to about 49 million cable. Cable TV is dying out as the majority of young adults prefer to watch video content using online platforms as opposed to adults 50 and older.

What makes Netflix more attractive? For one, cable TV is constantly bombarding users with a variety of ads. Netflix allows consumers to watch whichever show or film they want, whenever they want, meaning that the industry is adapting to the consumers’ schedule instead of the other way around. Finally, Netflix can be installed on every device, allowing access to its platform wherever and whenever, even without Internet access.

rFor a long time, Netflix relied on the film industry to provide its content. However, the company quickly realized it had to begin creating its own content due to competitive prices for streaming rights in an attempt to cripple Netflix. Consequently, “Netflix Originals” were born in 2012. Their first attempt, House of Cards, was a smashing success. 2018 alone had plans to create 110 “Netflix Original” movies and television shows compared to the 20 films that Warner Brothers planned, and Disney’s 12 prospective films. Now people contest the power of the major industry actors.

The cinema industry is threatened in more ways than one. Netflix is changing the ways movies are provided, deciding to bypass the movie theatre phase and opting instead to place films directly on their online platform. This might explain why fewer people are going to the movie theatre. Since 2002, there has been a 21% decrease in movie tickets sold, diminishing Hollywood’s revenues, leading to a feud between Netflix and the studios, which are lobbying to exclude Netflix and their creations from the film community. In 2018, the Cannes Film Festival in France banned Netflix from entering any submissions. Ted Sarandos, the chief content officer for Netflix during this time commented, “We are choosing to be about the future of cinema. If Cannes is choosing to be stuck in the history of cinema, that’s fine.”

To combat this trend, the movie industry is now implementing new tactics to make sure that people have the incentive to keep going to theatres. For example, D-BOX movie rooms have moving seats, creating an interactive experience for the viewer with temperature and lighting changes in their 4D movie rooms.

Netflix has proven itself to be a media giant with no plans of backing down in the foreseeable future. It has begun to surpass one of the most influential markers of the 20th century: cable television, and poses a major threat for the future of the film industry. However, Netflix is starting to face heavier competition; Amazon Prime provides its subscribers with streaming and countless other benefits such as round the clock accessibility. In 2018, Disney announced it would begin its own streaming service, marking a specific type of retaliation from Hollywood studios: imitation. Some of Netflix’s major attractions will be removed, forcing customers to subscribe to both streaming services. It remains to be seen what this will mean for Netflix’s subscriber count.

Artwork by Oscar Byrne, 1e

Artwork by Paloma Pernice, 4e

Rochambeau Life

Teacher Interviews

By Samantha and Daniel Pressman, 5e

Young William Percy during his boarding school years
Mr. Percy focused during one of his live gigs

Alumni interview: Morgan Du Plessix & Stephane Kouame (class of '15)

By Samantha and Daniel Pressman

In collaboration with Rochambeau's Communication Team

Special thanks to Andrea Fort, Advancement Associate
Autoportrait, Alexandre Geneau 3e

Anything Goes theatre reviews

MS. ZAPPE’S 6e ENGLISH

by Luke Bentt, with help from Virginie Diagne, Roland Foster, Arya Seminari, and Matthew Kidd

Arena Stage’s production of Anything Goes directed by Molly Smith, brings to life a Cole Porter classic. Charming and eager to get ahead, young Billy Crocker, the play’s protagonist, boards a ship to London without telling his boss, Eli Whitney. The diva, Reno, is in love with Billy; however, he has feelings for Hope, who is getting married with Lord Evelyn. As the ocean liner sets sail, the plot complicates itself with crooked priests, foreign stowaways, and comic gangsters.

When there seems to be an intermission between the scenes, for example when the actors take out a bar and turn it into a boat, they keep the crowd interested by singing as they change the set.

At some points in this production, it is hard to understand everything that is happening, especially as a few jokes sail right over the heads of the sixth-grade audience members. Nonetheless, we would recommend this show to any teenager or adult interested in tap dancing, musicals, and costumes.

-----------------

By Ella Pryce, Eli Shroads, Aurelien Garreau and Tom Sinnassamy 6e

The Arena Stage production of Anything Goes directed by Molly Smith, brings to life a Cole Porter classic, set in the 1930s on the S.S. America liner about to cross the Atlantic Ocean.

Anything Goes is a heart-warming musical, telling the story of Billy Crocker, an ambitious, daring stowaway on a ship. While on the cruise, he hides from crew members, becomes a ‘celebrity’ and works to find true love.

If you like dancing and singing, this is the musical for you. Don’t worry, there is still engaging dialogue and comedy in this production. For example, when one of the characters, Moon-face Martin, a gangster who pretends to be a priest, seizes the opportunity to do a stand-up comedy sketch, almost everyone in the theater goes into hysterics.

Art by Yanis Caillaud Tle

There are some minor limitations in this production. For example, the actress who embodied Hope, was very reserved and didn’t dance, due to an injury, (We think the producers should have found a replacement) and her voice did not carry.

Nonetheless, we recommend this show because of its many exhilarating songs and very enjoyable choreography.

An Inspector Calls

A Theater Review by Vandy Sam, Eden Paris, Solen Julien, Matilde Fontemaggi and Zeineb Elouazzani

Ms. Zappe’s 5e English

The play, An Inspector Calls, written by John Boynton Priestley in 1944, was recently put on at Washington DC’s Shakespeare Theater. The play takes place two years before World War I and focuses on the story of a rich family that is celebrating the engagement of their daughter when their not-so-illustrious past is revealed.

The director, Stephan Daldry, wants to portray real-life problems at the time of World War I and II and even shares his political vision of the world. In our opinion, the setting is ideal, with many details adding intensity. This play provides a stark contrast between the poor and the wealthy, which can be seen in the setting by the difference between the fancy house of the rich family and the dark street where homeless children live.

The most unique thing about this production is the artistic creativity, for example during the extraordinary moment when the house falls. In addition, it’s inventive because, at one point, the actor who plays Mr. Goole (whose name sounds suspiciously like “ghoul”) stops the action and speaks directly to the audience. This shocks the audience members, who suddenly pay close attention to his words.

This production makes us think about issues such as men being disrespectful (when Gerald cheats on his fiancé), and how alcoholism ruins lives (Eric, a drunkard, “insists” on making things up with Eva Smith). During this play, the actors are using a lot of emotion that gives us more information about the play.

This fascinating play is neither too violent nor too childish for children to enjoy. We highly recommend An Inspector Calls because of its effects and the surprise ending.

  • Drawing by Yanis Caillaud Tle
Turkish Lamp, Milo Soriana 2e

Leisure and Lifestyle

Lettre pour Jules

La classe de 3e de Mme Viens Kolb

Le 2 mai 1918
Mon cher Jules,
Je t’envoie ces mots pour te dire que j’ai reçu ta lettre du 30 avril. Nous n’avons presque plus de saindoux ici ; le rationnement est tel que la petite Germaine a attrapé une pneumonie. J’ai voulu l’emmener à l'hôpital mais l’argent de la Belloir est épuisé. Les enfants ont faim, ils sont restés au lit pendant presque tout l’hiver.
Je ne cesse d’espérer que tu me reviennes sain et sauf, même si dans tes lettres précédentes tu ne me semblais guère rassuré ; mais de toute façon, je mets cela sur le compte de la guerre et je joins à cette lettre une miche de pain que j’ai eu du mal à obtenir, en espérant qu’elle t’aidera à survivre pendant ces jours difficiles. J’ai entendu des rumeurs : le bruit court qu’avec l’arrivée des américains, nous allons enfin gagner la guerre. Voilà pourquoi je te supplie de rester en vie jusqu’à ce qu’elle soit finie.
J’ai reçu ta solde de combattant et j’espère que cela ne présage pas ta fin. La maison manque d’argent et nous avons grand besoin de ton salaire de cantonnier. Nos réserves commencent à se vider. Mille nuits je reste sans sommeil, l’inquiétude me dévore. L’image de ton corps immobile sur le champ de bataille me hante. L’idée de vivre sans toi me rend laisse abattue. J’ai du mal à subvenir à nos besoins malgré mon travail à l’usine et toutes les travaux supplémentaires que je dois faire… J’essaie de rester forte, mais cela est difficile.
Déjà le mari de mon amie Élise a péri. S’il te plaît, reste sain et sauf à tout prix, non seulement pour les enfants mais pour moi aussi .
Au nom du respect que nous avons, reviens vite car tu nous manques. Nul ne peut te remplacer au sein de notre foyer.
Ta malheureuse femme,
Célina
  • Dessin par Yanis Caillaud Tle
Oscar Byrne 1e

The dirty dozen

une critique de film

Oscar Byrne 1e

The Dirty Dozen, ou Les douze salopards dans sa version française, est un film réalisé par Robert Aldrich en 1967.

Synopsis : En 1944, à la veille du débarquement en Normandie, douze américains condamnés à des peines capitales sont chargés de la destruction d’une station de radio et de l’assassinat de plusieurs généraux allemands, en échange de leur liberté. Naturellement, les américains finissent par tuer les nazis et réussissent à s'échapper malgré de nombreuses pertes et blessures.

Un des points remarquables du film est que les tirs de l’ennemi semblent avoir une précision digne de Ray Charles ; la tension qui émane de la dangerosité de leur mission diminue un peu plus à chaque tir raté.

A l’inverse, les américains sont dotés d’un tir spectaculairement précis. Ce déséquilibre des forces de frappe rend l’enjeu du film mineur car le téléspectateur comprend très vite qui va gagner. Cela n’est pas le cas dans un film similaire, Inglourious Basterds (2009), dans lequel le danger que représente l’ennemi est proportionnel aux forces des hommes en mission, permettant de maintenir la tension du combat jusqu'à la fin. Afin de compenser ce défaut, le réalisateur de The Dirty Dozen fait mourir certains de ses personnages, mais la mise en scène de ces pertes finit par nous désintéresser et les personnages du film ne semblent pas touchés par ces événements. Puisque le spectateur ne se sent pas impliqué, la scène n’atteint pas l’effet dramatique qu’elle devrait.

L’explosion extravagante du château, quoique spectaculaire, est irréaliste notamment en raison de la scène dans laquelle les personnages versent de l’essence et des grenades dans le sous-sol (où sont enfermés les méchants généraux nazis) pendant beaucoup trop longtemps ; elle perd donc aussi de son intérêt. Cette mise en scène a pu être impressionnante lors de sa sortie en 1967, mais a aujourd’hui perdu tout éclat.

L'entraînement des soldats est décalé par rapport à la formation traditionnelle qu’on retrouve dans Full Metal Jacket (1987). Le major n'hésite pas à s’affranchir des décisions de sa hiérarchie qu’il juge discutables, pour, avec sa propre méthode, mettre en place de cohésion entre les douzes criminels. On découvre qu’il y a ici une contradiction entre les ordres des supérieurs et ce qu’il serait censé que les soldats fassent sur le terrain. On retrouve cette critique de l’état-major dans Predator (1987). Ce film donne un point de vue inédit sur les criminels condamnés et offre une variété de personnages archétypaux mais originaux.

La scène du combat d'entraînement est bien synchronisée et regorge d'ingéniosité, grâce à une mise en scène de qualité. On peut apprécier la tension grandissante de la scène de l’infiltration, qui rappelle celle de Inglourious Basterds (2009).

Sans aucun doute, le film The Dirty Dozen a vieilli, accentuant ainsi certains de ses défauts, mais il reste pour autant meilleur que les récents Overlord ou Suicide Squad, qui partagent beaucoup de similarités, et représentent un budget supérieur de plus de 14 millions de dollars à celui de The Dirty Dozen.

dessin par Lucie Merlet, Terminale

The Man Who Could Pull a Tornado

by Matthew Kidd 6e

John Smith was the most courageous, loyal, strong and nimble man in the north of Tennessee. Everyone living within one hundred miles knew of him and loved him as much as they did their own families. His greatest talent was pulling away storms with his lasso and building just about anything. John Smith possessed amazing strength and could pick up or move anything.

John lived in a little house situated in the vast countryside. Sometimes he was known to say, “Tornadoes make me rage like fire!”

One night, when the sky was as dark as a bat’s wings, John was summoned by the mayor of Chattanooga. This city was located in the center of Tennessee, where the biggest and strongest of tornadoes were known to occur.

Because he was such a skilled builder, he constructed a trolley capable of incredible speed, taking only ten minutes to get from his house to the heart of the state. As he rode through the countryside, our hero declared, “ I was born to build like a bird was born to fly!”

Upon his arrival, John was treated like a king, and the city organized a great celebration. After the celebration, he went to his room on the 150th floor of his hotel, where he decided to watch some Netflix originals.

Eventually, John paused the entertaining Netflix show to check his email. He learned that the mayor had asked him to come to the town hall for a crucial meeting, so John hailed a taxi and was met by the mayor at the town hall.

He learned that an F10000000 tornado was making its way towards Chattanooga. Being a courageous soul, John boarded a small plane headed towards the disaster area, selecting a seat next to the exit hatch. Mid-flight, he gathered all of his strength, applied it to the pressurized door and opened the exit, striding out onto the wing of the plane, John jumped out of the aircraft.

Determined, he directed his fall towards the tornado. It spun so quickly that everything seemed to blur around it. Fighting the pesky winds that encircled him, he whipped out his one-hundred-million-foot long lasso and swirled it around, like a fidget spinner. While falling at a rapid pace, he caught the tornado with his noose and lifted himself up, as he slowly brought it out toward the sea. Afterward, he constructed a gargantuan wall to prevent bad weather from coming inland.

All of Tennesse was very thankful and ever since that particular incident, John has traveled to other parts of the world, each time successfully saving citizens from impending natural disasters.

Drawing by Alexei Kaloshin 5e

Aretha Franklin ‘‘Queen of Soul’’

Emilie Chiquette and Jasmine Wong 1e

Aretha Franklin, surnommée la “Queen of Soul’’(en français “La reine de la Soul”), est une chanteuse américaine née le 25 mars 1942 à Memphis dans le Tennessee. Pendant son enfance, cette fille de pasteur participe avec ses deux sœurs aux tournées de la chorale gospel de son père à travers les États-Unis. À 14 ans, elle enregistre son premier disque. Elle signe un contrat avec Atlantic Records en 1967 : c’est le début de sa carrière. Son premier grand succès, I Never Loved a Man (The Way That I Love You), est classé numéro 1 dans le classement rythm’n’blues. C’est le début d’une suite de succès comme Respect, Chain of Fools, ou encore Think. Au cours de sa carrière, elle reçoit de nombreux prix, dont dix-huit Grammy Awards. Le 16 août 2018, Aretha Franklin‘ meurt des suites d’un cancer.

Pendant son enfance, elle a été en contact avec quelques uns des acteurs principaux des mouvements pour les droits civiques, parmi lesquels ses parents et son mentor Mahalia Jackson. En 1967, elle interprète la chanson Respect, qui est devenu l'hymne du mouvement pour l’égalité entre les noirs et les blancs, et plus tard, entre les hommes et les femmes. Elle a d’ailleurs participé à la tournée mythique pour les droits des minorités avec Martin Luther King et Harry Belafonte, un autre chanteur et activiste. Nous pouvons dire qu’elle a beaucoup utilisé son talent pour faire passer un message, aidant ainsi le combat pour les “Droits Civiques” des noirs-américains. Un exemple de son implication dans la lutte pour l’égalité a été son influence dans la libération de l’activiste étudiante Angela Davis en 1970. C’est donc la disparition d’une grande chanteuse et d’une artiste engagée que l’Amérique pleurait il y a quelques mois à peine.

Art by Yanis Caillaud Tle

LETTERS TO FUTURE SELF

Ms. Finney's 1e students

All artwork by Oscar Byrne, 1e

Dear Future Lucie,

I’m writing this letter to see if you achieved your goal or not. But first off, how have you been? Hopefully you’re feeling well, as that is one of your life long goals. Maybe this aim has changed but I still hope that you have found some sort of inner peace. If the goal is not the same, then I’m going to remind you what it was when you were 15 and how your life was “supposed to go.”

I assume you got your BAC but after that you might have struggled to find the university of your dreams. I hope that you found it and that you have discovered a passion and a purpose in life.

Slowly but surely, you will find your way. Maybe you’re still interested in helping others. Perhaps you attended psychology school? Did you take the time to “understand yourself”?

Because you were encouraged to, you found a job, even if it’s not the one you wanted. But you need money to live and have stability. Cheerful and eager is how I wish you to wake up every morning, without asking yourself if it’s really worth it. At least, I hope you’re doing some sort of volunteer work to help others.

And finally, saving the best for last, have you’ve met someone whom you consider to be your soulmate? A person you can count on to make you get out of bed, make sure you’re never too down or just someone who you can be yourself with? Maybe you have built a family and a life that others describe as boring but one that you’re happy with. Of course, there will be ups and downs, but I hope, for your sake, that the downs will never be as deep as yours right now.

Sincerely,

You know who

Dear Steve,

To start, let me tell you that you should be proud of what you’re doing in life and continue to do it with dedication, passion, and determination. Right now, as you know, I’m still in high school and my English teacher is encouraging us to write this letter, so here I go!

At this point of my life, I'm mostly scared of taking the BAC and being rejected from King's College. It’s my dream university; I love everything about it. I wish to study marketing and entrepreneurship there because I really like economics and Algebra. Also, I’m really social and have a lot of grit. This should make me a good businessman one day.

I hope that you are living your best life in Dubai, working with Saygin Yalcin. He is one of my role models and working for him one day would be a dream come true. 20 years from now, I aspire to be the boss of the biggest and most successful company in Morocco, a country with a high unemployment rate, so as to create jobs for people in need.

Last but not least, I hope you are happy and that you are enjoying yourself. I also hope that you will donate to charities around the world or, even better, found your own non-profit organisation to make a difference in our society. Don't wait until it's given to you. Choose your own destiny!

Greetings Richard!

You may have forgotten about the existence of this letter by now. It is nonetheless meant to be read with attention, a message from your past self, a reminder of vanished years. I will try not to beat around the bush. Since I burned up all of the midnight oil in order to complete this letter, I hope you enjoy reading it.

I expect that by now you have found a good job (such as being part of the CNRS), that you’re able to pay taxes and, most importantly, that you can afford to pay for food. About food: I’m concerned about your diet and health. Certainly, it is important to maintain good health for many reasons. This letter may not be cogent, but it expresses my expectations for my future.

I hope you still play sports such as basketball and that you have good physical and mental health. Just running after a ball, a frisbee or even after nothing will do. It is always good to try and improve yourself; I hope that you are more refined than I am now. As I’ve already made the mistake, I would prefer you don’t buy useless things again. Whenever you have free time, go play the guitar with your friends—it’ll be fun. With grit and passion, I hope you still play this instrument as easily as ringing a bell. There are plenty of songs to learn, but something that would make me proud would be to know “Cannon” by jerryC, just because “it aint easy.” “Of the five most important things in life, health is first, education or knowledge is second, and wealth is third. I forget the other two.”

Don't forget to go see your parents every once in awhile; don't be afraid of affection. They spent eighteen years raising you, so you must have a full Sunday morning to give back to them this month. Don’t waste your time playing the same video game for hours; instead, play different games for hours. Please don't idle too much on the Internet; it is as hard as it is necessary to overcome bad habits.

The ball is in your court now. As you most likely know and do everything this letter tells you to, I hope you find it useless. Otherwise, please don’t see it as offensive to your current life, but as a memory of who you wished to be when you were fifteen.

As Shakespeare wrote, “Boldness be my friend.”

Richard

Brownies from the project Miam Miam by Kohl Kimbles 4e

Un Texte trop détaillé

Gabrielle Cross, Kyaran Balin Brooks et Lucia Parodi 3e

Une source lumineuse alimentée par un courant électrique est installée sur la paroi supérieure de la pièce consacrée à la transformation des aliments qui donnent fin à la famine de l’Homme.

Cette même source produit une lumière alternative à cause de l’ouverture et la fermeture du circuit électrique, un phénomène qui se produit sans interruption.

REPONSE: La lumière du plafond dans la cuisine clignote sans arrêt

Artwork by Oscar Byrne 1e

GONCOURT DES LYCéENS

Remerciements à Mmes Silvéréano, Gouyette et Fèvre
2nd 4

L’Hiver du mécontentement,

un regard sur la contre-culture seventies dans l’Angleterre pré-thatchérienne

Gaspard Bouyé et Miguel Magro dos Reis 2e

La culture populaire actuelle exploite, de manière souvent superficielle et avec des visées commerciales évidentes, la nostalgie des années 70 et 80, au détriment de l'authenticité de cette époque. Ce n’est pas le cas du roman de Thomas B. Reverdy qui apporte à cette époque une épaisseur et une réalité devenues rares.

L’auteur, Thomas B. Reverdy, a publié plusieurs romans acclamés par la critique : La Montée des Eaux a reçu le prix Valery-Larbaud en 2008 et L’Envers du Monde, écrit en 2010, a reçu le prix François Mauriac l'année suivante. Les Évaporés a quant à lui été retenu en 2014 pour le prix du Roman Fnac, pour le Prix Goncourt, et pour le Prix Décembre. Il a également reçu cette même année le Grand Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres et le prix Joseph Kessel.

L’Hiver du Mécontement explore le personnage de Candice, une jeune coursière de 20 ans habitant à Londres pendant l’hiver 1978-79, période de troubles économiques et sociaux en Angleterre. La rebelle vit le début des “Times of Trouble” - les temps difficiles - les grèves des ouvriers, le manque d'approvisionnement, et l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher. Elle vit la vie des jeunes Anglais du milieu de la Contre-culture, celle des insolents, des provocateurs, des ambitieux. Candice s’y épanouit , elle squatte dans des bâtiments abandonnés, écoute du rock punk et aborde la vie avec une certaine nonchalance. Mais ce qui la distingue des autres jeunes Londoniens, c’est qu’elle joue la pièce de Shakespeare, Richard III, dans une troupe théâtrale exclusivement féminine. Le parallèle entre la pièce et les événements politiques et sociaux de l'époque devient apparent dans les feuilles du carnet de Candice : la lutte sans scrupules pour arriver au pouvoir est devenue la réalité de l'époque.

L’Hiver du Mécontentement est un roman superbe, non pas pour son histoire immersive et intéressante, ni pour son style d'écriture soyeux, mais pour la simplicité et l’assiduité avec lesquelles il explore le contexte historique. Les parallèles que Thomas B. Reverdy expose entre la situation politique des années 70-80 et la pièce de Shakespeare, Richard III, jouée par Candide au théâtre, sont plus que pertinents et très bien inclus dans la narration. Le fait que l’histoire de cette toute jeune femme se passe dans un contexte spatio-temporel historique, et se centre sur des événements aux conséquences incontestables pour les personnages du livre réussit à immerger le public dans l’Histoire aussi bien que dans l’intrigue du roman. Le passage de la page 64 (Guns of Brixton) illustre à la perfection cette utilisation du contexte historique dans l’intrigue : “Et le 3 Janvier 1979, tout s’est arrêté. Grève des transporteurs. Grève totale. Grève générale. Convergence des luttes des secteurs privé et public. [...] La température vient de tomber sous zéro. [...] On voit des leaders syndicaux entrer dans les ministères et ressortir, sourire aux lèvres. Ils s'arrêtent en haut des marches et font des déclarations enflammées, les bras écartés vers la foule des journalistes, [...]”. Les phrases sont courtes, ce qui renforce le tempo et l’impression d'urgence de la narration. L’auteur donne aussi des informations qui peuvent être considérées comme superflues (la température, l’heure exacte, etc. ) pour renforcer l’illusion réaliste. Les actions sont exprimées simplement, il y a des descriptions précises, des références, des spécificités, qui rendent la tension palpable et les enjeux réels pour le lecteur.

Nous recommandons ce livre pour des lecteurs de tous âges intéressés ou non par l’Histoire. Ce livre est agréable à lire et présente des thèmes qui font réfléchir, d’autant plus qu’il explore des sujets toujours pertinents de nos jours : la précarité, les luttes politiques et idéologiques, l’existence de simples citoyens essayant de vivre dans une société qui change drastiquement. Il est merveilleusement bien écrit et peut passionner les lecteurs avides de sensations fortes et d’Histoire.

dessin par Gaspard Bouyé

La Place des Adolescents

Paul Broadhurst

Dans la sélection 2018 du goncourt des lycéens, la moitié des romans possède des personnages principaux adolescents. Cela va de personnages adolescents pendant toute la durée du roman ( L’Hôtel Waldheim), à des personnages principaux qui passent de l’adolescence à l'âge adulte (Maîtres et Esclaves, La Vraie Vie).Nous allons nous focaliser ici sur L'Hôtel Waldheim et La Vraie Vie, des romans présentant des personnages intéressants et changeant fortement au cours du récit.

La vraie Vie est un roman raconté par sa narratrice, une petite fille devenant une jeune fille et vivant dans un foyer violent et sans affection.À l'âge de 11 ans, elle et son jeune frère vivent un traumatisme qu’elle est capable de surmonter, mais son frère plus jeune et moins mature n’est pas capable de surpasser ce choc émotionnel fort, sombrant dans un mutisme total. La personnage principale et narratrice se donne alors pour objectif de guérir son frère en créant une machine capable de remonter dans le passé pour éviter l'accident. Cela ayant échoué, elle dédie ses efforts à sortir de cette vie misérable à travers l'éducation. Après plusieurs péripéties, l’histoire arrive a un point où le père enragé, s'apprête à faire du mal a la narratrice mais est tué par son frère. Le pistolet utilisé pour le meurtre ne ressemble à rien produit de leurs jours, nous donnant l’indice que la personnage principale a vraiment réussi à retourner dans le temps. Ayant résumé La Vraie Vie d’Adeline Dieudonné, nous pouvons maintenant passer à la place et à l’importance d’un narrateur adolescent. La narratrice adolescente n’est pas un choix anodin, elle a une grande importance sur la façon dont le roman est écrit et décrit, le fait que la personnage principale est aussi la narratrice impose une simplicité à l'écriture du roman: une histoire écrite avec un vocabulaire poussé ne conviendrait pas à une petite fille de 11 ans. De plus, le fait que l'histoire soit écrite au moment même de son déroulement fait qu’il n’y a pas d'hésitations dans les détails, et les émotions ressentie sont exactes. Ce début et cette fin de roman à deux âges différents se perçoit pour le lecteur par l’augmentation de la maturité et donc de l'écriture de la jeune fille, qui s'améliore au cours du récit dans le domaine du vocabulaire et des descriptions).

L'Hôtel Waldheim est l'histoire d’un homme adulte qui, un jour, reçoit une lettre mystérieuse. Après avoir relié cette lettre à une femme, il apprend la raison pour laquelle elle l’a contacté. Le père de cette femme avait séjourné dans le même hôtel que le personnage principal lors de son adolescence, mais, ayant étrangement disparu pendant un des séjours du personnage, elle voulait en savoir plus. Cela le pousse à se remémorer son séjour à l’hôtel Waldheim. Dans ce roman se situant à moitié dans l’adolescence, et à moitié dans l’âge adulte, le point de vue adolescent est crucial, car sans les flashbacks et anecdotes, l'histoire ne serait pas intéressante. Une autre chose nécessaire à préciser est qu’à travers cette confrontation entre l’adolescence et l'âge adulte, nous pouvons voir le changement de personnalité et la maturité du personnage principal.

En conclusion, la place et l’importance de ces personnages n’est pas un choix indifférent ,mais une nécessité pour les romans ayant des personnages principaux adolescents. Ceux-ci apportent avec eux une écriture simple mais précise et illustrent le travail de la maturation et et le changement de la personnalité lors du passage à l'âge adulte.

Devant Dieu je le jure: ce roman est un chef-d'œuvre

Un peu pompeux mais bon c’est le titre

Béatrice Trad, Madeleine Guimbert

Après un premier roman en 2012 sur le parcours de onze sénégalais à l'Exposition universelle de Paris de 1889 contraints à se produire en spectacle dans un cirque, David Diop publie pour cette rentrée littéraire 2018 Frère d'âme, un roman sur la Première Guerre mondiale.

Peur, horreur, tristesse et folie. Toutes ces émotions violentes nous bouleversent, nous arrachent le coeur. En même temps, c'est si facile de choquer. Pourtant ce livre sait faire beaucoup plus : il nous montre que l'amitié et l'amour peuvent nous sortir des pires situations. Or, son héros nommé Alfa Ndiaye est dans une situation exécrable : au beau milieu de la guerre - et gagné peu à peu par la folie.

Alfa Ndiaye est un jeune tirailleur sénégalais de vingt ans, pris au piège de la terrible Première Guerre Mondiale. Il est rongé de remords, suite à son refus d'abréger les souffrances de son ami Mademba, son “plus-que-frère”, qui agonise dans les pires douleurs. Hanté par la mort lente de son frère d'âme, dévoré par son obsession de tuer et de rapporter les mains des “ennemis aux yeux bleus”, le poids de la honte le tenaille.

Quand nous le découvrons, Alfa a un sourire sympathique mais des habitudes douteuses, comme celle de s’obstiner à prendre les vies et à couper les mains de ses ennemis détestés, ce qui l’isole de ses compagnons d'armes, souvent horrifiés par ses actes. Plus tard, Alfa est éloigné du front et emmené dans un hôpital où il apprend à vivre avec des souvenirs qui le hantent chaque jour. Il se remémore sa jeunesse en Afrique aux côtés de son ami Mademba. Lentement, au fil du roman, Alfa tombe amoureux et se rend compte que la seule façon de vivre sans Mademba est de devenir le “mangeur d'âmes” qu'on le soupçonne d'être.

Dans Frère d'âme, David Diop nous projette dans les pensées confuses d'un homme poursuivi par les démons du champ de bataille. Avec des répétitions marquantes telles des incantations, un début captivant, des monologues touchants, épicé(s) par soupçon d'humour, ce roman est un plongeon dans les abysses du désespoir parsemées des étoiles de l'espérance. Ce roman qui nous envoûte du début à la fin est écrit simplement, ce qui renforce son authenticité, notamment lors des scènes de massacres.

“Je n'ai pas été humain [...] j'ai laissé le devoir dicter mon choix”. C'est par cette phrase qu’Alfa exprime son regret, et que David Diop le rend attachant, ce qui nous mène progressivement à ignorer la folie du soldat. Le rejet, l’exclusion dont il fait l’objet suscitent finalement notre empathie. Ce roman nous touche non seulement en plein cœur, mais nous ensorcelle, nous rendant ouverts au récit d’Alfa, dont les répétitions lancinantes - devenant parfois gênantes - contribuent à en faire un récit de pure vérité

Grâce à des retournements de situation et un point de vue interne, David Diop nous fait réfléchir sur le sens de la vie et de la joie, sur l’inversion des codes et de la morale en temps de guerre, cette guerre qui suffirait alors à justifier des actes déplorables et âpres. Ce roman n’est pas loin d'être un chef d'œuvre car il a su nous inciter à nous arrêter pour réfléchir sur le sens de notre vie.

Proclamation du Prix Goncourt des Lycéens à Paris

Retour sur notre Goncourt des Lycéens

Notre participation au 30ème Prix Goncourt des Lycéens touche à sa fin en tant que classe-jury. Les 18 élèves de la Seconde 4 du Lycée Rochambeau ont pris part à ce défi - car c’en était un - avec réserve, entrain, ténacité ou même audace, selon leur personnalité. A la veille de la proclamation du vote final, ils se sont exprimés en toute honnêteté sur cette expérience unique. Retour en arrière :

Début septembre, les élèves de la Seconde 4 apprennent qu’ils vont participer au Prix Goncourt des Lycéens.

Miguel

“Lorsque j’ai été informé de notre participation au Goncourt des Lycéens, je ne savais pas quoi penser. Etait-ce une opportunité de découvrir de nouveaux livres, une possibilité d'établir des liens avec mes camarades par l'intermédiaire de la littérature, ou bien seulement un autre travail ennuyeux qui me demanderait trop de temps et trop d’efforts ?”

Gaspard

“D’abord, l'idée de lire quinze romans en deux mois était perturbante…”

Matéo

“C'était fort intéressant et très ambitieux de la part de Madame Silvereano (notre professeure de Lettres) de nous attribuer cette tâche.”

Fatiya

“Quand j’ai appris qu’on allait lire quinze livres, je me suis dit que ce serait impossible car je n’aimais pas lire.”

Baptiste

“N’ayant jamais été un grand lecteur, l'idée d’un concours pour lequel on devait lire quinze livres me semblait absurde et même un peu intimidante.”

Zellewit

“Avant de débuter ce parcours je n’aimais pas vraiment la lecture et ça ne m'amusait pas de devoir lire des romans comme ceux que l’on a lus. Je préférais les romans historiques ou les polars.”

7 septembre : la sélection est rendue publique.

A vos marques, prêts, lisez !

Matéo

“Au premier abord, [...] j’avais du mal à me plonger dans les ouvrages présentés, mais au fur et à mesure, ça devenait intéressant. Il me manquait juste un petit peu de temps…”

Gaspard

“Mes premières lectures étaient lentes, mais agréables. Petit à petit, mes lectures se sont accélérées, en étant toujours capable de comprendre les oeuvres.”

15 romans, c’est beaucoup !

Certains élèves connaissent des haut et des bas…

Roman

“Une expérience fort intéressante, même si tout de même, le simple fait de devoir lire une quinzaine de livres en à peine deux mois a été souvent un peu fastidieux et même ennuyeux.”

Camille

“J’ai terminé La Révolte en une seule journée, lisant jusqu'à deux heures du matin. Je n’arrivais pas à décrocher du livre.”

Gaspard

“… des lectures parfois intrigantes et fascinantes, parfois lentes ou même lassantes.”

Gaspard

“J’ai été obligée de sortir de ma zone de confort et de découvrir d’autres genres qui n’allaient pas forcément me plaire.”

Milo

“Les travaux faits à l’oral ont vraiment augmenté mon intérêt pour le Prix. Mais je me suis forcé pour les travaux écrits et seulement pour la note !”

Une entrée de plain-pied dans la littérature contemporaine

Anna

“Cette expérience fut parfois décourageante mais entendre les élèves de ma classe débattre des romans et expliquer leurs points forts et faibles me donnait toujours envie de découvrir ces livres. Cette expérience m’a permis de découvrir la littérature française moderne. Même si je n’ai pas lu tous les livres, je veux continuer de parcourir cette sélection.”

Henri

“J'ai pu constater que les livres regroupent des thèmes vastes et variés.”

Gaspard

“L'expérience m’a apporté un aperçu de la littérature française, car mes lectures étaient principalement anglophones. J’ai découvert que la langue française peut exprimer des concepts que d’autres langues ne peuvent pas.”

Enzo

“Ce Prix a été une bonne expérience pour moi car je ne suis pas un grand lecteur. Cette expérience a amélioré mes compétences en lecture.”

Ce Goncourt des Lycéens permet de se découvrir soi-même,

et de découvrir les autres aussi.

Charlotte

“Pendant ces 2 mois, j’ai vécu cette responsabilité de lire comme un défi à accomplir.”

Fatiya

“Même si je n’ai lu que trois livres et demi, je ne sais pas comment décrire cette expérience car le temps est passé très vite. J'aime voir que j’ai été capable de me forcer à lire même s’il y avait des jours où je n’avais pas le temps.”

Camille

“Comme notre classe entière a dû lire la même sélection, on a aussi appris à se connaître un peu plus en découvrant que telle personne aimait plus tel livre, pour telles raisons, etc.”

Une aventure familiale parfois…

Camille

“Mon père a aussi décidé de lire les livres ; c'était un peu une compétition entre celui de nous deux qui arriverait à finir la sélection complète en premier ! Ma famille participait donc aussi à ce projet ; parfois, pendant le repas, nous parlions du Prix Goncourt et du livre que je lisais à ce moment.”

et gourmande aussi !

Enzo

“J’ai aussi apprécié les petits déjeuners littéraires, tous les mercredis matins.”

Le mot de la fin...

Béatrice

“Ça y est, nous avons survécu à ces deux mois intenses ! Avant ce parcours, je n’aurais jamais pensé que la lecture de quinze livres en deux mois soit possible. Jusqu’à mes onze ans, j’adorais lire, je lisais avec passion. Mais au fil des ans, j’avais perdu cet amour, pour des raisons inconnues. Le Prix Goncourt des Lycéens m’a rouvert les yeux et après plusieurs années sans beaucoup lire, j’ai finalement retrouvé le goût de la lecture. Je n’ai pas aimé tous les romans, mais j’ai découvert des thèmes et des styles d'écriture que je préférais.

Cartoons and Comics

Short Animations by Sylvie Bartusek 1e
Short Animations by Mme Angoulvant's 2de Students

Editing by Ellise Waller, 2e

Animation by Lucie Dupont 1e
More Artwork
Comic strip by Daniel Pressman, Alexei Kaloshin, Christian Brissette, 5e Drawing by Alys Shah 1e
Excerpt of the Lord of the Rings comic by Marius Zandoli 6e
Oscar Byrne 1e
Oscar Byrne 1e

POLITICAL CARTOONS

by Ms.Zappe's 4e

Clea Le Borgne 4e
Marina Robalino 4e
Annabelle Cameron 4e
Audrey Ferguson 4e

Cartoon Caption Contest

2019 Winning Captions

"This is a CAT-astrophe! The wall is not finished yet!" -Roland Foster 6e

"When you realize that cute cat videos don't include you..." -Alicia Akdun, Zeineb Elouazzani, Mandela Keller, 5e

"Look at my big paws!" -Fédérico Dassen, Madeleine Guimbert, Charles Mateos Y Lago 2e

"Lasagna crisis at the border! It's a huuuge deal! #WRONG!" -Kaila Hall 2e

"Odie, you're fired!" -Beatrice Trad, Claire Lee-Coudouel 2e

cartoon by Sylvie Bartusek 1e

We thank PAR for supporting our publications.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.