Loading

Non à l'abattage d'une pinède à Luminy La Chambre de commerce et d'industrie Marseille-provence veut étendre kedge business school sur le campus en abattant 300 pins d'alep du parc national des calanques dont plusieurs centenaires !

Union Calanques Littoral, Comité du Vieux-Marseille, Sites & Monuments, Calanques 13 littoral, France Nature Environnement, l'Atelier Marseillais d'Initiatives en Ecologie Urbaine dénoncent le projet d’extension de Kedge Business School sur le campus de Luminy. Il prévoit de tronçonner 298 arbres dont une partie centenaire, ainsi que le décapage de plus de 11 000 m2 de bois et de garrigue dans la cuvette de Luminy, classée en zone d’adhésion du Parc National des Calanques alors que c’est en réalité son centre géographique.

Un permis déposé dans la torpeur de l'été 2017 que personne n'a pu voir, l'école étant fermée
« En tant que défenseurs du patrimoine naturel, nous dénonçons la supercherie de ce projet écocide qui prétend être « éco-responsable » et exigeons une étude d’impact environnemental indépendante. L’actuel permis de construire doit être retiré. »

Georges Aillaud, président du Comité du Vieux-Marseille

Nous sommes déterminés à dénoncer ce saccage d’un milieu naturel aux portes des calanques. La bétonisation de Luminy ça suffit !

Henry Augier, président d'Union Calanques Littoral

Signez la pétition lancée sur Change.org. Copier coller ce lien qui vous redirigera sur la pétition => http://bit.ly/2n0fBBf

La Marseillaise a révélé le projet dans son édition du 2 janvier 2018 à l'occasion du lancement de l'appel d'offres pour les travaux de rénovation et d'extension de Kedge Business School

Tour cela en dépit d'un AVIS DEFAVORABLE particulièrement explicite de l'Architecte des Bâtiments de France.

La vision actuelle de l'école de management depuis le parking bas du campus de plus en plus bétonné.

La forêt à abattre vue depuis le parking d'accès à Sugiton

La réalité du plan d'abattage dans l'appel d'offres. Plus les cercles sont larges plus les arbres sont vieux. Les numéros d'arbre renvoient à la liste détaillée plus loin.

La liste des 292 arbres à abattre. En vert, ceux qui sont conservés. Leur âge et leur état sanitaire.

Ce nombre a été porté à 298
Ce projet écocide ne remplit même pas les mesures compensatoires règlementaires

Or voici ce que prévoit le Plan Local d'Urbanisme :

Le recours gracieux de la Chambre demandant au Préfet de revenir sur la décision de réaliser une étude d'impact sur les incidences environnementales.

Et devinez-vous ce qu'il arriva le 12 juillet 2017 ?

La suite de l'arrêté préfectoral d'exemption prévoit à titre de compensation de "renaturer" le parking haut de Kedge, mesure que le permis de construire finalement délivré ne reprend même pas.

8 jours plus tard, la DDTM propose à la Chambre de Commerce de se racheter une conscience environnementale en versant 5763 Euros au Fond Stratégique de la Forêt et du Bois. Raser 11.300m2 de bois ne coûte que 5763 Euros !

"Techniquement les plantations sur les terrasses se feront dans des jardinières irriguées au goutte-à-goutte."

Page 24 des "éléments complémentaires" produits par la CCIMP dans son recours gracieux

PLAN DE PAYSAGE DU PARC NATIONAL DES CALANQUES

« Détruire un habitat et enlever des pins âgés qui ont une certaine prestance dans le paysage, c’est en contradiction avec le principe d’un parc et ce qui est établi. »

Gilles Clément, paysagiste, coauteur du Plan de Paysage du Parc National des Calanques d'octobre 2016

Plan de Paysage du Parc National des Calanques
Created By
coquille david
Appreciate

Credits:

DAVID COQUILLE JOURNAL LA MARSEILLAISE

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.