Mardi 11 avril Voyage en Italie

La place saint Marc
Le campanile

C'est au IXème siècle qu'un premier campanile est construit pour servir de tour de guet pour la lagune, en plus de son rôle de clocher de la basilique Saint Marc. Détruit puis reconstruit, agrandi et modifié au fil des siècles il a son aspect définitif au XVIème siècle mais s'écroule un matin de 1902 sans faire de victime ! Il a été reconstruit à l'identique quelques années plus tard.

Les Procuraties Vecchie, Nuove et l'aile Napoléon

Ces bâtiments délimitent la place Saint Marc. Les côtés sont formés par deux longs bâtiments, les Procuraties Vecchie et Nuove qui abritaient les bureaux des plus hauts fonctionnaires de Venise, les procurateurs. Les Procuraties Vecchie, du début du XVIème siècle ont un style typiquement Venitien alors que les Nuove, construites presque un siècle plus tard sont de style Classique. L'aile Napoléon qui ferme la place, a été construite au début du XIXème siècle pendant l'occupation de la ville par les troupes Napoléoniennes, qui ont fait détruire une église pour construire cette aile. Malgré ces différences, la place garde une belle harmonie grâce aux arcades de ces différents bâtiments.

La tour de l'Horloge

Cette tour du XVème siècle, est ornée d'une horloge indique les heures, les phases de lune mais aussi les signes du zodiac. Au dessus de l'horloge vous trouverez une statue de la Vierge, un lion de Saint Marc et au sommet deux statues de Maures frappant une cloche toutes les heures. Pendant la semaine de l'Ascension et le 6 janvier un ange et les rois mages viennent s'incliner devant la Vierge. La légende raconte que les concepteurs du mécanisme de l'horloge ont été aveuglés après leur réalisation pour qu'ils n'aillent pas en fabriquer dans d'autres villes !

La Libreria

Ce long bâtiment construit par Sansovino dans les années 1550. L'édifice s'effondre en partie lors de la construction ce qui valut à Sansovino la prison … avant d'en ressortir pour achever les travaux à ses frais. Le style du bâtiment rappelle la renaissance romaine, mais reste en harmonie avec le reste de la place. Elle abrite une riche collection de livres, de manuscrits et d'incunables. La décoration intérieure comme extérieure est somptueuse, avec des peintures de Titien, Véronèse et Tintoret.

Les colonnes de la Piazzetta

Ces deux grandes colonnes de granit, situées à l'entrée de la piazzetta, côté lagune, ont été rapportées de Constantinople après le pillage de la ville par les croisés et placées ici au XIIème siècle. Elles portent les statues des Saints protecteurs de la ville : Saint Théodore est représenté terrassant un dragon. Il était le premier Saint protecteur de la ville. Saint Marc, représenté par le lion ailé, devenu le symbole de la ville. Les Vénitiens, par superstition, ne passent jamais entre ces colonnes. C'est en effet entre ces colonnes qu'avaient lieu les exécutions.

La basilique saint Marc

C'est la cathédrale de la ville.

Venise, à la recherche de prestige, souhaitait accueillir une relique digne de ses prétentions. C'est ainsi qu'en l'année 826, deux marins Vénitiens dérobent le corps de l'évangéliste Marc à Alexandrie pour le ramener à Venise. Le corps a été caché sous des carcasses de porc pour éviter les fouilles des Sarassins ! Une première basilique est alors construite pour abriter le corps de Saint Marc mais l'édifice actuel est celui construit au XIème siècle, les deux précédents ayant été détruits. Au fil des siècles la basilique a été constamment enrichie, jusqu'à former cet ensemble unique, d'une richesse incroyable.

L'extérieur de la Basilique

La basilique a été construite selon un plan à croix byzantine, les 4 bras de la croix sont de même longueur. L'édifice est coiffée de 5 coupoles, ce qui accentue son allure orientale. La façade principale, à 2 étages, présente 5 portails très richement décorés. Les colonnes de la façade forment une véritable forêt de couleurs et de styles différents. En effet, les colonnes proviennent des diverses territoires conquis par Venise, qui en pillait les trésors.

L'arc du portail principal, au centre, est décoré de bas reliefs à motifs variés : végétaux, animaux, allégories des saisons, signes du zodiac mais aussi la représentation des métiers.

Les mosaïques surmontant les portails sont pour la plupart postérieures au XVIIème siècle, à l'exception du portail le plus à gauche, celui de la porte Saint Allipio qui date du XIIIème siècle. Cette magnifique mosaïque illustre l'arrivée du corps de Saint Marc et son inhumation dans la basilique Saint Marc. La basilique figurant sur la mosaïque n'est pas celle contemporaine de l'événement mais celle du XIIIème siècle. Elle nous permet aussi de connaître l'aspect de la basilique avant ses transformations ultérieures, notamment sans ses ajouts gothiques et avec ses coupoles d'origine qui étaient plus basses.

La galerie supérieure accueille une terrasse sur laquelle se tenaient les personnages importants lors des fêtes données sur la place. Les célèbres chevaux de bronze doré de Saint Marc sont placés ici. Ce quadrige du IVème siècle provient de l'hippodrome de Constantinople pillé lors de la 4ème croisade. Les originaux sont à l'abri au musée.

L'intérieur de la Basilique

Vous accédez à la basilique en pénétrant tout d'abord par le narthex avant d'atteindre la nef. Le narthex est richement décoré de marbres et de mosaïques, toute la surface des murs et des coupoles en sont recouverts. Les mosaïques ont été réalisées au fil du temps, entre le XIIIème et le XVIème siècle, les plus récentes ayant été réalisées sur les cartons d'artistes comme le Titien ou le Tintoret. Vous pourrez y voir, entre autres, la genèse, l'histoire de Noé, Saint Marc …

Vous entrez ensuite dans la basilique elle-même. Une richesse inouïe, fruit de l'accumulation de richesses au fil des siècles. 4000 m² de mosaïques à fond d'or et du marbre à profusion ! De nombreux thèmes bibliques sont illustrés dans ces mosaïques, tels que dans la coupole dite de la Pentecôte, dans laquelle on voit les apôtres assis, touchés par des rayons venant de la colombe du Saint Esprit au centre. La coupole de l'ascension est elle aussi remarquable.

Le chœur

Le chœur, surélevé, est séparé de la nef par une iconostase à colonnes, d'aspect byzantin. 14 statues de la Vierge et des apôtres et une croix la surplombent, chef d'œuvre du gothique.

Repas à la CANTINA CANALETTO

Le palais des doges

Palazzo Ducale

Construit au XV et XVIe. Les deux façades donnant sur la lagune et sur la Piazetta ont le même style architectural, gothique, bien que construites en deux phases distinctes à plusieurs années d'écart. L'une des particularités de son architecture est l'inversion des masses. En effet, dans la partie basse nous avons une architecture légère à colonnes alors que la partie pleine est située au-dessus. Sur chacune des façades vous trouverez une grande loggia. Sur la façade côté piazetta, sur la galerie supérieure vous pouvez noter la présence de 2 colonnes de marbre rouge marquant le lieu où étaient proclamées les sentences de peines de mort. Sur cette même façade, vous verrez dans un médaillon une figure allégorique de Venise tenant une épée, représente la justice.

La porte principale du Palais, la Porta della Carta est un chef d'œuvre du gothique, construite vers 1440 par les frères Bon. Dans le tympan figurent le lion de Saint Marc et le Doge Francesco Foscari agenouillé. Les autres statues du portail représentent des vertus.

Intérieur en visite libre

Vous accédez à la cour intérieure où vous découvrirez une aile du palais invisible depuis la place, de style renaissance. L'accès à cette aile se fait par l'Escalier des Géants, qui lui doit son nom à la présence de deux statues au sommet de l'escalier. Il s'agit en fait des statues des dieux Mercure, dieu du commerce, et de Neptune, dieu de la mer, réalisées par Jacopo Sansovino. Situé au dessus, un lion de Saint Marc. C'est à cet endroit que se faisait l'investiture du Doge, entouré des dieux du commerce et de la mer deux éléments cruciaux de la vie et de la puissance de Venise.

  • Vous accédez à l'étage par la scala d'oro (escalier d'or), magnifique escalier d'honneur décoré de stucs dorés et de peintures.
  • Aux étages vous pourrez visiter les salles servant aux différents organes de pouvoir de Venise.
  • La salle du Grand Conseil : la plus grande du palais, 53 mètres de long sur 22 de large ! Détruite par un incendie en 1577, la salle est restaurée avec un nouveau décor.
  • Le plafond, divisé en caissons abrite des peintures des plus grands artistes de l'époque avec par exemple dans l'ovale, l'Apothéose de Venise de Véronèse. Sous le plafond, le long des murs, figurent les portraits des 76 premiers doges de Venise. A noter que celui de Marino Falier a été recouvert d'un voile noir, suite à sa tentative de coup d'état pour s'approprier un pouvoir absolu. La tentative ayant échoué, il est décapité et son portrait peint.
  • Vous trouverez aussi dans cette salle une exceptionelle toile du Tintoret sur le mur situé derrière l'estrade. Cette gigantesque toile, de 22 mètres de large et 7 de haut a pour thème le Paradis où figure un très grand nombre de personnages.
  • Vous passerez aussi à travers les salles suivantes :
  • du scrutin, où étaient dépouillés les bulletins de vote,
  • la salle de l'anticollège, connue pour sa peinture de Véronèse, l'Enlévement d'Europe,
  • la salle du collège où se réunissait l'organe de pouvoir le plus important de Venise
  • la salle du Sénat à la décoration baroque,
  • la salle du conseil des Dix avec des toiles de Véronèse et du Tiepolo,
  • l'armurerie avec son habituelle collection d'armes mais aussi une curieuse ceinture de chasteté !
  • Pour finir la visite vous accédez aux prisons nouvelles, que vous rejoignez en passant par le pont des soupirs !
Quartier realto

Le pont

Le pont du Rialto enjambe le Grand Canal et permet de relier les quartiers de San Marco et San Polo. Il est l'un des ponts les plus célèbres de Venise, situé sur l'axe principal de circulation des touristes : Rialto – place Saint Marc.

Petite anecdote ... osée

Parmi les détracteurs de l’époque, circulait la petite histoire suivante... Il était un homme et une femme. L’homme dit : " « On ne réussira pas à terminer la construction du pont ; il s’écroulera peut-être avant la fin. Il ne sera terminé que lorsque de celui-ci – et d’indiquer son sexe - poussera un ongle ». La femme, quant à elle, dit : " « Il ne sera jamais achevé ! Je parie celui-ci – indiquant son propre sexe – que je me le ferai brûler s’ils réussissent à le finir ! ». Peut- être ne savaient-ils pas qu’ailleurs depuis de nombreux siècles des arches de bien plus grandes dimensions avaient pu être construites... Sur les chapiteaux de deux piliers du Palais Carmerlanghi au pied du pont, sont sculptés deux bas-reliefs représentant l’un : un homme accroupi pourvu d’une troisième « jambe » d’où dépasse clairement un ongle et qui se trouve entre les deux autres ; et l’autre : une femme accroupie sur des flammes. Ce serait, selon la tradition, les deux adversaires déconfits de l’architecte Da Ponte...

Quartier libre

Jusqu'à 17:00 : vaporetto

19:00 -19:30: installation à l'hotel

20:00: dîner à l'hotel

Dodo

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.