Loading

Des récits fantastiques à lire, à choisir, à écrire une séquence co-construite avec les élèves

Le titre de cette séquence, R3FL3TS F4NT4ST1QU3S, dont la graphie s'inspire de la technique du leet speak, fait implicitement écho à plusieurs dimensions explorées lors de cette séquence.

C'est tout d'abord la référence à l'hésitation fondamentale qui fonde le récit fantastique : les expérience étonnantes que vivent les personnages sont-elles la manifestation d'un phénomène surnaturel ou une altération temporaire de leurs capacités sensorielles, cognitives, émotionnelles ? Lors de la découverte de ce titre et de son premier déchiffrement, ce sentiment peut nous traverser furtivement : ai-je bien décodé ce nouveau système d'écriture ? Mon interprétation est-elle la bonne ?

C'est ensuite une référence plus symbolique à l'environnement numérique dans lequel s'inscrit cette séquence : de la lecture au choix des extraits passages jugés intéressants, de leur mise en page au vote pour le choix de celui qui sera étudié en classe, de l'écriture collective à la correction collaborative, l'ensemble de la séquence prend appui sur un texte digital présent mais impalpable, que l'on déroule, corrige, oublie parfois, rectifie et qui se présente dans une version finale sans ratures ni traces apparentes d'une quelconque hésitation. Alors que son élaboration, on le sait bien, ne s'est pas faite sans plusieurs vagues d'améliorations.

C'est, enfin, par le mot "reflets", souligner que les sens, et notamment les perceptions visuelles, sont sans cesse présentées comme mouvantes, changeantes, incertaines dans l'univers fantastique. On pourra alors questionner le thème de la fiabilité des images en combinant une photographie au récit fantastique inventé, qui fournira au lecteur soit des pseudos-preuves de ce que le personnage aura pu voir, soit des images qui viendront, en contrepoint, contredire les impressions du personnage. Tout en en entretenant l'hésitation fantastique.

Cette séquence s'appuie sur un Moodle, bien utile pour centraliser les ressources, les consignes, les liens etc. ; en voici un aperçu :

1. Notes et moisson de textes

Prise de notes

Laisser aux élèves une certaine marge d'autonomie lors de cette première séance, c'est leur annoncer la part d'investissement personnel qui sera la leur lors de cette séquence... Ces derniers ont pu suivre le déroulé de la séquence pas à pas dans un environnement Moodle.

Consignes données lors de la première séance

Moisson des textes et lecture

Les élèves doivent d'abord chercher quelques nouvelles fantastiques et ensuite les lireGallica, Wikisource, etc. sont autant d'espaces à parcourir pour trouver des textes sources.

Consignes données pour guider les élèves dans leurs recherches

Extrait de la page de consignes sur Moodle

Garder des traces

La fiche "Je lis une nouvelle fantastique" a plusieurs intérêts :

  • garder un souvenir de la lecture
  • permettre de repérer quelques invariants de la nouvelle fantastique
  • suivre la progression des élèves dans leur travail

2. Choix et préparation des extraits à étudier en classe : découpage, mise en page et paratexte

Choisir un passage après avoir effectué les lectures n'est pas facile pour les élèves car il faut, selon la consigne, "sélectionner un texte qui sera étudié en classe pour son caractère particulièrement signifiant dans l'étude du fantastique".

Il peut s'agir du tout début de la nouvelle, d'un moment où la tension est à son comble, ou de la chute. La fiche "Je choisis un passage" les guide dans ce travail.

Extrait de la fiche "Je choisis un passage d'une nouvelle fantastique"

Lors de ce travail en classe, l'enseignant questionne les élèves, sur le choix d'un passage plutôt qu'un autre, discute avec le groupe pour faire émerger des éléments d'analyse qui seront utiles pour l'étape du vote et, peut-être, pour l'analyse en classe entière.

Les élèves déposent ensuite le texte choisi, accompagné de leur justification, sur le forum de collecte du Moodle. L'enseignant peut alors vérifier la qualité du travail des différents groupes et, enfin, formater chacun des textes : l'objectif est que les élèves puissent faire leur choix en se reposant non sur des critères de présentation, mais de contenu.

3. Vote pour l'étude d'un extrait et analyse

Chaque élève prend connaissance des textes sélectionnés par les autres groupes en menant une lecture personnelle.

Les onze textes sélectionnés par les élèves

Pour rendre la lecture plus dynamique, les onze textes ont été imprimé et affiché sur les murs de la classe. Le déplacement physique d'un texte à l'autre permet de concrétiser le travail singulier de chacun des groupes.

Une fois ce travail réalisé, chaque élève va être en mesure de voter pour choisir l'un des textes qui sera ensuite étudié en classe. Le vote doit obligatoirement être accompagné d'une justification. Cette dernière donne des informations intéressantes sur les processus de sélection à l'oeuvre chez les élèves, même si, souvent, elle reste assez peu développée.

Capture d'écran du résultat du vote (Google Forms)

La participation des élèves, lors de l'étude du texte 4, s'est révélée plus riche, plus vivante et pertinente que d'habitude : l'explication principale peut résider dans le fait que les élèves qui avaient sélectionné ce passage le connaissaient davantage et avaient des éléments à apporter à la classe pour enrichir l'analyse.

Extrait du texte étudié en classe entière avec les élèves

Le texte 4 présente une caractéristique très intéressante : l'insertion d'un artifice narratif (une fausse lettre) qui permet d'accentuer l'effet de réel. Cet élément n'a sans doute pas été anodin lors du vote... Quoi qu'il en soit, plusieurs groupes reprendront ce dispositif lors de l'étape suivante de la séquence : la rédaction d'un récit fantastique.

4. Écriture d'un récit fantastique

Lors d'une séance préparatoire, les élèves se sont transportés dans les rues autour du collège avec pour mission de capturer des éléments, des objets, des ambiances ayant un potentiel fantastique.

Annonce de la séance préparatoire
Consignes distribuées sur les tablettes des élèves (Explain Everything)

Les photographies, modifiées et retouchées pour certaines, sont mises en commun au retour en classe. Ce matériel, accessible à tous les élèves, va permettre à chacun d'enrichir sa propre perception en la mettant en lien avec ce qui peut faire naitre du fantastique chez l'autre.

L'étape d'écriture à proprement parler se déroule sur deux semaines et utilise des documents partagés (Google Docs) entre les élèves d'un même groupe. L'enseignant peut ainsi guider facilement les élèves dans l'écriture si nécessaire en annotant ou commentant leur travail, même à distance et hors temps de classe.

Il voit ainsi, au fil de l'écriture, le texte s'écrire, changer de trajectoire parfois, s'allonger, raccourcir ; vivre en fait, au rythme des connexions des élèves et de leurs ajouts.

5. Classification des erreurs et correction collaborative

À la fin d'un premier temps d'écriture (une à deux semaines), l'enseignant reprend chacun des textes et en extrait les erreurs. Il les regroupe dans une feuille de calcul qu'il partage avec tous les élèves.

Chaque élève a alors pour mission de traiter une dizaine d'erreurs : il s'agit dans un premier temps de classer l'erreur, d'en proposer une correction, puis de signer son travail. Quand toutes les erreurs sont traitées, un retour au texte est demandé aux élèves ; chaque groupe corrige donc son travail et le finalise : présentation, choix et placement de la photographie demandée, ajustement des paragraphes, mise en forme (italique, etc.).

Quelques élèves ont du mal à revenir sur le travail et à proposer des corrections... même si la majorité participe volontiers à l'effort commun

6. Textes produits et valorisation

Après correction, impression et affichage des textes dans la classe, les élèves ont pu lire les productions de chacun des groupes et d'approfondir leur contact avec l'univers fantastique.

Récits et fiche d'évaluation de quelques groupes (3, 6, 7, 8, 9 et 10)

Le titre imposé, "Comme une impression", a permis d'obtenir un nouveau corpus dont les textes se rattachent à la thématique de la fugacité, de l'incertitude, du doute. Celui-ci sera sans doute réutilisé pour d'autres classes, que ce soit pour des lectures cursives, ou encore pour montrer des exemples à imiter, à dépasser.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.