Jean de La Fontaine (1621-1695)

Louis XIV, en accédant au pouvoir, en 1661 met en place la monarchie absolue. Le roi concentre tous les pouvoirs, les nobles deviennent des courtisans, et sont privés de leur pouvoir politique.

De nombreuses controverses religieuses opposent jésuites et jansénistes. Pour les jésuites, l'homme est libre de faire son salut par ses actes. Les jansénistes, partisans de Jansénius, auteur de l'Augustinus (1640) pensent que seule la grâce, accordée par Dieu, peut sauver l'homme. Pascal les défend dans Les Provinciales. Les jansénistes furent condamnés, et leur couvent, Port-Royal, fut détruit sur ordre du roi en 1711. La révocation de l'édit de Nantes (1685) entraîne des persécutions et la fuite de protestants à l'étranger.

En 1634, Richelieu fonde l'Académie française. Louis XIV poursuit l'organisation de la vie intellectuelle en fondant d'autres académies. Il pensionne de nombreux artistes. Les arts assurent le rayonnement du pouvoir royal.

Le classicisme est un mouvement littéraire qui se développe en France et plus largement en Europe, dans la seconde moitié XVIIème siècle. Ce mouvement littéraire se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal représentant l’«honnête homme» et qui développent une esthétique fondée sur la recherche de la perfection.

Le culte des Anciens se double d’instruire et de plaire. Pour atteindre cet idéal, il faut remplir certaines conditions que les théoriciens définissent. L’art s’apprend et se maîtrise. Une œuvre accomplie est l’aboutissement d’un long travail. C’est à ce prix que les Classiques créent alors la beauté. Cet objectif est atteint quand l’écrivain se soumet aux règles des différents genres littéraires, qu’il apprend à en dominer les contraintes et à travers elles, à conquérir l’art de communiquer ouvertement ses idées.

Jean de La Fontaine est un poète né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry. Il se consacre à la littérature et s'installe à Paris. Il se lie d'amitié avec Nicolas Fouquet qui lui fait office de mécène. Cependant, Fouquet est arrêté et emprisonné par le roi en 1661. En empruntant des sujets de Phèdre et Ésope, fabulistes de l'Antiquité, il donne à ses petits récits une vie intense et un tour plaisant. Pour vivre, il se place sous la protection de la duchesse d'Orléans de 1664 à 1693. Il est élu à l'Académie française en 1683. Il fréquente les écrivains les plus renommés de son époque comme La Fayette, Sévigné, Boileau, Molière, Racine, La Rochefoucauld. Vers la fin de sa vie, il se consacre à la méditation et meurt en 1695 à Paris.

Le premier recueil de fables parut en 1668 à l'édition Barbin, les illustrations étaient de François Chauveau, le meilleur spécialiste de l'époque. Il se composait de 124 fables, réparties en 6 livres. Il fut dédié au fils aîné du roi Louis XIV, le Dauphin, âgé alors 6 ans. "Lecture agréable, mais aussi utile et sérieuse". Ce premier recueil se présente sous forme de 2 volumes : le premier comportant les livres I à III, le second les livres IV à VI.

Le deuxième recueil de fables représente un ensemble de 87 fables. Il est composé de 5 livres : 2 livres sont paru en 1678 et 3 autres sont parus en 1679 . Ce recueil a été entièrement dédié à Madame de Montespan, la maîtresse du roi, avec des messages concernant les grands problèmes de l'époque.

Le troisième recueil, comportant 29 fables, a été publié en 1694. Il correspond au livre XII. Ce recueil, dédié au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, âgé de 12 ans à l'époque, condense les idées essentielles exprimées dans les livres précédents.

Credits:

Created with images by titouan russo - "Book of old times"

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.