Coup de Phil' ! from Sawata

Notre mission

Vous trouverez ci-dessous notre emploi du temps :

Le matin, nous ouvrons notre local de 16m2. Il se situe au dessus d’une école/chapelle. Les enfants de tout âge (surtout de 1 à 12 ans), du quartier viennent. Tous les enfants sont les bienvenus. Parfois, certains parents viennent voir ce que font leurs enfants. Les enfants jouent aux jeux de société tels que le UNO, jeu de 7 familles, mikado, domino, jeu de cartes et kappla. Ils peuvent également dessiner, colorier et certains lisent mais ce n’est pas la majorité. Nous avons environ 1500 livres et 250 sont en tagalog. Les enfants ne sont scolarisés que la moitié de la journée (soit le matin, soit l’après-midi), donc nous avons du monde tous les jours, surtout le samedi !! Les enfants de plus de 6 ans lisent et parlent tagalog et les plus grand comprennent l’anglais et le parlent un peu ce qui facilite la communication. Ils sont environ 70 à fréquenter la bibliothèque. La difficulté majeure réside dans l’apprentissage de leur nom : Princess Cherry Mae, Lady Mae, Kingking, Bongking, Prince Alexis, Jingjing, John Rey, John Marc, John Mickael, John Doyl, John Kurt, Jay Dan, Kobi, Haezel Ann, Hannah Jane, Jamewell, Arje, Djabie, Djomel, Jermhaine…De plus, certains se font appeler par leur surnom, ce qui complexifie la tache !

L’après-midi, nous allons dans la rue avec nos livres mais nous restons dans le quartier de la bibliothèque. En effet, un philippin ne se déplace pas à plus de 200m de sa maison sans utiliser les transports. Nous allons donc à leur rencontre. Notre volontaire philippine lit une histoire en tagalog puis nous faisons un coloriage (pour les plus jeunes) ou une activité en lien avec l’histoire. Enfin, nous apportons bien sûr des livres afin que les enfants puissent lire seuls ou nous essayons de faire la lecture mais cela ne fonctionne pas encore très bien.

Le vendredi après-midi, nous changeons de quartier et nous allons à « fishport ». Je vous laisse imaginer l’odeur du poisson mêlée à celle de l’eau croupie qui règne dans les rues de ce quartier. Les familles sont très pauvres. Un incendie a dévasté le peu qu’ils possédaient en décembre dernier. Les enfants là-bas sont incroyables. Ils n’ont rien (beaucoup d’enfants sans vêtements), vivent sous des bâches et pourtant ont un sourire extraordinaire, sont très heureux lorsque nous arrivons, se satisfont de tout ! Ils nous apportent tant d’humilité.

Le jeudi matin, nous allons prêter nos livres anglais à une association appelée LP4Y qui s’occupe de la réinsertion des mères célibataires. Il y a actuellement 4 volontaires français dans l’association et nous passons de très bons moments ensemble. Si vous souhaitez de plus amples informations sur cette association, cliquez sur le lien ci-dessous :

Anne-Claire ou Ate AC : mon point de vue de la mission

La mission qui nous a été confiée me plaît beaucoup. Elle est en continuité avec celle que j’avais faite au Cambodge avec PSE (Pour un sourire d’enfant) il y a 4 ans. Les enfants sont une source de joie immense mais je me sens également totalement désemparée face à la misère qu’ils vivent au quotidien. Nous leur apportons un moment de joie et de connaissance dans leur journée où ils sont très souvent livrés à eux-mêmes. Ils arrivent, trop souvent, bien trop tôt, dans le monde des grands, des ordinateurs, des vidéos,…

Partager cette mission à deux est vraiment super. Même si nous avons la même mission, nous ne la vivons pas pareil avec les enfants. Cela permet de débriefer sur chacun.

Les transports

Ici, il n'y a pas de train, seuls trois métros circulent dans Manille. Les philippins utilisent principalement le Jeepney. Bien que le coût d'un trajet ait augmenté début février ce qui a engendré des manifestations mais surtout la fermeture de notre restaurant de rue préféré pendant 1 jour, c'est le moyen de transport le moins cher ici : 8 pesos le trajet ( 20 centimes d'euros). On peut y entasser 21 personnes officiellement (On ne sait pas comment..).

D'un point de vue fabrication c'est du made in Philippines. Cela ressemble à une jeep allongée, un témoignage de la présence Américaine sur le sol Philippin après la seconde guerre mondiale. Le jeepney est "customisable" à souhait : on peut choisir la marque (mercedes, mitsubishi...), la finition ( bois, sky) et y ajouter tous les accessoires que l'on souhaitent ( enceintes faite à partir d'un bidon, TV...). Le seul bémol pour nous les européens, est que c'est vraiment trop bas de plafond.

Ensuite pour de plus petit trajets ou des trajets personnalisés, il y a le tricycle. Quand on est à l’intérieur on se croirait dans une boite de conserve. Ça décoiffe ! Pour les amateurs sensation fortes.

Enfin, pour les (vraiment!) courts trajets, il y a le pedicab, c'est le moyen de transport qu'on ne peut trouver qu'aux Philippines. Les philippins quelque soit leur age (4 ans à 84 ans) l'utilisent pour leur éviter de marcher. Pour faire 100 mètres voir 50 mètres on en prend un.

Ma mission #Guilhem #KuyaWilliam : 1 sentiment, 1 objet et 1 lieu

1 sentiment: la simplicité D'une part par la mission elle même qui nous oblige à recentrer sur l'essentiel notre vie ; un an de vie commune avec Anne-Claire a été mis dans des cartons pour vivre un peu plus simplement. D'autre part, à notre arrivée, c'est simplement que nous avons été accueilli par Thomas; c'était rustique ! En effet, pour rentrer chez nous, nous avons testé le jeepney, le métro, puis le tricycle avec 60Kg de bagage alors que le taxis nous aurait couté 5 euros. Aujourd'hui c'est notre quotidien et c'est bien comme cela. La simplicité c'est aussi ces enfants qui me permettent de goûter ce qu'il mange alors que moi j'hésite à leur donner un peu de ma boisson par peur que tous les enfants me sautent dessus. C'est aussi des enfants que nous prenons dans les bras tous les jours sur la route de la bibli et qui ne demandent jamais rien d'autre que ce petit geste d'attention de la part de grandes personnes.

1 objet : Le Kapla !

Le jeu de Kapla est arrivé dans nos valises et fait un malheur. Tous les enfants y ont joué à leur manière: certain en ont fait un lit, d'autre un labyrinthe pour une araignée attrapée un peu plus tôt, d'autre des tours géantes… C'est aussi un bon exemple de ce qu'on vit à la bibli, un jour c'est super, les constructions sont belles, les enfants sont sages et un autre jour le kapla sert surtout de projectile dans la bibli…

1 lieu : l'église est un peu au centre de notre vie, parce que nous participons à pour ainsi dire tous les offices malgré nous. L'entrée de celle-ci étant à 10 mètres de notre studio, on entend tout ce qu'il se passe à l'intérieur. L'église c'est aussi le point de repère de notre mission, au propre comme au figuré, une belle illustration en est la photo ci-joint montrant de nuit la croix illuminée au dessus de l'église qui est visible aux alentours.

Les personnalités du mois

Mom Percy

Grand mère, veuve, de 60 ans, Mom Percy est la sainte du bidonville. Elle habite dans la rue de la bibliothèque avec 10 membres de sa famille sur 2 étages de 15 m2 environ. Elle n'a pas beaucoup de ressources mais donne énormément. Très présente à la paroisse où elle fait partie du service charité, elle est très sollicitée par les pères. Le matin, elle tient une classe en dessous de la bibliothèque, pour les enfants de 3 à 5 ans car la scolarité commence à 6 ans. Elle fait également partie d'une association nommée Damanyang Project qui a pour but de scolariser les enfants de familles très pauvres. Grâce à cette association locale, 11 enfants de Sawata vont à l'école. Ils ont récemment demandé à Enfant du Mékong de les aider, nous espérons vivement que cela va fonctionner! Enfin 4 après-midi par semaine, elle vient avec nous, et lit l'histoire principale en Tagalog aux enfants. Personne ne peut raconter une histoire mieux qu'elle. Nous l'admirons et l'aimons beaucoup !

Kobi

Kobi, petit garçon de 7ans d’après lui mais 11 ans dans la réalité est porteur d’un chromosome supplémentaire. Il est la mascotte du quartier. Tous les enfants et les volontaires l’aiment beaucoup. Très espiègle, il nous fait beaucoup rire. Ce qu’il préfère c’est chanter, colorier (que des supermans !) et lancer des crayons. Nous vous laissons le soin d’écouter son remix de la chanson « On pagaie, on pagaie ».

Les insolites

Le (gros) nez de Guilhem fait rêver les philippins. il y en a même des inconnus qui essaient de le toucher dans la rue! En effet, ici, avoir un gros nez pointu est signe de beauté. #grosnez = vous êtes les bienvenus !

Les sacs plastiques sont utilisés a bon escient: tout ce que vous achetez est mis dans un sac plastique: cela va du déjeuner que vous achetez dans la rue et qui est mis directement dans un sac jusqu'à la bouteille de coca-cola que l'on vide dans un sac plastique. Il n'y a plus qu'a boire tout ca avec une paille et à trouver la poubelle qui n'existe pas ! #COP21auxphilippines.

Ici, pour dire bonjour, on lève les sourcils. Et pour montrer quelque chose, on pointe de la bouche.

Les philippins sont très fervents: pendant le Carême qui est en ce moment, certaines familles chantent pendant 24h non stop la vie du Christ. Pour couronner le tout, ils font ça avec un haut parleur afin d'en faire profiter le quartier. Nous avons cru que c'était l'appel à la prière musulmane... #faitestairelemuezzin

Un peu de vocabulaire !

Bonjour : Magandang umaga

(je vais le faire) plus tard voire jamais : mamaya

Merci : Salamat

prend soin de toi : ignat ka

un, deux, trois : isa, dalawa, tatlo

grand frère/grande soeur : Kuya/Ate

La suite de nos aventures dans la prochaine newsletter!

Merci!

Un grand merci pour les colis et les cartes postales que nous avons reçus. Nous attendons de vos nouvelles!!!!

Notre adresse : Guilhem et Anne-Claire du Cleuziou - San Lorenzo Ruiz Parish - Kaularan Village Phase 1C Navotas City - Metro Manila - PHILIPPINES

Soutien

Pour soutenir notre volontariat vous pouvez adresser vos dons (défiscalisés à 60%) en mentionnant notre nom à :

Missions Étrangères de Paris - Service Volontariat Parrainage - 128 rue du Bac 75341 Paris Cedex 07

Created By
guilhem duc
Appreciate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.