IDEC SPORT SAILING Trophée Jules verne 2016/2017

15/12/2016 : Demain au petit jour, IDEC SPORT repart pour un tour !

Sur le qui-vive depuis 24 heures, l'équipage d'IDEC SPORT se prépare, ce soir, à prendre le départ sur le Trophée Jules Verne. Après s'être élancé une première fois le 20 novembre dernier et s'être résolu à faire demi-tour en approche de l'équateur, c'est avec une motivation et un enthousiasme intacts que le commando de marins s'apprête à larguer de nouveau les amarres qui retiennent le trimaran de 31 mètres au quai du port de Brest. Francis Joyon, Bernard Stamm, Alex Pella, Clément Surtel, Gwénolé Gahinet et Sébastien Audigane, le petit nouveau du bord, rejoindront le bateau dans le milieu de la nuit. Ils sont attendus au petit jour, entre 7h et 8h (heure française), sur la ligne au large de Ouessant, en vue de s'élancer dans une nouvelle chasse au record de vitesse absolue autour du monde (45j 13h 42mn et 53sec), qui tient bon depuis 2012.

16/12/2016 : TOP DEPART : IDEC SPORT s'élance à la conquête du Trophée Jules Verne

À 09h 19mn 00sec* (heure française) dans les premières grisailles du jour de ce vendredi de décembre, IDEC SPORT coupait, à plus de 20 nœuds, la ligne au large d'Ouessant et s'élançait dans une course effrénée contre le chronomètre autour de la planète mer. Les six hommes du bord sont attendus avant le lundi 30 janvier 2017 à 23h 00mn et 53sec (heure français) pour améliorer le temps à battre (45j 13h 42mn 53sec) établi en janvier 2012 par l'équipage de Loïck Peyron, et inscrire leur nom au palmarès de ce prestigieux challenge maritime.

17/12/2016 : Bon départ, conforme aux prévisions

« C'est l'un de mes nombreux défauts, je ne suis pas patient… » Francis Joyon déteste les longs et fastidieux « stand-by » inhérents à toute tentative de record. C'est sans grande surprise pour ses proches qu'il a hier matin, à 9 heures 19 minutes très précises, bondit sur la ligne de départ du Trophée Jules Verne, avide d'en découdre autour de la planète à la barre du maxi-trimaran IDEC SPORT, et en en compagnie de son incroyable équipe. 24 heures plus tard, c'est un skipper heureux qui avale à toute allure une houle de mieux en mieux organisée au large du Portugal. IDEC SPORT est reparti sur d'excellentes bases dans sa troisième tentative en tout juste un an, contre le record du Tour du monde absolu à la voile, en équipage, en multicoque et sans escale. Après son échec du début d'année (47 jours, 14 heures et 47 minutes), et l'essai avorté du mois dernier pour cause de pot au noir un peu trop gluant, les Joyon, Surtel, Gahinet, Pella, Stamm et Audigane reprennent avec appétit une large rasade d'aventure, de navigation libre et débridée autour de la planète.

18/12/2016 : Glissades Mauritaniennes

« Ca glisse bien. La mer est rangée. Le bateau se barre facilement. » Posés, reposés, Francis Joyon et ses 5 hommes d'équipage envisagent avec sérénité un premier tronçon de leur tour du monde tout en glissade au cœur d'un bon flux de secteur nord nord-est appelé à persister jusqu'au pot au noir. Un secteur de vent qui ne mérite pas encore le nom d'alizé et qui va contraindre le grand trimaran IDEC SPORT à prolonger loin vers l'ouest Canarien son bord actuel, avant un empannage stratégique pour plonger résolument plein sud vers l'archipel du Cap Vert. Un temps de passage très correct à l'équateur est espéré, proche des 5 jours et 16 heures signés en novembre 2012 par Loïck Peyron et l'équipage de Banque Populaire V.

19/12/2016 : IDEC SPORT en avance sur le record

Agréable réveil ce matin au large de la Mauritanie pour l'équipage du maxi-trimaran IDEC SPORT qui a découvert avec un brin d'étonnement la proximité certes virtuelle mais bien immédiate, de leur adversaire sur cette tentative autour du monde, le tenant du Trophée Jules Verne Banque Populaire V. Les deux maxi- trimarans se sont en effet retrouvés à quatre années d'intervalle au même point de passage. Les 5 marins de Francis Joyon naviguaient alors 4 à 5 nœuds plus vite sur la route directe que Peyron et ses 11 hommes d'équipage. IDEC SPORT engrange ainsi régulièrement depuis ce matin de précieuses poignées de milles d'avance, plus d'une cinquantaine à la mi-journée, sur cette portion alizéenne du parcours traditionnellement très rapide. Heureux de cette belle progression, les Joyon's boys se consacrent aujourd'hui au contournement par l'ouest de l'archipel du Cap Vert, dont les sommets les avaient, on s'en souvient, quelque peu déventés lors de leur tentative avortée de novembre dernier. Francis, soutenu sur ce point par Marcel van Triest depuis la terre, s'est résolu à parer loin au large de l'archipel, rejoignant ce faisant la trajectoire de son adversaire virtuel.

20/12/2016 : IDEC SPORT ce soir dans le Pot au Noir

Francis Joyon et ses 5 hommes d'équipage à bord du maxi-trimaran IDEC SPORT vont tard ce soir, affronter le redoutable pot au noir. Il n'aura fallu à ce fabuleux commando que 4 jours et demi pour venir négocier cette zone de grande instabilité météorologique étalée quelques degrés seulement au nord de l'Equateur. De l'épaisseur et de la virulence de ce secteur imperméable à toute estimation météo fiable, dépendent le chrono du maxi-trimaran rouge et blanc sur ce premier tronçon historique du Trophée Jules Verne. A plus de 30 nœuds de moyenne sur le fond, et 25,5 nœuds sur la route, Francis, Clément, Alex, Seb, Bernard et Gwéno ont investi l'exact dose d'énergie, de concentration et de vigilance pour signer un très beau chrono entre Ouessant et l'Equateur. Arbitre de ce premier défi, le pot au noir va-t-il enfin se montrer conciliant ? Joyon veut y croire, soulignant dans un sourire « que le pot ne peut à deux reprises s'acharner sur eux… »

21/12/2016 : IDEC SPORT à l'approche de l'Équateur

Francis Joyon et ses 5 hommes d'équipage se débattent depuis la nuit dernière avec le pot au noir. Annoncée peu virulente et relativement étroite par 25 degrés de longitude ouest, la Zone de Convergence Intertropicale demeure cependant fidèle à sa réputation. Le maxi-trimaran IDEC SPORT n'a pas rencontré l'infernale incohérence des vents et la soudaineté des orages qui avaient scandé sa tentative avortée du mois dernier. Malgré un ralentissement, son avance se porte pour l'heure à quelques 125 milles en ce début d'après midi. Toute la concentration de l'équipage est pour l'heure focalisée sur la ligne d'horizon d'où Francis et ses boys espèrent voir s'établir une aimable brise de secteur sud-est, annonciatrice des alizés de l'hémisphère Sud. A l'entame de son 6ème jour de course, IDEC SPORT n'est plus qu'à environ 70 milles de l'Equateur qu'il est encore en mesure de franchir dans les temps du détenteur du Trophée Jules Verne (Banque Populaire V) passé en 2012 après 5 jours et 16 heures de course.

22/12/2016 : Du Nord au Sud

La Zone de Convergence Intertropicale (ZCIT) a toujours autant de mal à laisser partir le maxi-trimaran IDEC SPORT. Le pot au noir, pourtant prévu et espéré court et clément, a pris un malin plaisir à s'étaler de nouveau devant la route du grand multicoque. Ce n'est qu'avec les premières lueurs de l'aube ce matin qu'IDEC SPORT basculait finalement dans l'hémisphère Sud, au terme de 5 jours, 18 heures et 50 minutes d'une navigation décidément bien contrastée.

23/12/2016 IDEC SPORT rapide dans l’alizé

Le maxi-trimaran IDEC SPORT a entamé la nuit dernière sa rapide descente le long des côtes du Brésil. Favorisés par un alizé de sud-est certes quelque peu instable, mais qui a le bon goût d'adonner, de tourner par le travers du bateau au fur et à mesure des rapides gains vers le sud, Joyon et ses hommes mangent leur pain blanc. L'anticyclone de Sainte-Hélène étend ses dorsales déventées sous le Brésil, et les marins d'IDEC SPORTsavent qu'une phase délicate les attend, au terme de 36 à 48 heures de belle vitesse cap au sud. Sur une trajectoire plus orientale que celle suivie en 2012 par le tenant du titre Banque Populaire V, IDEC SPORT va être en mesure de reprendre un peu de précieux milles.

24/12/2016 : Une dorsale comme embûche de Noël

À la veille du réveillon de Noël, IDEC SPORT poursuit sa descente de l'Atlantique Sud. À la latitude de Rio de Janeiro, Francis Joyon et son équipage progressent ce samedi sur le tempo rythmé d'un long bord travers au vent. À plein régime dans des alizés qui commencent à mollir, les six hommes du bord maintiennent des vitesses élevées dans un contexte météo complexe et exigeant, tant au niveau de la marche du bateau, que sur un plan plus stratégique en approche d'une dorsale anticyclonique.

25/12/2016 : Francis Joyon félicite Thomas Coville

Ce dimanche 25 décembre, alors que Thomas Coville s'apprêtait à couper la ligne d'arrivée de son tour du monde au terme d'une navigation exemplaire forçant l'admiration de tous, Francis Joyon, qui détenait ce record planétaire en solitaire depuis 2008, a tenu a souligner le magnifique exploit :

« Thomas signe un superbe chrono, au terme d'un tour parfaitement négocié. Bravo à lui. Bravo pour sa performance et pour sa persévérance. Il place, avec ce bateau plus grand et plus toilé que ne l'était mon trimaran Idec, la barre très haute. Il faudra à l'avenir beaucoup de réussite pour battre ce chrono en enchainant sans transition les systèmes météos ainsi que Thomas a su le faire. Nous ne sommes que trois, avec Ellen, a avoir bouclé ce tour du monde en multicoques et sans escale, et savons quel engagement extreme il a fallu a Thomas pour venir au bout de cette magnifique performance"

26/12/2016 : IDEC SPORT a rendez-vous avec le vent

Au 10ème jour de course, IDEC SPORT, toujours bien lancé sur une trajectoire inspirée pour éviter des calmes anticycloniques qui lui barrait le chemin, aborde le dernier de tronçon de son parcours pour rejoindre les mers du Sud. Et c’est au louvoyage que l’équipage de Francis Joyon progresse ce lundi après-midi vers des vents plus favorables. Mais rapidement, les voiles devraient s’ouvrir, permettant au maxi-multicoque de franchement accélérer sur la route du cap de Bonne Espérance, à la conquête du Trophée Jules Verne.

27/12/2016 : À hautes vitesses vers Bonne Espérance

Ce mardi 27 décembre marque l'entrée d'IDEC SPORT dans les Quarantièmes. Après une bataille stratégique qui ne laissait aucun droit à l'erreur face aux pièges de l'Atlantique Sud, le commando de Francis Joyon, flashé à plus de 30 nœuds ces dernières heures, n'a pas tardé à renouer avec les hautes vitesses. À bord, tous les indicateurs sont passés au vert. Sur les fichiers météo, l'horizon des prévisions se dégage pour laisser envisager une progression rapide jusqu'au cap de Bonne Espérance, et peut-être même plus loin encore sur l'autoroute du Grand Sud.

28/12/2016 : Le Team IDEC SPORT affole les compteurs

En approche de la longitude du cap de Bonne Espérance, premier des trois grands marqueurs mythiques d'un tour du monde à la voile, le maxi-trimaran IDEC SPORT connait la journée la plus prolifique de sa grande aventure planétaire, débutée voici seulement 12 jours. Francis Joyon et son équipage réduit à un commando de 5 hommes, affolent littéralement les compteurs, avec déjà 855 milles parcourus lors de cesdernières 24 heures, soit l'ébouriffante moyenne horaire de 35,59 nœuds ! Une performance appelée à durer, « peut-être jusqu'à l'Australie » souffle prudemment Francis Joyon, alors que le maxi-trimaran glisse le plus sainement du monde dans des pointes enregistrées cette nuit à 44 nœuds ! IDEC SPORT se donne les moyens de revenir à vitesse Grand V dans les temps du record de Banque Populaire V, passé en 11 jours, 21 heures et 48 minutes au cap de Bonne Espérance, le 3 décembre 2011. Un moment relégués le 26 décembre dernier à 755 milles du tableau arrière de leur adversaire virtuel, les Joyon, Surtel, Pella, Stamm, Audigane et Gahinet ont déjà réduit ce delta à 550 milles.

29/12/2016 : Cap de Bonne Espérance à pleine puissance

Toujours lancé à pleine puissance, IDEC SPORT a doublé au cœur de la nuit, à 4h47 (heure française) après 12 jours et 19 heures, la longitude du cap de Bonne Espérance, la première des trois grandes marques géographiques jalonnant sa chasse au Trophée Jules Verne. Propulsé à l'avant d'un système dépressionnaire, Francis Joyon et son équipage, pied au plancher et tête dans la guidon, maintiennent une cadence folle, comme en témoigne le joli score de 879 milles parcourus à 36,6 nœuds de moyenne sur les dernières 24 heures. Décoiffant !

29/12/2016 : Francis Joyon : « On peut espérer prendre de l'avance au cap Leeuwin »

Le Cap du Bonne Espérance paré cette nuit dans un très bon timing, IDEC SPORT a fait son entrée dans l'océan Indien, au petit jour ce jeudi matin. L'équipage de haut vol réuni à bord du trimaran rouge et gris poursuit sur sa lancée pour tirer le meilleur des conditions actuelles et abattre les milles à une cadence folle. De bon augure pour la suite de son parcours planétaire et de sa course effrénée contre le chronomètre, son implacable adversaire dans sa conquête du Trophée Jules Verne. Interview de Francis Joyon sur fond de pointes à 40 nœuds par 46° Sud.

30/12/2016 : Vitesses folles et vigilance extrême en approche des Kerguelen

IDEC SPORT cavale vite et cavale fort. Depuis deux jours et demi, Francis Joyon, Bernard Stamm, Sébastien Audigane, Alex Pella, Clément Surtel et Gwénolé Gahinet maintiennent une cadence folle en direction des Kerguelen qu'ils espèrent parer dans les prochaines 24 heures. À bord, priorité est faite à la vitesse pour rester à l'avant de la dépression qui les pourchasse, mais aussi pour laisser une zone de glace derrière. La présence d'un iceberg, détecté à l'écho radar par 49° Sud et 35° Est - obligeant l'équipage à abattre en grand dans la nuit pour l'éviter -, appelle à une vigilance de tous les instants.

31/12/2016 : Un Géant dans l'Indien

Un Géant chevauche à grandes enjambées l'Océan Indien. Un géant, ou plutôt 6 géants, six marins hors normes pour qui la Saint-Sylvestre n'aura ce soir aucune saveur particulière, autre que l'intense application à dévorer à grands pas les immensités désolées qui bordent le continent Antarctique. Francis Joyon, Gwénolé Gahinet, Sébastien Audigane, Bernard Stamm, Clément Surtel et Alex Pella surfent avec modestie et belle humeur depuis le 27 décembre sur les vagues de l'exploit au quotidien. Ils avalent depuis 5 jours, à grands coups d'accélérations souvent enregistrées à plus de 40 nœuds, des distances quotidiennes il y a peu encore considérées comme inaccessibles, 790 milles, 876,20 milles, 871 milles, 871,03 milles et 869,12 milles hier, série en cours… soit des vitesses moyennes de plus de 36 nœuds ! Le retard sur le record accumulé en Atlantique Sud dans les griffes de l'anticyclone de Sainte-Hélène, un moment porté à 755 milles, succombe mille après mille à la détermination sans faille du commando Joyon, en passe de doubler sous 24 heures son concurrent virtuel Banque Populaire V. Certes, Ouessant est encore loin, et Francis le pragmatique se refuse pour l'heure à voir plus loin que la durée de son quart, vigilant au bon fonctionnement de cet étonnant maxi trimaran IDEC SPORT, attentif à la bonne rotation des quarts et conscient de l'hostilité permanente propre aux cinquantièmes hurlants.

01/01/2017 : IDEC SPORT accroit son avance dans le Trophée Jules Verne

Francis Joyon, ses cinq marins de l'équipage réduit du Maxi Trimaran IDEC SPORT sont depuis hier soir en avance sur le temps record établi en 2012 par Loïck Peyron et ses 13 hommes du maxi trimaran Banque Populaire V. Ils ne cessent depuis d'accroitre leur avantage, porté en ce premier après midi de l'année 2017, début de leur 17ème jour de course, à 210 milles nautiques. L'étonnant commando bouclera ce soir une pleine semaine absolument unique dans l'histoire de la course au large, scandée par des distances de plus de 850 parcourues quotidiennement! Les Joyon, Surtel, Pella, Gahinet, Stamm et Audigane s'apprêtent dans la foulée, à exploser le chrono intermédiaire déjà en leur possession depuis leur tentative de l'an passé, entre Bonne Espérance et la Cap Leeuwin, à moins de 740 milles de leurs étraves. Ils tracent au coeur du redoutable Océan Indien un sillon d'une rectitude et d'une efficacité absolument étonnantes, qu'ils comptent bien, malgré la fatigue et l'hostilité grandissante de leur environnement de vie immédiat, prolonger le plus loin possible, et pourquoi pas jusqu'à la Nouvelle Zélande!

02/01/2017 : DOUBLE RECORD AU CAP LEEUWIN POUR IDEC SPORT

FLASH INFO TROPHEE JULES VERNE : Le maxi-trimaran IDEC SPORT vient de passer la longitude du Cap Leeuwin à 16 heures et 18 minutes (heure française) au terme de 17 jours, 06 heures et 59 minutes depuis le départ soit près de 16 heures et 57 minutes d'avance sur le temps de référence de Loïck Peyron sur Banque Populaire V (17 jours, 23 heures et 56 minutes) et à la moyenne de plus de 28 nœuds sur le fond.

Record de l'Océan Indien entre le cap de Bonne Espérance et le cap Leeuwin : Le chrono record entre le cap de Bonne Espérance (Cap des Aiguilles, qui marque l'entrée dans l'Indien) et le cap Leeuwin vient d'être pulvérisé en 4 jours, 09 heures et 37 minutes soit 1 jour, 1 heure et 46 minutes d'avance sur le temps de référence de Francis Joyon en 2015 (5 jours, 11 heures et 23 minutes) et 1 jour, 12 heures et 31 minutes d'avance sur le tenant du titre Banque Populaire V (6 jours et 8 minutes). Une traversée de l'Indien à une moyenne impressionnante de 35,08 nœuds sur le fond (3 705 milles).

03/01/2017 : Nouveau meilleur temps intermédiaire en vue

A plus de 32 nœuds sur une route toujours aussi efficace en gain vers le cap Horn, et après une nuit particulièrement difficile sur une mer peu propice à la très haute vitesse, le maxi-trimaran IDEC SPORT est ce soir en mesure de signer un nouveau temps intermédiaire référence dans son Trophée Jules Verne. En son 19ème jour de course, le grand multicoque rouge et gris glissera en effet la nuit prochaine sous la Tasmanie, effaçant des tablettes le chrono de 20 jours, 4 heures et 37 minutes réalisé l'an passé par Spindrift 2 de Yann Guichard et Dona Bertarelli. Bien que ralentis cette nuit lors d'une navigation musclée face à une houle forte et désordonnée, Joyon et ses hommes continuent pourtant d'accentuer leur avance sur le record, portée ce soir à plus de 888 milles.

04/01/2017 : IDEC SPORT à mi-parcours en moins de 20 jours

Le maxi-trimaran IDEC SPORT en terminera ce soir avec la première moitié de son tour du monde. Il devrait dépasser vers 19 heures les 11 160 milles théoriques parcourus, constituant la moitié du parcours total, entre Ouessant et Ouessant, via les trois grands caps, Espérance, Leeuwin et Horn. Joyon et ses hommes ont « avalé » ce demi tour du monde à 24,2 nœuds de vitesse moyenne. Ils ont en réalité déjà couvert 13 200 milles sur le fonds, à l'hallucinante allure moyenne de 28,7 nœuds. Cette performance les place, au début de leur 19ème jour de course, en approche de la Nouvelle Zélande, avec une avance de 1 060 milles sur le détenteur du Trophée Jules verne, Banque populaire V. A l'orée du plus grand océan du monde, le Pacifique, c'est une problématique pour le moins paradoxale qui étreint Joyon et son étonnant commando, comment ralentir un bateau qui ne demande qu'à mordre dans la vague et dévorer l'océan ? La juste et nécessaire préservation du bateau, et la crainte de naviguer plus vite que la dépression et tomber dans les calmes qui la précèdent incitent aujourd'hui les Joyon, Audigane, Pella, Surtel, Stamm et Gahinet à réfréner les ardeurs de leur insatiable monture.

05/01/2017 : Mi-temps à l'antiméridien pour IDEC SPORT

À l'aube du 21è jour de course, Francis Joyon et son équipage d'élite s'apprêtent à quitter le système dépressionnaire qui les a propulsés à pleine puissance 11 jours sur le même bord, leur permettant de signer un sprint austral qui restera dans les annales du Trophée Jules Verne. À l'entame du Pacifique et en approche de l'antiméridien matérialisant le début des longitudes Ouest, IDEC SPORT aborde une zone de transition, synonyme d'un empannage imminent pour rejoindre une autre dépression en direction du cap Horn.

06/01/2017 : À l'attaque du Grand Sud

Après une traversée express de l'océan Indien - « le run le plus violent et le plus magnifique de ma vie de marin », selon Sébastien Audigane ; « de loin la navigation la plus dingue que j'ai vécue, à la limite des icebergs, à la limite du bateau, à la limite de l'équipage » dixit Gwénolé Gahinet - l'aventure du Trophée Jules Verne continue de plus belle pour l'équipage d'IDEC SPORT. Sur les eaux lointaines et désertiques du grand Pacifique Sud, une bataille beaucoup plus stratégique commence pour Francis Joyon et ses hommes, au rythme des systèmes météo qui doivent se succéder sur leur route. De quoi augurer une semaine de course contre chronomètre qui redouble d'intensité en direction du cap Horn, alors que les compteurs affichent toujours une avance sur le record de plus de 820 milles.

08/01/2017 : Le Horn par sa face extrême

Depuis 12h, IDEC SPORT a de nouveau accéléré la cadence et affiche une vitesse de progression par rapport au but de 32-33 nœuds. De l'autre côté du centre dépressionnaire qu'ils viennent de traverser, Francis Joyon, Alex Pella, Sébastien Audigane, Clément Surtel, Gwénolé Gahinet et Bernard Stamm continuent d'abattre les milles avec une redoutable efficacité. Après 22 jours de course, à l'entame d'une nouveau run de vitesse sous les latitudes hostiles et rugueuses qui mènent au cap Horn, ils cavalent sur une trajectoire limpide vers le sud et portent, ce samedi après-midi, leur avance sur le tableau de marche du Trophée Jules Verne à 1 150 milles.

09/01/2017 : Près de 1 200 milles d'avance par 59° Sud

C'est sous le signe du froid qu'IDEC SPORT trace ce dimanche sa route à travers le Pacifique en direction du cap Horn, distant de 1 800 milles. Francis Joyon et son équipage sont parvenus à se faufiler sous un anticyclone qui freine actuellement quelques concurrents du Vendée Globe, positionnés 300 milles plus au nord. Sur le qui-vive, en veille permanente pour esquiver la menace de croiser un iceberg aux portes de 60° Sud, les six hommes du bord ne cèdent rien dans cette navigation extrême. Ils continuent de tracer avec conviction une trajectoire performante qui permet de gagner continuellement sur le tableau de marche du Trophée Jules Verne. Cet après-midi, ils affichent une avance qui se chiffre à près de 1 200 milles à l'approche du cap Horn, qu'ils pourraient doubler dans les 3-4 prochains jours.

10/01/2017 : IDEC SPORT en route vers le Horn

D'un système météo à un autre, IDEC SPORT poursuit sa chasse au Trophée Jules Verne à un train d'enfer et continue d'abattre les milles à un rythme sidérant à travers les eaux inhospitalières du Pacifique Sud. Depuis ce matin, il a rejoint un couloir de vent portant, qui lui a permis d'augmenter son avance de 200 milles sur les dernières 24 heures (1 400 milles au dernier pointage) sur le tableau de marche de ce record planétaire. Aux abords des 60° sud, une nouvelle course de vitesse à haute teneur stratégique est engagée pour rallier au plus vite le cap Horn. Pour Francis Joyon, Alex Pella, Gwénolé Gahinet, Sébastien Audigane, Clément Surtel, et Bernard Stamm, il s'agit de garder ce tempo soutenu le plus longtemps possible sur les 1 300 milles jalonnés d'écueils qui restent à parcourir jusqu'au célèbre rocher noir.

Credits:

© Jean-Marie Liot / IDEC SPORT

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.