La résurrection des madeleines Jeannette

En décembre 2013, après le placement en liquidation judiciaire, les madeleines Jeannette semblaient condamnées à disparaître. Trois ans et demi plus tard, la biscuiterie de Démouville, près de Caen dans le Calvados, semble non seulement tirée d'affaire, mais va ouvrir une seconde usine en septembre.

(Photo archives NR, Olivier Pirot)

Tout part d'un combat, celui des salariés de la biscuiterie qui ont occupé leur usine, alors située à Caen, pendant de longs mois de février 2014 jusqu'à sa reprise en novembre 2015, pour en empêcher le démantèlement et la vente des machines.

Un combat qui a touché le futur repreneur de la biscuiterie Georges Viana, comme il nous le racontait en juin 2015 : « Dans ma tête, ça a fait tilt. C'était une entreprise plus que centenaire et qui faisait un produit typiquement français. »

Georges Vania en juin 2015. - (Photo archives NR, Olivier Pirot)

Cet ancien cadre de Suez Environnement voit tout de suite le potentiel de l'entreprise, dont la création remonte à 1850, à condition de monter en gamme et de passer d'un mode de production industriel à artisanal.

Un parcours semé d'embûches

Seulement, il a beau mettre tout son argent et vendre sa maison pour financer ce projet de reprise, les banques et les investisseurs ne se bousculent pas pour l'aider.

Mais, un soir, une dame de 87 ans l'appelle. Voulant « aider Jeannette », elle veut lui « envoyer un chèque de 10 € ». « Je l'ai remerciée, mais je lui ai expliqué que ce ne serait malheureusement pas suffisant… c'est là qu'elle m'a répondu que toutes ses copines de la maison de retraite voulaient aussi me faire un chèque. »

(Photo archives NR, Olivier Pirot)

Il a alors l'idée de lancer un projet de financement participatif. Une première campagne en septembre 2014 lui permet de récolter 100.000 € et de convaincre le tribunal de commerce de Caen de le désigner comme repreneur en novembre.

Une seconde campagne lui permet de réunir 330.000 € et de relancer la production dans une nouvelle usine à Démouville en mai 2015. En septembre, les madeleines Jeannette faisaient leur retour dans les rayons.

Une deuxième usine en septembre

Un an et demi plus tard, on peut dire que le succès est au rendez-vous. Bien aidée par la médiatisation du combat de ses salariés et la cote de popularité de la marque en Normandie, la biscuiterie Jeannette a réalisé un chiffre d'affaires de 1,6 million d'euros en 2016.

Un succès évidement encore fragile, l'entreprise est encore légèrement déficitaire. Mais, grâce à un nouvel investissement de 1,5 million d'euros d'un de ses actionnaires, celle-ci a annoncé ce vendredi l'ouverture d'une seconde usine dans l'agglomération de Caen en septembre 2017.

(Photo archives NR, Olivier Pirot)

Cette dernière va permettre de multiplier par cinq les capacités de production de la biscuiterie et « vingt à trente embauches » supplémentaires, a expliqué Georges Vania à l'Agence France-Presse.

Aujourd'hui, l'entreprise emploie vingt-cinq salariés, contre dix-huit au moment de sa reprise.

Vincent Leblé

La biscuiterie Jeannette en cinq dates-clés

1850. Année de sa création à Caen. L'usine, qui a employé jusqu'à 400 personnes dans les années 70, était la plus ancienne de la ville.

18 décembre 2013. La biscuiterie et ses 37 salariés est placée en liquidation judiciaire après un projet de rachat avorté. En février 2014, les salariés s'opposent à la vente des machines et occupent l'usine pendant plusieurs semaines.

24 novembre 2014. Le tribunal de commerce de Caen tranche entre sept offres de reprise. La mieux-disante – l'entreprise bretonne de céréales bio Cereco – n'est pas désignée. Celle de Georges Viana, avec poursuite d'activité, est choisie.

Septembre 2015. Les madeleines Jeannette font leur retour en magasin.

Mars 2017. L'entreprise annonce l'ouverture d'une seconde usine en septembre de la même année.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.