Loading

LA FIOLE DU POMPIDOU journal des templiers - J - 33

Toponymie… ? J’ai découvert ce mot, loupe à la main, penché sur les cartes IGN, dans ce bungalow vétuste dans lequel un prof, nous prodiguait les premiers rudiments de la géographie physique. Je me souviens encore de son nom, Monsieur Rieucau, son sommet fétiche, c’était le Pic d’Aneto. Il nous avait interpellé « alors Aneto, ça veut dire quoi ? ».

Ca remonte à trois gros volumes de vie. On baladait notre index sur les noms de villages, des lieux dits de la région tourangelle. C’était question pour un nom. Et à ce petit jeu, je me suis vite aperçu que de la toponymie, j’en faisais sans le savoir depuis gamin. « La Gardonnette », le nom de l’étang dans lequel j’allais pêcher, « Plante Fou » là où mon grand père faisait son vin, quelle sacrée piquette soit dit en passant, la « Chaussée de César » là où l’on se croyait les rois du cyclo cross sur nos vieux Gitane…ça tombait sous le sens et cette petite manie d’aller fouiner là où un nom m’interpelle, débusqué planqué dans les courbes de niveau, ne m’a jamais quitté.

Aujourd’hui, je ne dirai pas que le parcours des Templiers a été conçu ainsi pour vous faire cheminer de lieu en lieu choisis uniquement pour leur sonorité et l’enchaînement des syllabes, pour leur enchantement, pour leur face obscure. Mais il y a un peu de ça et le Pompidou est de ceux là.

Pompidou, je me suis dit « non, ça n’a rien avoir avec ce président, élu de la République dans l’après mai 68, originaire de Montdoudif dans le Cantal». J’ai cherché la définition de ce mot, elle n’avait rien d’exaltante « petit plateau ou sommet aplati ». Bref pas de quoi déclencher les wouah, pas de quoi en faire un plat comme au refuge du Goûter.

Alors j’ai pris la petite route traversant le causse, celle longeant le camp militaire, la route des fermes qui ont toutes une histoire avec la lutte du Larzac. Au Cuns, on vire à gauche, direction Lamayou où Paule, une petite femme souriante affine des cabécous à tomber. On vire encore à gauche, c’est La Salvage et son église à tourner des films « gore ». La piste débute ici, large, chaotique, s’étirant dans ces petits chênes, dans cette pinède clairsemée, une dernière descente prononcée, voilà enfin la ferme du Pompidou qui ne se laisse découvrir qu’en fin de courbe, plein sud derrière sa belle muraille de pierre. A ses pieds, il s’agit bien d’un petit plateau herbeux où les épineux, les cades et les genévriers ont pris l’ascendant. Le Pompidou n'a pas volé son nom.

Ce jour là, le vent gémissait, lente complainte des jours chagrins, ciel chargé comme un jour de Toussaint. A mes pieds, ce plateau fondant en crinoline sur ce manteau comme une robe de mariée, au loin la canopée ondulante, plus loin encore les gorges de la Dourbie découpée, déchiquetée, en cascades, dans un dégradé de gris acidulés. Je repensais à mon prof de géo physique « laissez vous surprendre par la nature, elle vous dit tout ». J’étais happé, ce paysage me parlait, j’étais en résonance. Le petit plateau du Pompidou serait de la fête des Templiers. Ce petit coin de causse où les soirs d’orage, la foudre plonge cette vallée sous haute tension, serait dans l’histoire des Templiers.

Le Pompidou, vous serez 4500 à pénétrer dans ce petit paradis que les chasseurs du coin surveillent avec jalousie comme une fiancée un jour de bal. Certains au petit matin à la lumière naissante où la Dourbie encore plongée dans la douceur des lumières matinales, certains à la nuit languissante lorsque le Pompidou se fait le gendarme du causse, de son poste de vigie, aux manettes pour commander la palette de couleurs, pour jouer les harmonies dans les gris lorsque la nuit pousse du coude le jour faiblissant.

Au Pompidou, on peut se prendre par le cou, on peut crier comme un fou, on peut avoir peur du loup, on peut s’embrasser sur les joues. Aujourd'hui en grattant la terre, j'ai découvert une vieille fiole que j'ai nichée dans le ventre asséché d'un arbre mort trônant droit comme un sabre dans la buissière du Pompidou. Sera-t-elle bonne pour les coups de grisou ??!!

Created By
GILLES BERTRAND
Appreciate

Credits:

Gilles Bertrand

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.