J'ai vécu les élections américaines 2016 par Camille GROSSE

Le 8 novembre dernier au soir, se sont closes les élections présidentielles aux Etats-Unis et Donald Trump a été élu, c’est le quarante-cinquième président. Un résultat décevant, voire effrayant pour certains, notamment pour toutes les minorités concernées par le programme quelque peu extrême de Trump. Cependant, pour les partisans du nouveau président, c’est un grand changement qui s’annonce.

Dans l’Arkansas, il a été élu avec soixante-cinq pour cent des voix, un chiffre largement supérieur à la plupart des autres Etats. En effet, dans le sud du pays, les gens sont très conservateurs et patriotiques. Malgré l’importante population latine dans la région, les gens restent également très racistes. Par exemple, University of the Ozarks met en place un système de « friendship family » pour permettre aux étudiants internationaux de découvrir la culture américaine. Seulement, la plupart des familles refusent de prendre des étudiants d’origine africaine voire même latine. Ce comportement illustre bien la fermeture d’esprit de certains habitants du sud des Etats-Unis.

« Je ne savais pas pour qui voter, et puis on m’a dit que Trump était pour les armes à feux donc je me suis dit : allez je vote Trump !»

Lors de la campagne électorale, on pouvait apercevoir de nombreuses pancartes supportant Donald Trump dans les jardins, mais aucune ne supportant Hillary Clinton, qui pourtant est originaire de l’Arkansas. Les habitants n’avaient donc aucune hésitation à supporter et à voter Trump puisqu’il répondait à toutes leurs attentes et idéaux. Il était de notoriété publique, depuis quelques mois, que l’Etat serait remporté par le parti Républicain.

Cependant, les jeunes ne sont pas tous de cet avis-là. En effet, ils ont généralement un niveau d’éducation plus élevé que leurs parents et savent que le programme électoral de Trump était contradictoire. De plus, à Clarksville, il y a beaucoup de diversité, et les étudiants, pour la plupart, ne sont pas racistes. Le seul problème étant que les jeunes n’ont pas envie de voter car cela demande trop de démarches administratives. L’université a donc organisé une journée de sensibilisation au droit et au devoir de vote et mis en place une aide pour les démarches administratives. La majorité des étudiants est allée voter, mais pas forcément pour Hillary. En réalité, ils ont voté pour Trump, sans même s’être renseigné sur son programme, seulement parce qu’il était favorable au port des armes à feux, une culture bien ancrée dans la région. Un ami américain nous a même dit « Je ne savais pas pour qui voter, et puis on m’a dit que Trump était pour les armes à feux donc je me suis dit : allez je vote Trump !».

Le soir des résultats, rien n’était organisé au sein de l’université, et les étudiants américains n’étaient pas non plus intéressés par les résultats, la plupart n’ayant même pas regardé la télévision. Seul un petit groupe d’étudiants en communication et en sciences politiques a organisé un plateau télé en direct sur Facebook pour annoncer les résultats. Néanmoins, la majorité des étudiants organisateurs étaient internationaux, ce qui montre, encore une fois, le manque d’intérêt des américains pour la politique.

Le lendemain en cours personne n’en parlait, ni les élèves, ni les professeurs. Les quelques étudiants qui ont osé échanger avec moi étaient des étudiants supportant Hillary, très déçus par les résultats. Quant aux professeurs, un seul a bien voulu partager avec nous son angoisse sur les années à venir et découvrir le programme de Trump qu’il ne connaissait pas totalement.

Ce témoignage et les photos sont issus du Journal de PSB International Office, recueil de retours d'expérience d'étudiants de PSB Paris School of Business durant leur séjour d'études à l'étranger et entièrement fournit par l'étudiante Camille Grosse sans aucune retouche de la part de PSB International Office.

Merci à Camille pour son témoignage ainsi qu'à Camille et Flore de PSBIO pour avoir géré de main de maître la création de ce journal. Mise à jour le 24/11/2016

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.