Loading

Élections présidentielles américaines : une femme à la tête du pays en 2020 ? Audrey Sanikopoulos

Les élections présidentielles américaines auront lieu dans plus d’un an, et pourtant, elles ont déjà battu le record du nombre de candidatures féminines pour ce poste. Kamala Harris, Elizabeth Warren, Kirsten Gillibrand, ou encore Amy Klobuchar font partie des premières candidates à avoir lancé leur campagne pour les primaires démocrates. Alors qu’en novembre 2018, les élections de mi-mandat avaient déjà enregistré une hausse des élues au Congrès américain, avec 95 femmes à la Chambre des représentants et 12 au Sénat, il est possible de constater une plus grande visibilité de l'engagement des femmes en politique. Mais les Américains sont-ils vraiment prêts à voir une femme à la tête du pays en 2020 ?

Comme l’explique Andréanne Bissonnette, experte à l’Observatoire sur les États-Unis de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et spécialiste de la question des femmes en politique, « nous n’avons pas besoin d’attendre 2020 pour voir un impact dans la participation féminine en politique, il suffit de regarder les élections de mi-mandat en 2018 ». En effet, ces élections ont battu deux records concernant la représentation féminine, avec plus de 25 % de femmes représentantes au Congrès, et neuf femmes élues au poste de gouverneur d’un État.

« 2018 était une grande année pour les femmes en politique, et cela va se ressentir pour les années à venir » Miriam Cash, porte-parole de l’association Emily’s List

Mais comment expliquer une telle hausse de la représentation féminine en politique au cours de ces dernières années ? Selon Andréanne Bissonnette, plusieurs éléments peuvent être à l’origine de ce phénomène : les discussions autour de la perception des femmes dans la société avec la mobilisation du mouvement #MeToo ; la candidature d’Hillary Clinton ; les attaques contre des enjeux qui touchent les femmes, comme la santé reproductive ou le système d’éducation ; mais aussi l’élection de Donald Trump, «un impact qui n’est pas à minimiser », affirme-t-elle.

C’est surtout au moment de la première Women’s March, au lendemain de l’investiture du président américain en janvier 2017, qu’il a été possible de remarquer « une augmentation du nombre de femmes qui appelaient les organismes pour connaître les procédures pour se présenter », explique Mme Bissonnette.

Pour Miriam Cash, cet engagement permet de rendre ce processus de candidature beaucoup plus accessible pour les femmes, puisqu’il reste « difficile pour elles de se présenter aux présidentielles, car l’Amérique n’a pas l’habitude de voir des candidates pour ce poste ».

«Oui, il y a Washington et la Maison-Blanche, mais il y d’autres lieux où la représentation des femmes pourrait être beaucoup plus grande» Andréanne Bissonnette

Des stéréotypes encore très présents

Même s’il est possible de voir une normalisation des candidatures féminines en politique, il existe encore de nombreux obstacles pour les femmes.

Les associations qui aident les femmes à se présenter en politique mettent de l’avant plusieurs raisons, notamment le rôle central des médias dans la construction d’une image stéréotypée des femmes. Pour Reniya Dinkins, assistante exécutive à l’association Running Start, «les femmes sont la cible de réactions violentes dans les médias à chaque fois qu’elles décident d’être candidates à un poste électoral ». Elle souligne que cela provoque un manque de confiance chez les femmes, qui pensent qu’elles n’ont pas le leadership nécessaire pour une fonction politique.

Accéder à la présidence du pays représente alors un défi supplémentaire, puisqu’il s’agit du plus haut poste politique. Donna Lent, présidente du National Women's Political Caucus, rappelle d’ailleurs que les présidents ont souvent été gouverneurs d’un État avant d’être candidat à la présidence. Ainsi, elle défend l’idée qu’« il est important d’encourager les femmes à d'abord se présenter à des postes fédéraux ».

Les associations, un travail en amont pour la représentation féminine en politique

Les procédures pour se présenter à des hauts postes électifs aux États-Unis sont souvent méconnues du grand public. C’est pourquoi de nombreuses associations ont été créées pour épauler les femmes dans leurs démarches. « Avoir des organisations qui ont une très bonne connaissance de ce processus et qui peuvent les aider avec la partie bureaucratique, c’est un soutien très important », reconnaît Andréanne Bissonnette.

Ces associations, comme National Women's Political Caucus, EMILY's List, ou encore Running Start, interviennent à différents paliers politiques : « Nous aidons les candidates aussi bien pour la présidence que pour le Congrès, mais aussi pour des campagnes plus locales, à des postes de maires par exemple », précise Miriam Cash. Elles organisent notamment de nombreux programmes de formation, qui couvrent différents aspects liés à une candidature. « Nous leur montrons comment collecter des fonds, créer une communication efficace, cibler les électeurs, gérer les médias sociaux et les messages négatifs, et comment trouver des bénévoles pour la campagne électorale », explique Donna Lent.

« Nous voulons remettre en question l’existence d’un club exclusivement masculin en politique, et créer des opportunités pour les femmes de se rencontrer, de réseauter, et d’avoir accès à des positions de leadership et de pouvoir » Reniya Dinkins

Alors que la plupart de ces organismes aident les femmes qui ont décidé de se lancer en politique, d’autres exercent un travail beaucoup plus en amont, comme Running Start. Cette association a la particularité d’encourager les jeunes femmes à se présenter dès le secondaire à des postes électifs au sein de leurs communautés. Reniya Dinkins explique que de nombreuses recherches ont prouvé qu’il est plus probable que les femmes s’engagent juste après avoir quitté l’école, d’où la concentration de leurs efforts à ce niveau.

L’association a notamment monté une campagne sur les médias sociaux #ILookLikeAPolitician (« Je ressemble à une politicienne ») pour combattre les stéréotypes en politique. « Nous voulons que les jeunes femmes, qu’importe leur milieu social, sachent qu’elles peuvent être des leaders, car le leadership se doit d’être représentatif de la population », affirme l’assistante exécutive de Running Start.

« Je pense que c’est fantastique que de plus en plus de femmes s’engagent et prouvent qu’elles sont capables d’être présidente. Et même s’il ne restera qu’un candidat à la fin des primaires, j’espère que ce sera une femme. Mais il y a encore un long chemin à parcourir » Donna Lent

Les femmes et la politique, un phénomène récent ?

Après le parcours d'Hillary Clinton en 2016, les élections présidentielles de 2020 peuvent représenter un tournant important pour le pays. Pour autant, la relation entre les femmes et la politique n’est pas récente.

Voici une présentation des nombreuses pionnières dans l’histoire de la politique américaine.

1872

Victoria Woodhull - Première femme à se présenter aux élections présidentielles

Il est impossible de connaître son score exact car les bulletins de vote en sa faveur n'ont pas été comptabilisés.

© Wikicommons

1916

Jeannette Rankin - Première femme élue à la Chambre des Représentants

Elle y siège de 1917 à 1919, puis de 1941 à 1943, pour l'État du Montana en tant que représentante républicaine.

© Wikicommons

1920

Obtention du droit de vote des femmes

Ce droit est inscrit comme le 19ème Amendement de la Constitution américaine.

© Wikicommons

1922

Rebecca Latimer Felton - Première femme élue au Sénat

À 87 ans, elle est désignée par le gouverneur de Géorgie pour occuper la place laissée vacante après le décès de Thomas E. Watson. Elle n'y siège que pendant une journée, un remplaçant ayant été élu par la suite.

© Wikicommons

1933

Frances Perkins - Première femme nommée au Cabinet

Elle a accompli trois mandats en tant que Secrétaire du Travail pour Franklin D. Roosevelt.

© Wikicommons

1992

«Année de la femme»

Hausse importante de la présence féminine au Sénat avec 28 femmes élues sur 100 postes.

© Wikicommons

1997

Madeleine Albright - Première Secrétaire d'État

Sous l'administration Bill Clinton.

© Wikicommons

2007

Nancy Pelosi - Première femme à présider la Chambre des Représentants

Elle a retrouvé la présidence de la Chambre en janvier 2019.

© Wikicommons

2008

Sarah Palin - Première candidate à la vice-présidence

Lors de la candidature à la présidence du républicain John McCain.

© Wikicommons

2016

Hillary Clinton - Première femme à briguer la présidence à la tête d'un grand parti

Après avoir perdu aux primaires démocrates face à Barack Obama en 2008, elle était la candidate pour le Parti démocrate face à Donald Trump.

© Wikicommons

2018

AlexandrIa Ocasio-Cortez - Plus jeune représentante élue au Congrès

Élue à l'âge de 29 ans.

© Wikicommons

Created By
Audrey Sanikopoulos
Appreciate

Credits:

Created with images by Element5 Digital - "untitled image" • Mirah Curzer - "untitled image" • Vlad Tchompalov - "untitled image"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.