Loading

L'amour ou la paix ? La réponse des Béatitudes de Jésus

Mt 5, 3-10

Heureux les pauvres de coeur: le Royaume des cieux est à eux.

Heureux les doux: ils auront la terre en partage.

Heureux ceux qui pleurent: ils seront consolés.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés.

Heureux les miséricordieux: il leur sera fait miséricorde.

Heureux les coeurs purs : ils verront Dieu.

Heureux ceux qui font oeuvre de paix : ils seront appelés fils de Dieu.

"L’enfer, c’est les autres", écrivait Jean-Paul Sartre.

Qui est l’autre pour moi ? Comment vivre en paix avec lui ?

Le souvenir de 1918 nous rappelle durement l’illusion qui a habité la belle époque, les années avant 1914, - comme elle continue d’habiter notre époque -, que le monde deviendrait naturellement plus harmonieux et que le progrès éloignerait de nous violences et crises.

Des chrétiens aussi ont cru, et continuent de croire, que l’appel évangélique "Aimez-vous les uns les autres" était une formule magique qui dispenserait de prendre en compte la réalité.

Les chrétiens ont parfois cédé à cette facilité en oubliant que la Bible nous présente au contraire des hommes et des femmes qui portent difficilement cette parole dans un monde en tension, un monde plongé dans une histoire agitée de conflits, entre individus, clans, nations, plongé dans la violence économique qui rejette les plus fragiles et les plus démunis, exposé à la violence domestique entre voisins, mari et femme, parents et enfants.

La Bible comprend ces conflits tout d’abord comme le résultat de la désobéissance à Dieu, de l’oubli de son Alliance de justice, et la conséquence des désirs plus ou moins avoués de puissance, de richesse et de domination...

L’analyse tout à fait lucide que l’on trouve dans l’épître de Jacques n’a pas pris de ride : "D’où viennent les luttes et les querelles parmi vous ? Elles viennent de vos passions qui combattent sans cesse dans vos corps. Vous désirez quelque chose, mais vous ne pouvez pas l’avoir, et alors vous êtes prêts à tuer... " (Jc 4.1-2).

"Aimez-vous les uns les autres" n’a jamais été une formule magique. L’injonction à l’amour n’a jamais suffi pour recevoir la paix ; l’injonction à l’amour est une perversion de l’amour. Et cette perversion de l'amour n'est pas réservée aux relations humaines ; surtout dans le domaine religieux, une certaine idée de l'amour de Dieu peut devenir pesante et destructrice.

Peut-on supporter d'être aimé quand on sait pertinemment qu'on n'est pas aimable ? Et que faire d'un amour qui maintient prisonnier, d'un amour qui infantilise au lieu de permettre de devenir soi-même libre et en marche, d'un amour qui crée un lien pour mieux anéantir ?

Le fait d'être aimé risque toujours de nous imposer quelque chose, et peut nous rendre redevables, voire même enlever notre liberté.

Certains parents le savent d'ailleurs et disent à leur enfant : « si tu m'aime... tu ne peux pas faire ça... ou partir... » ou avec des plus grands enfants : « si tu m'aimais, tu viendrait me voir... ». L'amour risque toujours de ne pas être vraiment gratuit, il demande une réponse, exige des signes, impose des gestes, des devoirs, et nous fait retomber dans une théologie des œuvres, dans le devoir et la culpabilité.

Cette culpabilité, c'est de ne pas la mériter, de ne pas savoir aimer assez, de ne pas savoir le dire comme il faut, de ne pas agir avec assez d'attention à l'autre...

Peut-être qu'une chose plus importante encore que l’amour, c'est la paix. Et peut être que ce que donne Dieu avant tout, c'est la paix.

Nous avons entendu les Béatitudes. Souvenez-vous de qui il y est question qui « seront appelés fils de Dieu » ? Seront-ce ceux qui ont le cœur pur, ceux qui sont pleins d'amour, les miséricordieux, les doux et les humbles ? On pourrait bien le dire de chacun.

Car être appelé « fils de Dieu » est une grande chose. C'est même le titre du Christ ! Le fils de Dieu, c'est celui qui est vraiment son représentant, celui qui est le « lieutenant » de Dieu et son serviteur, celui dont on peut dire que sa vie est issue de Dieu, qu'elle vient tout entière de Dieu, que ce qu'il est, et ce qu'il fait est né de la présence de Dieu.

D'après les Béatitudes, seront appelés « fils de Dieu » : « ceux qui font oeuvre de paix ».

C'est en fait assez étonnant, aujourd'hui, nous aurions plutôt dit que cela devrait être promis à ceux qui sont plein d'amour… Comment se fait-il que les Béatitudes, au lieu de centrer le message sur l'amour, la grâce et la miséricorde, le font sur le fait de donner la paix ?

De celui qui, dans ce monde, est fils de Dieu, il n'est pas dit que c'est celui qui aime, mais qu’il est celui qui apporte la paix.

Il y a d’abord la paix intérieure, ce don suprême de la part de Dieu : pouvoir être en paix avec soi-même, parce qu'on ne sent pas coupable, parce que ses désirs sont en harmonie, parce qu'on s'assume comme on est, parce qu'on n'a pas de désirs exaltés irréalisables qui nous feraient souffrir, parce qu'on est heureux de ce que l'on a !

Avec la paix intérieure se donne la paix avec Dieu. Quand il n'y a pas d'obstacle entre Dieu et nous, que le péché est dissous, qu'il n'y a pas de punition, pas de jugement, mais une relation de proximité et de transparence avec lui.

La paix intérieure et la paix avec Dieu rendent possible la paix avec l'autre, paix si difficile, mais dont nous avons tant besoin. Cette paix, c'est d'accepter l'autre, de le prendre comme un partenaire, un vis-à-vis, comme celui avec qui je peux parler, avec qui je peux partager un repas. L'autre qui est libre et qui me laisse libre. L'autre que je ne cherche pas à dominer, et qui ne veut pas me dominer. L'autre que je ne possède pas et qui ne me possède pas.

C'est ça en fait le visage de l’amour véritable, celui qui construit, qui respecte, pas celui de l'amour gluant qui emprisonne.

La prédication chrétienne de la paix et de la réconciliation ne saurait se bercer d’illusions. Elle ne méconnaît pas la réalité des conflits et des divisions. Et en même temps, elle maintient fermement l’espérance de la réconciliation, car elle est fondée, non sur des occurrences historiques ou politiques, mais dans la paix de Dieu. Amen.

Created By
Temple Neuf, Pasteur Rudi Popp
Appreciate

Credits:

Created with images by SplitShire - "pier wooden lake ocean sea quiet fog" • Nathan Anderson - "untitled image" • PublicDomainPictures - "birds flock air" • reenablack - "prayer bible christian"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.