Loading

Trouver son équilibre grâce au cirque

Dix jeunes déficients intellectuels sont accueillis depuis octobre 2020 à l’école de cirque La Carrière à St Barthélémy d’Anjou. Ils participent aux ateliers pour favoriser le développement de soi, l’ouverture au monde et aux autres.

14h10, les cris résonnent, les portes claquent, les premiers chahuts se font entendre. Le cours va commencer. Naomie, Doriane, Fabian, Théo, Julien, Lucinda, Marion, Emma, Joudi et Manon composent la joyeuse troupe du mardi après-midi. Autour d’eux, leurs éducateurs Catherine, Luc, Thierry et Edouard veillent à la bienveillance globale.

Une fois tout le monde arrivé et mis en cercle, la séance peut débuter. De légers étirements, puis des exercices de renforcement où tout le monde râle : « ah ça fait mal ! » Thierry Warlouzé, éducateur à l’initiative du projet, s’en amuse. “Je n’aime pas le sport et avec le cirque j’ai l’impression de ne pas en faire, c’est un jeu”, témoigne Marion. Mais pour faire du cirque il faut bien s’échauffer.

Le moment de la grande bataille ne tarde plus. Tout le monde court partout et au signal d’Edouard [ndlr : le prof], jeunes et éducateurs se mettent en recherche de leur quête, « toucher du rouge et du bleu à la fois ».

A cet instant, timidité et appréhension s'envolent pour laisser place au jeu. Les enfants se découvrent et le groupe se crée au travers de cet exercice. Les jeunes sont issus des établissements médico-sociaux SESSAD (Service d’Education Spéciale et de soins à domicile) Les Sables à Trélazé et IME (Institut médico-éducatif) de Beaufort. Ils ont fait connaissance lors des séances de cirque pour coopérer et évoluer ensemble. Les liens se sont rapidement créés entre eux .

“Je ne connaissais personne mais maintenant j’ai une super copine, Lucinda. Je ne connaissais pas non plus les adultes mais maintenant je les connais bien”. Naomie

L’échauffement terminé, place aux ateliers

Après avoir découvert une diversité d’agrès pendant les 15 premières séances, chaque jeune choisit celui qu’il préfère. La phase de test est essentielle dans le déroulement des séances. Les jeunes prennent confiance en eux, s’affirment dans leur choix et développent leur motricité.

Voler sur un trapèze,

Se sentir en sécurité dans un cocon,

Travailler son équilibre sur les boules.

Prendre exemple et écouter

La complicité instaurée entre chaque membre de la troupe est primordiale dans l’apprentissage. Fabian, introverti et en manque de confiance en lui, n’hésite plus à “regarder Joudi faire et écouter les conseils de Cathy”.

“Quand Fabian est arrivé il pouvait raser les murs, était incapable de lever les mains au dessus de la tête” Thierry

Aux boules, Lucinda et Julien se coordonnent pour tourner en même temps.

Grâce aux conseils des éducateurs, les enfants s’ouvrent aux autres et prennent de l'assurance. L'accompagnement personnalisé est un facteur majeur dans la réussite des enfants. Quand l’un ne réussit pas ou s’emmêle les pinceaux, l’éducateur est présent pour l’aider et le rassurer.

Une fois les ateliers finis et les batteries des enfants presque vides, retour en cercle. Chacun peut livrer ses impressions sur ce qu’il vient de vivre. De nouveau, les jeunes se transforment. Immobiles et attentifs, la motricité du corps laisse la place au calme et à la puissance des mots.

Pour finir l’année en beauté, les jeunes présentent leur spectacle nourri des efforts consentis, des progrès et des talents de chacun. Excités et stressés, les adolescents n’attendent qu’une chose : monter sur scène.

Marion en clown, Fabian et Théo au trapèze, Emma, Manon et Doriane au tissu, Lucinda et Julien aux boules. Que le spectacle commence !