Loading

Conseil citoyen du Grand Bellevue Espace public et propreté : retour en image sur la rencontre du 21 novembre 2019

Jeudi 21 novembre 2019 le conseil citoyen du Grand Bellevue invitait les deux villes Nantes et Saint-Herblain, les représentants des services des espaces vert de Nantes, Représentant du pôle Nantes Ouest, l'opérateur public de collecte, le pôle Loire Chézine, la brigade verte, les bailleurs comme Nantes Métropole Habitat. L'objectif de ce temps était de pouvoir échanger ENSEMBLE sur les différents constats dressés par les habitants du conseil citoyen.

Introduction de la réunion

La réunion est introduite par le Conseil citoyen du Grand Bellevue qui a présenté l'exposition photo et le déroulé de la soirée. Claire Dupé de l'association RésOVilles a également pris la parole pour présenter et expliquer ce que sont les conseils citoyens dans la Politique de la Ville : les conseils citoyens sont des collectifs d'habitant.e.s au sein des quartiers prioritaires (Quartiers de la Politique de la Ville). Rendus obligatoires par la loi Lamy de 2014, les conseils citoyens sont des partenaires (au même titre que l’État, les collectivités, les associations...etc.) du Contrat de Ville. Ils participent à la définition et aux orientations de la Politique de la Ville de leur territoire en tant qu'habitant.e.s des quartiers. Les conseils citoyens sont libres et autonomes, ils ne représentent pas les Institutions publiques et administratives. Ils sont le lien entre les habitant.e.s et les pouvoirs publics : ils remontent les besoins, proposent des actions (qu'ils peuvent parfois porter) pour améliorer la vie sur leur quartier.

Conseil citoyen Grand Bellevue : qui sommes-nous ?
"Nous avons la volonté d'améliorer le cadre de vie dans le quartier mais c'est impossible sans vous. Vous qui faites, faites mieux avec nous !"

Gestion des déchets et problématique de propreté dans le quartier du Grand Bellevue : les membres du conseil citoyen ont pris la parole les uns après les autres pour présenter leurs constats

Thérèse FILATRE, membre du conseil citoyen Grand Bellevue
L'impact de l'état de propreté sur nos vies

"Avoir constamment des déchets sous nos fenêtres nous pèse quotidiennement sur le moral. Dans cette situation, on a honte quand on a des invité.e.s ou quand les associations reçoivent du public. Ce n'est pas des bonnes conditions. Cette situation créé du conflit, entre habitant.e.s, mais aussi vis à vis des institutions. On a l'impression d'être des sous citoyens."

De l'information et de la considération

"« A Bellevue c'est comme ça ! » C'est un discours qu'on entend partout, du côté des personnels chargés de la propreté comme de certaine.s habitant.e.s... Il y a du flou pour savoir qui est responsable de quoi, on se renvoie « la patate chaude » entre services. Il nous faut des interlocuteurs en direct, car la parole de l'habitant n'est pas assez considérée. La demande d'un habitant reste en suspens. On ne peut pas promouvoir le vivre ensemble dans ces conditions."

Le Projet Grand Bellevue

"Le Projet Grand Bellevue peut-il être nous offrir des opportunités pour s’attaquer à cette question et pour que la propreté du quartier soit une réussite ?"

Roland CALMEL, membre du conseil citoyen Grand Bellevue
Le fonctionnement, les agents, les colonnes

"Tous ces dépôts au pied des arbres ou des poubelles enterrées, est-ce un manque de matériel ou de personnels ? En tout cas, nous rendons hommage aux agents de terrain, ça doit être assez désespérant pour eux aussi cette situation dans le quartier."

Les points encombrants

"Quand les dépôts d’encombrants sont sur la rue, quand il y a du vent tout vole. Peut-on prévoir des protections pour éviter tout ce qui vole ? Côté rue, les services ramassent mais dans les parties du quartier géré par les copropriétés, ce sont elles qui payent le ramassage. Et les dépôts des entreprises ? Comment on fait avec ces artisans qui viennent et déposent souvent beaucoup de choses ?"

Les espaces verts

"Je suis triste quand je vois les espaces verts saccagés avec des détritus partout. C'est comme ça, ça joue sur mon bien être. l’embellissement il faut impliquer les habitants."

Discussion entre les participants

Représentant du pôle Nantes Ouest :

"Concernant la signalétique, la communication, on peut y mettre l'accent, voir ensemble ce qu'il serait possible de faire. Concernant les interpellations des habitants, qui se sentent laissés en suspens, on essaie de lutter contre cela. L'interlocuteur, la porte d'entrée c’est le pôle, c'est aussi lui le répondant dans la majorité des cas."

Représentant de l'Opérateur Public de Collecte :

"Avec le plan propreté, nous sommes dans une politique de développement des points ici tri. Mais on ne peut pas mettre un éboueur derrière chaque habitant."

Représentante du Pôle Nantes Ouest :

"Il y a 10 ans on a autorisé les points encombrants. L'idée était d'avoir un service de proximité pour les habitants. Vu l'état des quartiers, il y a eu rétropédalage. De 50 points encombrants dans le quartier nous ne sommes plus qu'à 2. Mais les gens ont pris des habitudes et maintenant les dépôts se retrouvent autour des colonnes. On paye cette pratique mise en place il y a plusieurs années."

"Concernant la communication on en a fait beaucoup ! Quand un nouvel habitant arrive de la documentation lui est remis. Il y a les campagnes organisées avec les ambassadeurs du tri. Il y a eu aussi des actions avec les écoles, la journée de la propreté en septembre. Mais il va falloir trouver d'autre formules.Le volet répressif est maintenant enclenché, on commence à verbaliser."

"Concernant les tournées, depuis septembre 2019 on a une équipe du pôle qui tourne autour des colonnes. Toutes les semaines, 3 agents sur 3 quartiers prioritaires dont Bellevue.On est présents et autant désolés que vous. On peut faire plus de communication, avec vous."

Yves BLANCHARD, membre du conseil citoyen Grand Bellevue

Discussion entre les participants

Représentant Nantes Métropole Habitat :

"On a l'habitude de travailler ensemble avec les partenaires ici présents. On parle de dépôts sauvages mais c'est partout à Nantes, pas que dans les quartiers HLM. On ouvre des locaux ICI TRI à Bellevue. On peut bosser avec des copropriétés au même titre !"

Mme DREVILLON, Pôle Loire Chézine

Représentante du Pôle Loire Chézine :

"Nous fonctionnons avec des RDV en pied d'immeuble avec Véolia. Il faut prendre RDV 3 semaines avant auprès d'un numéro vert. Le RDV est organisé et Véolia vient récupérer au pied de l'immeuble ce qu'’il était convenu. Si des déchets restent sur place Véolia nous envoie la photo, et nous relayons auprès du conseil syndical ou du bailleur pour que ce soit enlevé de la voir publique. Concernant le matériel colonnes enterrées., nous allons continuer leur développement. Car elles ne brûlent pas! C'est plus sécurisé. Par exemple dans le nouveau quartier Bagatelle à St Herblain, il n'y a que des colonnes et elles restent propres, mais c'est aussi grâce à une bonne prise en charge des habitants."

Représentant bailleur Atlantique Habitation (poste de développement social urbain) :

"Il faut développer « l'aller vers », vers les enfants avec des sessions de ramassage : ça marche bien, puis auprès des habitants. Environnements Solidaires existe depuis 7 ans. Ce sont des habitants en recherche d'emploi, qui deviennent salariés de l'association qui sensibilisent leurs voisins. On peut continuer à développer cette action dans tout le quartier Bellevue."

M. LECAMUS de Nantes Métropole Habitat

Représentante de la Brigade verte (ville de Nantes) :

"Chacun est responsable de son déchet. Le service public a ses limites. Mais il existe des dispositifs, vous les connaissez plus que moi."

Conseil citoyen GB :

"Rue du Jamet, au niveau du sapin, les encombrants sont vidés régulièrement mais ça revient tout le temps. Suite à la suppression du point encombrant, il faut rendre moins accessible le lieu de dépôt."

Lumenda MAKENGO membre du conseil citoyen Grand Bellevue

Ville St Herblain : "Phase d’expérimentation commune entre Nantes et Saint-Herblain ; même si on a pas les mêmes pratiques on peut essayer d’avoir une cohérence. Je pense Place Mendès France par exemple."

Conclusion par le Conseil citoyen Grand Bellevue

Conseil citoyen : nous avons la volonté d'améliorer le cadre de vie dans le quartier mais c'est impossible sans vous.
Marie-Hélène NIVOLLET, membre du conseil citoyen Grand Bellevue

"Il est important que l’on reconnaisse que la situation actuelle n’est pas du seul fait des habitants mais bien une responsabilité partagée.Nous proposons des groupes de travail qui regardent les choses de façon transversales avec des représentants de chaque institution, en intégrant les copropriétés et des membres du conseil citoyen."

"Nous proposons de faire des constats et des expérimentations par îlots : Rue Lucien Aubert ; Place Mendes France (l'intérieur de la place et aux abords) ; devant le Leclerc de Saint-Herblain ; devant un établissement scolaire (Sacré Cœur ?). L'idée est d'aller au fond des choses, sur le terrain. Avec le Grand Bellevue, il y a peut être l'opportunité de percevoir des fonds de l’État pour essayer d'innover."

Vous qui faites, faites mieux avec nous !