Loading

Isabelle Turcotte Portrait d'une diplômée ROUGE ET OR

6 mai 2020

Dans le cadre de la toute première Semaine des Diplômés Rouge et Or, nous vous présentons le portrait de certains étudiants-athlètes en transition entre leur parcours à l’Université Laval et leurs débuts sur le marché du travail.

7 mars 2020. Ça semble être dans une autre époque déjà. Pour la première fois de son histoire, l’équipe féminine d’athlétisme remporte une médaille au Championnat national U SPORTS. Une troisième position durement acquise et pleinement méritée.

Une médaille de bronze historique!

Isabelle Turcotte participait pour la cinquième fois de sa carrière à une grande rencontre nationale. Mais cette fois-ci, le cachet était particulier. Arrivée à la fin de ses études en pharmacie, c’était sa dernière compétition avec le Rouge et Or. C’était aussi la première fois qu’elle y participait en athlétisme. Elle avait obtenu son laissez-passer grâce à son chrono au 3000m, le 12e meilleur au pays cette saison. Au niveau universitaire, les 12 étudiants-athlètes avec les meilleures performances au Canada sont automatiquement qualifiés pour le Championnat U SPORTS. Si elle avait souvent rêvé à cette participation, elle avoue qu’il s’agissait d’un objectif audacieux. D’autant plus que sa préparation a été ralentie par une vilaine blessure cette saison.

C’était une fin rêvée. Trois bannières du RSEQ en athlétisme, autant en cross-country. Quatre médailles U SPORTS, dont une perle dorée en cross-country en 2018 et cette médaille de bronze historique en athlétisme, à laquelle elle a contribué avec une impressionnante huitième position au 3000m. « Une manière mémorable de terminer ma carrière », qualifie-t-elle. La boucle était bouclée.

Les joies de la victoire

À son retour à Québec, il ne restait plus que quelques journées de stages à compléter à l’Hôtel-Dieu de Lévis et quelques travaux d’équipe à remettre et Isabelle pourrait retourner chez elle, à Baie-Comeau, pour profiter de quelques semaines de repos bien mérité. Il y avait aussi un voyage dans les plans. Et le bal de finissants, évidemment.

C’était le plan. Le plan avant la pandémie.

Isabelle aura participé à l’un des derniers grands évènements sportifs au pays. Alors qu’elle est rentrée de Calgary le 8 mars, l’Université Laval fermait ses portes six jours plus tard. Depuis, c’est la crise sanitaire. Le confinement.

Isabelle Turcotte aura eu le temps de rentrer chez elle, sur la Côte-Nord, avant la fermeture complète de la région. Elle avait déjà prévu donner un coup de main pendant une dizaine de jours pour l’implantation d’un nouveau logiciel informatique dans une pharmacie communautaire à son retour à Baie-Comeau. Elle devait ensuite revenir à Québec pour s’entraîner en vue des compétitions civiles de l’été, notamment. Ses deux projets sont tombés à l’eau avec la COVID-19.

Habituée à vivre à vive allure avec ses études à temps plein et son calendrier d’entraînement chargé, elle s’est proposée pour donner un coup de main dans cette même pharmacie. Pour passer le temps, oui. Mais surtout par devoir. Devoir de combattre ce virus au front et de combler le manque de main d’œuvre. On l’a rapidement accueilli à bras ouverts.

Isabelle dans sa nouvelle vie professionnelle à Baie-Comeau!

« Je n’aurais jamais pensé vivre un début de carrière comme ça. Mais on nous prépare à affronter et à gérer des crises. Et mon expérience avec le Rouge et Or m’a donné une discipline et m’a préparé à vivre des imprévus », avoue-t-elle.

Reste que le défi est grand. Des heures de travail et des conditions inhabituelles. Un contexte complètement surréel. Et encore plus depuis le 22 avril. Dans toute cette folie, Isabelle Turcotte a obtenu sa licence de pratique de la pharmacie. Depuis le 22 avril, son coup de main étudiant est devenu sa principale occupation du temps.

« C’est sûr que ce n’est pas idéal, je n’ai pas exactement l’encadrement que je m’imaginais avoir en début de carrière, mais je prends de l’expérience rapidement. »

Si Baie-Comeau a été particulièrement épargnée par le virus, Isabelle vit néanmoins une situation hors du commun. Tous les efforts sont mis pour rassurer la population et éviter que la crise n’atteigne la région.

Deux mois se sont écoulés depuis le podium historique de son équipe à Calgary. Il semble s’être passé deux ans. Isabelle trouve toujours le temps de s’entraîner. Six fois par semaine, à la course, en vélo, par intervalles. Pour elle, le passage vers le monde professionnel passe aussi par la santé et le plaisir de s’entraîner.

Isabelle, l’athlète, vit une transition en douceur. L’étudiante, devenue pharmacienne, vit à une vitesse fulgurante. Comme lors de ses cinq années avec le Rouge et Or.