Apprendre à conter Séquence pédagogique proposée pour la journée le NUMERIQUE ET MA DISCIPLINE consacrée à l'enseignement de l'oral du 23 mars 2017

ETAPE 1 : découvrir le métier de conteur

Huile d'olive et Beurre salé : késako ???

Une vidéo exceptionnelle qui malgré une qualité sonore moyenne permet de balayer tous les enjeux du travail de conteur. Une exploitation en classe en fractionnant la vidéo en petites unités de compréhension est nécessaire car le niveau de langue est exigeant pour un élève de 6e.

ETAPE 2 : Analyser les techniques des conteurs

Lors de cette étape, nous nous proposons d'utiliser des vidéos (disponibles sur la chaîne des éditions Syros, des chroniques contées de Max'conteur et sur la chaîne de Sylvie Mombo), afin de proposer aux élèves un repérage par groupe des qualités d'un bon conte et d'un bon conteur. Une mise en commun doit permettre l'établissement collectif d'une grille d'évaluation pour les productions qui suivront ensuite.

Ici le conte, qui s'adresse aux plus petits, permet de travailler avec les élèves la construction du conte avec ces formules d'ouverture et de clôture et les formulettes répétées. On peut également grâce à celle-ci sensibiliser les élèves à l'importance de l'adresse au public.

La mise en scène minimaliste de Pépito Matéo contraste avec la modernisation du Petit Poucet, que les élèves connaissent bien. Il est tout à fait envisageable de choisir cette vidéo et de l'amplifier par une lecture cursive du conte du Petit Poucet de Charles Perrault (1697), du Hänsel et Gretel des frères Grimm (1812) et/ou du roman L'Enfant-Océan de Jean-Claude Mourlevat (1988).

Le début de la vidéo est particulièrement intéressant car il illustre explicitement les phénomènes de transmission en jeu dans le genre du conte et l'insère dans un contexte ultra-contemporain (avec l'idée d'un financement participatif par exemple). Le conteur est très simple à comprendre pour des enfants de 6e et se veut très didactique.

Après avoir fait sa connaissance à l'étape précédente, cette vidéo de présentation d'un spectacle permet aux élèves de voir que le conteur peut s'insérer dans un spectacle total, associant danse, chant et musique.

ETAPE 3 : s'entraîner à conter par soi-même en réalisant une capsule vidéo avec le logiciel Spark Video

A) Présentation du site CONte-moi.net

Une production TRALALERE : https://www.tralalere.com/
La plateforme propose le texte du conte et une version audio du conte (voire une seconde dans la langue vernaculaire du pays). Des renseignements sont donnés sur le pays, les langues et les conteurs.

B) Choisir un conte

On met les élèves par groupe de deux ou trois : chaque groupe choisit librement un conte différent sur la plateforme, afin de constituer une vidéothèque variée de contes vidéos. On essaie si possible de faire choisir un conte de chaque pays.

C) Se répartir le texte

Les élèves impriment le texte fourni (ou le copient dans un traitement de texte) pour se répartir la parole en surlignant ce que chacun doit lire. On organise une lecture à la table pour repérer les difficultés de lecture et définir des intentions d'interprétation au sein de chaque groupe.

Sélection du conte et copie du texte
Utilisation du traitement de texte pour préparer la lecture expressive

D) Préparer une lecture expressive ! le conte-Karaoké

On crée un compte gratuit sur Spark avec une simple adresse de courrier électronique. On ouvre un fichier Spark Video et on copie-colle le texte en le fractionnant entre les différents lecteurs/conteurs dans différentes diapositives. Ensuite on enregistre sur chaque diapositive sa lecture expressive de sa partie de récit. Une fois le fichier complet on le publie sur le site d'Adobe et on envoie le lien généré au professeur.

E) Passer à l'enregistrement du conte - le conte raconté

La semaine suivante, un nouvel objectif est fixé : il faut enregistrer le conte raconté d'une seule traite. Au choix des élèves du groupe, on se détermine entre une interprétation de type théâtral avec captation vidéo de la performance ou un enregistrement audio du conte (sans note) avec un logiciel de capture audio (comme Audacity, Sodaphonic) ou encore avec un logiciel d'avatars virtuels (comme Voki, Morfo Booth ou Tellagami Edu). Chacun de ces logiciels permet l'envoi d'un lien vers l'adresse du professeur.

F) Enrichir éventuellement la capsule avec de la musique, des illustrations et des photos de la réalisation du projet

Je fais le choix de ne pas mettre l'accent sur cette partie du projet afin de ne pas parasiter le travail de la compétence orale et centrer le travail des élèves sur la lecture expressive et sur l'interprétation du conte et non sur la recherche documentaire et la mise en forme de la capsule vidéo. Cependant si certains groupes ont pris de l'avance sur les autres, c'est un bon moyen de les faire patienter et d'améliorer la qualité de la production finale.

G) Construire un espace de présentation des vidéos avec Spark Page

Une fois que l'ensemble des capsules sont prêtes, le professeur grâce aux liens des productions envoyés par les élèves peut les rassembler pour les rendre accessible depuis une même page. Il peut comme nous pour cette présentation utiliser Spark Page qui permettra une intégration facilitée des capsules vidéo de lecture expressive.

Credits:

Created with images by cocoparisienne - "girl fairy tales rotkäppchen"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.