Mont-Saint-Michel : les cinq infos du rapport à retenir Par Jean-Christophe LALAY

L’annonce de la création d’un Établissement public national pour la gestion du Mont Saint-Michel est largement inspirée par les conclusions d’un rapport rédigé par Nicole Klein, préfète de Normandie jusqu’en mars dernier, et Philippe Belaval, président du Centre des monuments nationaux. Extraits de ce rapport que nous avons pu lire.

1. "L’opération de rétablissement du caractère maritime doit aujourd’hui être regardée comme un succès indiscutable"

« Au cours des vingt dernières années, le territoire de la baie a été marqué par l’importante opération dite du "rétablissement du caractère maritime" du Mont Saint-Michel (RCM), destinée à la fois à lutter contre l’envasement de la baie, à préserver le caractère insulaire du Mont et à améliorer l’accès de l’accueil de quelque 2,3 millions de visiteurs qui fréquentent le site chaque année […] Même si elle a pu donner lieu à des divergences d’appréciation, parfois même à des conflits entre les nombreux acteurs publics et privés concernés, même si la mise en service des nouveaux ouvrages a parfois été délicate, le temps que les dispositifs se rodent et que les différentes catégories d’usagers adaptent leurs habitudes à des modalités d’accès radicalement différentes de celles qui existaient auparavant, l’opération de RCM doit aujourd’hui être regardée comme un succès indiscutable. »

Découvrez le Mont en vidéo filmé par un drone

2. L’exploitation parfois outrancière de la rente de situation

« L’absence quasi-totale de coordination de l’offre touristique sur le Mont et autour de la baie, l’exploitation désordonnée et parfois outrancière de la rente de situation constituée par le flux important des visiteurs, le déséquilibre entre le Mont proprement dit et les territoires environnants ne correspondent ni aux aspirations des visiteurs, qui souhaitent de plus en plus se voir offrir des produits touristiques rationalisés, incluant divers types de prestations, ni au souci des collectivités d’une répartition, sinon harmonieuse, du moins pas trop inégalitaire de la manne financière produite par le tourisme au Mont. »

3. De nouvelles charges avec la sécurité

« Le Mont-Saint-Michel représente un enjeu véritable en matière de sécurité, en raison de sa dimension symbolique, comme de sa configuration physique et de sa forte fréquentation. Le morcellement de la zone la plus proche du Mont entre trois communes, le Mont-Saint-Michel, Beauvoir et Pontorson, nuit à l’unité d’action du pouvoir de police sur le site. La commune du Mont-Saint-Michel en particulier ne dispose pas, du fait de sa taille même, de moyens à la hauteur de l’enjeu. L’installation de dispositifs de sécurité sophistiqués au Mont et autour entretient l’inquiétude de nouvelles charges financières. »

4. Le déficit de l’exploitation des navettes et parkings confiée à Transdev

« Depuis 2012, le déficit cumulé s’élève à 14,3 millions d’euros voire à 17,5 en intégrant les pénalités versées au Syndicat mixte pour compenser de nombreuses défaillances du délégataire. Le déficit annuel de la Délégation de service public, validé par une expertise indépendante, serait de l’ordre de 1,8 million d’euros par an. » « Le déficit d’exploitation de la délégation constitue un élément d’irritation fort pour les collectivités membres du Syndicat mixte et en particulier pour la région Normandie, qui pointent que l’exploitation d’un dispositif destiné à un public captif de plus de deux millions de personnes pourrait, et même devrait bénéficiaire. Toute évolution possible de la situation les amènera à une vision plus positive du dossier et les rendra plus disposées à s’engager en faveur du développement de la zone. »

5. Où sont les acteurs économiques locaux ?

« Quelle que soit la solution de gouvernance finalement retenue, une meilleure implication des acteurs économiques locaux dans la gestion de la baie doit être recherchée. L’attitude de retrait de la grande majorité de ces acteurs par rapport aux grands débats sur l’avenir du Mont Saint-Michel (à l’exception notable de la participation d’un groupe hôtelier influent au recours qui a abouti à l’annulation de la nouvelle grille tarifaire) ne saurait indéfiniment perdurer. Le retour de ces acteurs dans les réflexions engagées ou à engager constitue un défi pour toutes les structures appelées à jouer un rôle dans la gouvernance du Mont et de sa baie. C’est une donnée à intégrer à toute réflexion sur le sujet. »

Credits:

Archives Ouest-France

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.