Loading

Le parc ÉoLoué fête ses 4 ans les six premières éoliennes sarthoises ont été inaugurées en décembre 2013 sur les communes de Juillé, Piacé et Vivoin. Quatre ans après, quel est le bilan d'ÉoLoué ?

Les premières éoliennes sarthoises ont commencé à tourner en décembre 2013 à Juillé, Piacé et Vivoin, sous l'impulsion des Fermiers de Loué. La société voulait en effet produire autant d'énergie qu'elle en consommait.

« Ici, nous sommes devant un projet exemplaire qui a mis 6 ans et demi à aboutir quand la moyenne nationale est plutôt de 8 ou 9 ans », affirmait en novembre Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables (SER), lors d'une présentation du parc à Juillé. « On a été animé par plusieurs convictions, a rappelé Jean-Edouard Lemasson, le maire de Juillé à la même occasion. Faire de ce parc un projet de territoire, pédagogique, et auquel on pouvait associer la population. »

Les six éoliennes produisent aujourd'hui 24 millions de kilowattheures. Un chiffre « conforme aux prévisions », selon Laurent Albuisson, directeur régional de Quadran, la société qui détient 34 % du parc EoLoué . « On a même dépassé à deux reprises nos objectifs », ajoute Yves de la Fourchardière, directeur des Fermiers de Loué, propriétaire à 66 %.

Yves de la Fouchardière, directeur des Fermiers de Loué.

Mais 2017 ne sera pas une bonne année. « Nous n’avons pas eu de pluie, donc pas de dépression, donc, pas de vent. Ce sera une année sans rentabilité. » Cela n'empêche pas les Fermiers de Loué de poursuivre leur investissement dans la transition énergétique : toujours en partenariat avec Quadran, la société s'est impliqué dans l'implantation de trois éoliennes à Neuvillalais.

Les éoliennes sont devenues leur station météo

A Juillé, les éoliennes sont plantées à 600 m de l'exploitation laitière des Mohain. « On jette un coup d’œil chaque matin : si les pales sont tournées vers nous, on sait qu’il va pleuvoir », raconte en souriant Benoît Mohain. Deux mâts sont installés sur des terres qu'il cultive pour lé blé et le maïs, avec sa femme et son frère. Ils font désormais partie de leur paysage.

Les trois générations de la famille Mohain : Marcel, Benoît, Christopher, Nicole et Frédéric.

Des nuisances ? « Aucune », répondent en chœur les Mohain. Ou presque. « Quand je suis sur mon tracteur, si le soleil se trouve dans l’axe des pales, il y a sans cesse une ombre qui nous passe devant les yeux, décrit Benoît. C’est un peu gênant lorsqu’on est en train de fixer quelque chose. »

Étant locataires des terres qu'ils cultivent, ils partagent avec le propriétaire la somme versée par le promoteur pour l'implantation des machines. « Le 28 décembre 2016, le GAEC a reçu 2 800 € », note l’agriculteur en sortant son livre de comptes manuscrit. « C’est un petit "plus" au moment des fêtes », sourit Nicole, sa femme

Un bonus financier pour les communes

Le tournoiement des pales a donné le sourire aux porte-monnaie municipaux. L’imposition forfaitaire pour les entreprises de réseaux (Ifer) et la taxe foncière permettent à Juillé d’engranger 26 000 € de recettes chaque année. Piacé en touche 22 000 € et Vivoin, 9 000 €. Une répartition proportionnelle au nombre d’éoliennes dans chaque commune, avec un bonus pour le transformateur à Piacé.

Benoist Bouix, Marcel Levesque et Jean-Édouard Lemasson, les maires de Piacé, Vivoin et Juillé.

« Ça nous assure un revenu minimum et on a moins senti la baisse des dotations de l’État que d’autres villages », expliquent les maires, dont les communes comptent toutes moins de 1 000 habitants. À Piacé par exemple, la somme couvre le remboursement annuel de l’emprunt réalisé pour le chantier d’aménagement du bourg qui aura coûté 1 million € au total.

« L’énergie renouvelable, c’est une énergie de paysan. Parce qu’elle demande de l’espace, du temps et qu’elle dépend de la météo », selon Yves de la Fouchardière.

Les épargnants vont bientôt récupérer leur mise.

Pour mettre sur mâts le parc ÉoLoué, un financement participatif a été ouvert. Ludovic Pichon y a souscrit 5 000 €. « J’avais eu vent de ce financement participatif par la communauté de communes, raconte cet agriculteur de Piacé. C’était une somme que j’avais à ma disposition et le placement ne présentait pas de risques. »

269 habitants des environs ont suivi le même chemin. 1,2 million € a ainsi été récolté par l'agence de Beaumont du Crédit agricole, qui pilotait le dépôt à terme. Les sommes seront récupérées le 2 avril 2018, assorties des intérêts capitalisés au taux très avantageux de 3,95 % par an.

Jean-Marie Poirier et Ludovic Pichon, à l’agence du Crédit Agricole de Beaumont.

Habitant à Beaumont, Mireille Heurtault a également investi 5 000 €. « Cela me plaisait de voir ces éoliennes à côté de chez moi. Elles permettent aussi à de toutes petites communes de réaliser des travaux. » L’investissement dans un projet à fort ancrage local a ainsi beaucoup séduit.

« Les gens savaient à quoi allait servir leur argent, confirme Jean-Marie Poirier, directeur de l’agence Crédit Agricole de Beaumont et Fresnay. Il y avait cette idée d’utiliser l’argent du territoire, au profit de celui-ci. » En mars, le bilan du parc ÉoLoué sera présenté aux épargnants lors de l’assemblée générale de l’agence bancaire.

Réalisation : Lola Cloutour. Textes : Lola Cloutour et Florence Lambert.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.