Loading

Les émotions de Dieu Osée 11, 1 à 11

LECTURE BIBLIQUE

1 Quand Israël était jeune, je l’aimais: d’Egypte j’ai appelé mon fils.

2 Mais ils se sont éloignés de ceux qui les appelaient; ils ont sacrifié aux Baals et offert de l’encens aux statues.

3 C’est moi qui ai guidé les pas d’Ephraïm, en le soutenant par les bras; mais ils n’ont pas compris que je prenais soin d’eux.

4 Je les ai tirés avec des liens humains, avec des chaînes d’amour. J’ai été pour eux celui qui relâchait leur joug, je leur ai présenté de quoi manger.

5 Ils ne retourneront pas en Egypte; c’est l’Assyrien qui sera leur roi, parce qu’ils ont refusé de revenir.

6 L’épée fondra sur leurs villes, anéantira leurs alentours, elle dévorera, à cause des desseins qu’ils ont eus.

7 Mon peuple est enclin à l’infidélité envers moi; on les appelle en haut, mais aucun d’eux ne se lève.

8 Comment pourrais-je te traiter, Ephraïm? Pourrais-je te livrer, Israël? Comment pourrais-je te traiter comme Adma? Te rendrais-je semblable à Tseboïm? Mon cœur est bouleversé, toute ma pitié s’émeut.

9 Je n’agirai pas selon ma colère ardente, je ne reviendrai pas pour détruire Ephraïm; car je ne suis pas un homme, mais Dieu; en ton sein je suis le Saint: je ne viendrai pas avec fureur. -

10 Ils suivront le Seigneur qui rugira comme un lion, car il rugira, et les fils accourront de la mer en tremblant.

11 Ils accourront de l’Egypte en tremblant, comme un oiseau, et de l’Assyrie, comme une colombe. Et je les ferai habiter chez eux

— déclaration du Seigneur.

PREDICATION DU PASTEUR RUDI POPP

Chers amis,

Je ne suis pas bien placé pour vous raconter ce matin l’histoire complète qui lie le culte chrétien à ces instruments de musique sophistiqués que sont les orgues. Mais je voudrais partager avec vous, devant notre Merklin nouvellement mis à l’honneur, cette question qui vous a certainement déjà frappé : pourquoi est-ce que l’orgue est devenu, et reste, l’instrument principal de la musique chrétienne et protestante ? Quel est l’intérêt d’entretenir et de faire vivre cet orgue pour et autour de notre vie spirituelle ?

La réponse courte à ces questions me vient de la lecture biblique que nous avons entendue : c’est qu’un orgue est une fabuleuse caisse de résonance de nos émotions, et qu’il n’est pas d’autre instrument qui puisse aussi prodigieusement capter, représenter et reproduire l’intensité et la variété des émotions humaines. En vue du texte du livre Osée, j’oserai même affirmer que l’orgue est capable de mettre en musique les émotions de Dieu…

Car oui, vous l’avez entendu de la bouche du prophète : Dieu vit des émotions ! N’est-il pas choquant, voire répugnant de penser que Dieu puisse avoir une vie sentimentale ? Un Dieu amoureux !? Un Dieu qui éprouve de la jalousie !? Un Dieu qui haït l’objet de son amour déçu !? Un Dieu surtout qui déballe devant nous son linge sale…

Les Pères de l’Église, dont la spiritualité a été formée, et parfois déformée, par la pensée grecque, s’interdisaient tout simplement de penser Dieu aussi humain, aussi adolescent presque. Dieu, s’il était Dieu, ne pouvait ni rire ni souffrir ! Pendant des siècles, le projet d’une éducation sentimentale visait à parfaire les réactions affectives humaines, à travers les vertus cardinales, reprises de l’Antiquité. Ces vertus jouaient un rôle charnier dans la description de la vraie vie chrétienne. Ces vertus cardinales sont :

- la prudence, qui aide à discerner en toute circonstance le véritable bien et à choisir les justes moyens de l’accomplir ;

- la tempérance, qui assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les désirs dans les limites de l’honnêteté ;

- la force, c’est-à-dire le courage, qui assure dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien, aide à résister aux tentations et à surmonter les obstacles dans la vie morale ;

- la justice, qui consiste dans la constante et ferme volonté de donner à chacun ce qui lui est dû.

Cette haute idée chrétienne de l’éducabilité de l’humain avait besoin d’un Dieu totalement immuable, serein, inaltérable et sans sentiments - une représentation parfaite des vertus, faite de prudence, tempérance, force et justice. Un Dieu incapable de rire, de haïr, de souffrir, et même d’aimer !

Mais le Dieu qui parle à Osée n’est pas cette statue faite de vertus. Il est un Dieu qui aspire en lui toutes nos émotions, en toute crudité. Et si je peux me permettre le jeu de mots, le livre d’Osée est même parfois trop osé pour le lire au culte, tellement il y est question de prostitution, de relations intimes entre époux - entre le sujet qui « connaît » et la personne « connue » - d’adultère, d’amants, d’infidélité. Puis il y a le fameux mariage d’Osée avec une prostituée qu’il doit châtier pour son inconduite, jusqu’à aller à l’abstinence prolongée…

Vous avez peut-être appris au catéchisme, comme moi, de relativiser ces propos crus : tout ne serait (heureusement…) que symbole, Dieu voulait seulement dénoncer dans le comportement de son « épouse Israël » la défection de l’alliance. Seul compterait le message du prophète : même offensé dans sa tendresse, Dieu ne se lasse pas d’aimer et de pardonner.

Et pourtant, toujours est-il que nous sommes ici en face d’émotions brutes attribuées à Dieu ! Un Dieu qui se fiche de la prudence, de la tempérance, du courage dans la poursuite du bien, même de la justice : ce Dieu ne fait pas tranquillement l’effort pour discerner le véritable bien et pour choisir les justes moyens de l’accomplir ; sa volonté semble maîtrisée par les instincts les plus saignants, rien ne maintient ses désirs, il ne résiste pas aux tentations et ne pense pas donner à son partenaire ce qui lui est dû.

Ce Dieu vit le sentiment d’un père - ou d’une mère - déçu de son enfant ; il est bouleversé par le refus de la tendresse et de l’amour qu’il exprime. Alors il pique une crise de colère, il semble crier, pleurer de fureur, il menace, insulte, et s’interroge ensuite sur ses sentiments. Le texte aura son comble dans cet étonnant vœu de Dieu : « Je ne suis pas un homme, mais Dieu ; en ton sein je suis le Saint : je ne viendrai pas avec fureur. -

À juste titre nous nous demandons : qu’est-ce que c’est que ce texte ? On dirait que Dieu a cherché et trouvé un confident : le prophète doit écouter les hauts et les bas de la vie sentimentale de Dieu. On croirait que c’est Dieu qui est ici en train de prier : il dit ses souffrances, ses doutes, ses espoirs ; il se confesse. Oui, même Dieu a besoin d’un confesseur ! Dieu a besoin de se déballer pour vivre ; pour continuer à avoir une vie avec les hommes, il a besoin d’exprimer ses émotions.

Dieu a su tenir son journal, il a su se créer un lieu de confession. Dans la Bible, il dit ses émotions, son sentiment d’être amoureux, ses sentiments de haine, ses tristesses et ses joies. Et je sais qu’une bonne partie de ce journal déplaît à nos contemporains, zélés dans la recherche de bondieuseries : pour moi aussi, les longues pages de la Bible qui parlent de haine, de mépris, de guerre et vengeance dérangent. Mais que voulez-vous que Dieu mette dans son journal, pour dire sa vie avec les hommes, si cette vie est - aussi ! - faite de haine, de mépris, de guerre et de vengeance ? La Bible peut en effet être lue comme le journal de Dieu, mais c’est surtout un journal parlant de la vie de Dieu avec les hommes ; de leurs rêves, de leurs utopies, leurs succès et leurs échecs.

Et se sont précisément ces hommes, ces mâles, qui mangent leurs sentiments jusqu’à en mourir. Pourquoi y a-t-il manifestement plus d’organistes hommes que femmes ? Parce que les hommes y trouver un moyen de parler de leurs émotions sans en parler… Et pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ? Parce qu’elles savent exprimer leurs sentiments.

Avec le livre du prophète Osée, nous apprenons non seulement à exprimer nos sentiments, comme Dieu exprime ses sentiments, mais nous apprenons qu’il faut savoir les exprimer pour vivre : exprimer ses sentiments est une affaire de vie ou de mort.

Pourquoi autant de gens - et je les comprends - sont-ils prêts à payer si cher des visites auprès des psychanalystes qui ne font que leur offrir un endroit protégé où tout peut se dire, où l’on peut se déballer ? Un endroit où aucun sentiment n’est illégitime ? Parce que nous avons besoin de nous vider de nos sentiments, pour pouvoir en éprouver d’autres.

Afin que Dieu puisse écouter nos sentiments, nous ferons bien de chercher aussi un(e) confident(e), une personne à qui on peut tout dire, qui prête oreille pour apprendre à prier.

Et peut-être nos émotions deviennent-elles plus sensibles et tangibles par l’écoute de la musique, et notamment de l’orgue…

Car chacun, pour mener une vie devant ce Dieu qui lui-même se confesse, a besoin d’un endroit pour se décharger en confiance et confidentiellement de ses sentiments. Quand une fois l’amour ou la haine, la joie ou la tristesse ont été dits, on peut passer à autre chose. On ne reste pas coincé dans ses émotions, mais à travers leur expression, on peut les comprendre ; aussi on redevient capable d’éprouver de nouveaux sentiments.

Le fait que Dieu lui-même exprime ses émotions dans la Bible peut dédramatiser nos sentiments. Notre vie sentimentale n’a plus rien d’inquiétant, de menaçant. Nous sommes parfois amoureux : Dieu l’est avec nous. Nous éprouvons de la haine : Dieu le fait avec nous. Nous connaissons des conversions : Dieu les a connues bien avant nous.

Si donc, parfois, j’éprouve une étrange tristesse, la tristesse n’est pas étrange pour Dieu.

Si j’éprouve un étrange sentiment d’être amoureux, être amoureux n’est pas étrange pour Dieu.

Si j’éprouve de la haine, la haine n’est pas étrange pour Dieu.

Le Dieu de la Bible connaît des émotions contradictoires ; aussi, il nous invite à exprimer nos émotions, au lieu de les étouffer et d’en mourir. Savoir vivre ses émotions par la musique est alors un gage d’une vie spirituelle saine.

AMEN.

Created By
Rüdiger Popp
Appreciate

Credits:

Inclut des images créées par MichaelGaida - "organ organ whistle church" • SarahRichterArt - "lion roar africa" • Alexas_Fotos - "smilies emotions balls" • ArtTower - "rio de janeiro jesus statue" • Alexas_Fotos - "not see not hear do not speak" • PhotoGrafix - "organ church music"

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.