Loading

LA COULEUR DU LAIT Mission À madagascar

Ça y est, tout est prêt. Je vais suivre en tant que photographe, Aviation Sans Frontières, une ONG qui a 40 ans d’existence et qui depuis 20 ans effectue d'importants envois humanitaires à Madagascar. Je suis impatient mais les premiers doutes s’installent : vais-je pouvoir capturer la dimension humaine de la mission dans un environnement presque exclusivement lié à la logistique ? Les membres de l’association ne perdent-ils pas de vue l’objectif final quand leur unique mission est de décharger des containers fussent-ils d’aide médicale et de lait ?

Ce que je découvrirai sur place, c’est que dans la logistique humanitaire il n’y a pas de routine, et chaque mission reste un défi, une aventure à la fois technique et humaine. Une aventure exceptionnelle menée par des hommes et des femmes ordinaires. Voilà pourquoi elle mérite d’être racontée.

S'ORIENTER

Madagascar, la Grande Ile de l’Océan Indien située dans la partie Est-Australe de l’Afrique, est connue pour la richesse de sa biodiversité et de son histoire. En pleine transition démocratique, marqué par la pauvreté et la malnutrition, le pays cherche sa voie vers un développement humain durable et une croissance économique inclusive.

  • 24 millions d'habitants dont 53,8% a moins de 20 ans
  • 5% de la biodiversité mondiale avec 15 types d’écosystèmes terrestres et 26 types d’écosystèmes marins
  • 5,1% de croissance économique prévue en 2019 et un PIB/habitant de 401,3 USD (2016)
  • 145 sur 168 pays au Classement Indice de Perception de la Corruption (2016)
  • 158 sur 187 pays Indice de développement humain (2016)
  • Un taux de pauvreté de 77%
  • Troisième pays au monde le plus vulnérable aux changements climatiques et par conséquent très exposé aux cyclones, à la sécheresse et aux inondations

Source Rapport Annuel 2018 - PNUD

ANTANANARIVO

Le coup d’œil est magnifique : située sur des hauts plateaux, la ville d’Antananarivo s’étale sur une série de hautes collines. Tout autour, des plaines, des rizières, des marécages.

Dans le langage courant, on entend souvent parler de “ville haute, ville moyenne et ville basse”, selon la position des différents quartiers. On se rend vite compte que cette séparation reflète aussi le statut social de ses habitants : les quartiers riches se trouvent sur les collines, en position dominante, loin de la confusion de la ville, où l’air est relativement moins pollué. Les quartiers les plus pauvres, appelés par les Malgaches “les bas quartiers” se situent en majorité dans les plaines de la ville. Ici, les conditions de vie y sont difficiles, voire dramatiques.

À ce voyage dans la ville, s’accompagne un voyage dans le temps. Mille ethnies se mélangent ici, fruit de migrations actuelles et passées. Les centres commerciaux modernes, les voitures de dernière génération et les magasins élégants côtoient les micro-commerces d’autrefois, les bâtiments vétustes de l'époque coloniale, les lavoirs fréquentés par les femmes du quartier ou encore les charrettes surchargées, tirées par des hommes, les pieds nus sur l’asphalte. Inutile de tourner le regard pour ne pas voir la misère; elle est là et nous interroge à chaque instant, avec violence.

Contrastes : un quartier riche de la ville qui surplombe un bidoville.
Scène de vie quotidienne dans un quartier défavorisé d’Antananarivo. Dans le pays, 53% des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance, 13 % souffrent de malnutrition aiguë.
Sortie d’école. Madagascar figure parmi les pays où la situation de l’analphabetisme est encore préoccupante.
Une agriculture d'un autre temps dans la périphérie d'Antananarivo.

Ambiance(s)

"L'HOMME SE DÉCOUVRE QUAND IL SE MESURE AVEC L'OBSTACLE" Antoine de Saint-Exupéry

La logistique

Au lendemain de notre arrivée, nous voilà au milieu d’une plaine immense en lisière d’Antananarivo, sous un soleil dont on apprendra vite à se méfier. La saison des pluies n’a pas encore commencée, mais de loin le ciel se fait déjà menaçant.

Les 3 containers d’aide humanitaire trônent au milieu du champ. Je lis sur les visages de l’équipe une certaine gravité, et une pointe de fierté. Plus de 6 mois de travail acharné ont été nécessaires pour organiser la mission. On est désormais sur la dernière ligne droite, il faut rester concentrés. D’autant plus que les chiffres ont de quoi intimider : 46 tonnes de produits de première nécessité, dont 11 de lait en poudre. 100 palettes et plus de 4000 colis de matériels. Plus de 20 associations partenaires ont participé à l’opération. Le transport par la mer a nécessité environ 3 semaines de navigation pour 10 000 km parcourus.

Les 3 containers sur la plaine de Soamandrakizay ("Un bien pour l'éternité", en malgache). Sur le fond la colline d'Analamanga, qui culmine à 1468 m. d'altitude.

La tâche me semble démesurée : vérifier chaque palette, chaque colis, s’assurer qu’ils ne soient pas endommagés, décharger le matériel, le protéger des pluies éventuelles en attendant de le charger à nouveau sur les camions des associations partenaires. Il faut en même temps coordonner les allers-retours des associations, tout en surveillant le matériel car, bien que le site soit sécurisé, le risque de vol n’est jamais à exclure. Et il n’y a surtout pas de temps à perdre : on ne peut que travailler à la lumière du jour. Tout retard ou imprévu risque de compromettre un budget déjà limité. Les outils et les machines disponibles sur place sont essentiels : ce sera donc du travail, du vrai, physique.

Pour venir à bout du déchargement des containers, il faudra trois jours. Réveils à l’aube, nuits trop courtes, repas frugaux, quelques maux de dos et coups de soleil, une dose de bonne humeur et beaucoup, beaucoup de lucidité et de détermination seront les maîtres-mots.

L'ouverture de scellés des containers se fait dans un silence presque irréel : après des mois de travail, d’incertitudes et de difficultés, c'est un moment chargé d'émotions.
À cause du manque d'outils et de machines adaptées sur place, le déchargement d'un seul container peut prendre jusqu'à 8 heures de travail très physique. On travaille en plein air : sous ces latitudes, le soleil, la chaleur, l'humidité représentent un vrai défi.
Le lait en poudre est un produit aussi précieux que délicat : pour d’évidentes mesures d'hygiène, tout sac endommagé lors du transport ou du déchargement est systématiquement détruit.

Ambiance(s)

Claude Giraud, responsable de la mission. Après une carrière d'ingénieur, Claude a rejoint Aviation Sans Frontières il y a 20 ans. Rigoureux et amical à la fois, il est le point de référence pour tous les acteurs de la mission.
Un moment de détente après une journée de dur travail. Les moments de tensions dues au stress sont rares, l'ambiance reste bon enfant tout au long de la journée.
"L'AVENIR, TU N'AS PAS À LE PRÉVOIR, MAIS À LE PERMETTRE" Antoine de Saint-Exupéry

LE LAIT

À Madagascar, le lait n’est pas un produit comme un autre, un simple aliment aux qualités nutritives : c’est une aide vitale pour les enfants qui vivent dans des conditions très précaires. Le lait leur redonne la capacité de survivre, les fortifie et les prémunit contre certaines maladies. La filière locale de production de lait n'arrive pas à satisfaire la demande et l'offre est encore trop dominée par des produits de mauvaise qualité. C’est de ce constat que sont nées les Missions Lait d’Aviation Sans Frontières, il y a 20 ans. Si la situation s’améliore peu à peu, les besoins restent tout simplement considérables.

Les jours qui suivent le déchargement des containers seront donc entièrement dédiés à la visite de différents centres de soins, écoles, orphelinats, hôpitaux et dispensaires de Madagascar pour qui l’aide humanitaire est destinée. Le but est de s’assurer du travail des associations, de connaître leurs contraintes, leurs besoins, d’être tout simplement à l’écoute, pour mieux agir.

C’est peut-être là le cœur de la mission, durant ces moments privilégiés d’échange avec les enfants, les instituteurs, les associations partenaires. C’est ici, parmi la confusion et la joie des enfants que naît cette force collective. C’est sans aucun doute ici, que l’on prend conscience qu’on est tous les membres d’équipage d’un même navire...

Pour beaucoup d’enfants défavorisés, cette tasse de lait représente souvent le seul repas de la journée.
Le personnel des structures partenaires est formé à la préparation du lait, en suivant les règles d’hygiène et de salubrité. L'accès à eau potable, nécessaire entre autres pour la préparation du lait, reste un enjeu capital dans le pays.
La distribution du lait dans une école de quartier. Le lait est servi aux élèves, mais aussi aux enfants non scolarisés qui vivent dans une situation d’urgence absolue.
"FAIT DE TA VIE UN RÊVE, ET D'UN RÊVE, UNE RÉALITÉ" Antoine de Saint-Exupéry

L'ÉQUIPAGE

Ont participé à l'aventure : Claude Giraud, responsable de la mission, dont le dévouement et l’énergie semblent inépuisables ; Mary-Anne qui garde calme, sens de la diplomatie et empathie en toute situation ; Alain et Dédé dont la détermination et la bonne humeur sont contagieuses ; Danielle qui a pris soin de l’équipe avec un minimum de médicaments et beaucoup de tendresse ; Léontine dont la patience et la bienveillance vont de pair avec son professionnalisme ; les collaborateurs sur place qui nous ont si bien accueillis chez eux. Un grand merci à toute cette communauté qui, avec grâce et courage, a fait de ses rêves, une réalité.

De droite à gauche : Claude, Mary-Anne, Alain, Dédé (en premier plan), Danielle (avec le gilet bleu), Léontine, Pierpaolo.

Aviation Sans Frontières apporte un soutien logistique indispensable à des milliers d’acteurs humanitaires en garantissant l’acheminement de l’aide d’urgence et le transport des personnes partout dans le monde. Grâce à ses 800 bénévoles, Aviation Sans Frontières répond chaque jour à des dizaines de demandes humanitaires.

Découvrez l'ensemble des missions d'Aviation Sans Frontières, en France et à l'étranger.

Created By
Pierpaolo Pulinas
Appreciate

Credits:

Aviation Sans Frontières / Pierpaolo Pulinas