Loading

DANS LES CARNETS DE NOTES DU CHARBO 70e édition du doyen des rallyes français

Pierre Daligand au volant de sa Bugatti Type 55

Le vendredi 21 mars 1947, 93 autos et motos s’élancent du Cours d’Herbouville à Lyon. Le rallye Lyon-Charbonnières, le plus ancien de France, naît à l'initiative de Pierre Daligand, membre de l’automobile club et président du moto club du Rhône, qui sollicite le partenariat de la société des bains de Charbonnières. Les autos, classées en sept catégories, devront parcourir 1125 km, dont 500 de nuit, et les motos et les side-cars seulement 800. Dans le film amateur ci-dessous présenté pour la première fois au grand public, aimablement fourni par Jean-Paul Gobba, dont le père a participé au tout premier rallye, on découvre les images d’une autre époque. Celles, étonnantes, des épreuves de maniabilité, ou plus sportives, de la course de côte derrière le Casino qui servait à départager les ex æquo.

En 1952, le rallye prend vraiment son envol, avec 148 engagés, et trois villes de départ : Londres, Liège, Lausanne. Double vainqueur du rallye en 1957 sur une improbable Aronde de série et en 1958 sur une Giuletta, le pilote lyonnais Robert Gentilini (notre photo) sera l'un des "locaux" historiques du rallye durant les premières années à l'instar des Gones Pierre Daligand (1947), Henri Peignaux (1953) ou Alexandre Gacon (1956). Lui succéderont le Bressan Christian Rigollet (1987, 1989, 1990), les Lyonnais William Oddoux (1988 et 1993) et Michel Pignard (1991) ou bien encore les Stéphanois Cédric Robert (2010) et David Salanon (2007, 2014, 2016 et 2017). Mais la palme revient à Gilles Mondésir, vainqueur sept fois (de 1994 à 2012) avec trois pilotes différents, et qui est aujourd’hui le président de l’ASA du Rhône.

Christian Rigollet en 1988 sur Ford Sierra Cosworth © Dppi

En 1960, le Charbo fait le choix de se mettre à l’allemand. L’Automobile Club du Rhône va, pendant 16 ans, s’associer à son homologue de Stuttgart. Le rallye, qui ne sera jamais aussi long, accompagne les évolutions de la discipline et la montée en puissance des constructeurs. Durant cette décennie et demie, de De Gaulle à Giscard, la discipline va vivre sa révolution, passant du règne des pilotes amateurs à celui des pros, du classement à la meilleure moyenne à celui du meilleur temps en spéciale. Situé à deux pas de l’usine Porsche, le vieux circuit de Solitude – avec trois tours de 11,5 km à effectuer par les concurrents – est le cadre de la seule vraie nouveauté de ce premier rallye transfrontalier qui séduit en priorité les pilotes allemands, deux fois plus nombreux que les Français.

Henri Oreiller et Fernand Masoero en 1961 sur Alfa Romeo Giulietta SZ

Alpine A110, la voiture la plus titrée

L’Alpine A110 détient, devant la Peugeot 307 WRC et ses cinq titres (2006 à 2010), le record du nombre de rallyes remportés. Lauréate six fois (de 66 à 72) avec au volant Jean-Pierre Hanrioud, Jean-Claude Andruet (trois fois), Jean Vinatier et Jean-Pierre Nicolas. A deux époques distinctes, les Ford Sierra RS Cosworth (de 1987 à 1990) et Ford Fiesta WRC (2013, 2014, 2016 et 2017) ont chacune remporté à quatre reprises le Charbo.

1979 : Michèle Mouton et Françoise Conconi à jamais les premières

En divorçant, quelque peu contraint et forcé, avec l’Automobile Club de Stuttgart à cause d’un point de règlement sur les licences, le Charbo ne s’imaginait pas qu’il allait entamer un long déclin à partir de 1976. L'histoire retiendra cependant qu'en 1979, Michèle Mouton et Françoise Conconi enlevaient le Charbo au volant de la Fiat 131 Abarth. Elles forment encore à ce jour le seul et unique équipage féminin à avoir remporté le rallye.

Bien évidemment, le rallye de Charbonnières sera aussi le théâtre de cette résistance aux préjugés Claudine Bouchet (Trautmann), une habituée du Charbo, montera dans le top-10 au scratch en 1968, comme Marie-Claude Beaumont en 1972 avec une magnifique 6° place au volant de l’Opel Ascona. La Lyonnaise Christiane Petit fera également parler d’elle. Au même titre que Louisette Tixier qui remporte la coupe des dames en 1960. Mais sans doute pas autant que le team Aseptogyl de Bob Neyret, et de son équipe de panthères roses (Palayer, Trautmann, Beaumont, Desvignes,…), habile mélange de marketing et de talent.

Michèle Mouton

Rétrogradé en deuxième division de 1985 à 1995, le Charbo fait un retour fracassant dans l'Elite en 1996. La lutte entre les 306 Maxi Peugeot et les Mégane Renault (photo ci-contre de Joël Philippon) fera vivre au public record sur les routes (plus de 200 000 spectateurs) sans doute deux des plus belles années de l’épreuve en 1996 et 97, incarnées par le double succès du Lion et de Gilles Panizzi.

Durant les années 90 et le début des années 2000, le vainqueur du rallye (ici Gilles Panizzi en 1996) gagnait son poids en jetons du casino de Charbonnières.

Philippe Bugalski, triple vainqueur entre 1998 et 2000, va connaître à son tour une domination sans partage en filant dans le baquet de la Xsara. Ce sera le dernier des voitures d’usine, avant que les WRC privées n’imposent leur loi. Mais celles-ci, trop coûteuses à l’achat et à l’exploitation, et qui ne marquent plus de point en championnat, laissent peu à peu leur place aux voitures du groupe R5. Et à un plateau royal, comme on l’a vu lors de l’ouverture de la saison au Touquet. Celui du Charbo s’annonce forcément aussi somptueux.

Philippe Bugalski et Jean-Paul Chiaroni pour le triplé sur Citroën Xsara T4 en 2000 / Photo Damien Lepetitgaland

Sébastien Loeb (2001) : «Un rallye très rapide. Niveau sensations, c'est top!»

Le futur champion du monde n’a disputé qu’une fois le Charbo en compétition en 2001, où il signait sa seconde victoire en championnat de France au volant de la Xsara Kit Car. Il s’offrait les chronos de 10 des 15 spéciales, même si ça ne sera pas sans quelques frayeurs sur la fin... En 2008, il reviendra sur le Charbo « pour s’amuser avec son beau-frère » Dominique Rebout en ouvreur au volant de la petite C2 R2 Max. Pour Le Progrès, Sébastien Loeb se remémore cette victoire au Charbo.

Le Charbo vu de l'intérieur avec papy Snobeck

Découvrez une spéciale du Charbo de 2009 avec Dany Snobeck, vainqueur en 2008 (à 62 ans !), 2009, 2011 et 2012, d'abord sur 307 WRC puis sur C4 WRC. La C4, « une bête de course qu’il fallait dompter », encore plus que la 307, « un petit monstre d’efficacité », assure le pilote avec nostalgie.

Le Stéphanois Salanon, futur recordman de l'épreuve?

Avec déjà quatre succès à son actif (2007, 2014, 2016 et 2017), David Salanon ambitionne d’en décrocher un cinquième, ce qui en ferait le pilote le plus titré sur l’épreuve. «Même si la rivalité auto n’a rien à voir avec celle du foot, c’est sympa de voir un Stéphanois qui gagne à Lyon. C’est mon rallye, qui en plus est parfaitement adapté à mon pilotage plutôt coulé. Ce qui est marrant, c’est que beaucoup de personnes croient que je suis lyonnais ».

La très spéciale ES de Marchampt

S’l ne fallait n’en retenir qu’une, c’est celle-là. Spontanément, à une ou deux exceptions près, les pilotes interrogés citent la spéciale de Marchampt comme la plus emblématique du parcours du rallye rhodanien. « C’est un mythe ! Le jour où elle disparaît, il n’y a plus de Charbo ! ». Jean-Pierre Del Fiacco résume avec emphase l’aura qui entoure la plus variée et la plus longue ES du tracé. En 26 km 300 très exactement, les concurrents savent qu’ils s’attaquent à un sacré morceau. Et le pont de Véry en est un peu le juge de paix. C’est aussi « le » spot du rallye grâce à ses tribunes naturelles à flanc de colline. Les supporters de Julien Saunier (sur la photo au volant d'une Marcadier Barzoï), que l'on surnomme le petit Ragnotti, aiment le voir y faire le spectacle. Voici quelques images du pilote de Dardilly, notamment à Marchampt, à bord de la Clio Williams puis d'une Skoda Fabia.

Quelques-unes des voitures emblématiques du Charbo

En 2018, le rallye de Lyon-Charbonnières c'est :

Réalisation Sébastien Jullien et Olivier Guichard

Illustrations : service documentation et photos du Progrès

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.