Loading

Franchir les obstacles Les Carabins aux Universiades

Après le premier camp de sélection de l’équipe canadienne en vue des Universiades d’été, Mégane Sauvé et Marie-Ève Bernard-O’Breham avaient de bonnes chances de pouvoir représenter l’unifolié ensemble. Ce scénario rêvé n’a bien failli jamais se produire, mais la résilience des deux joueuses leur permettra finalement de s’envoler pour Naples afin de vivre cette grande aventure.

Après avoir attiré l’attention des entraîneurs, Mégane a subi une double fracture de la mâchoire en avril, ce qui l’a empêché de participer au deuxième camp de sélection.

«Déjà que c’est une aventure qui nous sort de notre zone de confort, je l’ai été encore plus avec ma blessure. J’ai dû subir une chirurgie et la période de guérison a été assez longue. Je ne savais pas si j’allais être en mesure de participer, mais j’ai mis toutes les chances de mon bord et j’ai eu la chance d’être très bien encadrée. Tout le monde a été là pour moi et c’est déjà une réussite de savoir que je vais faire partie de l’équipe.»

En plus des médecins, des physiothérapeutes et des autres professionnels qui lui ont permis de revenir au jeu dans les délais, sa coéquipière Marie-Ève Bernard-O’Breham a joué un grand rôle de support.

«Elle venait souvent s’entraîner avec moi et s’assurait que je reste motivée. Étant donné que j’ai été arrêtée pendant un moment, ma mission était de reprendre ma masse musculaire, alors je passais beaucoup de temps au gym et elle était avec moi.»
«C’est triste qu’elle se soit blessée, mais je crois que cet événement nous a permis de nous rapprocher. Lorsqu’elle m’a raconté ce qui lui était arrivée, j’ai immédiatement texté la physio de l’équipe pour connaitre les temps de guérison. Je voulais vraiment qu’elle soit avec moi pendant le tournoi.»

L’expérience d’une vie

Malgré le fait qu’elle n’était pas en mesure de fouler le terrain lors du second camp, l’entraîneur lui a confié qu’il avait apprécié son style de jeu et son intensité. C’est la raison pour laquelle il a décidé de lui faire une place au sein de sa formation.

«C’est un honneur pour moi de représenter le Canada à cette échelle. C’était un objectif personnel et sincèrement, je ne croyais pas y parvenir si rapidement. C’est plaisant de savoir que je pourrais potentiellement revivre l’expérience dans deux ans.»
«Lorsque j’ai rencontré les entraîneurs, ils m’ont fait part de leur plan pour moi. Ils veulent que j’occupe un rôle important au sein de la brigade défensive et que je débute la plupart des matchs. Ce qui est un peu stressant, c’est de ne pas connaître le calibre des autres équipes, mais ce que je sais c’est que nous serons prêtes.»

Les deux Carabins s’envoleront donc ce dimanche pour le Portugal, afin de s’entraîner pendant une semaine complète. Par la suite, elles poursuivront leur route jusqu’à Naples pour prendre part au tournoi.

Malgré le niveau très élevé des équipes participantes, l’objectif est clair pour Mégane et Marie-Ève. Elles veulent procurer au Canada la première médaille de son histoire, en soccer féminin, lors des Universiades.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.