Loading

Les ingrédients maudits des vaccins #1 : Le phénoxyéthanol

Depuis la création de notre page, nous avons vu passer, repasser, s'étaler, les craintes des antivaxx sur les composants des vaccins. Des posts comme celui-ci :

comment dire ? nous en voyons régulièrement, et les témoignages que nos followers nous amènent régulièrement en messages privés ou directement sur la page témoignent d'un fait évident : les antivaxx ne connaissent ni ne comprennent la biologie, et mélangent beaucoup de choses.

Nous avons donc décidé de faire une longue série d'articles à visée de vulgarisation sur les ingrédients des vaccins. Et nous commencerons par ceux énoncés par la liste ci-dessus.

Le premier ingrédient mentionné est le phénoxyéthanol. Et l'antivaxx qui a rédigé cette liste dit que c'est un antigel.

Mais que l'on regarde Wikipédia, des sites spécifiques, ou bien l'Encyclopedia Universalis, il n'est jamais mentionné en tant que tel.

En fait, même si il peut être utilisé comme solvant, il est beaucoup utilisé pour ses propriétés biocides, c'est à dire d'agent de conservation qui évite que des produits (comme les cosmétiques par exemple) ne soient envahis par des microbes.

Les antivaxx confondent donc l'antigel lui même, et l'additif qui lui évite d'être colonisé par des moisissures et autres joyeusetés qui ne feraient pas le bonheur des mécaniques envahies.

Et c'est à ce titre qu'il est utilisé dans les vaccins : il est un bon conservateur !

Quand on consulte sa fiche de toxicité, on voit que les risques sont essentiellement cutanés. En cas d'ingestion, il est métabolisé par le foie et éliminé par les urines en 24h. Or tout ce qui est injecté dans l'organisme finit par se retrouver dans le sang, et est traité par le foie. Le phénoxyéthanol contenu dans les vaccins suit donc la même voie.

Enfin, autant les conclusions de l'ANSES, l'ANSM, l'INRS, ont montré que la toxicité de ce produit apparaît à des doses élevées (voir le document de l'ANSES, la NOAEL (dose maximale à laquelle aucun effet néfaste n'est observable) : 164mg/Kg de poids corporel/jour.)

Or l'affirmation de l'antivaxx, fournie en haut de cet article, est que les enfants reçoivent 17 500 microgrammes de ce produit en six ans. Soit 17,5mg. En SIX ANS. C'est donc une dose extrêmement faible, bien loin de ce que tout enfant recevra, par exemple, via les cosmétiques et autres crèmes adoucissantes pour la peau de bébé.

Il n'y a donc pas lieu de s'en inquiéter.

Pour résumer : En affirmant que le phénoxyéthanol est un antigel, et qu'il est toxique aux doses utilisées, les antivaxx :

Confondent l'antigel lui même avec le conservateur qui lui est ajouté.

Ne tiennent pas compte des doses toxiques, infiniment plus élevées que ce qui est contenu dans tous les vaccins reçus en 6 ans.