Loading

Négrophobie imaginaire Maghrébins AFRIQUE!

Voici la guerre que l’Afrique doit gagner face à la fabrication d’une Afrique du Nord arabe et musulman dominant !

Considérant que des textes coraniques – hadith ont été forgés de toutes pièces à utiliser pour rabaisser et justifier l’humiliation des Africains de peau foncée !

Un complexe obsessionnel qui témoigne d’une dépersonnalisation morale et culturelle aiguë chez beaucoup de savants, politiciens, entrepreneurs maghrébins, le caractère prégnant dans la culture arabe d’une négrophobie doctrinale, agrémentée d’une haine de soi.

Ce schéma dualiste a été à l’origine d’un système de hiérarchisation et de catégorisation paradoxale. Il en est résulté une vision qui tend à faire du Maghrébin à peau noire l’archétype de l’altérité : un Negro qui vit et se conduit donc par essence comme un Negro !

Ce cliché s’est incrusté dans les mentalités, coutumes et normes sociétales, provoquant une dissociation névrotique des identités, scindées en deux types d’affiliation politique et ethnosociologique : l’une Africaine, l’autre Arabe et musulmane.

Aujourd’hui, les quatre pays ; Tunisie, Algérie, Maroc et Libye proclament solennellement l’arabe comme langue nationale et officielle et l’islam comme religion d’État.

Encore, faut-il le rappeler, en dehors de la mouvance kharidjite, branche issue du premier schisme de l’islam, la noirceur de peau a toujours constitué, selon la plupart des exégètes musulmans, un défaut inacceptable et ce au même titre que tous les autres vices rédhibitoires pour accéder au pouvoir suprême. Alors les ancêtres des Maghrébines, « blanchir » leur peau et leur origine.

Des textes les plus ignobles contre les Africains de peau foncée, figure toujours en bonne place dans les manuels scolaires arabes. La quasi-totalité des collégiens dans les pays Maghrébins sont tenus encore aujourd’hui de réciter par cœur les vers affreusement satiriques, considérés comme le plus beau chef-d’œuvre de la prosodie arabe.

Pour se rendre compte des dommages irréparables causés par la référence quasi constante à ces vieux topos, hérités d’une anthropologie médiévale, imaginaire et désuète, Il suffit de jeter un coup d’œil sur le contenu des ouvrages du collège ou du lycée et de fréquenter des personnes d'origine maghrébine. Catastrophe totale et indignation acculturée à l'ignorance malfaisante.

L’on se rend bien compte aujourd’hui que le problème dépasse largement les marges des récits scandaleux de vente aux enchères de jeunes Subsahariens en Libye et les témoignages incessants d’agressions, viols, violentes et parfois meurtrières contre des Africains de peau foncée montre l’étendue des ravages qui affectent toutes les sphères de la vie sociale, que ce soit en Libye, au Maroc, en Algérie ou en Tunisie.

Évidemment, l’un des traits marquants de l’histoire de la civilisation Arabes, est celui d’une extrême durabilité des formes de violences, menteries, servitudes et d’esclavage. À savoir qu’en 21ème siècle dans ces régions du monde ; l’émergence tardive de la question des égalités homme - femme, des inégalités sociales et raciales et la hiérarchisation dominant de la religion oppressive rendent le dialogue quasi impossible avec la population manipulée par le lavage de cerveau violenté par les hadiths du prophète.

Par ailleurs, l’extension des violences racistes montre à quel point les préjugés, que l’on croyait appartenir à un temps révolu, continuent de proliférer et s’enracinent dans des pays d’accueil en Europe partout où on trouve les descendants de ces populations.

Aujourd’hui comme hier, la persistance des inégalités sociales, religieux et communautaires fait obstacle à l’accès aux libertés publiques et citoyennes parmi les hommes de Maghrébine, on ne peut pas dire femme ; puisque les femmes n’existent pas dans leur vocabulaire.

Le pire est que nous commençons à voir la réalité même dans les pays où se trouvent les peuples d'Afrique Subsaharienne et les Maghrébines comme en France, et Belgique. Manifestement, le problème est encore d’actualité.

Sans aucun doute, nous vivons dans une nouvelle ère. Une dans laquelle les ténèbres se posent en tant que lumière, et la lumière est supprimée par les ténèbres… tout cela au nom de la tolérance.

Created By
Alpha Grace
Appreciate

Credits:

@DrAlphaGrace

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a copyright violation, please follow the DMCA section in the Terms of Use.