Cent pour un toit pour aider les « sans droit »

Cent pour un toit. Le collectif de Quimperlé accompagne les familles de migrants qui sont déboutées du droit d’asile. Des hommes, des femmes, des enfants qui attendent que la France les accueille parce que la vie chez eux est devenue à ce point insupportable qu’ils ont tout quitté.

Souvent traumatisés par des faits de guerre ou des persécutions qu’ils taisent, ils ont erré dans des centres improbables de la région parisienne, vécu à la rue, parfois avec de jeunes enfants, avant d’être expédiés vers un département.

Milena et Sergio, géorgiens d’origine arménienne, habitent avec leurs trois enfants dans un ancien logement de fonction mis à disposition par la mairie.

« Quand j’ai un problème, ils sont là. Quand il y a une bonne nouvelle on la fête ensemble. »

« Eux c’est ma famille ! » martèle avec un grand sourire la jeune maman, en désignant ces belles âmes, venues partager le café et les gâteaux qu’elle cuisine volontiers pour eux.

A Quimperlé, une poignée de citoyens a décidé d’agir, de se regrouper et de donner au moins cinq euros par mois pour réunir le montant approximatif d’un loyer. Ils étaient cent voilà deux ans. Ils sont 250 aujourd’hui. Ils pensaient intervenir pour trois familles, ils en sont à 10 aujourd’hui, dont deux semblent en bonne voie d’intégration dans le Sud Finistère.

« Ce qu’on appelle la remise des clés, » souligne Annie Mainvielle, elle aussi militante de Cent pour un toit. « On les met juste à la rue. Il faut voir ces familles maitrisant mal la langue, interdite de travail donc de ressource, tasser quelques affaires dans des ballots et se retrouver au point zéro. »

La meilleure bonne nouvelle c’est le titre de séjour obtenu par Sergio ( son mari ) qui lui permet de travailler dans une usine agro alimentaire en échange d’un SMIC. La fin des problèmes ? « Rien n’est simple, » tempère Annie. « Ils n’ont pas droit aux prestations de la CAF car deux des trois enfants ne sont pas nés en France. Pas d’aide au logement… donc pas de logement HLM. »

Textes : Cyrille Pitois - Photo : Marc Ollivier

Credits:

Marc Ollivier

Made with Adobe Slate

Make your words and images move.

Get Slate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.