Loading

Il pleut de la poésie ! 6eB

Le calligramme

On remarque de nombreuses répétitions du mot « pluie » notamment. Ces poèmes contiennent des métaphores qui sont des comparaisons sans le mot « comme ». Ex: « mon cœur ». De plus, il n’y a pas de ponctuation. Dans ces poèmes, la pluie est synonyme de tristesse. La forme du calligramme est en lien avec son sujet. Ici, on voit les gouttes de pluie.

Il pleut de Queneau

Dans ce texte, il y a également des répétions: le son [o] revient plus de 25 fois, le mot « pluie » 16 fois et « averse » 10 fois. Ce poème est en vers, ce qui est classique pour la poésie. Le poète écrit des évidences comme « l’eau mouille », ce sont des pléonasmes. Queneau invente des mots comme « paraverse » ou « paragoutte » qu’il construit grâce à un radical et un préfixe. On appelle ces mots néologisme. Ici, la pluie est synonyme de joie car le personnage est heureux sous la pluie.

La pluie de Ponge

Ce poème est étonnant car il est en prose et non pas en vers. La description de la pluie est longue et complexe puis il résume tout en 3 mots: « il a plu ». Ponge utilise les mots du quotidien qui ne sont pas poétiques pour évoquer la pluie. De plus, il choisit de comparer la pluie à une horlogerie et décrit le mécanisme de manière très complexe.

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.