L'aventure de Cherry Johnson Pemma & Esther

C'était le jour J, Cherry Johnson était enfin prête à partir. Ce six novembre était très important pour elle car c'était le départ de la grande course, le Vendée Globe ! Cette journée fut très belle, le soleil brillait et l'océan Atlantique étincelait. Sur les pontons, des centaines de milliers de gens s'agglutinaient pour acclamer les skippers. Les vents étaient parfaits pour ce départ de course.

L'équipe était au complet sur le voilier. Les adieux furent chaleureux. Le vent emporta le bateau de Cherry. Elle était émue de voir tous ces gens qui l'acclamaient et elle savait que ses proches allaient lui manquer, mais elle était heureuse de vivre une nouvelle aventure et de se battre pour la bonne cause. La skippeuse avait presque fini de franchir le chenal. Son mari et sa fille lui manquaient déjà.

Dans deux petites minutes, Cherry pourra passer la ligne imaginaire. La skippeuse était stressée car on ne sait jamais ce qui peut se passer en mer. Sa famille espérait qu'elle reviendra saine et sauve et qu'il ne lui arrivera rien de grave. Elle passa la ligne imaginaire et la grande aventure commença enfin !

Cherry commença déjà à voir des poissons et d'autres êtres vivants. Des algues flottaient à la surface de l'eau, elles étaient vert pomme. Le voilier voguait sur les vagues.

Quelques heures après le départ, Cherry aperçut au loin un énorme paquebot de croisière qui arrivait droit sur son voilier. Elle tenta de le contourner et y parvint de justesse. Elle était terrorisée à l'idée que ce bateau ait manqué de l'écraser, mais elle se dit qu'elle serait encore plus fière d'elle à la fin de la course.

Soudain, le ciel commença à se couvrir de gros nuages d'orage noirs. Le tonnerre gronda et des éclairs zébrèrent le ciel sombre. D'énormes vagues secouèrent le bateau. Il pleuvait des trombes d'eau. Les gouttes étaient serrées et tombaient très rapidement. Au bout d'un moment, le bateau se pencha sur le côté. Le mat était à un mètre de l'eau. Cherry croisait les doigts pour qu'il se relève et se démenait pour redresser son voilier. Au bout de quelques minutes de lutte, le bateau se redressa petit à petit. L'orage n'était pas terminé et Cherry était ballottée par les vagues. La tempête durait depuis environ une heure lorsque la pluie cessa. Le tonnerre grondait toujours, mais les vagues se calmaient doucement… Au bout de quinze minutes, le tonnerre diminua. Satisfaite, la skippeuse put enfin dormir !

Lorsqu'elle se réveilla, elle se rappela que sa famille devait l'appeler aujourd'hui. La skippeuse se précipita hors du cockpit pour vérifier que tout était sous contrôle. Le soleil brillait et les vents était parfaits. Elle retourna à l'intérieur et, dès qu'elle franchit la porte, elle entendit la mélodie qui indiquait l'appel de ses parents. Elle décrocha et, surprise !, sa famille était au grand complet à l'écran. Cherry était très émue et les larmes lui montèrent aux yeux. C'était des larmes de joie, mais elle était si touchée qu'elles roulèrent sur ses joues. Sa famille était très fière d'elle et l'encourageait ; Cherry leur raconta toutes ses aventures depuis le départ et leur décrit le magnifique paysage de l'Océan et des beaux animaux qui l'entouraient… Au bout de cinq minutes de conversation, elle dit au revoir à sa famille puis repartit travailler.

Cherry calculait sa trajectoire lorsqu'elle entendit frapper sur la coque, elle se pencha par- dessus bord et vit une forme sombre cogner sur le bateau. Cette forme remonta vers la surface et Cherry reconnut la silhouette d'un… REQUIN MARTEAU !!!!! Elle commença à paniquer et réfléchit à un moyen de se débarrasser de lui. Elle commençait à désespérer, lorsqu'elle pensa aux SDF qui comptaient sur elle et eut une idée géniale: balancer des poissons morts au loin pour faire partir le requin. Elle le fit et se débarrassa de lui.

Cherry partit manger des pâtes lyophilisées en écoutant la météo qui annonça beaucoup de brouillard. Elle se disait que ça n'inspirait rien de bon pour elle… Au bout d'environ cinq minutes, la brume devint très dense. Elle ne voyait pas plus loin qu'un mètre devant elle. Il était impossible pour elle de se repérer dans l'océan et les radios ne fonctionnaient plus. Elle commença à s'inquiéter et à se dire qu'elle ne pouvait rien faire, mais elle pensa que ce brouillard ne durerait pas éternellement et chercha un moyen de retrouver son chemin. Il n'y avait aucune solution, à part attendre que la brume se dissipe. Environ deux heures plus tard, la brume était presque entièrement partie, et Cherry put enfin contrôler le chemin de son voilier. Elle avait du retard par rapport aux autres skippers mais elle était calme et sereine.

Environ sept heures plus tard, Cherry se coucha. Elle avait réglé son réveil pour qu'il sonne dix minutes plus tard. La skippeuse s'endormit en à peine deux minutes. Elle était si fatiguée qu'elle n'entendit pas son réveil sonner. Elle dormit pendant une heure. Pendant ce temps, le vent avait tourné et le bateau reculait à présent. Cherry se réveilla brusquement. Elle se rendit compte de ce qui se passait et changea de voiles. Au bout de trente-cinq minutes, le voilier avança dans la bonne direction. La skippeuse avait perdu beaucoup de temps et était à présent quinzième.

Cherry sortit du cockpit. Elle sentit le vent frais sur son visage. La mer était paisible et le soleil se levait. Le ciel était rose et orange à l'Est et bleu et violet à l'Ouest. Etant donné que le bateau avançait bien, Cherry s'accorda une minute pour admirer le paysage. L'Océan était calme. Des petits poissons nageaient dans l'eau. Le ciel était coloré et le soleil était rouge. La skippeuse aperçut au loin deux voiliers. Leurs mâts se balançaient tels des arbres secoués par le vent. Soudain, elle entendit un bruissement étranges dans l'eau. Un dauphin d'un gris d'orage surgit brusquement devant Cherry. Elle sursauta, surprise, puis se mis à rire. Un second dauphin sauta, puis un troisième. Ces trois dauphins nagèrent près du bateau, sautant parfois par-dessus la proue.La skippeuse tendit le bras et réussit à effleurer la nageoire dorsale de l'un d'eux. La minute de pause était passée depuis longtemps, la skippeuse s'occupa de son bateau. Elle était à présent d'humeur joyeuse. Elle fredonna l'hymne national canadien tout en travaillant…

Cherry avait bien travaillé et son ventre grondait. Elle alla rapidement mélanger de l'eau avec un sachet de gratin à la pomme de terre, chou-fleur et béchamel. Elle le mangea rapidement. Elle sortit sur le pont et, soudain, elle s'aperçut que son bateau n'avançait plus. Il n'y avait plus de vent. C'était la pétole ! Il n'y avait aucun moyen d'avancer. Elle se maudit intérieurement car elle pensait qu'elle devait être plus attentive. Elle savait qu'il n'y avait rien à faire car elle ne voulait pas tricher en utilisant son moteur. Elle profita de ce répit pour faire la lessive. Elle lut également un quart de son livre favori, Percy Jackson, de Rick Riordan. Environ une heure plus tard, elle s'aperçut qu'il y avait un léger souffle de vent. Elle se précipita dehors pour hisser les bonnes voiles. Son voilier commença à avancer. Il avançait lentement mais c'était déjà ça. Plus de pétole !

La pétole

Quelques heures plus tard, il était de nouveau l'heure de manger. Elle sortit pour le faire, et soudain, une mouette fondit sur elle. Alertées, d'autres mouettes rappliquèrent. Elles donnèrent des coups de bec et picorèrent dans l'assiette. Ces mouettes lui rappelèrent les SDF qui se battaient parfois pour manger. Elle se souvint des maraudes qu'elle avait fait et des merveilleuses personnes qu'elle avait rencontrées. United était une association qui aidait les SDF. Elle pensa à Lou, qu'elle avait rencontrée il y avait environ quatre mois. Lou était divorcée et elle avait quatre enfants à nourrir. Elle vivait dans un minuscule coin de rue. Lou était formidable. Dès qu'elle avait un peu d'argent, elle faisait passer sa famille avant elle. Elle avait à présent un travail et vivait convenablement grâce à United.

Lorsqu'elle se réveilla ce matin-là, Cherry se souvint que c'était... NOËL !!! Elle était partie depuis un mois et dix-neuf jours. Elle régla sa trajectoire et ses voiles et alla à l'avant de son voilier. La skippeuse sentit le vent frais sur son visage et ses cheveux volèrent au vent. Vers neuf heures trente, sa famille l'appela. Elle conta ses aventures et ses parents lui dirent de regarder au fond de son sac. Cherry y trouva un petit paquet. Elle l'ouvrit et découvrit un magnifique pendentif argenté. Un petit médaillon se balançait au bout. Il représentait un trèfle à quatre feuilles. Ses parents lui expliquèrent qu'il renfermait le trèfle fané qu'elle avait trouvé à l'âge de six ans. Cherry l'avait plastifié lorsqu'il avait commencé à jaunir. Ses parents lui expliquèrent que le bijoutier avait confectionné le pendentif sur mesure. Cherry les remercia au moins dix fois. Elle salua chaleureusement sa famille et dût raccrocher. Il était à présent midi. Elle accrocha sa chaîne autour de son cou. Elle était très émue. La skippeuse fit chauffer de l'eau et la mélangea avec un sachet de nourriture lyophilisée. Ces pâtes à la bolognaise étaient délicieuses, c'était son plat préféré. Elle les savoura rapidement et retourna s'occuper de son voilier.

Il commença soudainement à pleuvoir. Des trombes d'eau tombaient du ciel. Il y avait un fond d'eau sur le sol. Le niveau de l'eau augmentait légèrement. Cherry se munit d'un seau et commença à évacuer l'eau. Malheureusement, le voilier se remplissait de plus en plus. Cherry redoubla d'ardeur et le niveau de l'eau diminua de quelques centimètres. L'intensité de la pluie diminua et la skippeuse fut beaucoup plus efficace. Au bout d'une dizaine de minutes, la pluie cessa et il ne restait que deux ou trois centimètres d'eau qui furent rapidement enlevés.

Quelques jours après l'inondation, le vent s'intensifia et changea de direction. Cherry ajusta ses voiles et, comme le bateau filait bon train, elle put se reposer

Le Petit vent faisait avancer le voilier

Plusieurs jours passèrent. Celui du nouvel an arriva. Cherry déboucha une bouteille de Champomy et un petit sachet de bonbons. Elle prit son album photo et regarda les photos de sa famille.

Soudain, un cyclone apparut au loin, à bâbord. Cherry vira de bord pour l'éviter. Ce cyclone semblait énorme, même s'il paraissait minuscule de loin. Le vent semblait irrésistiblement attiré par lui. La skippeuse sentait qu'elle était légèrement attirée vers ce cyclone. Cherry fit demi-tour pour échapper à ce cyclone. Lorsqu'elle se fut suffisamment éloignée, elle vira à tribord pour pouvoir passer sans que le cyclone ne soit trop près de son voilier. Elle put ainsi passer tranquillement sans se soucier du cyclone.

Une dizaine de jours passèrent sans problèmes. Ce jour-là, la mer commença à s'agiter. Les vagues étaient de plus en plus grandes et le voilier "Cerise" se balançait beaucoup plus. Les vagues faisaient environ une vingtaine de mètres. Au bout d'un certain temps, Cherry perdit l'équilibre, tomba et glissa à l'autre bout du bateau. Elle ressentit une douleur intense à la cheville droite et la regarda. Son articulation avait commencé à gonfler. La skippeuse identifia une entorse et se traîna dans le cockpit et saisit la mallette de secours. Elle chercha dedans et trouva enfin une attelle et des bandages. Elle banda donc son pied, sa cheville et une partie de son mollet droit et entoura le tout de son attelle. Cherry boitait légèrement mais la douleur de sa cheville était supportable.

Une entorse moyenne implique une distension accompagnée d'une rupture partielle du ligament. La douleur est plus vive. L'articulation gonfle et un hématome apparaît dans les heures qui suivent.

Une demi journée plus tard, un craquement retentit. Cherry se précipita sur le pont et vit que la Grand Voile s'était légèrement déchirée. Elle alla rapidement chercher la mallette de couture. Elle attrapa une aiguille et une pelote de gros fil. Elle enfila ce fil dans l'aiguille et commença à recoudre la voile en maintenant les deux côtés de la voile. La tâche était dure mais Cherry y parvint après quelques minutes de combat avec le tissu. La couture était un peu fragile mais cela suffirait pour le reste du trajet.

Quelques jours plus tard, le pied de Cherry allait mieux mais était encore un peu douloureux. Un vent rapide et frais s'était levé. La skippeuse changea de voile pour mieux capter ce vent qui soufflait dans la bonne direction. Le voilier avançait rapidement. Le vent revigorait Cherry et elle se sentait bien et libre. Le bateau parcourut une longue distance en environ deux heures.

Cherry apercevait à présent le voilier du deuxième, il avançait plutôt lentement par rapport à la force du vent. Elle pensa qu'il n'avait pas mis les bonnes voiles car elle avançait rapidement alors qu'ils étaient dans le même vent. Le deuxième était d'origine belge et se nommait Noah Clerx. Il faisait le Vendée Globe pour une marque de chocolats belge dont le nom échappait à Cherry. Celle-ci trouvait que Noah ralentissait de plus en plus. Elle se rapprochait de lui et celui-ci commença à s'inquiéter. Les deux voiliers étaient côte à côte. Cherry le doubla avant que Noah ne la voit... Elle devint donc deuxième. Noah tenta de la doubler mais il ne parvint qu'à faire demi-tour. Le mât du bateau du premier se balançait au loin mais Cherry ne tenta pas de le rattraper.

Un mois après Noël, Cherry entendit aux informations que le premier était arrivé. Elle vit au loin la foule qui acclamait celui-ci. Sachant qu'elle allait bientôt finir le Vendée Globe, elle prépara ses fusées de détresse qu'elle craquerait à l'arrivée. Petit à petit, la force du vent diminuait. Cherry monta les voiles qui étaient plus utiles pour capter les petits souffles de vent. Le soleil se couchait, cela signifiait qu'il était environ dix-huit heures. La skippeuse distinguait à présent les quais et les grands bâtiments de la ville au loin. Comme le voilier avançait bien, elle alla préparer ses affaires. Le bateau avançait bien. La skippeuse entendait la foule et vit un hélicoptère qui survolait la mer en filmant Cherry. Il était à présent vingt heures. Le vent tourna légèrement à tribord. La skippeuse changea donc ses voiles pour avancer vers le chenal. Elle pénétra dans celui-ci et la foule se mit à hurler. Elle brandit ses fusées de détresse et les craqua. Un jet de lumière rouge jaillit de ces fusées. Un feu d'artifice explosa dans le ciel noir. L'équipe de Cherry monta à bord du voilier avec des... PIZZAS !!! Cherry ouvrit les boîtes de pizzas et les dévora en un instant ! Elle accosta et descendit de son bateau. Elle se précipita vers sa famille et leur fit un énorme câlin, elle fondit en larmes devant sa fille et son mari ! Elle raconta son voyage à sa famille qui était très fière d'elle ! Elle récupéra ses affaires et repartit avec sa famille, laissant son voilier entre les mains de son équipe.

Created By
Esther R
Appreciate

Report Abuse

If you feel that this video content violates the Adobe Terms of Use, you may report this content by filling out this quick form.

To report a Copyright Violation, please follow Section 17 in the Terms of Use.