Loading

A l'écoute des chauves-souris Focus sur le Métier de chiroptérologue : Scientifique spécialisé des chauves-souris

Les opérations d'aménagement du prolongement du T3b nécessitent l'intervention des bûcherons de la Ville de Paris. Avant la programmation de ces opérations, la Ville est tenue d'appliquer à la demande de Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (DRIEE), un protocole strict en vue de la protection des espèces.

Compte tenu des caractéristiques du projet du T3b, ce protocole concerne essentiellement l'espèce protégée de chauves-souris, appelée la noctule commune. Depuis le mois de juin 2020, les équipes préparent la période d'abattage, afin de s'assurer que les 24 arbres présentant des cavités offrant un gîte potentiel à cette espèce, repérés sur le parcours, n'en abritent pas.

Dans un premier temps, les écologues ont repéré puis inspecté les cavités des arbres pouvant constituer des gîtes potentiels. Ces investigations ont ensuite été complétées par des écoutes nocturnes sur l'ensemble du tracé. Ces investigations ont permis de conclure que les niveaux d’activité de chiroptères sont globalement peu élevés et qu’aucun site ne semble présenter d’enjeu particulièrement important sur le tracé du futur tramway, son habitat privilégié étant plus probablement le bois de Boulogne, attenant au boulevard de l'Amiral-Bruix et de la Porte Dauphine. L’avenue Foch, hors périmètre du projet semble par ailleurs beaucoup plus attractive.

Pour autant par mesures de précaution, parmi l’ensemble des prospections, les conclusions recommandent l’accompagnement d’un écologue en phase chantier pour le suivi de 24 arbres en particulier pouvant présenter des potentialités d’accueil.

Temps 1 : l'inspection des cavités des arbres

Pourriez-vous vous présenter ?

Damien Ceyrat, chef de projet environnement à l'Office national des forêts, je travaille sur la faune et la flore avec une spécialité sur les mammifères. J’étudie notamment l’espèce des chiroptères, appelés couramment chauves-souris.

En quoi consiste votre mission dans le cadre des travaux du tramway?

Nous intervenons en amont des interventions des bûcherons, programmées à l’automne 2020. L’objectif est de repérer les arbres présentant des cavités dans lesquelles les chauves-souris pourraient nicher. L'inspection vise à poser un diagnostic sur l’éventuelle présence de noctules communes, espèce protégée de chauve-souris. Les arbres avec des traces d’occupation potentielle sont répertoriés et une attention particulière leur est portée le jour de l’intervention des bûcherons, avec la présence d'un écologue aux côtés des bûcherons au moment de l’abattage des arbres ainsi identifiés.

Cordes et baudrier de grimpeur sécurisent l'ascension des personnels de l'ONF.

Quelles sont les caractéristiques des cavités choisies par les chauves-souris ?

Le choix des chiroptères se porte sur des cavités situées en hauteur à l’abri des courants d'air et de l’humidité. L’entrée est étroite afin que des prédateurs ne puissent pas entrer.

Quelles méthodes utilisez-vous pour vos inspections ?

Nous commençons à vue en inspectant les caractéristiques de l'arbre afin de déterminer s’il s’agit d’un habitat propice. Les cavités sont ensuite inspectées à l’aide une lampe torche. Lorsque qu'elle est difficilement accessible, nous utilisons un miroir de dentiste et si celle-ci est très profonde, le recours à un endoscope (caméra) s’avère utile. Cela permet d’explorer la cavité jusqu'à 1 mètre de profondeur.

24 arbres présentant des cavités ont été répertoriés et inspectés.

Sur cette intervention, les nombreuses inspections en hauteur ont nécessité la présence de deux personnes.
La cavité est également inspectée avec la main pour évaluer son volume.
Les écologues sont de vrais grimpeurs professionnels. Mousquetons, cordes et descente en rappel n'ont pas de secret pour eux.

Temps 2 : les écoutes nocturnes

En complément des premières investigations, les équipes de la mission tramway, celles de la Ville de Paris en charge de la biodiversité ainsi que l'Office national des Forêts, ont prospecté de nuit, du 30 juin au 9 juillet 2020, pour identifier d'éventuels gîtes de chiroptères sur le tracé du projet. L'objectif était principalement porté sur les arbres à cavités répertoriés sur le futur prolongement du tramway.

21 heures : point de rendez-vous sur l'avenue Foch

Ces observations prévues dans le cadre des travaux du tramway ont également permis d'évaluer l'activité de chasse et de transit des chiroptères à proximité directe du Bois de Boulogne.

Quatre binômes prennent connaissance de leur périmètre d'observation et se répartissent les points à observer.

23h30 le boulevard de l'Amiral-Bruix est arpenté pour l'éventuel repérage de chauves-souris

Plusieurs modes de prospection ont été combinés par les observateurs :

• L'écoute sonore pour établir d’éventuels cris sociaux audibles à l’oreille humaine. A noter : les colonies de noctule commune (espèces protégées) sont particulièrement bruyantes.

• L'observation visuelle visant à localiser des chauves-souris sortant d’une cavité arboricole. Les observations d’activité de chasse ou de transit peuvent également être aperçues.

• L'observation ultra-sonore, destinée à détecter et identifier les espèces de chauves-souris présentes. Un détecteur à ultra-sons permet d'entendre des chauves-souris en vol dans un très large rayon.

Le 30 juin dans le secteur de l'avenue Foch et de la place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny
Prospections le long du boulevard de l'Amiral-Bruix

Les inspections conduites par les écologues n'ont pas attesté de traces d'habitat de la noctule commune dans les cavités des arbres. Les écoutes nocturnes ont permis d'établir le survol de colonies de pipistrelles communes aux abords de l'avenue Foch, proche du bois de Boulogne.

Temps 3 : les préconisations au cours des abattages

Un écologue sera présent au pied des 24 arbres à cavité identifiés comme présentant un gîte potentiel pour les chiroptères, afin de guider le travail des bûcherons et de s’assurer qu’aucun chiroptère n’est mis en danger ou dérangé lors des abattages

L’exploration des cavités des arbres est une précaution supplémentaire prise par la Ville de Paris, préalablement à l’opération d’abattage des arbres. En effet, la période retenue pour l’abattage des arbres, aux mois de septembre et octobre, respecte au mieux la sensibilité biologique des chiroptères, étant donné que l’occupation des cavités des arbres par l’espèce est très peu probable à cette période, qui ne correspond pas à une période de nidification ou d’hibernation.